Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/11/18 : La Rochelle : nouveaux blocages ce matin devant le site pétrolier de La Pallice, où les forces de l'ordre sont intervenues pour dégager l'accès et la route. Un automobiliste ayant forcé le barrage de police a été interpellé.

20/11/18 : En Dordogne, le trafic était encore perturbé ce mardi par les gilets jaunes, notamment dans l'agglomération de Bergerac, avec de nombreux poids-lourds bloqués et stationnés le long des routes. De nombreux blocages et barrages filtrants sont attendus.

20/11/18 : Les installations de péage automatique ont été incendiées à Virsac en Gironde sur l'autoroute A 10 par des gilets jaunes dans la nuit de lundi à mardi.

20/11/18 : Grand Poitiers organise le mercredi 21 novembre à 18h au centre socio-culturel des Trois Cités une réunion publique d'échanges sur le Projet de territoire de Grand Poitiers.

19/11/18 : Gironde: le préfet de Gironde et Nouvelle-Aquitaine annonçait la réouverture du Pont d'Aquitaine dans les deux sens de circulation à 19h15

19/11/18 : Charente-Maritime : grosse mobilisation des gilets jaunes encore aujourd'hui, avec des barrages filtrants renouvelés à La Rochelle, Royan et Saintes aux entrées et en sorties de villes.

19/11/18 : Le Château Smith Haut Lafitte a été sacré International Best Of Wine Tourism 2019 à Adélaïde (Australie). Sur 393 candidats au plan mondial, seuls 10 ont reçu ce trophée venant récompenser les propriétés les plus remarquables en matière d’œnotourisme

19/11/18 : Dordogne : lundi après midi, ils subsistaient encore une dizaine de points rassemblement organisés par les Gilets jaunes : à Thiviers, Mussidan, Montpon, Sarlat, Terrasson, Port de Couze, Eymet, St Laurent s/Manoire, Bergerac, Chancelade et Trélissac.

19/11/18 : Charente-Maritime : les communes de Marennes et de Hiers-Brouage, près de l'île d'Oléron, s'apprêtent à fusionner. Une charte commune a été adoptée par les élus lors du dernier conseil municipal du 15 novembre au soir.

19/11/18 : Charente-Maritime : Ce lundi matin, des manifestants bloquaient les accès sur la voie publique aux dépôts pétroliers de La Pallice à La Rochelle. Les forces de sécurité sont intervenues afin de rétablir la libre circulation - opération sans incident.

19/11/18 : Une subvention de 50 000 euros a été votée en faveur de l’association « SOS Méditerranée » lors de la commission permanente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine qui s’est tenue le vendredi 16 novembre à Bordeaux.

17/11/18 : Lors de l'ouverture des Rencontres littéraires "les Idées mènent le monde" à Pau, François Bayrou a annoncé le désistement du penseur Edgar Morin, pour des raisons de santé. Il devait initialement intervenir ce 17 novembre dans la matinée.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 20/11/18 | La Rochelle : de nouveaux blocages à La Pallice

    Lire

    La police et la gendarmerie sont intervenues ce matin à la demande du préfet pour assurer la fluidité de la circulation aux abords des dépôts pétroliers de La Pallice à La Rochelle, et pour libérer les accès à la rocade à Saintes, de nouveau bloquée. Selon un communiqué de la préfecture, "un automobiliste ayant forcé un barrage de police a été interpellé pour mise en danger de la vie d'autrui et violence sur agent de la force publique".

  • 20/11/18 | Gilets jaunes : quatrième jour en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    Dans le Lot-et-Garonne, plusieurs gilets jaunes, accompagnés de transporteurs et d'agriculteurs, bloquaient ce matin le péage de Samazan (A62 sortie 5) et laissaient passer les voitures. Un barrage filtrant était mis en place à Marmande sur le rond-point d'un centre commercial en direction de Bordeaux. La Charente Maritime a subi des embouteillages (nationale 11 de Beaulieu au pont de l'île de Ré). A Pau, 150 camions de forains et des gilets jaunes ont prévu d'organiser une opération escargot sur l'A64. Barrage filtrant à Langon

  • 20/11/18 | Gilets jaunes : la Gironde toujours perturbée

    Lire

    Plusieurs postes automates du péage de Virsac ont été brûlés dans la nuit de lundi à mardi par les gilets jaunes. Au nord de Bordeaux, un blocage subsiste toujours sur la RN10 au niveau de Saint-André de Cubzac. Au sud, la police a levé le blocage de l'A63 (au niveau de Marcheprime dans le sens Bayonne-Bordeaux), mais les itinéraires bis étaient toujours saturés ce matin. Sur l'A62, un barrage filtrant bloque toujours les camions au niveau de Langon. A 10h, la sortie 35 de l'A10 était fermée dans les deux sens de circulation.

  • 20/11/18 | La carte jeune s'exporte

    Lire

    Douze communes de la métropole (Ambarès-et-Lagrave, Ambès, Artigues-près-Bordeaux, Bordeaux, Bouliac, Gradignan, Le Bouscat, Le Taillan-Médoc, Saint-Aubin-de-Médoc, Saint-Louis-de-Montferrand, Saint-Médard-en-Jalles et Talence) ont annoncé leur intention de proposer dans chacune de leurs communes la mise en place d'une carte jeune accessible à tous les résidents de moins de 26 ans, prévue pour mars 2019. A Bordeaux, le dispositif a été lancé il y a cinq ans et profite à plus de 25 000 jeunes, leur permettant de bénéficier de différentes réductions dans des lieux culturels.

  • 20/11/18 | Le département de la Gironde conserve sa note AA-

    Lire

    Dans sa notation annuelle, Standard & Poor's évalue la stratégie financière départementale comme « transparente, claire, efficace et prudente ». Et la possible reprise financière sur les recettes de fonctionnement à partir de 2019, liée au dépassement probable du niveau maximal annuel des dépenses de fonctionnement fixé par l'Etat (dans un contexte de non contractualisation) n'inquiète pas outre mesure l'agence de notation qui considère que « le Département sera en mesure d’absorber ces impacts budgétaires négatifs et qu’il continuera de présenter de bons indicateurs d’endettement ainsi qu’une situation de liquidité favorable »

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Salon Asphodèle à Pau : de la paille pour isoler la maison

08/12/2016 | La paille n’a rien à envier aux autres isolants. C’est ce qu’assure Yannick Brugne qui participe jusque dimanche au salon bio et écologique organisé en Béarn

Yannick Brugne, sur un chantier béarnais

Un matériau naturel, bon marché et efficace. Selon Yannick Brugne, la paille constitue un excellent produit pour isoler une maison. Installé en Béarn, ce conseiller en éco-construction participe ces jours-ci au salon Asphodèle, qui se tient du vendredi 9 au dimanche 11 décembre au parc des expositions de Pau. Une grand’messe du bio et de l’écologie qui met, entre autres, l’accent sur l’habitat. Des milliers de visiteurs y sont attendus

Après avoir travaillé dans le bâtiment, Yannick Brugne souhaitait se spécialiser dans la réalisation « de maisons saines qui ne font appel qu’à fort peu de matériaux polluants ». Que ce soit pour aider à leur conception ou pour accompagner les personnes souhaitant construire elles-mêmes leur demeure. La paille et ses qualités ont répondu à bon nombre de ses attentes. 

« Cela reste marginal par rapport aux techniques de construction habituelles. Mais ce produit intéresse de plus en monde de monde. La paille est un matériau local, qui est encore fabriqué sous forme de bottes de 36 ou 45 centimètres d’épaisseur par les agriculteurs ». Elle s’avère, explique-t-il, très performante au niveau de l’isolation et possède de réelles capacités d’inertie thermique. « C’est-à-dire le temps que la chaleur met à traverser le matériau ». Un avantage précieux en hiver, bien sûr, mais également en été lorsqu’il s’agit de préserver des ardeurs du soleil certaines pièces situées sous la toiture.

« La paille est par ailleurs intéressante sur le plan écologique. Car sa fabrication nécessite peu d’énergie. Qui plus est, elle ne contient pas de substances nocives et, en fin de vie, elle se décompose facilement. Il n’est pas nécessaire de la brûler dans un incinérateur ».

Quant à son prix, main d’œuvre compris, il est évalué par Yannick Brugne à environ la moitié de ce que peut coûter un matériau isolant traditionnel, comme la ouate de cellulose.

 Les clichés ont la vie dure

Un enduit fait de terre, de sable, de paille et de chaux recouvre l'extérieur . Du bardage en pin est aussi possible

Certes, quelques idées reçues méritent ici d’être battues en brèche. Les clichés liés à la « maison des trois petits cochons » ont la vie dure, reconnait-il.

Intercalée dans des ossatures de bois dont elle va remplir les vides, puis protégée par un parement, ou recouverte directement avec un enduit réalisé à base de terre et de sable (ainsi que de chaux pour l’extérieur), la paille « entre pourtant largement dans les normes d’isolation » assure le conseiller . « On pourrait aussi l’utiliser pour réaliser des maisons passives, qui ne nécessitent pas de chauffage ».

Le risque d’incendie ? « Les bottes dont on se sert essentiellement pour réaliser les murs, même si on peut aussi les employer pour le sol et la toiture, sont enduites de chaque côté. C’est une protection. Même sans enduit, des études ont montré que la paille compressée ne va pas brûler facilement, contrairement à celle qui est en vrac. Car cette dernière contient de l’oxygène. De plus, on ne trouve pas de produits toxiques dans les bottes. Il n’y aura donc pas d’émanations de substances nocives».

Du temps et de la technique

« Comme il n’y a rien à manger dans la paille, il n’y a pas de danger non plus avec les rongeurs » poursuit Yannick Brugne. « Le seul risque, c’est en fait l’humidité qui pourrait descendre par le haut, ou remonter par le bas ».

 D’où la nécessité de bien maîtriser la construction de la demeure, tout comme la pose du produit. « Cette dernière demande du temps et une technicité particulière. Car les bottes de paille ne constituent pas un matériau industriel, parfaitement calibré. Il faut parfois couper un peu, reprendre l’assemblage. »

Dans le même esprit, on préfèrera l’ossature bois, dans laquelle la paille va être intégrée, à  la technique des « bottes porteuses ». « Cette dernière ne laisse aucun droit à l’erreur et elle ne répond pas aux règles professionnelles. On n’est pas parvenu à valider la tenue des murs réalisés dans ces conditions ».

Actuellement, les artisans à même de se lancer dans ce type de construction se comptent sur les doigts d’une main dans les Pyrénées-Atlantiques, estime Yannick Brugne. Ce qui ne l’empêche pas de mettre l’accent sur la longévité du produit. La  plus ancienne «maison en paille » existant aujourd’hui en France date de 1921, rappelle-t-il. Sa cousine d’Amérique du Nord, elle, a vu le jour en 1870.

Le programme du salon Asphodèle : http://www.salon-asphodele.com/

 

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
8006
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !