Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

10/06/21 : Au mois de mai, 334 projets en Nouvelle-Aquitaine ont été sélectionnés pour bénéficier de fonds européens pour un montant global de 56.2 millions d'euros. Parmi eux, 231 projets sont dans le cadre des programmes européens de développement rural.

09/06/21 : Dans le cadre du Mois des fiertés, le Département de la Gironde et les partenaires associatifs proposent des actions d'information et de dépistages gratuits du Sida (résultats en 30 min) samedi 12 Juin 2021, de 11h à 18h Placette Munich.

09/06/21 : Le CHU de Bordeaux lance sa plateforme de don en ligne sur le site don.chu-bordeaux.fr. Accessible à tous (particuliers, entreprises, associations) il permet de faire un don en ligne, au profit du CHU de Bordeaux, de manière totalement sécurisée. + d'info

31/05/21 : En Dordogne, l’ex-militaire recherché par les forces de l’ordre a été arrêté ce lundi. Il est blessé par balles. Il était recherché depuis dimanche après avoir tiré sur des gendarmes appelés pour des violences familiales à Lardin-Saint-Lazare (24).

28/05/21 : Le Conseil régional indique que les inscriptions aux transports scolaires pour la rentrée 2021-2022 s'ouvrent au 1er juin. L’inscription et le paiement peuvent être directement réalisés en ligne.+ d'info

17/05/21 : L'Hermione repartira au printemps 2022, annonce ce soir l'association Hermione La Fayette. La frégate fera escale dans quatre pays du nord de l’Europe : l’Angleterre (Londres), la Belgique (Anvers), les Pays-Bas (Amsterdam), l’Allemagne (Hambourg).

17/05/21 : En solidarité avec les cafetiers et restaurateurs, la Ville de Pau poursuit l'effort porté l'an dernier : ils seront exonérés à 100% de la redevance sur les terrasses du 19 mai à fin juin, puis à 50% de juillet à la fin du protocole sanitaire.

10/05/21 : En soutien au secteur de la restauration, la Ville de La Rochelle a décidé de reconduire les extensions de terrasses et accorde une exonération de droits jusqu’au 30 juin avec une gratuité des extensions jusqu’au 31 décembre, à partir du 19 mai.

27/04/21 : Régionales : En Dordogne, la maire socialiste de Périgueux, Delphine Labails a été choisie comme tête de liste départementale avec Christophe Cathus, conseiller régional sortant en charge des transports scolaires et maire de Calès.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 11/06/21 | Tonneins : le pôle de santé parie sur la télémédecine

    Lire

    L’association du pôle de santé du tonneinquais en Lot-et-Garonne regroupe une équipe de médecins, infirmiers, sages-femmes, orthophonistes et psychologues. Afin d’apporter aux patients une réponse médicale rapide et efficace, l’association souhaite développer la télémédecine grâce notamment à un partenariat avec la clinique Saint-Hilaire Esquirol. Pour cela, elle va acquérir du matériel connecté comme des stéthoscopes, échographes ou encore ECG.

  • 11/06/21 | Sport et tourisme: des parcours audioguidés à Limoges

    Lire

    En partenariat avec l’application Runnin’City, la Ville de Limoges propose 3 parcours de running touristique gratuits et audioguidés. Le coureur pourra choisir entre 3 parcours, deux de 7km (Centre-Ville et Bords de Vienne) et un de 10km (Uzurat/La Bastide), et sera guidé par le GPS vocal qui lui livrera des anecdotes sur les lieux croisés en chemin. L’application gratuite est disponible en 7 langues.

  • 10/06/21 | Vrai+Local développe le circuit-court

    Lire

    A Périgny en Charente-Maritime, la société Néos est en train de développer le projet Vrai+Local. Né du constat qu’il était plus facile d’acheter un produit provenant de l’autre bout du monde que localement, Vrai+Local apporte une solution logistique afin que les citoyens puissent faire leurs courses en « bio et local » au travers d’une plateforme, d’une collecte et d’une livraison de proximité. Ces livraisons s’effectueront avec des remorques brevetées « Drive Mobile ».

  • 10/06/21 | Rochefort: Le festival Soeurs Jumelles recherche des bénévoles

    Lire

    Le première édition du festival Soeurs Jumelles aura lieu à Rochefort, hommage à la célèbre comédie musicale de Jacques Demy, du 23 au 26 juin 2021. Consacré à la musique et à l’image, tous secteurs confondus, le festival est à la recherche de bénévoles pour aider à l'accueil du public et des professionnels. Le choix des horaires est libre et seules les personnes majeures sont en mesure de postuler. Dans la mesure du possible, des billets pour les séances de films seront offerts aux bénévoles. Le formulaire pour postuler.

  • 10/06/21 | L’Atelier du Vitrail poursuit son développement

    Lire

    A Limoges, L’Atelier du Vitrail conçoit, fabrique et restaure des vitraux sur toute la France. A l’heure actuelle, tous les process de conception, de création et de présentation sont informatisés. Afin de mieux maîtriser ces outils, les salariés doivent s’approprier le Brevet des Métiers d’Art. Objectif: augmenter leurs compétences en matière d’arts appliqués et de peinture sur verre. Pour aider l'entreprise dans son développement, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de lui attribuer une aide de 40 991,68 €.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Rugby: Patrice Galand - « Le pallier décisif à franchir est la professionnalisation des féminines »

28/02/2020 | « Il faudra du temps avant que le rugby féminin se professionnalise » …

Patrice Galand

50-0. Tel fut le score sans appel des féminines du XV de France dimanche 23 février face aux Galloises dans le cadre du Tournoi des VI Nations. Un résultat qui montre la suprématie du rugby tricolore sur leur alter ego galloise. Pour Patrice Galand, ancien coach, « aujourd’hui, la technicité et les entraînements physiques des féminines sont clairement professionnels. » Rencontre avec ce passionné du ballon ovale…

Rugby, MMA, surf, sports mécaniques... Patrice Galand, ce natif de Sainte-Foy-la-Grande est un homme passionné. Une mèche grisonnante balaye son regard nourri de souvenirs. Le rugby il l’a connu minot. « Enfant, je suis parti vivre au Gabon et au Sénégal », raconte-t-il. A peine arrivé que déjà les crampons étaient chaussés pour s’adonner à son sport favori de l’époque. A la petite vingtaine, Patrice est de retour sur le vieux continent. Il revient alors sur ses terres natales. « A Sainte-Foy, mon grand-père tenait le club, donc c’est tout naturellement que je revêts les couleurs de ma ville de naissance ». Après Sainte-Foy, c’est la cité voisine, Castillon-la-Bataille, qui l’accueille. Puis, direction le Bec, Bordeaux Etudiant Club, en Fédérale 3. Mais, là, Patrice « n’accroche » pas. Lui, ce qu’il aime, ce sont les petits clubs à taille humaine avec des valeurs propres au rugby de village. « L’authenticité des gars, c’est ça qui fait le vrai rugby ». Pour ses études, Patrice quitte la Gironde, direction la Loire-Atlantique et sa capitale Nantes. Mais il ne délaisse pas pour autant le ballon ovale. A sa grande surprise, il intègre directement la sélection universitaire. « Le niveau étant inférieur au Sud-Ouest, ils estiment que j’ai de bonnes compétences pour disputer des matchs de ce niveau », avoue-t-il humblement. Grâce à cette sélection, Patrice dispute une tournée au Pays de Galles, « un souvenir mémorable ».

De joueur à coach
Toujours avide de découvrir de nouvelles contrées, Patrice décide ensuite de réaliser un échange universitaire à Durban en Afrique du Sud « une terre rugbystique par excellence ». « Cet échange m’a véritablement ouvert l’esprit sur une autre façon de pratiquer cette discipline, confie-t-il. Ce sont des grands malades là-bas. Les entraînements physiques sont très rudes. Personnellement, j’étais complètement cassé après une séance ». Il l’avoue, cette expérience l’a fortement influencé pour son coaching futur. De retour en France, il retrouve sa terre girondine et signe à Saint-André-de-Cubzac. Une énième blessure vient alors le cueillir à 32 ans. « Sur mon lit d’hôpital, j’ai pris conscience qu’il était peut-être temps pour moi de passer de l’autre côté, sur le banc des entraîneurs ». La Fédé lui fait alors signer un contrat de deux ans dans ce même club pour gérer le sponsoring mais également les lignes arrière. L’expérience étant concluante au poste de coach, Patrice tente du coup une nouvelle aventure à Mérignac.

Un tandem de choc
Là, pendant six années, il partage le banc d’entraîneur avec George Dumitrescu, un ancien international roumain « une bête qui explosait les mêlées ». Le duo s’entend bien dès le début. « Rien que d’y penser j’en ai des frissons. C’était vraiment chouette ! Nous avions une belle équipe de jeunes. Chaque année, nous les emmenions en play off. Certains ont même réalisé de beaux parcours sportifs. Notre tandem fonctionnait bien avec George ». Du reste, après cette expérience, les deux compères partent pour Léognan dans le même but « faire grandir les jeunes ». Après une année d’exercice, Patrice et George prennent des chemins différents. George vers le centre de formation de Langon et Patrice au Stade Bordelais où il ne restera qu’une petite saison. Depuis une dizaine d’années, Patrice ne coache plus. Gardant toujours un œil appuyé sur l’évolution du ballon ovale, il désire aujourd’hui devenir agent de joueurs. « Mais la Fédé étant très cadenassée, pour revêtir les habits d’agent il faut avoir le concours où seulement 7 % des participants décrochent le graal, c’est moins qu’en médecine ! » En 2019, Patrice n’a pas pu le passer mais il compte bien tenter sa chance cette année !

Une technique et un entraînement professionnels
Si le rugby masculin a grandement évolué ces dernières décennies, passant d’amateur à professionnel, du côté des femmes, la médiatisation se fait petit à petit. « Les féminines n’ont rien à envier aux hommes, pour Patrice. En effet, elles savent être bourrines quand il y a des espaces à utiliser et rentrent bien dans la tronche dans les petits périmètres. » Pour lui, le rugby féminin n’est pas synonyme d’évitement. « Le niveau évolue depuis quelques années, c’est très clair. Elles sont plus rigoureuses sur l’organisation du jeu, les phases de conquêtes sont plus présentes, les mêlées sont bien disputées, elles gardent le ballon. Bref, la technicité et les entraînements physiques sont clairement professionnels et le spectacle qu’elle nous offre est de qualité. » Mais le chemin va être long pour elles pour obtenir la reconnaissance que les footballeuses françaises commencent à peine à effleurer du bout des doigts.

Un Top Féminin
Comme les hommes, « les femmes doivent passer professionnelles. Mais pour en arriver là il va falloir mettre les moyens, car aujourd’hui les féminines ne peuvent pas vivre du rugby, elles doivent avoir un job à côté. Et si elles passent pro, il faudra qu’elles s’entraînent davantage et donc ne pourront poursuivre leur activité professionnelle. » Si aujourd’hui, le salaire moyen d’un rugbyman de Top 14 s’élève à 15 000€ / mois, chez les femmes le meilleur salaire culmine à près de 3 000 €/mois « et elles sont rares à toucher cette rémunération », ajoute Patrice. Si Bernard Laporte, le président de la Fédération nationale de rugby et Serge Simon son bras droit sont très favorables aux féminines, « le milieu du rugby reste très conservateur et on ne va pas se mentir, les filles sont victimes de radinerie et de sexisme ». Mais, aujourd’hui, « il faut que la Fédé bouge, qu’elle trouve des partenaires, des sponsors, des contrats professionnels. La médiatisation doit se poursuivre également, les filles doivent être sollicitées aussi pour que le public les voit, les connaisse et les reconnaisse ». Patrice, lui, rêve d’une ligue Pro pour les femmes. « Un Top féminin avec des femmes rémunérées à la hauteur des hommes, ce serait vraiment bien ! »

Sybille Rousseau
Par Sybille Rousseau

Crédit Photo : Patrice Galand

Partager sur Facebook
Vu par vous
6615
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 14 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !