Devenez actionnaire d'aqui.fr

21/01/22 : Hermione Académie, la mission formation de l’Association Hermione – La Fayette réunit désormais plusieurs formations: le cycle « Savoir-être, savoir-faire, savoir agir », les séminaires « Esprit d’équipage » et le programme « Engagement citoyen ».+ d'info

21/01/22 : Du 27 janvier au 31 mars, un centre de dépistage du Covid-19 va être installé au pied du Château Diable à Cenon. De 13h à 16h, sur rdv la population pourra réaliser des tests antigéniques. Les rdv doivent être pris sur Doctolib.

20/01/22 : En Dordogne, la disparition de Gaspard Ulliel, hier à l'âge de 37 ans, laisse le souvenir d'un jeune homme charmant et sympathique. L'acteur avait tourné "Jacquou le Croquant" en Dordogne. L'avant-première avait eu lieu à Montignac en janvier 2007.

19/01/22 : Bayonne lance la seconde édition de son budget participatif doté de 300 000 euros. Dès 9 ans, les habitants proposent des projets liés au vivre ensemble et au développement durable. Ils sont sélectionnés et soumis au vote. Puis la Ville réalise!+ d'info

17/01/22 : Le 22 mars, c'est à Cognac en Charente que se tiendra la première cérémonie des nouveaux étoilés du Guide Michelin en région. L'occasion, selon le guide rouge, de mettre en lumière “une ville et un territoire qui témoignent de l’excellence française”.

12/01/22 : Ce 12 janvier, le centre de vaccination de Pau ouvre 2 lignes de vaccination pour les enfants de 5 à 11 ans. Soit une capacité de 60 rendez-vous pédiatriques journaliers. La présence d'un des 2 parents est obligatoire pour répondre au questionnaire médica+ d'info

10/01/22 : Les Pyrénées-Atlantiques sont placés en vigilance rouge crues depuis hier. Les tronçons du Gave d'Oloron, Gave de Pau Béarnais ou encore du Saison risquent de vivre ce lundi des crues comparables voire supérieures à celles, record, de décembre 2021.

10/01/22 : Les Pyrénées-Atlantiques sont placés en vigilance rouge pluies et inondations depuis hier. Entre dimanche et lundi, on attend des cumuls de 50 à 80 mm en plaine, 100 à 130 mm sur les premiers contreforts, vallées et piémont, 150 à 250 mm en montagne.

07/01/22 : Football: le Bergerac Périgord Football club, dernier club aquitain en lice, devra se délocaliser pour recevoir l’AS Saint-Étienne en 8es de finale de la Coupe de France. Le match aura lieu au stade Francis-Rongiéras de Périgueux, le 30 janvier.

06/01/22 : START-UP : Les acteurs technologiques et innovants de Nouvelle-Aquitaine ont levé plus de 280 millions d'euros en 2021. Un record historique confirmé au 4ème trimestre avec 11 opérations et un peu plus de 28M€ levés.

06/01/22 : Le musée des Beaux-Arts de Libourne annonce une bonne nouvelle en ce début d'année : l'exposition "Toulouse-Lautrec, la naissance d’un artiste" qui aurait du s'achever au 9 janvier, joue les prolongation jusqu’au 16 janvier 2022 ! A voir!+ d'info

06/01/22 : Pyrénées-Atlantiques - Céline Dumerc, manager générale et ancienne capitaine de l’équipe de France féminine de basket vient d'être nommée Chevalier de l'ordre national de la Légion d'honneur au titre de la promotion civile du 1er janvier 2022.

02/01/22 : Coupe de France : Bergerac est en huitièmes de finales de Coupe de France de football. Les Bergeracois ont remporté leur match face à Créteil aux tirs au but (5 à 4). Au tour précédent, ils avaient battu Metz pensionnaire de ligue 1 aux tirs au but.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/01/22 | SNCF Réseau annonce un trafic régional "très perturbé" lundi

    Lire

    Du 23 janvier 19h au 25 janvier 8h, de fortes perturbations sont à prévoir sur le réseau ferroviaire suite à un mouvement social des aiguilleurs de la SNCF en Nouvelle-Aquitaine. Le trafic sera très perturbé lundi au sud de Poitiers. Quelques circulations seront assurées sur la LGV entre Paris et Bordeaux durant la journée de lundi mais aucune au sud de Bordeaux. Le trafic régional sera quant à lui très faible.

  • 21/01/22 | Unités de méthanisation et de méthanation de Lescar: le chantier démarre

    Lire

    Sur le site Cap Ecologia à Lescar, près de Pau, l'ambitieux projet de transformation de l'usine de dépollution des eaux usées en unité de production de ressources énergétiques décarbonées démarre aujourd'hui avec la pose des premières pierres des usines de méthanisation et de méthanation du projet pensé par Suez. Les boues permettront de produire du biométhane, du biochar, du compostage mais aussi indirectement du méthane de synthèse... Objectif a terme de cet équipement: réduire les émissions de CO² de l'agglomération de 550 t/an.

  • 21/01/22 | À Brive, il va y avoir du sport !

    Lire

    Afin de s’immiscer dans l’aventure des Jeux Olympiques de Paris qui se dérouleront en 2024, la ville de Brive et son Agglo ont obtenu les labels « Terre de Jeux 2024 » et « Centre de Préparation aux Jeux ». C’est l’occasion pour la ville corrézienne d’accueillir des délégations et clubs français et étrangers, en plus d’organiser des manifestations sportives importantes comme le meeting national d’Athlétisme qui se déroulera le 12 juin prochain. Plus d’infos sur http://www.brive.fr/

  • 21/01/22 | En Dordogne, les dépenses sociales grimpent

    Lire

    Le débat des orientations budgétaires du Département de la Dordogne a mis en lumière la forte hausse des dépenses sociales. Elles sont en augmentation de 4,5 % par an, soit 11 M€. Ce sont le RSA et le secteur de l'aide sociale à l'enfance qui enregistrent les plus fortes augmentations. L'Etat ne compense pas intégralement. En 2021, les dépenses sociales en Dordogne ont représenté 258 M€. Elles devraient atteindre 273 M€ cette année, soit une progression de 6 %.

  • 20/01/22 | H5N1 : face à sa diffusion, la stratégie de lutte s'intensifie encore

    Lire

    Le ministère de l'agriculture vient d'annoncer « le dépeuplement préventif de toutes les volailles et palmipèdes d’une zone géographique caractérisée par de nombreux foyers est désormais nécessaire au-delà des mesures actuelles visant l’élimination des foyers et le dépeuplement préventif autour des foyers ». 226 communes (39 dans le Gers, 161 dans les Landes et 26 dans les Pyrénées-Atlantiques), sont concernées, soit environ 1,5 million d’animaux, en plus des 1,5 million déjà dépeuplés. Consultée sur ces mesures, c'est « un nouveau traumatisme pour la filière avicole », assure la profession.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Santé connectée : atouts et besoins en Nouvelle-Aquitaine

06/11/2019 | La e-santé était le thème principal de l'édition 2019 de La Grande Jonction, grand rendez-vous de l'écosystème économique local, qui s'est tenu ce mercredi 6 novembre au Palais des Congrès de Bordeaux.

1

Ce mercredi 6 novembre se tenait à Bordeaux l'édition 2019 de La Grande Jonction, rendez-vous économique de témoignages d'experts et de professionnels de l'écosystème local. Cette année, l'évènement s'est déroulé dans le cadre de Médipolis, un grand rendez-vous qui se tient du 4 au 8 novembre à Bordeaux autour du thème de l'innovation dans le secteur de la santé. C'est donc tout naturellement que le thème choisi cette année par La Grande Jonction était celui de la santé et des nouvelles technologies. L'un des temps forts de la matinée, c'était sa conclusion sous la forme d'une table ronde baptisée "Les grands acteurs du territoire au service des entreprises de l'e-santé. Elle a permis, au travers de plusieurs témoignages d'experts, de donner un cadre local et de souligner le fort potentiel de la région Nouvelle-Aquitaine dans le domaine.

Tous ont en tout cas souligné les atouts régionaux pour le développement de la e-santé, un secteur en pleine expansion. Pour Marine Cotty-Eslous, interrogée en tant que membre du Conseil National du Numérique (mais aussi fondatrice de Lucine et dont nous avions fait le portrait en 2017), ces atouts sont importants dans un secteur très large "qui va de la télémédecine aux thérapies numériques en passant par l'intelligence artificielle. Dans certaines villes, il y a des spécificités qui se dégagent. À Nantes, c'est plutôt la nanotechnologie. À Montpellier, c'est le monitoring et les applications mobiles. En Nouvelle-Aquitaine, je pense qu'il y a une vraie carte à jouer sur les thérapies numériques. À Bordeaux, l'IHU Lyric (rythmologie interventionnelle et modélisation cardiaque) est un centre d'excellence. Le CHU de Bordeaux est régulièrement loué pour ses capacités en termes d'innovation et d'accompagnement des patients et des professionnels de santé".

Des atouts réels

Pour Yann Bubien, Directeur Général du CHU de Bordeaux, ces innovations ne sont impactantes que si elles sont correctement évaluées. "On veut que ce soit sécurisé, mais surtout efficace. Je pense qu'on a besoin de changer les méthodes d'évaluation clinique pour toutes ces innovations pour les thérapies numériques". Maryne Cotty-Eslous, elle, parle plutôt de "construire un nouveau modèle de validation clinique. Il faut aussi questionner nos fondamentaux sur des volontaires sains et sur des essais cliniques de différentes phases. Il faudra structurer des dispositifs d'accompagnement à ces solutions pour les valider et les distribuer rapidement et permettre aux entreprises du secteur de bâtir un vrai business-model. On a tous les ingrédients, il faut les assembler". Charlyne Quercia, Directrice Générale de la Fondation Bordeaux Université (associant public et privé) affirme que la e-santé représente "plus du tiers de notre activité, avec à l'heure actuelle plus d'une trentaine de projets mis à place grâce à nos mécènes, qu'il s'agisse de start-ups ou de grands groupes. Notre campus universitaire est innovant, il figure dans le classement de l'INPI parmi les cinquante premiers déposants de brevets en France et, selon un classement de Reuters, à la 24ème place des Universités les plus innovantes en Europe (cinquième position en France). Je pense que la force de notre territoire réside dans cette synergie des différents acteurs de la e-santé, en lien avec les entreprises. Enfin, il faut souligner la richesse de nos formations dans lesquelles les nouvelles technologies ont toute leur place". 

Mais alors, si l'écosystème est riche et vivant, que manque-t-il à la Nouvelle-Aquitaine pour renforcer sa place dans un marché national qui devrait atteindre quatre milliards d'euros en 2020 ? Du lien, principalement. "C'est un écosystème facilitant si on connaît du monde, il y a beaucoup d'acteurs et de dispositifs qui existent, un jargon souvent indigeste et ce n'est pas facile de s'y retrouver, même si des structures sont là pour orienter. L'un des enjeux de French Tech Bordeaux, c'est de clarifier et de faciliter le dialogue et la connaissance auprès de ceux qui en ont le plus besoin", ajoute pour sa part Hélène Desliens de French Tech Bordeaux. "Il faut que les entreprises du secteur améliorent leur ancrage universitaire pour se développer et ne pas perdre de temps. Nous accueillons plusieurs start-ups parce qu'elles nous font remonter plus directement les besoins. En interrogeant nos professionnels, on voit que la très grande majorité des internes veulent aujourd'hui travailler dans des maternités de niveaux 2 ou 3, ils ont un attrait pour les objets connectés et des plateaux techniques importants. Les grands groupes comme Sanofi sont nécessaires pour faire des essais cliniques et assurer la sécurité mais les start-ups répondent aussi aux besoins sur lesquels les patients nous attendent. On leur offre un terrain d'application pour mettre en place leurs nouvelles solutions (par exemple Deski, intervenu dans le cadre de cette Grande Jonction 2019 et qui travaille sur l'imagerie médicale connectée) mais on se donne l'exigence de travailler avec des entreprises qui ont déjà démontré l'efficacité de ce qu'elles développent. L'idée n'est pas seulement d'acheter et de faire venir des choses nouvelles sur le marché, il faut aussi montrer que c'est efficace, ce qui peut ensuite être utile à ces entreprises pour rechercher des levées de fonds". 

L'enjeu de la data

"Les entreprises ont avant tout besoin de vendre. Il faut trouver un moyen de proposer des solutions qui permettent à toutes ces sociétés de trouver un business model. Voluntis (thérapie digitale pour les personnes diabétiques) a encore du mal à trouver un modèle économique alors que sa solution a déjà prouvé son efficacité", rajoute Maryne Cotty-Eslous. Le plus gros problème à régler, c'est le manque de communication. La loi santé 2022 (tout comme la feuille de route numérique) et la création de l'espace numérique de santé et de son bouquet de services sera une étape décisive pour trouver un modèle économique et faire de nouvelles expérimentations locales. L'un des grands enjeux de la médecine du futur et l'un des principaux socles sur lesquels elle repose, ce sont les données. En France, la partie numérique du plan santé prévoit la mise en place d'un "Health Data Hub" (en plus de l'élargissement du SNDS, Système National des Données de Santé), un grand regroupement de données de santé dont il faudra "favoriser l'utilisation et multiplier les possibilités". Dernièrement, dix lauréats ont été vainqueurs d'un premier appel à projet visant à mettre de "hub 2.0" en place. Cette nouvelle stratégie d'accès aux données médicales fait même quelques envieux outre-Atlantique. Les experts interrogés s'accordent tous à dire, même si les contours de l'application effective de ce HDH sont encore très floues, que c'est le patient qui devra d'abord être pris en compte. "Il faudra s'assurer que le consentement du patient au partage de ses données, même anonymisées, a bien été respecté. Si tout le monde est d'accord, pas de problème, mais on a besoin de réfléchir à ça dès aujourd'hui. Les patients devront être associés à la réflexion", a ainsi affirmé Patrick Bobet, président de Bordeaux Métropole (et médecin généraliste de profession).

Chez Sanofi, par exemple, Isabelle Vitali évoque le programme "Darwin", lancé en 2017, une plateforme de données biomédicales rassemblant les données de tous ses essais cliniques "afin de les analyser et de mieux les comprendre. D'autres entreprises ont aussi partagé leur données anonymisées pour avoir une masse critique. Darwin pourra collaborer avec le Health Data Lab. Il faudra clairement une connexion, même si on ne sait pas encore quelle forme tout ça va prendre. Dans tous les cas, on a identifié l'écosystème bordelais parce qu'il est bouillonnant et qu'il y a un alignement de tous les politiques locaux pour favoriser l'innovation et une volonté d'inclusion. Sur la Biotech, par exemple, l'ENSTBB est une pétite. Aujourd'hui, sur la formation en biotech, Bordeaux est en tête de liste. Si le territoire doit se spécialiser dans un domaine particulier, il faudra voir les efforts du territoire et partir des forces qu'il a déjà acquises". Le secteur est en tout cas en forte demande en région Nouvelle-Aquitaine : on y trouve 1400 emplois liés aux dispositifs médicaux, 5900 emplois dans l'industrie pharmaceutique. Au niveau national, selon un sondage de 2016, 78% des français interrogés étaient prêts à rendre accessible l'ensemble des données concernant leur santé à tous les professionnels. Enfin, au niveau mondial, le marché des objets connectés continue sa course : de 46 millions en 2015, leur nombre passerait à 161 millions d'ici 2020. "Il faut rester humble. Une révolution médicale, c'est un siècle. La e-santé a à peine quinze ou vingt ans. Il reste encore beaucoup de travail". Les applications et la mise en place précise du Health Data Hub devraient constituer un morceau de choix pour aider à la structurer.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
5789
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !