Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/11/18 : La Rochelle : nouveaux blocages ce matin devant le site pétrolier de La Pallice, où les forces de l'ordre sont intervenues pour dégager l'accès et la route. Un automobiliste ayant forcé le barrage de police a été interpellé.

20/11/18 : En Dordogne, le trafic était encore perturbé ce mardi par les gilets jaunes, notamment dans l'agglomération de Bergerac, avec de nombreux poids-lourds bloqués et stationnés le long des routes. De nombreux blocages et barrages filtrants sont attendus.

20/11/18 : Les installations de péage automatique ont été incendiées à Virsac en Gironde sur l'autoroute A 10 par des gilets jaunes dans la nuit de lundi à mardi.

20/11/18 : Grand Poitiers organise le mercredi 21 novembre à 18h au centre socio-culturel des Trois Cités une réunion publique d'échanges sur le Projet de territoire de Grand Poitiers.

19/11/18 : Gironde: le préfet de Gironde et Nouvelle-Aquitaine annonçait la réouverture du Pont d'Aquitaine dans les deux sens de circulation à 19h15

19/11/18 : Charente-Maritime : grosse mobilisation des gilets jaunes encore aujourd'hui, avec des barrages filtrants renouvelés à La Rochelle, Royan et Saintes aux entrées et en sorties de villes.

19/11/18 : Le Château Smith Haut Lafitte a été sacré International Best Of Wine Tourism 2019 à Adélaïde (Australie). Sur 393 candidats au plan mondial, seuls 10 ont reçu ce trophée venant récompenser les propriétés les plus remarquables en matière d’œnotourisme

19/11/18 : Dordogne : lundi après midi, ils subsistaient encore une dizaine de points rassemblement organisés par les Gilets jaunes : à Thiviers, Mussidan, Montpon, Sarlat, Terrasson, Port de Couze, Eymet, St Laurent s/Manoire, Bergerac, Chancelade et Trélissac.

19/11/18 : Charente-Maritime : les communes de Marennes et de Hiers-Brouage, près de l'île d'Oléron, s'apprêtent à fusionner. Une charte commune a été adoptée par les élus lors du dernier conseil municipal du 15 novembre au soir.

19/11/18 : Charente-Maritime : Ce lundi matin, des manifestants bloquaient les accès sur la voie publique aux dépôts pétroliers de La Pallice à La Rochelle. Les forces de sécurité sont intervenues afin de rétablir la libre circulation - opération sans incident.

19/11/18 : Une subvention de 50 000 euros a été votée en faveur de l’association « SOS Méditerranée » lors de la commission permanente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine qui s’est tenue le vendredi 16 novembre à Bordeaux.

17/11/18 : Lors de l'ouverture des Rencontres littéraires "les Idées mènent le monde" à Pau, François Bayrou a annoncé le désistement du penseur Edgar Morin, pour des raisons de santé. Il devait initialement intervenir ce 17 novembre dans la matinée.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 20/11/18 | La Rochelle : de nouveaux blocages à La Pallice

    Lire

    La police et la gendarmerie sont intervenues ce matin à la demande du préfet pour assurer la fluidité de la circulation aux abords des dépôts pétroliers de La Pallice à La Rochelle, et pour libérer les accès à la rocade à Saintes, de nouveau bloquée. Selon un communiqué de la préfecture, "un automobiliste ayant forcé un barrage de police a été interpellé pour mise en danger de la vie d'autrui et violence sur agent de la force publique".

  • 20/11/18 | Gilets jaunes : quatrième jour en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    Dans le Lot-et-Garonne, plusieurs gilets jaunes, accompagnés de transporteurs et d'agriculteurs, bloquaient ce matin le péage de Samazan (A62 sortie 5) et laissaient passer les voitures. Un barrage filtrant était mis en place à Marmande sur le rond-point d'un centre commercial en direction de Bordeaux. La Charente Maritime a subi des embouteillages (nationale 11 de Beaulieu au pont de l'île de Ré). A Pau, 150 camions de forains et des gilets jaunes ont prévu d'organiser une opération escargot sur l'A64. Barrage filtrant à Langon

  • 20/11/18 | Gilets jaunes : la Gironde toujours perturbée

    Lire

    Plusieurs postes automates du péage de Virsac ont été brûlés dans la nuit de lundi à mardi par les gilets jaunes. Au nord de Bordeaux, un blocage subsiste toujours sur la RN10 au niveau de Saint-André de Cubzac. Au sud, la police a levé le blocage de l'A63 (au niveau de Marcheprime dans le sens Bayonne-Bordeaux), mais les itinéraires bis étaient toujours saturés ce matin. Sur l'A62, un barrage filtrant bloque toujours les camions au niveau de Langon. A 10h, la sortie 35 de l'A10 était fermée dans les deux sens de circulation.

  • 20/11/18 | La carte jeune s'exporte

    Lire

    Douze communes de la métropole (Ambarès-et-Lagrave, Ambès, Artigues-près-Bordeaux, Bordeaux, Bouliac, Gradignan, Le Bouscat, Le Taillan-Médoc, Saint-Aubin-de-Médoc, Saint-Louis-de-Montferrand, Saint-Médard-en-Jalles et Talence) ont annoncé leur intention de proposer dans chacune de leurs communes la mise en place d'une carte jeune accessible à tous les résidents de moins de 26 ans, prévue pour mars 2019. A Bordeaux, le dispositif a été lancé il y a cinq ans et profite à plus de 25 000 jeunes, leur permettant de bénéficier de différentes réductions dans des lieux culturels.

  • 20/11/18 | Le département de la Gironde conserve sa note AA-

    Lire

    Dans sa notation annuelle, Standard & Poor's évalue la stratégie financière départementale comme « transparente, claire, efficace et prudente ». Et la possible reprise financière sur les recettes de fonctionnement à partir de 2019, liée au dépassement probable du niveau maximal annuel des dépenses de fonctionnement fixé par l'Etat (dans un contexte de non contractualisation) n'inquiète pas outre mesure l'agence de notation qui considère que « le Département sera en mesure d’absorber ces impacts budgétaires négatifs et qu’il continuera de présenter de bons indicateurs d’endettement ainsi qu’une situation de liquidité favorable »

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Rugby: Bordeaux-Bègles-Gironde, un nouveau né qui cherche parents

28/11/2007 |

Bordeaux-Bègles-Gironde, un nouveau né qui cherche parents

En mars 2006, le Stade Bordelais et le Club Athlétique Bègles Bordeaux Gironde fusionnaient. Conseils Régional et Général, mairies de Bordeaux et de Bègles : les collectivités ont toutes favorisé l'union. Petit poucet de l'élite du rugby, le nouveau club cherche aujourd'hui à retrouver le chemin du Top 14. Il lui faut pour cela apaiser les ultimes tensions qui l'agitent et convaincre des partenaires souvent frileux.

« Sportivement, nous sommes sur la bonne voie », assure Laurent Marti, président de l’Union SBCABBG. Après cinq journées de championnat, le club pointe pourtant à la 14ème place, à la limite de la zone rouge. « Le calendrier ne nous a pas été favorable », tempère Laurent Marti. Il est vrai que l’Union a déjà rencontré les trois monstres de la Pro D2 : le Metro Racing, Agen et Toulon : « nous sommes contents : nous avons un groupe de jeunes joueurs vaillants », rassure le président. On est toutefois encore loin des objectifs affichés en début de saison : le milieu de tableau à l’issue du championnat et le Top 14 d’ici trois ans.

Argent public : jouons collectifs !

« Pour remonter en Top14, il faut des moyens », clame Frédéric Martini, le prédécesseur de Laurent Marti à la tête du club. Le budget de quatre millions d’euros de l’Union est le 11ème de Pro D2. « Les collectivités ont fait des efforts l’année dernière ; il faut qu’elles aillent au-delà », continue-t-il en notant « le vrai problème de politique sportive à Bordeaux ». La partdes collectivités territoriales représente 7% du budget de l’Union. A la mairie de Bordeaux et au Conseil Général, on botte en touche : « nous ne sommes pas un sponsor », déclare Jean-Marie Fargeas, directeur adjoint du service de sports du Conseil Général. Saluant « l’action de [s]on ami à la tête du club », il regrette toutefois que Frédéric Martini fasse « l’amalgame entre un sponsor et une collectivité territoriale ». Joël Quancard, adjoint au maire de Bordeaux chargé des sports, joue la même partition : « ce n’est pas le rôle de la mairie de Bordeaux que de sponsoriser les clubs professionnels ». « On nous raconte toujours la même histoire, s’enflamme Frédéric Martini. Pourquoi ne pas donner la compétence sportive à la CUB, comme ça se fait très bien à Montpellier ou ailleurs ? ». Guy Accoceberry, ancien demi de mêlée de Bègles qui soutient aujourd’hui l’Union, a sa réponse : « les collectivités qui ne mettent pas de billes, il faut les comprendre, avec tout ce qui s’est passé. Il y a longtemps que l’on a pas entendu parler du rugby girondin de façon positive ». « Il n’y a pas de grande équipe sans effort partagé. Chez certains, c’est un mécène qui prend l’entreprise en charge. Chez d’autres, les collectivités subventionnent grassement. La solution est au milieu », résume Laurent Marti, le nouveau président.

Club de rugby cherche partenaire privé désespérément

« Le club coûte beaucoup d’argent à Laurent. S’il se lasse, l’Union va tomber en décrépitude », souffle Frédéric Martini, qui connaît bien le problème. Il faut convaincre d’autres investisseurs ». Mercredi 21 novembre, la Chambre de Commerce et d’Industrie de Bordeaux et l’Union signaient une convention pour un montant de 65 780 euros. Objectif : « renforcer le soutien apporté au Club pour construire une grande équipe professionnelle capable de jouer durablement dans l’élite du rugby national ». Il s’agit également, toujours selon la CCI « de les accompagner dans la recherche de nouveaux partenaires privés ». « On avance, ça progresse », se félicite Marti. « Mais il nous faut encore trouver des investisseurs majeurs », nuance-t-il. « Beaucoup d’entreprises ont préféré investir dans la Coupe du Monde. Aujourd’hui, c’est plus difficile pour aller chercher des partenaires. On est obligé de trouver des sponsors en dehors de la Gironde », explique Martini. Joël Quancard lui fait écho : « il n’y a pas d’entreprise assez solide à Bordeaux pour mettre les trois millions d’euros par an. Il faut séduire une grosse entreprise comme AXA, ou d’autres. Un jour ça marchera. Je ne vois pas pourquoi ça ne marcherait pas », affirme-t-il, convaincu.

Pourquoi tant de haine ?

Tous ne supportent pas le XV girondin avec le même enthousiasme que le lion Léo, mascotte de l’Union. Joël Quancard, ancien président du Stade Bordelais, semble particulièrement bien placé pour analyser les obstacles à la bonne marche du club. «Je n’ose même plus me rendre à Sainte-Germaine. On m’y traite de traître aux Mânes ancestrales du Stade », déplore l’adjoint d’Alain Juppé, avec un sens certain de l’héroï-comique. « Au Stade Bordelais, certains n’ont pas compris, reconnaît Frédéric Martini. Au sujet du stade notamment, il y a eu quelques déchirements ». L’Union a définitivement élu domicile cette saison, à André Moga, l'antre de Bègles,de feu Musard théâtre des exploits du club à damiers. L’année dernière en revanche, Bègles et Bordeaux accueillaient, tour à tour, les matchs du club. « Pour ceux qui sont restés, tout va bien », tempère calmement Laurent Marti. Il avertit toutefois que « la porte est grande ouverte dans les deux sens ». La verve facétieuse duLandais Guy Accoceberry invite à relativiser : « Bayonne-Biarritz ! Dax-Tyrosse ! En voila des tensions ! Mais Bègles et le Stade Bordelais ! On ne peut pas parler de rivalité ! ».

Nom de nom de nom !


USBCABBG : autour du nom se cristallisent les rancœurs, chaque parti tenant fermement à ce que persiste l’ancien. Tous sont pourtant d’accord sur une chose : ce nom n’en est pas un. « On est ridicule avec cette histoire de nom, maugrée Frédéric Martini. A terme, il faut absolument que ce club s’appelle les Girondins de Bordeaux Rugby. Ca existe au rugby à XIII, au handball, au football : ça donnerait une identité au club. C’est un nom qui coule de source. Mais il appartient au foot et à M6. Peut-être que certains n’ont pas envie… », lance-t-il avec amertume. «Tout le monde sait que le nom n’est pas bon », soupire Laurent Marti. Il promet « que le club sera rebaptisé à la fin du printemps ». D’ici là, l’Union aura terminé sa saison.
Photo : USBCABBG

Léo Peresson

Partager sur Facebook
Vu par vous
807
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Clément | 04/12/2007

En attendant la fin de la saison, Bordeaux-Bègles aura peut-être son premier véritable test lors de la prochaine journée face à Lyon OU, un club à la peine que les Bordelais... non, les Béglais... euh... devront impérativement battre. Article remarquable, qui pose, non sans humour, l'essentiel des enjeux entre lesquels est tiraillé un club dont on espère un avenir excitant.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !