18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | "Silence fluo" : un projet pédagogique pour pacifier un conflit entre une école et Réseau Ferré de France

06/06/2013 | Les élèves de l'école primaire Maumey à Cenon en plein tournage du court-métrage "Silence fluo", fruit d'un partenariat avec RFF

Les élèves de l'école Camille Maumey à Cenon en plein tournage du court-métrage Silence Fluo

D'un conflit plutôt banal entre RFF, en charge de la construction de la ligne à grande vitesse sud Europe Atlantique (LGV SEA) et un voisin importuné par le bruit du chantier, la tension entre l'école Maumey de Cenon et le gestionnaire des réseaux ferrés de France s'est muée en un inédit projet pédagogique.

Lorsque l'on pénètre dans la cour de récréation de l'école Maumey de Cenon, ce que l'on remarque, outre les cris assourdissants des enfants, c'est le drôle de décor accolé au grillage : grue, gravats de pierres, engins de chantier, et de temps en temps, le passage de petits bonhommes casqués munis de gilets fluorescents. Depuis septembre et la destruction de l'école maternelle, l'école primaire a en effet un nouveau voisin : le chantier de la suppression du bouchon ferroviaire de Bordeaux, visant à créer deux nouvelles voies ferroviaires au niveau de Cenon, géré par RFF (Réseau Ferré de France).

Tensions sonores

Un voisin étonnamment proche d'une école, et surout bruyant. Les relations de voisinage dérapent ainsi en novembre, période durant laquelle des pics sonores inquiètent enseignants et parents d'élèves. "Le niveau sonore ne dépassait pas les seuils dans les classes, mais des vibrations très fortes gênaient la concentration des élèves" se souviennent Audrey Mouligné, institutrice et Séverine Mio, enseignante Clis (classe pour l'inclusion scolaire). Corinne Beaujean, responsable de la communication de RFF Aquitaine Poitou-Charente reconnaît d'ailleurs que le chantier a été plus bruyant que prévu : "malgré les études, on s'est rendu compte que les sols étaient très fragiles, ce qui nous a contraints à construire des fondations plus profondes que prévu, et donc des travaux plus bruyants". De l'inquiétude, les parents d'élèves passent à la colère, RFF refusant de déplacer le chantier le week-end ou pendant les vacances scolaires, pour des raisons de calendrier et de budget. Les classes seront toutefois délocalisées dans le haut-Cenon durant une semaine.

Un projet artistique de 25 000 euros financé par RFF

Le conflit n'est pour autant pas clos, puisque le chantier n'est toutefois pas fini. Les réunions entre RFF, les parents d'élèves et le personnel enseignant s'enchaînent. Et c'est lors de l'une d'entre elles que l'idée d'un projet pédagogique est évoqué par un groupe de parents d'élèves. Plusieurs pistes sont proposées lors d'un brainstorming entre plusieurs mamans, dont Candice Petrillo, qui, en plus d'être parent d'élève, se trouve être la directrice de l'association Zebra 3, spécialisée dans la création de projets artistiques.

L'idée? Donner une autre vision du chantier aux élèves, car s'il "défigure" -selon les dires d'une enseignante- l'environnement des enfants, il ne peut être arrêté et fait partie du quotidien de ces petits habitants cenonnais. Les différents projets sont soumis aux enseignants, "on ne voulait rien faire sans eux" glisse Candice Petrillo, et ils choisissent le projet de court-métrage, "le plus ambitieux" selon la jeune femme. Soumis en décembre à RFF, l'établissement public donne son feu vert en janvier et débloque un budget de 25 000 euros. Une course contre la montre commence alors pour trouver les intervenants et monter le projet.

Heureusement, l'association Zebra3 dispose d'un réseau de contacts plutôt fourni dans le milieu artistique. C'est ainsi que des artistes de divers horizons seront recrutés. Elie Hay, danseur interprète chez Gisèle Vienne, s'occupe ainsi des ateliers d'expression corporelle, Guillaume Castagné  et Sylvain Quément, du groupe Gangpol & Mit, du graphisme et de la musique du film, Juan Aizpitarte du scénario et Sébastien Farges du tournage. En plus de travailler avec des professionnels, les élèves ont découvert l'univers artistique à travers des sorties culturelles.

Le burlesque pour dédramatiser la situation

Le scénario du court-métrage s'articule autour d'une intéraction entre les élèves et le chantier : alors qu'ils ont perdu leur ballon sur le chantier qui jouxte la cour de récréation, les élèves s'introduisent dans le chantier pour le récupérer et en profitent pour dérober une télécommande d'un engin de chantier. Le directeur réussit toutefois à s'emparer de la télécommande qu'il va "tester" sur les enfants. En appuyant sur l'un des boutons, le directeur -qui joue son propre rôle- va ainsi maîtriser la gestuelle des élèves, qui tracent en groupe des grands mouvements (voir la photo). A la fin, "tout part en vrille" sourit Candice Petrillo.

Pour Juan Aizpitarte, le réalisateur, le court-métrage est avant tout "un outil pédagogique et thérapeutique". "Ils ont choisi un projet visuel car ils se sentaient invisibles" avance-t-il, expliquant vouloir "construire un scénario de fiction  qui colle à leur réalité". S'il admet que "on ne pourra pas arrêter le chantier de la LGV", il poursuit en avançant que "on peut changer le regard que l'on porte sur ce projet".

Une vraie "respiration" pour l'école

Et le projet thérapeutique semble porter ses fruits. Audrey Mouligné et Séverine Mio, les deux enseignantes, reconnaissent qu'il a permis une "vraie respiration" dans l'école, classée en ZEP 'zone d'éducation prioritaire). Elles confient ainsi que la plupart des élèves n'ont pas "un accès simple à la culture", qu'ils ont "besoin d'être valorisés". "Le train n'est pas synonyme de voyage pour eux", précisent-elles, ajoutant que "les nuisances sonores et visuelles vont faire partie de leur quotidien et c'est compliqué après de valoriser l'école". Elles reconnaissent également que la vision des élèves sur le chantier a bel et bien changé, le projet l'ayant rendu attractif et moins négatif. Elles avouent cependant qu'elles souhaitent "reparler du chantier l'an prochain [aux élèves], que ce ne soit pas une action ponctuelle". Idéalement, les porteurs du projet auraient en effet souhaité qu'il dure trois ans, le temps que le chantier se termine. Corinne Beaujean reste cependant évasive sur la poursuite du partenariat et sa nature : "nous sommes ouverts au dialogue, et puis on s'est attaché à cette école. Mais il ne s'agira peut-être pas d'un projet à l'identique" précise-t-elle.

En attendant, la projection du film est prévue le 2 juillet au Rocher Palmer de Cenon.

Elodie Souslikoff
Par Elodie Souslikoff

Crédit Photo : Aqui.fr

La LGV Sud-OuestCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
3170
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !