Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/08/18 : Charente: 6 communes viennent d'être reconnues en état de catastrophe naturelle, suite à des mouvements de terrains liés à la sécheresse, survenue entre janvier et juin 2017. Il s'agit de Balzac, Chalais, La Couronne, Fouquebrune, Linars et Nabinaud.

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/08/18 | La mobilité durable s'expose à Irun

    Lire

    Le Parc d’Expositions Ficoba à Irun, au Cœur de l’Eurorégion Euskadi-Navarre-Aquitaine, accueillera les 27 et 28 novembre le salon Go Mobility, la 1ère exposition industrielle du Sud de l’Europe sur la mobilité durable. Point de rencontre des professionnels, des territoires et des entreprises consacrées au secteur de la mobilité durable et au stockage d’énergie, il vise à encourager les échanges à forte valeur ajoutée et favoriser les projets innovants et la transformation industrielle du territoire. Au menu : une zone d’exposition, des conférences et tables rondes et une zone de test.l*

  • 18/08/18 | Jürgen Essel en concert à La Réole

    Lire

    Privilège pour La Réole qui accueille le 26 août à 16h l'organiste allemand de renommée internationale Jürgen Essel en résidence dans le Réolais. Accueilli par les Amis de l’Orgue de La Réole l'organiste donnera un concert exceptionnel. Jürgen Essel est organiste, compositeur et enseignant à la prestigieuse école de Stuttgart. Interprète et improvisateur son répertoire s’étend de la musique ancienne jusqu’à la création de musique contemporaine. A son actif vingt enregistrements sur CD et des productions conjointes avec de grandes chaînes de radio (Entrée:libre participation) www.orgueslareole.com

  • 18/08/18 | Charente-Maritime : 7 communes reconnues en état de catastrophe naturelle

    Lire

    Suite aux fortes pluies du premier semestre 2018, l'Etat a reconnu 7 communes sinistrées en état de catastrophe naturelle - pour inondations et coulées de boues - publié au Journal Officiel du 15 août 2018 : Fléac-sur-Seugne, Pons, Bazauges, Chaillevette, Champagne, Léoville, Saint-Seurin-de-Palenne. Les sinistrés disposent d’un délai de 10 jours, à compter du 15 août 2018, date de publication de l’arrêté, pour déposer un état estimatif de leurs pertes auprès de leur compagnie d’assurance.

  • 16/08/18 | Charente : le festival de Confolens fête ses 60 ans

    Lire

    Le festival de danses folkloriques du monde de Confolens attire chaque année 100 000 visiteurs. Débutée le 13 aout, cette 60e édition se déroule jusqu'au 19 inclus, avec de nombreux spectacles costumés mais aussi des ateliers de danse ouvert au public. Parmi les pays les plus représentés cette année : la République Dominicaine, le Brésil, le Pérou, la Bolivie, la Moldavie et le Botswana. Onze groupes de nationalités différentes se produiront le dimanche soir pour la soirée de clôture.

  • 15/08/18 | Corrèze: l'agriculture au rdv du numérique

    Lire

    Le 25 août, lors de la 50e édition du Festival de l'élevage de Brive, la Chambre d'agriculture de la Corrèze lance un vaste plan de développement des usages numériques agricoles: AgriNumérik 19. Son objectif: mettre à disposition de tous les agriculteurs volontaires du territoire un smartphone avec des applications et services associés. Une initiative d'ampleur unique en France, sous le regard bienveillant d'Hervé Pillaud, membre du Conseil national du numérique et VP de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire, invité de ce lancement.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Rythmes scolaires : la réforme chahutée dans les Pyrénées Atlantiques

04/10/2013 | « Les enfants sont fatigués » affirment les uns. « Il faut encore attendre » disent les autres. Mais tous s’inquiètent des inégalités constatées d’une commune à l’autre

Mathilde Blanchard, la secrétaire départementale du SNUipp

Mise en place actuellement dans 35 communes des Pyrénées-Atlantiques, la réforme des rythmes scolaires est diversement appréciée sur le terrain. Pour Dominique Rousset, le président de la FCPE 64, une organisation de parents d’élèves qui a toujours été opposée à la semaine de quatre jours, l’ajout d’une matinée par semaine « va dans le bon sens ». Même si la réforme n’a pas permis de retrouver toutes les heures hebdomadaires enlevées à partir de 2008 par la réforme Darcos.

A ses yeux, le problème se pose surtout dans les activités périscolaires. « C’est un peu le bazar. Car les communes sur lesquelles l’Etat s’est déchargé d’une partie du temps de l’enfant, ont des moyens très divers. Chacune fait ce qu’elle peut, comme elle veut. Dans le département, le financement des écoles par les municipalités varie de 1 à 10. Alors, quand on demande à celles-ci de faire encore plus, ça ne va pas réduire les écarts. » Un village rural n’a pas les mêmes moyens que la ville de Pau où 400 animateurs ont été mobilisés.

Prudent face à l’argument consistant à dire que les élèves sont plus fatigués, Dominique Rousset rappelle par contre que ces derniers étaient déjà présents à l’école de 8 h à 18 h. Selon lui, il faudra encore attendre quelques semaines pour faire un premier bilan. « Ce qui est important, ce n’est pas tellement le temps passé. C’est de savoir ce que font les enfants. Or, cette réflexion n’a pas eu lieu ».

« Epuisés et perdus »« Certains parents apprécient le changement. Mais beaucoup  disent la même chose : les enfants sont fatigués, épuisés même parfois » indique pour sa part Marie-Dominique Jamin, qui préside Béarn parents d’élèves (BPE) après avoir quitté la PEEP. Dans la foulée, celle-ci s’inquiète de la confusion constatée chez les élèves entre le temps scolaire et le temps périscolaire.

Ce  constat est également fait par Mathilde Blanchard, la secrétaire départementale du syndicat d’enseignants SNUipp. « On a rajouté du temps collectif aux enfants » explique-t-elle, en déplorant que ses collègues n’aient pas toujours été consultés sur les mesures mises en place par certaines communes.

Selon elle, la fatigue que ressentent les élèves est par contre évidente, et les enseignants accusent le coup. « Même si on finit une demi-heure plus tôt, tout le travail qu’ils faisaient le mercredi matin se reporte maintenant sur le mercredi après-midi ou le soir : préparation des classes, corrections pour les plus grands, recherches pédagogiques etc. »

« Le souci, c’est également lorsque l’on ne dispose pas de locaux suffisants, et que le même lieu est partagé entre le scolaire et le périscolaire. Ce qui amène des élèves à plus faire la différence. Les plus en difficulté perdent leurs repères ».

« Un texte à réécrire »Le cahier de doléances ne s’arrête pas là. Mathilde Blanchard remarque ainsi qu’un problème de sécurité se pose dans un bon nombre d’endroits lorsque l’on passe de la classe au périscolaire. « Qui est responsable ? Beaucoup d’enseignants restent 15 à 30 minutes après leur temps d’activité pour vérifier qu’aucun enfant n’a été laissé seul. » Quant aux gamins accueillis en maternelle, aucune activité périscolaire n’est prévue pour eux à Pau à partir de 16 heures, s’étonne le syndicat. 

Sans vouloir revenir à la semaine de quatre jours, ni demander que tout soit suspendu, ce dernier réclame donc une concertation et une « réécriture du projet ». Même si la marge est parfois étroite. « Beaucoup de transports scolaires, qui sont organisés par le Conseil général,  s’alignent par exemple sur les horaires des collèges. Comment fait-on ? »


Par

Crédit Photo : aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
1640
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
pradeau | 07/10/2013

La semaine de 4.5 jour le mercredi matin n'est pas bonne pour mes 2 enfants. Ils ont désormais 1 h de TAP et 3 h de garderie en plus que l'année dernière ... soit entre 42 et 44 h semaine. Le bien être de l'enfant ? NON

Ce n'est pas bon pour mes élèves qui sont autant fatigués le lundi matin et qui désormais le sont aussi le vendredi. De plus comme vous le savez, l'après midi ils redeviennent attentifs et efficaces vers 15 h 30. Dommage c'est l'heure des TAP : peinture sur caillous, kapla, maquillage, contes à 25 maternelles, peinture à non, ce fut annulé car 28 maternelles pour une animatrice c'est trop ... Heureusement que les animateurs prennent le matériel de sport sinon c'était ballon prisonnier. Le bien être de mes élèves ? NON

Ce n'est pas bon pour moi, enseignant, car je ne sais pas comment je vais faire pour boucler mon programme : 3 séances d’Arts Visuels, 4 séances de chants, 2 de physique, 4 d’histoire et 1 de biologie, 6 d'anglais et 6 d'EPS depuis la rentrée en CE 1 – CE 2 !!! Je ne fais plus que du français et des maths ! Et j'ai des piles car la récréation de l'après midi saute aussi (pas le temps)

De plus je n'ai qu'une heure d'APC pour mes 2 élèves allant en orthophonie, celui relevant de la MDPH (dossier en instruction) et les élèves en difficultés. Tout cela avec un double niveau. Le bien être des enseignants ? NON


Il me semble que mes enfants et mes élèves méritent mieux que cela. Quelle honte !!!

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !