Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/07/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques la tour sud de la cathédrale de Bayonne et la Chapelle des Prébendés, ainsi que le Château de Pau, le couvent des Récollets à Ciboure et l’Espace Jéliote à Oloron vont bénéficier du plan France relance pour leur rénovation

19/07/21 : Face à la montée en puissance du nombre de contaminations au Covid-19 en Charente-Maritime, le préfet a étendu l'obligation du port du masque dans tout espace public pour 45 communes, essentiellement littorales.

16/07/21 : Eté Jeunes est un nouvel agenda en ligne, à destination des jeunes Bordelais. Il permet d'accéder à l'ensemble de l'offre municipale et associative ainsi qu'à toute l'actualité culturelle, sportive et de loisirs proposée cet été à Bordeaux.+ d'info

13/07/21 : Du 15 juillet au vendredi 13 août inclus, l’Hôtel de ville de Poitiers fermera ses portes à 16 h 30 au lieu de 17 h 30. Sur cette période, du lundi au vendredi, l’accueil du public s’effectuera de 8h30 à 12h30 et de 13h30 à 16h30

07/07/21 : Pyrénées-Atlantiques - 1 compagnie de CRS, 23 nageurs-sauveteurs CRS, 13 agents de police-secours et de BAC, 4 agents spécialisés dans l’investigation, 8 motards CRS soit 118 policiers vont cet été venir renforcer les forces de sécurité du département

07/07/21 : Saint-Médard-en-Jalles : le centre intercommunal de vaccination Covid 19 restera ouvert tout l’été, grâce à l'implication des 50 agents et 229 professionnels de santé des 6 communes partenaires qui s'y relaient. En 3 mois, 31000 doses ont été injectées

05/07/21 : Le PS de Dordogne dépose un recours devant le tribunal administratif après l'élection sur le canton de Perigueux 1. Le 27 juin, Laurent Mossion(LR) et Florence Borgella ont devancé de 19 voix le binôme socialiste composé d'Anne Marchand et Emeric Lavitola

05/07/21 : Le Port d'Agen bénéficie d'un nouveau ponton. A cette occasion, il sera inauguré le 6 juillet prochain en présence du président de la Région Nouvelle-Aquitaine ainsi que les partenaires touristiques du territoire.

05/07/21 : EthicDrinks, le négoce vert bordelais est lauréat du 1er prix du “Millésime 2021” organisé par l’Adelphe, éco-organisme à but non lucratif axé sur le recyclage des emballages ménagers des entreprises et notamment dans le secteur des Vins et Spiritueux.+ d'info

05/07/21 : Les inscriptions universitaires 2021-2022 de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour démarrent, de manière entièrement dématérialisée, mardi 6 juillet pour tous ses campus : Pau, Bayonne, Anglet, Mont-de-Marsan et Tarbes.+ d'info

01/07/21 : Mmes Albenga et Poulet, MM. Patin et Stambolis-Ruhstorfer, enseignants-chercheurs à l’Université Bordeaux Montaigne, ont été nommés membres de l'Institut Universitaire de France. La récompense la qualité scientifique de leurs activités universitaires.

01/07/21 : Ce samedi 3 juillet, à l'occasion de la 17ème édition de la Nuit des Musées, le Château de Pau propose aux visiteurs de découvrir un parcours ludique sur le thème de la nature dans les oeuvres. Entrée gratuite de 19h30 à 22h30.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/07/21 | Un Atlas de la biodiversité communale réalisé par Grand Poitiers

    Lire

    La Communauté urbaine de Grand Poitiers a été retenue pour réaliser un Atlas de la biodiversité communale. Cet Atlas va permettre d’établir une cartographie des enjeux de biodiversité et d’en tirer les enseignements afin de les intégrer dans les politiques publiques locales. Ce projet débute en ce mois de juillet pour une durée de 2 ans et il va permettre notamment de mieux tenir compte des enjeux liés à la biodiversité dans les différents projets et programmes de Grand Poitiers.

  • 23/07/21 | La Maison Rouge de Biarritz remet son prix littéraire

    Lire

    Créé en 2019, le prix littéraire Maison Rouge Biarritz récompense l’audace, l’originalité et la créativité d’un ouvrage. Pour cette 3ème édition, 12 livres ont été sélectionnés le 17 juillet dernier par le Président du jury Philippe Djian, entouré de Frédéric Beigbeder, Isabelle Carré, Claude Nori, Isabelle Hupert et la lauréate 2020 Dorothée Janin notamment. Le lauréat 2021 se verra remettre son prix le 25 août prochain.

  • 22/07/21 | Le Département de la Gironde recrute des médecins

    Lire

    Le Département de la Gironde vient de lancer un appel à recrutement pour compléter l’exercice des médecins par des activités de santé publique au travers de consultations médicales dédiées aux enfants de moins de 6 ans, des actions de prévention et de prise en charge des enfants en danger ou encore des consultations en santé sexuelle. Le Département propose également une mission d’accompagnement santé adultes pour les personnes dont les problématiques de santé peuvent être un frein à l’insertion.

  • 22/07/21 | Les interventions en été pour tapage nocturne explosent en Dordogne

    Lire

    Les gendarmes de la Dordogne sont intervenus 171 fois l'été 2019 pour "tapage nocturne". Ce nombre a augmenté de 59% pendant l'été 2020 avec 272 interventions. Les secteurs du département où se sont concentrés les appels sont le Sarladais avec 33 % des interventions et Périgueux avec 30 %. Pour la gendarmerie de la Dordogne, ce phénomène est dû à un relâchement après le confinement strict du printemps 2020.

  • 21/07/21 | Plus de 60 600 jeunes néo-aquitains bénéficiaires du Plan de relance

    Lire

    Lancé en septembre 2020, l'Etat a fait le point à fin juin du déploiement de son plan de relance (France relance) sur les territoires. En Nouvelle-Aquitaine, sur la question de l'insertion professionnel des jeunes le plan « 1 jeune, 1 solution » a permis de financer ou soutenir, 19 761 primes à l’embauche, 37 978 contrats d’apprentissage et 2874 aides aux contrats de professionnalisation.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Shirley Jagle nous parle de Digital Village à Bordeaux

24/04/2020 | Shirley Jagle, responsable de l'antenne Bordelaise de Digital Village présente ce projet de co-working éco-responsable. Interview.

Shirley Jagle

Créée et dirigée par Shirley Jagle, l’antenne Bordelaise de Digital Village est un projet de co-working qui veut s’engager dans une transition écologique. Avec comme objectif d’être autosuffisant en 2025, Digital Village se lance dans une nouvelle aventure pour « rendre durable » le travail ensemble. Un espace est en train de naître, avec des ambitions communes, des envies partagées et où la permaculture et le développement durable occupent une place de premier rang.

@! : En quoi consiste ce projet « Digital Village » à Bordeaux ?

Shirley Jagle : Digital Village existe déjà depuis plusieurs années. C’est le premier lieu exclusivement dédié au digital qui rassemble dans un même espace toutes les compétences, pour produire des projets digitaux, former aux métiers du numérique, et les moyens d’aller vers une transition écologique durable. En début d’année, nous avons eu confirmation que nous allions pouvoir louer le rez-de-chaussée de la maison dans laquelle est Digital Village, au premier étage. C’est une grande maison bordelaise rue Judaïque, et, le propriétaire a décidé de changer la destination de l’habitation. L’ensemble de la maison va alors être notre espace de co-working. C’était l’opportunité alors d’organiser notre travail comme on le rêvait. Des travaux d’isolation vont retravailler tout ce qui touche à la perte thermique et nous allons pouvoir travailler désormais avec des fournisseurs locaux et mettre en place un système de consignes (pour le café par exemple). Cela fait déjà presque un an que, sur différents niveaux, nous nous engageons dans la sobriété numérique en créant des solutions qui sont le moins énergivore possible.

@! : Comment est née cette initiative ?

S.J : Ce qui pollue le plus dans le numérique c’est d’abord la fabrication d’objets comme les téléphones ou les ordinateurs. La partie service/logiciels est aussi responsable d’un tiers de la pollution et comme c’est notre cœur de métier on a voulu changer cela. Nous avons eu un électrochoc lorsque l’on s’est rendu compte que l’on polluait autant que l’aéronautique… Dans cette continuité de développement vertueux nous avons eu envie de transformer ce lieu en un co-working le plus autonome possible. Ce lieu doit être pensé comme un éco-système : puisque les gens y mangent souvent, ils produisent des déchets donc on va construire un jardin sur le modèle de la permaculture pour pouvoir nous nourrir le midi à terme. Nous allons également mieux développer nos sites web en les rendant les moins énergivores possibles et, après l’évolution de ce lieu, on fera tout pour aller au bout de ce projet de « coworking durable ». Les demies mesures ne suffisent plus.

Digital Village

Qu’est ce que vous entendez par « co-working durable » ?

S.J : Si on prend l’exemple de Darwin : il y a un co-working qui a été créé en son sein. Cet espace a été imaginé de toute pièce avec une idée éco-responsable. Nous, nous nous sommes installés dans une passoire énergétique où nous étions locataires, par conséquent, sans grande latitude. On veut donc changer cela pour faire une transition qui demande une grand effort. Le co-working c’est avant tout des gens qui viennent travailler sur un même lieu, qui consomment de l’électricité, du papier et de la nourriture. Ils viennent souvent jusqu’ici également en transport. Nous mettons donc en place des mesures sur tous ces niveaux là. Par exemple, on fait payer moins cher ceux qui viennent en vélo ou à pieds. Sur tous les aspects de sa vie, on incite « le villageois » de manière participative. On met également en place des ateliers collaboratifs où ceux qui le souhaitent peuvent apprendre gratuitement la permaculture pour pouvoir s’investir dans le jardin.

@! : Qu’en est-il de la transformation de ce fameux bâtiment ?

S.J : Les travaux du jardin sont en cours et les travaux de réorganisation ont commencé aussi. Nous avons été en contact avec trois experts qui nous aident. Le plus présent est Arnaud Ferrer qui est un jardinier permaculteur et pédagogue, co-fondateur de Terre d’Osmose qui rassemble des initiatives pour protéger l’environnement. Il nous accompagne pour repenser le jardin et le rendre le plus utile possible. Il cherche aussi à préserver ce qui existe déjà. On a aussi pensé des lieux de calme pour la méditation car passer 7/8 heures par jour sur un écran ce n’est ni bon physiquement, ni mentalement. Les co-workers peuvent prendre une pause dans le jardin dans de bonnes conditions. Anaëlle Sorignet nous a accompagné aussi pour nous pousser à l’action. Elle accompagne les entrepreneurs, c’est à dire nous, pour nous coacher et nous questionner.

@! : Comment le projet est-il financé ?

S.J. : Nous sommes sur un financement collectif. Le propriétaire prend en charge une partie des travaux. Digital Village prend en charge aussi une partie des aménagements. Plusieurs entreprises, qui sont dans le co-working, participent aussi et les freelances participent essentiellement avec leurs bras. Mon entreprise Kairos Agency participe également au financement des intervenants et du matériel. Il faut avoir fait pour pouvoir être financé donc après cela, nous allons voir s’il est possible d’avoir des subventions ou des aides.

Digital Village

@! : Combien êtes-vous dans ce cocon écolo ?

S.J : A l’heure actuelle nous sommes une quinzaine dans ce projet de co-working à Bordeaux. Avec l’agrandissement, nous aimerions être une trentaine mais pas plus car la spécificité de Digital Village c’est que des personnes viennent travailler ensemble sur des projets (en plus des projets personnels). Digital Village monte des équipes par projet. Nous sommes essentiellement des experts du digital. Par exemple, nous avons pu travailler pour le groupe l’Occitane (quizz pour le recrutement), pour la mise en place d’un site web d’un groupement de chirurgiens, pour des campagnes de communication pour des vignobles, etc.…On s’inscrit exclusivement dans la chaine du numérique mais cela reste très varié car cela va de la conception au développement.

@! : Qu’est ce qui vous a plu dans cette aventure ? Pourquoi s’être lancée dans le projet ?

S.J : Il y a quatre ans, je faisais déjà partie d’Aquinum (l'association des professionnels du numérique en Aquitaine) en tant que bénévole et je trouvais qu’il y avait un beau réseau de freelance à Bordeaux. C’était une économie vraiment effervescente pour moi. C’est à ce moment-là que j’ai rencontré les fondateurs de Digital Village à Paris qui venaient d’ouvrir en 2015 leur espace. Je voulais développer ce concept à Bordeaux car il y avait un terreau économique en pleine explosion. Ils m’ont donné leur aval et j’ai décidé d’ouvrir Digital Village. Je suis donc aujourd’hui associée à la coopérative.

@ : En 2025 vous comptez être autonomes ?

S.J : C’est l’objectif ! Nous voulons être autonomes d’un point de vue énergétique et au niveau des ressources. L’idée à terme serait de mettre en place des panneaux solaires notamment. Le jardin permettra aussi de pouvoir nourrir les co-workers de manière autosuffisante. 

Lucile Bonnin
Par Lucile Bonnin

Crédit Photo : Florian Costenoble

Partager sur Facebook
Vu par vous
3686
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !