18/12/17 : Alain Juppé et plusieurs maires dont Martine Aubry réclament le soutien de l'Etat car "2017 s’achève sur une hausse massive de la demande d’asile et de nouveaux arrivants mettant sous une extrême tension les politiques publiques (...) classiques"

17/12/17 : "Avant si j'était vieux", théâtre, musique et bien vieillir, voici le mélange détonant que les caisses de retraite d’Aquitaine proposent de découvrir gratuitement. La prochaine représentation a lieu le 19 décembre à 15 h à Bergerac au centre culturel.

15/12/17 : Futuroscope : le président du directoire Dominique Hummel a annoncé dans La Nouvelle République qu'il allait quitter ses fonctions en mars prochain.

14/12/17 : Depuis ce 12 décembre, la FRSEA Sud Ouest a de nouveaux contours. Regroupant désormais les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine elle représente 25 départements. Le même jour, Philippe Moinard en a été élu à la présidence.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 18/12/17 | ProFilBio, la revue sur l’agriculture biologique

    Lire

    Destinée à informer et faciliter l’appropriation des techniques et pratiques de l’agriculture biologique ou alternatives, la nouvelle revue trimestrielle ProFilBio est constituée d’articles de fond sur des techniques de production et de transformation utilisées en bio comme en conventionnel. Celle-ci disponible gratuitement sur abonnement, et exclusivement sous format numérique. A retrouver sur www.nouvelle-aquitaine.chambres-agriculture.fr

  • 15/12/17 | Les radicaux de gauche Nouvelle Aquitaine...

    Lire

    Après la récente fusion du Parti Radical de Gauche et du Parti Radical Valoisien au sein "d’une nouvelle structure baptisée « Mouvement Radical » dans laquelle ils ne se reconnaissent pas totalement les élus Radicaux de Gauche du Conseil régional ont souhaité prendre leurs distances avec ce contexte politique national. Ainsi Soraya Ammouche-Milhiet, Benoît Biteau, Régine Marchand, Francis Wilsius,réaffirment leur place au sein de la majorité d’Alain Rousset et gardent leurs distances avec les jeux politiques des appareils nationaux, partageant des valeurs communes autour du triptyque républicain et de la Laïcité."

  • 15/12/17 | La Charente-Maritime toujours en manque d'eau

    Lire

    Au vu de la situation hydrologique actuelle et de l’absence de pluviométrie, le préfet de la Charente-Maritime a décidé de prolonger l'arrêté en date du 31 octobre 2017 jusqu’au dimanche 14 janvier 2018 inclus. Le prélèvement d’eau en vue du remplissage ou du maintien du niveau des retenues d’eau à usage d’irrigation agricole et tous les plans d’eau est interdit sur tous les bassins de gestion de Charente-Maritime (sauf bassin Charente aval) pour les remplissages par prélèvement superficiel.

  • 15/12/17 | Martin Leÿs délégué régional EDF en janvier 2018

    Lire

    Benoît Thomazo délégué régional d'EDF en Aquitaine puis Nouvelle Aquitaine depuis 4 ans passera le relais en janvier prochain à Martin Leÿs. Celui-ci, jusque là directeur du dialogue social au sein du groupe, présidait le Comité central d'entreprise et le Comité européen ainsi que le Fonds "Agir pour l'emploi" d'EDF qui soutient les projets portés par les associations d'insertion. Martin Leÿs avait été en 2002 directeur de cabinet de la délégation d'Aquitaine à Bordeaux avant de devenir conseiller social auprès de François Roussely et de diriger depuis la Chine le développement Asie d'EDF pendant six ans.

  • 15/12/17 | Asphodèle, le plus bio des salons revient à Pau

    Lire

    Plus grand et plus ancien salon des produits bio du Sud ouest, Asphodèle, est de retour, du 15 au 17 décembre, au Parc des expositions à Pau pour sa 22ème édition. Résolument engagé pour la planète et le bien être, il se dédié à la bio et aux nouvelles façons de vivre et de consommer, à travers cette année plus de 220 exposants. Des artisans, producteurs, viticulteurs, créateurs, entreprises de transformation triés sur le volet. Au programme aussi de nombreuses animations et conférences qui évoqueront notamment les OGM, l'agriculture bio, l'éco-construction ou encore les semences libres.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Saint-Emilion : le feuilleton judiciaire continue autour du classement des vins

31/12/2008 |

Saint-Emilion

Lundi 29 décembre, le Conseil constitutionnel a censuré une disposition du collectif budgétaire 2008 rétablissant le classement de huit châteaux de Saint-Emilion en Grand Cru classé et premier Grand Cru classé. Ce feuilleton judiciaire et administratif avait commencé le 18 avril 2007 avec une décision du tribunal administratif suspendant le nouveau classement, 2006, des vins de Saint-Emilion. Le 12 Novembre 2007, le Conseil d'Etat annulait cette ordonnance du juge des référés. En attendant l'épilogue, certains grands propriétaires viticoles se retrouvent, eux, dans une situation délicate.

Le classement des Crus de Saint-Emilion, créé le 16 juin 1955, est unique au monde. Il est le seul révisable tous les dix ans par une Commission de classement, qui sélectionne une nouvelle liste, validée ensuite par le Comité national des Vins et Eaux-de-Vie de l'Inao. Mais, le 1er juillet 2008, le tribunal administratif de Bordeaux avait annulé le nouveau classement, à la suite d'une plainte déposée par les domaines déclassés, pour non respect de l'égalité de traitement des candidats. Le même tribunal avait rejeté fin octobre la demande des huit châteaux demandant le rétablissement du classement 2006. En attendant que la justice se prononce sur l'appel en cours, le gouvernement, qui soutient ces viticulteurs, avait fait voter cet été, dans le cadre de la loi de modernisation de l'économie (LME) un article autorisant « les exploitations ayant bénéficié du classement en vigueur de 1996 à 2006 à continuer à s'en prévaloir jusqu'à l'intervention d'un nouveau classement ». Sauf, qu'il avait "oublié" les huit châteaux promus lors du nouveau classement en 2006. Pour corriger cette erreur technique, le 19 décembre, les sénateurs ont donc introduit dans le collectif budgétaire, par le biais de l'article 80 la validation du classement de certaines exploitations viticoles. Le Conseil constitutionnel a jugé que cet article constituait un « cavalier », dans la mesure où il n'avait pas sa place dans une loi de finances.

Cet imbroglio judiciaire a des conséquences sur l'image de la viticulture française à l'étranger
« Cette décision met en péril économique les propriétés viticoles déclassées », souligne le sénateur UMP Gérard César, président du groupe d'études « Vigne et vin » du Sénat. Il rappelle que les huit propriétés concernées ont investi près de 10 millions d'euros pour se prévaloir de la mention « Grand cru classé » et « Premier grand cru classé ». Par ailleurs, les acheteurs du millésime 2006 ont payé pour un Grand Cru classé environ 30% plus cher que le Grand Cru, qui ne l'est plus et demandent à être remboursés. Le préjudice est évalué à 4 millions d'euros. L'administration américaine a même accusé la France de « fraude ». Elle a demandé à ce que les étiquettes des bouteilles déjà vendues soient changées, ce qui est impossible techniquement. Il faudrait pour cela passer ces Grands Crus à la vapeur, réembouteiller... « Cela donne une très mauvaise image de la viticulture française à l'étranger et peut avoir des conséquences sur nos exportations », s'inquiète Jean-Paul Garraud, député UMP de Gironde et vice-président du groupe viticole à l'Assemblée nationale.

« La décision du Conseil constitutionnel a été prise sur la forme, non sur le fond », précise Gérard César. A cet égard, il entend donc trouver un nouveau support législatif au plus vite. « Je veux représenter cet amendement dans le cadre du plan de relance de l'économie début janvier », annonce, pour sa part, Jean-Paul Garraud. Ceci étant, « nous sommes dans une société de plus en plus judiciarisée. A  chaque nouveau classement, il y aura forcément des recours. Nous devons donc peut-être réfléchir à un autre dispositif avec le monde viticole », poursuit-il.

Nicolas César

Partager sur Facebook
Vu par vous
258
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !