Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

  • 22/02/18 | La Gironde déclenche le niveau 2 du plan Grand Froid

    Lire

    Compte tenu de la vague de froid attendue cette semaine sur la Gironde, le préfet Didier Lallement a décidé, dans le cadre du niveau 2 du plan Grand froid, de renforcer la capacité d’accueil en hébergement d’urgence. 66 places supplémentaires sont ainsi ouvertes dont 34 pour les familles et 32 pour les personnes isolées. Au total, ce sont 1 576 places qui sont mobilisées pour l’accueil des sans-abri en Gironde dont 365 places au titre du dispositif hivernal.

  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Santé publique: l'Aquitaine mauvaise élève sur la vaccination

23/07/2014 | Le constat est là, l'Aquitaine, à l'exception, parfois, du département des Landes, est insuffisamment protégée contre les maladies infectieuses graves.

Semaine de la vaccination du 23 au 29 avril 2017

L'Aquitaine aurait-elle la phobie des piqûres? C'est en tout cas ce que semble suggérer l'Agence régionale de la Santé qui constate qu'en matière de vaccination, les aquitains ne sont pas de bons élèves. En effet, dans la région, «le niveau de vaccination reste insuffisant et inférieur à la moyenne nationale pour de nombreuses maladies et notamment chez les adolescents», alerte la structure. Forts de ce constat, l'agence lance à compter de la rentrée une grande campagne de sensibilisation. A grand renfort de tracts, affiches, expositions ou bannière internet elle interpelle chacun d'entre nous par une simple question: «Vaccination, où en êtes vous?». A cette question, l'Aquitaine cumule les mauvais points.

Diphtérie, tétanos et poliomyélite, le trio pas très séduisant... Chacune de ces maladies est mortelle et, en cas de survie, les séquelles peuvent être plus que lourdes, d'un point de vue neurologique par exemple. Seul vaccin obligatoire en France, le «DTP» nécessite des rappels réguliers tout au long de la vie: entre 11 et 13 ans, à 25 ans, à 45 ans et tous les 10 ans à partir de 65 ans... Alors, où en êtes-vous ? Dans la région, le taux de couverture vaccinale avec le « DTP » est très inégal, variant de 84,9% à 91,6% selon le département. A noter que les Landais sont les seuls à dépasser la moyenne nationale qui est de 91,3 %.

La plus contagieuse des maladies infectieusesAutre exemple peu réjouissant, la rougeole. Elle peut entraîner des complications, en particulier chez les adolescents, les adultes et les enfants de moins de un an : otites, pneumonies, encéphalites aiguës, atteintes neurologiques pouvant causer le décès. Entre 2008 et 2012, 750 cas de rougeole ont été déclarés en Aquitaine et 30 % des personnes touchées ont été hospitalisées. Détails d'importance, la rougeole est la plus contagieuse des maladies infectieuses... Et au delà de l'Aquitaine, c'est toute la France qui est mauvaise élève : 50% des cas de rougeole recensés en Europe en 2012, étaient français!
Quant à sa copine la rubéole, si elle passe souvent inaperçue, elle peut se révéler très dangereuse chez la femme enceinte, risquant dans les premiers mois de grossesse d'entraîner des malformations graves du futur bébé. Pourtant, selon les départements, entre 50,9 % et 64,5 % des Aquitains seulement avaient reçu, en 2011, les deux doses du vaccin contre la rougeole (ROR) à 24 mois... La moyenne nationale est de 67,3% de personnes vaccinées. Un chiffre qui reste insuffisant puisqu'il est admis que pour que la maladie disparaisse, il faudrait que 80% de la population soit vaccinée, estime l'ARS.
Autre exemple du retard aquitain: le vaccin contre l'hépatite B, dont le taux de vaccination à 24 mois, variait en 2011 de 54,5 % à 76,3 %. Les bons élèves étant une fois encore les landais qui dépassent la moyenne nationale établie à 74,3%. Si dans neuf cas sur dix, les personnes contaminées ne ressentent aucun symptôme, ce sont tout de même chaque année entre 1300 et 1400 décès qui sont enregistrés en France des suites de cette hépatite. Ce n'est pas un moindre risque au regard d'une piqûre de vaccins...

Remboursés à 65% Pour autant, la campagne que s'apprête à lancer l'ARS ne vise pas à la culpabilisation. En effet, «la plupart du temps, les personnes qui ne sont pas à jour de leurs vaccins l’ignorent. C’est regrettable car sans le savoir, elles se mettent en danger et prennent le risque de contaminer les personnes les plus vulnérables de leur entourage : nouveaux nés, personnes âgées ou fragiles…» estime Michel Laforcade Directeur général de l'ARS.
L'objectif est donc bien ici d'inviter les aquitains à placer dans leurs bonnes résolutions de la rentrée, une visite chez un professionnel de santé (médecin, pharmacien, infirmier, centre de vaccination) avec qui faire le point. Et, en cas de retard sur ses vaccins, l'ARS devance l'argument financier et précise que les vaccins sont remboursés à 65% par la Sécurité sociale, le reste étant pris en charge par les mutuelles, y compris dans les forfaits de base.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Rhoda Baer

Partager sur Facebook
Vu par vous
4846
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
hugh | 24/07/2014

Cet article ne présente pas une image de l'état de santé en Aquitaine, mais uniquement des taux de vaccination!
Il commence par stigmatiser un taux de couverture anti-DTP décrété trop faible (à 84,9 % quand même!) alors que le tétanos (en France 15 cas par an, dont 5 mortels) n'est pas contagieux (ni immunisant d'ailleurs, mais curable), qu'il n'y a pas eu de diphtérie ni de polio en France depuis plus de 20 ans.
La rougeole n'est devenue une menace que depuis que le vaccin correspondant existe.
Pas un mot sur les "effets indésirables" du vaccin anti-hépatite B, tandis que la menace est délibérément exagérée.
Une comparaison de l'incidence de ces diverses maladies dans les pays occidentaux qui pour la plupart vaccinent moins serait beaucoup plus pédagogique et l'ARS pourrait utilement s'occuper d'autre chose, sinon disparaître.

hugh | 24/07/2014

Il est particulièrement grave de vouloir faire confondre "vacciné" et "protégé".
Aucun vaccin n'est efficace, jamais à 100 % en tout cas, et aucun n'est dépourvu d'inconvénients à court terme ou à long terme.
La fameuse balance bénéfices-risques est une utopie.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !