Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/06/21 : L'ancien vice-président du Conseil départemental de la Dordogne en charge de l'agriculture, Jean-Pierre Saint-Amand est décédé lundi à l'âge de 71 ans. Il a été conseiller départemental du canton de Vergt de 1992 à 2015.

21/06/21 : Usinage, soudage, maintenance, aéronautique... Le CFAI Adour ouvre ses portes au public les 25 juin et 7 juillet sur ses 3 sites d'Assat (64), Lanne (65) et Tarnos (40). Il propose 148 offres en apprentissage dans les entreprises industrielles locales+ d'info

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux, candidats de gauche, soutenus par la majorité sortante, sont en tête avec 37,80 %, devant le binôme RN Pascale Léger et Serge Muller à 23,80 %.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Sur le canton de la vallée de la Dordogne, Germinal Peiro (PS) le président du conseil départemental sortant est réélu avec 64,96 % dès le premier tour. Il est associé à Patricia Lafon-Gauthier.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : le binôme socialiste composé de Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou est réélu sur le canton de la Lalinde.

20/06/21 : Régionales en Dordogne : Sur le canton de Saint-Astier, Alain Rousset (PS) est en tête avec 30,39 % des voix devant la candidate RN Edwige à 23 %. L'écologiste Nicolas Thierry est en 3e position à 10,51 %.

20/06/21 : En Dordogne, l'abstention estimée pour les élections départementales et régionales en Dordogne est de 66,2%. C'est la participation la plus faible de toutes élections confondues dans le département.

20/06/21 : En Haute-Vienne, le taux de participation à 17h était de 28,54% en forte baisse par rapport à 2015 où on avait enregistré 52,36 % de votants à la même heure.

20/06/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques, après un taux de participation à midi s'élevant à 14,5%, ce même taux s'affichait à 31,37 % pour le double scrutin des élections régionales et départementales du 20 juin 2021.

20/06/21 : A 17h, le taux de participation aux élections régionales et départementales s'élève à 25,68%. En 2015, il était de 45,09% pour les régionales et 44,78% pour les départementales, soit une baisse de près de vingt points.

20/06/21 : Dans la Vienne, la baisse de la participation aux élections régionales et départementales se confirme. À 17h, le taux était de 26,07% contre 43,77% pour les départementales en 2015 et 44,87% pour les régionales en 2015.

20/06/21 : En Dordogne, le taux de participation au premier tour des élections départementales et régionales estimé à 17 h est de 33,78 %, en baisse par rapport aux scrutins de 2015.

Arte Flamenco
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/06/21 | "La Maison d'à côté" : coworking, formation et convivialité

    Lire

    La Maison d'à côté est un lieu convivial à La Souterraine, où sont proposées de multiples activités, ouvertes à toute la population dans sa diversité. C'est un espace de travail, mais aussi de détente et de loisirs. Elle accueille professionnels bénévoles et clients dans 3 domaines d'activité : location d'espace, restauration et animation. Son projet désormais est d'offrir des espaces propices au coworking pour des télétravailleurs ou travailleurs nomades, et l'animation d'un espace numérique ouvert à tous et d'ateliers de formation aux bases du numérique.

  • 25/06/21 | Limoges : PCM Trucks se diversifie dans le transport des médicaments

    Lire

    Afin d'assurer sa pérennité et son développement l'entreprise de transport routier de marchandises, PCM Trucks, s'oriente vers le marché de transports de médicaments. Une nouvelle activité qui nécessite des investissements matériels spécifiques dont la réfection complète du sol de l'entrepôt, l'acquisition d'une station de lavage pour nettoyer et désinfecter les véhicules, l'installation de chambres froides pour le stockage des médicaments ainsi que de conteneurs isothermes pour assurer la livraison à une température maîtrisée. Pour relever le défi, la société va bénéficier du soutien de l'Europe.

  • 24/06/21 | Arte Flamenco : El Granaíno remplacé pour la soirée du 2 juillet

    Lire

    Positif à la Covid-19, le chanteur Pedro El Granaíno ne pourra pas se produire sur la scène du festival Arte Flamenco, le vendredi 2 juillet à Mont-de-Marsan. Il sera remplacé par Jesús Méndez, héritier de la dynastie gitane de la famille de la “Paquera de Jerez", et l’un des plus grands noms du cante actuel. Jesús Méndez se produira donc aux côtés d’El Pele avec, en artiste invité, le danseur Farruquito.

  • 24/06/21 | Lot-et-Garonne : un incubateur pour l'ESS

    Lire

    Par le développement d'un incubateur dédié à l'ESS et l'innovation sociale, ATIS propose un accompagnement à la construction de réponses nouvelles à des besoins sociaux peu ou mal couverts. Nomade, il s'appuie sur les lieux ressources dans les territoires ruraux, et multi-partenariaux, en intégrant les acteurs existants de la chaîne. Parmi ses objectifs: susciter la création d'entreprises et activités d'utilité sociale, développer l'envie d'entreprendre, contribuer à résoudre des problématiques sociales et environnementales et proposer un maillage efficient d'accompagnement de porteurs de projet sur le département.

  • 24/06/21 | Lestiac-sur-Garonne, petit Dublin pour un soir

    Lire

    La commune de Lestiac-sur-Garonne (33) accueille, le 3 juillet prochain le Julien Loko Irish Band. Un concert gratuit en plein air à partir de 21 h et une ambiance 100% folk celtique assurée dans le cadre bucolique du village des bords de Garonne. Julien Loko et son quintet proposent standards irish et compositions originales pour une musique dansante et nerveuse, qui transporte dans l'atmosphère enfiévrée des pubs de Dublin! Possibilité de pique-niquer dès 19 heures ou de se restaurer auprès de food-trucks.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Santé : du nouveau pour les maternités à l'exemple de l'hôpital de Libourne !

06/03/2019 | L'Agence Régionale de Santé Nouvelle-Aquitaine a lancé ce mardi 05 mars le label "Prévenir pour bien grandir" dans le Centre Hospitalier de Libourne.

Marie-Laure Beijas, Daniel Habold et Christian Soubie

Comment faire de la prévention tout en améliorant les services en maternité ? C’est pour répondre à cette question que l’Agence Régionale de Santé (ARS) de Nouvelle-Aquitaine a lancé ce mardi matin le label « Prévenir pour bien grandir », à destination des maternités et Centres Périnataux de Proximité (CPP) de la région Nouvelle-Aquitaine. Initiée en 2014, cette démarche est donc officiellement effective à compter du 05 mars, et les 56 établissements néo-aquitains – 44 maternités et 12 CPP – pourront donc candidater à l’obtention du label.

Tout faire pour que la grossesse et les trois premières années de l’enfant se déroulent bien, tant pour le bébé que les parents. C’est dans cette philosophie que l’ARS Nouvelle-Aquitaine a lancé ce mardi 05 mars, à l’hôpital Robert Boulin de Libourne, le label « Prévenir pour bien grandir », qui a pour vocation de rendre lisible les actions des maternités et Centre Périnataux de Proximité (CPP), tout en améliorant les soins et la prévention. « Ce label est une feuille de route, ajoute Daniel Habold, Directeur du pôle Santé Publique de l’ARS, parce que nous savons combien il est important de repérer des situations humaines parfois compliquées. Il faut organiser les choses sur des axes qui vont de la santé mentale à la promotion de la santé alimentaire ». L’objectif du label « Prévenir pour bien grandir » est de donner le meilleur départ possible à la vie « tant à travers le court passage dans les maternités, que pour les 1000 premiers jours de l’enfant » explique Daniel Habold.

Les critères d’obtention du label sont au nombre de sept. Il prend en compte les risques liés aux vulnérabilités psychiques, le suivi des nouveau-nés fragiles où à risque ; l’alimentation de la mère, du bébé et l’activité physique ; les conduites à risque et addictions, les risques liés aux vulnérabilités sociales, la santé-environnement et les risques liés aux situations de handicap. « Prévenir pour bien grandir » est divisé en trois niveaux (« pas »), en fonction des points forts et faiblesses vis-à-vis des critères.

Libourne : un établissement expérimentateur 

Le Directeur de la Santé Publique à l’ARS Nouvelle-Aquitaine a souligné le côté précurseur de l’hôpital libournais. Ce dernier est dirigé par Christian Soubie. Il est revenu sur l’équipement de son établissement, dont la maternité a été refaite deux fois en 5 ans, une première fois pour un rafraichissement des locaux, la seconde dans le cadre de l’extension du centre hospitalier. A ce jour, la maternité de l’hôpital de Libourne dispose du niveau 2B, qui permet la prise en charge d’un enfant prématuré dès la 31ème semaine, mais également de cinq salles de naissances, trente lits, et deux chambres kangourou, mitoyennes du service de néo-natalité. L’Hôpital Robert Boulin a participé dès 2014 aux différents groupes de travail pour élaborer les critères et les niveaux du label.

Karine Polzin est sage-femme dans l’hôpital libournais. Elle souligne l’opportunité du label pour la maternité de Libourne mais aussi toutes celles de la région : « Il permet de faire reconnaître de nombreuses actions déjà existantes mais peu connues par le public et les différents partenaires. Le Label est également un outil pour l’ensemble de l’équipe, afin de structurer nos objectifs autour de l’amélioration de la qualité des soins et fédérer toutes les équipes concernées autour d’une dynamique commune ».

Des critères du label déjà explorés

La sage-femme est également revenue sur trois grands axes du label « Prévenir pour bien grandir » sur lesquels l’hôpital Robert Boulin travaille déjà. Une sage-femme disposant d’un DU en addictologie est présente dans l’équipe libournaise, et l’hôpital mettra en place à partir d’avril une demi-journée hebdomadaire de consultation consacrée aux patientes nécessitant une prise en charge des addictions. Sur les risques liés aux vulnérabilités sociales, l’établissement met à disposition des temps d’assistance sociale dédiés aux femmes enceintes et accouchées, mais aussi un groupe de travail sur la prise en charge de victimes de violences familiales qui réunit des membres de différents secteurs : maternité, urgences, service sociaux, des psychologues ainsi que la gendarmerie.

Pour ce qui est du critère santé-environnement, Karine Polzin explique : « nous avons mis en place il y a deux ans des ateliers à destination des futurs parents, dont l’objectif est de sensibiliser ces derniers aux polluants de l’environnement intérieur, afin de réduire l’exposition des femmes enceintes et jeunes enfants à des produits toxiques ». Ces ateliers, dont le prochain se déroulera le 14 mars, sont possible grâce à la formation de deux sages-femmes par l’ARS Nouvelle-Aquitaine.

Une labellisation en plusieurs étapes

Le processus d’obtention du label est divisé en quatre étapes. La première est une phase d’autotest, où l’établissement répond à un questionnaire qui déterminera à quel niveau du label « Prévenir pour mieux guérir » il peut prétendre. S’en suit la composition du dossier de candidature qui comporte l’autotest, avant un audit organisé par l’ARS Nouvelle-Aquitaine, qui vient contrôler l’hôpital ou le Centre Périnatal de Proximité, pour vérifier que l’établissement répond bien à tout ou partie des critères. C’est ensuite à un comité, qui se réunira tous les six mois, de proposer le niveau de labellisation de l’établissement avant que l’ARS ne le remette pour trois ans.

Marie-Laure Beijas est sage-femme et cheffe de projet en périnatalité à l’ARS Nouvelle-Aquitaine. Elle revient sur les différents principes du label, qui permettent une meilleure visibilité de l’action des établissements, « parfois trop peu évoquée au profit des aspects techniques », mettant ainsi l’humain au premier plan. Mme Breijas insiste également que la candidature au label est gratuite et volontaire. L’hôpital Robert Boulin de Libourne a d’ores et déjà postulé, comme l’indique Karine Polzin : « le label est lancé aujourd’hui [le 05 mars] nous candidaterons demain, du moins au plus tôt, sourit-elle ». Une première vague de labellisation est prévue en fin d’année 2019.

Yoan Denéchau
Par Yoan Denéchau

Crédit Photo : Yoan Denéchau

Partager sur Facebook
Vu par vous
6434
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !