Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

26/02/21 : Faute de salon de l'agriculture cette année, la confédération paysanne organise du 27 février au 7 mars des fermes ouvertes pour faire découvrir l'agriculture paysanne.Liste des agriculteurs sur www.confederationpaysanne.fr/mobilisations.php?id=11079

24/02/21 : Charente-Maritime : selon un arrêté ministériel du 19/02 publié au Journal Officiel du 24/02, les communes reconnues en état de catastrophe naturelle en inondations et coulées de boue du 3 février 2021 au 9 février 2021 sont Crazannes et Le Mung.

23/02/21 : La ministre, Frédérique Vidal, en déplacement à Poitiers ce 23 février, a annoncé, devant une cinquantaine d'étudiants, la gratuité des protections périodiques dès la rentrée prochaine. 1 500 distributeurs devraient être installés sur les campus.

23/02/21 : Laurence Harribey, sénatrice de la Gironde, a été nommée par le Président du Sénat pour représenter la Chambre haute au conseil d'administration de l'Agence Nationale du Sport.

23/02/21 : L’ancien maire de Bayonne, Jean Grenet, est décédé ce mardi 23 février, à l'âge de 81 ans. Celui qui a également exercé les mandats d'élu départemental, régional et de député, a dirigé la ville, à la suite de son père Henri Grenet, de 1995 à 2014.

23/02/21 : La ministre Frédérique Vidal est à Poitiers ce 23 février pour rencontrer l'Association Fédérative des Étudiants de Poitiers. Début février, elle avait reçu 72 courriers d'étudiants poitevins qui l'interpelaient sur leurs difficultés au quotidien

19/02/21 : COVID 19 - Depuis 2 semaines, les indicateurs de surveillance du Sars-CoV-2 affichent une baisse significative dans tous les départements de Nouvelle-Aquitaine. Le taux d'incidence est de 113,3/100 000 et le taux de positivité à 4,2%.

19/02/21 : COVID 19 - Les dernières données sur l’évolution des nouveaux variants montrent une diffusion généralisée du variant anglais dans tous les départements de la région. Les variants sud-africain et brésilien sont aussi présents mais dans une moindre mesure

19/02/21 : COVID 19 - Le nombre de nouvelles hospitalisations est en baisse avec près d’une centaine d’hospitalisations et une vingtaine d’admissions en réanimation en moins par rapport à la semaine dernière. Néanmoins, l'activité hospitalière liée au COVID-19.

18/02/21 : A Libourne, le conseiller municipal d'opposition Charles Pouvreau a annoncé sa démission. Dans un communiqué, l'ancien élu raconte avoir fait face à des « menaces et insultes » répétées et choisit donc de se mettre en retrait de la politique libournaise.

17/02/21 : Charente-Maritime : ce jeudi, une intervention dans le cadre des travaux de réparation du pont de la Laisse, situé sur la RD9 à Charron entraînera une fermeture à la circulation entre la RD137 en Vendée et la RN11 en Charente-Maritime, de 9h à 16h.

15/02/21 : La Rochelle : Lutte ouvrière organise une journée à la rencontre mercredi 17 février, de 10h30 à 12h30 puis de 16h à 18h sur le vieux port (cours des Dames) où une structure sera montée, ainsi que dans les rues piétonnes du centre-ville.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/02/21 | Une nouvelle gamme de produits bio et sans sucres dans le Pays Basque

    Lire

    A Bardos (64), Elikatxo produit, transforme et commercialise des jus de fruits et des soupes. Afin d’élargir sa gamme de produits bio et sans sucres, l’entreprise doit créer une ligne de production automatisée. Pour aider la société dans cet investissement, la Région Nouvelle-Aquitaine a alloué une subvention de 30 270 euros lors de sa dernière commission permanente.

  • 25/02/21 | Mimizan va accueillir un tiers-lieu

    Lire

    Mimizan, territoire assez isolé en dehors de l’été, a décidé de créer un tiers-lieu, au travers de l’association « Lily dans les étoiles », pour permettre aux habitants de se rencontrer, d’échanger, de travailler mais aussi pour favoriser le lien social. Cette association, constituée d’une quarantaine de professionnels locaux issus de secteurs divers, souhaite avec ce tiers-lieu créer un pont entre le dynamisme économique de la saison estivale et l’activité des résidents à l’année. La Région Nouvelle-Aquitaine soutient ce projet à hauteur de 60 000 euros.

  • 25/02/21 | Dordogne : Rubi Cuir forme tous ses salariés

    Lire

    A Boulazac, Rubi Cuir fabrique des pièces de maroquinerie pour le secteur du luxe. Afin d’acculturer les salariés à ces savoir-faire particuliers, l’entreprise a mis en place un parcours de formation interne afin de professionnaliser rapidement les nouveaux salariés. Les enjeux de développement de l’entreprise portent aussi vers une professionnalisation des formateurs. Pour les aider à cela, la Région Nouvelle-Aquitaine a alloué à l’entreprise une aide de 67 708 euros.

  • 24/02/21 | A Canéjan, Hervé Thermique parie sur le numérique

    Lire

    Lors de sa dernière commission permanente, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de soutenir la transformation numérique de la société Hervé Thermique, basée à Canéjan en Gironde. L’entreprise, répartie sur 60 sites en France, a décidé de poursuivre sa stratégie de croissance en améliorant son offre en matière de maintenance. Pour ce faire, elle compte développer un outil numérique innovant autour de la maintenance du bâtiment.

  • 24/02/21 | Cybersécurité: Escape Technologies innove à Biarritz

    Lire

    Créée en septembre 2020, Escape Technologies, basée à Biarritz, se positionne sur le marché de la gestion des vulnérabilités et de l’audit cyber. Elle souhaite aujourd’hui innover et développer le prototype de sa solution de cybersécurité visant la génération des règles de sécurité automatisées et basées sur l’intelligence artificielle pour le cloud. La Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de soutenir ce projet à hauteur de 75 000 euros.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Ruralité, précarité et psychiatrie. Quand l'hôpital vient aux plus fragiles.

19/03/2018 | Ce 19 mars, le Centre Hospitalier de Cadillac a lancé son Équipe Mobile Psychiatrie et Précarité. Un dispositif que les acteurs sociaux du secteur voient arriver avec satisfaction.

Présentation de l'Equipe Mobile Précarité Psychiatrie de Cadillac le 19 mars 2018

Un médecin psychiatrique, un psychologue, un infirmier et bientôt une assistante sociale. Voilà la formation interdisciplinaire qui constitue la toute jeune Équipe Mobile Précarité Psychiatrie du Centre Hospitalier de Cadillac, lancée ce lundi matin. Avec une fourgonnette aménagée en véritable bureau, cette équipe, la deuxième du genre en Gironde, se fixe deux missions principales. D'une part aller au devant des personnes en précarité pour « faire émerger une demande de soin » et d'autre part intervenir en soutien des acteurs sociaux directement en lien avec ce type de public. Une réunion partenariale de présentation était organisée ce lundi matin à Cadillac.

Parce qu'il y a une forme de renoncement au soin de la part des personnes en précarité, tout l'enjeu des Equipes Mobiles Précarité-Psychatrie est d'aller à leur rencontre, établir un « repérage, permettre une évaluation psychiatrique ou psychologique et accompagner ces personnes vers le soin, si besoin », détaille le Docteur Anne Groussin, Médecin Psychiatre, responsable de la toute jeune équipe de Cadaujac.
Le déploiement de ces EMPP sur le territoire de la Nouvelle-Aquitaine est l'une des treize actions prioritaires du Plan Régional de Santé 2018-2023 de l'Agence Régionale de Santé, qui a déjà procédé au renforcement de 11 équipes pré-existentes sur 16 dans la Région, et en a créé 4 nouvelles, dont 2 en Gironde (où il existait déjà une EMPP sur la Métropole): celle de Cadillac, et une à Libourne. Car en effet, chaque équipe travaille dans les limites du territoire du centre hospitalier auquel elle est rattachée.

En zone rurale: précarité et freins à l'accès au soin
Pour la nouvelle EMPP de Cadillac, basée à Villenave d'Ornon, et dont le projet a été relancé par l'ARS à l'été 2017, elle pourra intervenir sur la rive droite de la métropole, mais aussi sur les Rives D'Arcins allant jusqu'à Cestas et Belin-Beliet, ainsi que le Sud Gironde. Un territoire particulièrement concerné par « le couloir de la pauvreté » décrit par l'INSEE, touchant notamment les zones du Langonnais, du Réolais, du Bazadais, ou encore la Rive droite. Un large territoire marqué par une ruralité dans laquelle la précarité porte plusieurs visages.
Sur les publics que l'équipe se prépare à rencontrer, Julien Ortega, le psychologue, et Nicolas Pinaud, l'infirmier de l'équipe, citent des « personnes sans logement ou dans des situations d'abris très précaires, tels que des tentes, caravanes ou vivant dans leur voiture dans les bois... Sont aussi concernées par la précarité, des personnes complètement en rupture de lien social, ou en rupture de soin, qu'il faudra essayer de ramener vers leur établissement de prise en charge. Nous nous attendons aussi à croiser des migrants, même s'ils seront sans doute moins nombreux qu'en ville. » Ces derniers, touchés par des pathologies particulières liées à la guerre ou/et à la migration, représentent en effet 85% des personnes rencontrées par l'EMPP de Bordeaux.
Au total, des personnes en précarité dont le soin n'est pas la priorité, et qui subissent en outre, souvent, d'autres freins à l'accès aux soins : « problèmes de transport et de mobilité, pas ou peu d'accès aux services publics, la dématérialisation de ces services publics, la désertification médicale... Autant d'éléments qui éloignent du soin et qui sont d'autant plus accentués en milieu rural », met en avant Nicolas Pinaud. « En venant à eux, nous voulons passer ces freins. Mais notre rôle ne sera pas celui d'une prise en charge, mais bien un lieu de parole et d'écoute afin de faire en sorte qu'une demande de soin émerge ».
Quant à l'assistante sociale, encore en cours de recrutement, « son rôle sera de permettre la réouverture de droits pour la personne. Au-delà de l'aspect pragmatique, c'est symboliquement très important; ça réattribue une notion d'humanité pour la personnes. », pointe le psychologue Julien Ortega,

"Interface entre l'aspect social et le médical"
Pour autant, tient à préciser le Docteur Anne Groussin, « l'EMPP n'aura pas vocation à répondre à une situation d'urgence. Elle sera au contraire là pour l'anticiper, et éviter que certaines situations ne se transforment en situation d'urgence. De même, nous ne sommes pas non plus une maraude. Nous intervenons sur signalement », précise-t-elle. Un signalement notamment réalisé par les acteurs sociaux, invités ce lundi matin à découvrir cette nouvelle structure mobile, nouveau partenaire de leur travail au quotidien. « Cette notion de partenariat est très importante pour nous, surtout sur un territoire aussi vaste à couvrir », ajoute la responsable.
Un partenariat qui aura aussi vocation, est c'est là la seconde mission de l'EMPP, à permettre un accompagnement des structures sociales, souvent en première ligne face à des personnes précaires en souffrances psychologiques ou psychatriques, avec lesquelles la relation et « la gestion du cas », peut-être difficile. L'EMPP, se pose alors ainsi aussi comme un « interface entre l'aspect social et le médical ». Un lien jusque-là « manquant », pointaient ce matin les acteurs sociaux.
Si, face aux nombreuses questions de ces derniers, le Docteur Groussin reconnaît volontiers qu'il n'y a pour l'instant « pas de plan d'action standardisé, si ce n'est l'objectif de répondre au mieux à chaque cas que nous rencontrerons », c'est un véritable soulagement qui s'entendait dans les interventions des acteurs sociaux participant à la réunion. « Vous étiez attendus ! », s'enthousiasme l'une, quand un autre lance : « la structure est la bienvenue sur le territoire ! ».

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
16996
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 29 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !