Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/08/19 : Selon "Mediabask", les Gilets jaunes invitent leurs troupes à se rassembler, pour leur 41e samedi à Bayonne, dans le cadre du G7. Ils estimeraient que le contre-sommet d'Hendaye et d'Irun et la manifestation de samedi ne sont pas assez musclés.

20/08/19 : A Périgueux, Péri meuh, la 3e édition de la fête agricole aura lieu les 20,21 et 22 septembre des allées Tourny à la place Francheville. Elle accueillera de nombreuses animations dont le concours national de la race limousine.

19/08/19 : Angoulême : le réalisateur Claude Lelouch est annoncé au festival du film francophone ce jeudi. Parmi les politiques, François Hollande et Franck Riester sont annoncés dès ce mardi, pour l'ouverture du festival, qui se tient jusqu'à dimanche.

12/08/19 : Essais du Tram D à Bordeaux. Au lieu de 14h c'est en réalité à 17h que les premières rames du tram D ont circulé entre les Quinconces et "Mairie du Bouscat". Ces essais doivent durer trois mois pour une mise en service mi-décembre.

09/08/19 : Saint-Palais-sur-Mer (17) : la plage du Bureau est ponctuellement interdite à la baignade jusqu'à nouvel ordre, pour cause de pollution de l'eau.

02/08/19 : C'est Offenbach, compositeur fétiche de Marc Minkowski, qui ouvrira la saison lyrique de l'Opéra National de Bordeaux avec ses célébrissimes Contes d'Hoffmann. Rendez-vous du 19 septembre au 1er octobre 2019, pour 6 représentations.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 22/08/19 | G7 de Biarritz: au tour d'Elisabeth Borne

    Lire

    En préparation du sommet, la ministre de la Transition écologique est présente aujourd'hui à Biarritz où elle signera une charte d'engagement pour "une plage sans déchets plastiques" à la mairie de Biarritz avant de se rendre à une présentation des initiatives écoresponsables prises dans le cadre du G7. Elle y rencontrera les ONG dont Surfrider foundation avant d'effectuer une intervention à la conférence "Pavillon Océan".

  • 22/08/19 | Floirac: L'Étang Heureux revient en août !

    Lire

    Fort de son succès juillettiste, l'Étang Heureux, organisé par la mairie de Floirac, revient une semaine en août. Ainsi, du 27 août au premier septembre, le Parc des Étangs de Floirac est ouvert à partir de 10h, et propose des animations pour tous les publics, comme du karaoké, des jeux de société, concerts de musique latine, ou encore un tournoi de pétanque. De 10h à 19h, des activités familiales sont en libre service (beach volley, sand ball, jeux de raquettes, etc...).

  • 21/08/19 | Les ambitions de Didier Guillaume ont étonné...le maire de Biarritz

    Lire

    Mardi soir, lors de la visite de Christophe Castaner à Biarritz, le maire de Biarritz Michel Veunac s'est exprimé et quelque peu ému des innocentes fuites selon lesquelles le ministre aficionado de la corrida et de l'Agriculture, Didier Guillaume, serait tenté par la mairie de Biarritz. Or les deux hommes appartiennent à la même famille politique, le Modem et Michel Veunac ne s'est pas exprimé sur son devenir. Et qui contraindrait le ministre à déménager d'Anglet. Mais Biarritz vaut bien aussi une messe.

  • 21/08/19 | Aujourd'hui, le coup d'envoi du contre sommet à Hendaye et Irun

    Lire

    Lancé le 13 juillet dans les rues de Biarritz le contre sommet G7Ez (G7 non non) et Alternatives G7 débute ce jour à Hendaye et Irun. Regroupant 80 associations avec le souhait de dépasser les différences pour défendre d'une voix des alternatives globales et faire face aux urgences climatiques et sociales. Eric Coquerel, député de LFI en donnait le coup d'envoi. Outre les partis écologistes et de gauche, cette région frontalière ayant été choisie pour le G7, les abertzale et militants basques s'associeront à ce contre- sommet. A suivre aussi.

  • 20/08/19 | L'Université d'été du PS revient à La Rochelle

    Lire

    Après trois ans d’absence, l'Université d'Eté du PS fait son retour à La Rochelle. Elle se tiendra à l'espace Encan du 23 au 25 août. Rebaptisée "Campus", elle ambitionne de rassembler tous les partis "alliés" de gauche présents aux élections européennes : Place publique, Nouvelle Donne, le PRG, MDC, PC et UDE. Thème de ces 3 jours : "pour un avenir écologique et social". Les participants seront également invités à faire un "procès de la Ve République" dans un simulacre d'audience judiciaire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Simon Pagenaud a partagé son trophée avec les Poitevins

11/08/2019 | Le pilote d'IndyCar, monopole très en vogue en Amérique du Nord, est venu présenter le trophée des 500 miles d'Indianapolis aux Poitevins et Montmorillonais.

Simon Pagenaud a partagé avec son plus fidèle public sa victoire aux 500 miles d'Indianapolis

Retour aux sources pour Simon Pagenaud qui est venu rendre visite à ses plus fidèles fans. Le pilote d’IndyCar, un championnat de course automobile considéré comme le sommet de la course de monoplaces en Amérique du Nord, n’est pas venu les mains vides, puisqu’il a ramené dans ses valises le mythique Borg-Warner Trophy qui récompense les vainqueurs de la mythique course des 500 miles d’Indianapolis. Un trophée majestueux en argent sterling, il mesure 1 mètre 63 et pèse 50 kilos. En remportant ce succès, le natif de Montmorillon a réalisé le 14 juillet dernier son rêve d’enfant avec seulement deux dixièmes d’avance sur son poursuivant. Mais ce jeudi 8 août, Simon Pagenaud pouvait arborer son plus large sourire en partageant avec ceux qui le suivent depuis des années son succès.

La place Aristide-Briand à Poitiers se remplit peu à peu, ce jeudi 8 août. 11h30, le public , environ 500 personnes, cherche de l’ombre en attendant la star locale qui brille outre-Atlantique. Simon Pagenaud. Ce nom ne vous parle pas forcément et pourtant, c’est un pilote automobile hors norme. Certes, il ne court par en Formule 1, comme Prost, mais son palmarès est presque aussi remarquable, puisqu’en 2016 il fut le premier français à remporter le championnat d’IndyCar, des monoplaces de courses très en vogue en Amérique du Nord. À 35 ans, le pilote chevronné vient - le 14 juillet dernier - de remporter la mythique course des 500 miles d’Indianapolis. Cela faisait 99 ans qu’un Français n’avait pas gagné cette course. Il est le quatrième après Gaston Chevrolet, Jules Goux, René Thomas, à s’imposer sur l’anneau (c’est comme ça qu’est appelé le circuit à cause de forme ovale). 

Environ 500 personnes sont venues féliciter et applaudir la performance du pilote montmorillonnais Simon Pagenaud à Poitiers ce jeudi 8 août

"De bonnes valeurs"

Sur scène, politiques et proches de Simon Pagenaud. Le Montmorillonais attire les louanges de la part des représentants locaux. « Simon n’oublie pas d’où il vient. C’est un personnage qui me plaît. Je vois quelqu’un qui a de bonnes valeurs. Le département de la Vienne est associé à son histoire et à sa carrière », rappelle Bruno Belin, président du département de la Vienne. En effet, en début de carrière, le pilote automobile avait bénéficié d’une bourse attribuée par le département à des sportifs (le patineur Brian Joubert et le boxeur Mahyar Monshipour). Autre figure qui s’est exprimée, Jean-Hubert Bussac, directeur du circuit du Val de Vienne. « Je pense qu’il serait devenu ce qu’il est même s’il n’était pas passé par le circuit. Il a suffisamment de talent pour cela. » Simon a débuté au volant de kart, avant de passer aux Formules Ford. Jeune déjà il avait un bon coup de volant. « Quand on parle du circuit du Val de Vienne, on y voit Simon. L’hiver dernier, il m’a amené dans une Lotus pour un baptême à ses côtés. C’est un excellent pilote. On n’arrive pas à voir si on va sortir de la piste ou pas, mais finalement il reste toujours dedans. Il repousse les limites de la voiture », poursuit le directeur du circuit.  

Après quelques images d’IndyCar et de sa victoire à Indianapolis, Une victoire sur le fil, après 200 tours de piste à 175 miles de moyenne, qui s’est jouée dans les ultimes tours, Simon Pagenaud s’est livré. Il le dit lui-même, il a réalisé son rêve d’enfant. « À 4 ans, je voulais être pilote automobile. Autour de mes 10 ans, je voulais déjà gagner des courses mythiques  comme Le Mans et bien sûr les 500 miles d’Indianapolis ». Surprise, dissimulé jusqu’alors, le trophée de la victoire des 500 miles, le célèbre Borg-Warner Trophy est sur scène à côté de lui. C’est la première fois que le visage du vainqueur est dévoilé en dehors des Etats-Unis. Une entaille à la règle qui a touché particulièrement le Montmorillonais. « En ce moment, je m’accorde une pause. C’est la première semaine sans course depuis ma victoire à Indianapolis. Je participe également avec mon équipe, Penske Racing, à des courses d’endurance, c’est très prenant. Puis il nous a fallu un peu d’organisation pour transporter ce trophée » dit-il en le pointant du regard. Il est sous étroite surveillance et il y a de quoi. Son prix estimé est tout de même de 3,8 millions de dollars. 

Simon Pagenaud pose à côté du trophée mettant en évidence la bague donnée aux vainqueurs des 500 miles

Son visage sera gravé pour l’éternité sur le trophée. Simon peut être satisfait, il a marqué au fer ou plutôt à l’argent son empreinte. « C’est le seul trophée iconique avec des visages dessus. J’y serai gravé à jamais », sourit-t-il. Cependant, il ne pourra pas conservé ce trophée gigantesque qui mesure tout de même 1 mètre 63 pour 50 kilos. Le Borg-Warner Trophy est gardé au musée de l’Indianapolis Motor Speedway. Il aura tout de même le droit à un trophée souvenir. On le surnomme « Baby Borg », « Je devrais le recevoir en octobre prochain, c’est une reproduction miniature » précise-t-il. En attendant, à son doigt, il arbore fièrement la bague des vainqueurs des 500 miles. 

Les plus mordus d’IndiCar ont remarqué que Simon Pagenaud avait renversé une bouteille de lait à l’arrivée. « C’est une pratique qui remonte à 1936 lorsque Louis Meyer, après 4h30 de course fatigante sur les pavés et avec des roues en bois, avait demandé pour se réhydrater du lait au beurre. Ce n’est franchement pas bon, donc aujourd’hui chaque pilote peut demander le lait qu’il souhaite. Pour moi, c’était du lait entier », ironise-t-il. En tout cas, il a donné un conseil. « On se fixe des rêves et il faut se donner à 100% pour qu’ils se réalisent. Y croire et se donner les moyens, car en se les donnant on peut toujours y arriver. » Le côté compétiteur de Simon Pagenaud ressort dans ses conseils. Le pilote a ensuite fièrement posé à côté de son trophée montrant sa bague. Tout un rituel. Certains ont même posé en photo à côté de cette coupe imposante, mais toujours sous l’oeil de la sécurité qui veille au grain.  

Séance de dédicaces et de selfies pour Simon Pagenaud et ses fans de la première heure

Dédicaces et selfies 

Ensuite Simon Pagenaud a pris un bain de foule, puis a participé à une séance de dédicaces et de selfies. Dans la file d’attente, des gens qui le suivent depuis la première heure. Pour la famille Guérin, c’était une première. Le fils aîné Raphaël suit le championnat de IndyCar depuis cette année et encourage avec ferveur le champion montmorillonais. « Cela fait bizarre de le voir en vrai », explique-t-il tout impressionné. Il est reparti avec sa photo dédicacée et un petit selfie où il pose avec son père et son frère devant le pilote automobile. Il y aussi des férus de sport automobile. Thierry Mesnard, le père, et Louis, son fils, font partie d’un club local AGC 86 (pour Alpine Gordini Club). « La passion pour le sport automobile n’est pas prête à s’éteindre », confirme le fiston. Il a d’ailleurs réalisé ses premiers tours de roue sur le circuit de val de Vienne il y a peu. En espérant peut être réaliser lui aussi ses rêves. « Nous suivons les résultats de Simon Pagenaud sur les réseaux sociaux, confient-ils. On l’avait aperçu une fois. C’est une personne sincère, simple et exceptionnellement  accessible ». 

En fin d’après-midi, Simon Pagenaud prenait la direction de Montmorillon pour fêter avec ses proches sa victoire. Mais il n’oublie pas qu’il lui reste quelques rêves à réaliser. Une victoire au Mans par exemple (il avait échoué de 13 secondes en 2011 en terminant deuxième). Sa soif de victoire n’est pas prête de s’arrêter. Quant au championnat d’IndyCar, il reste encore 4 courses sur les 17 de cette saison. Pour l’instant, il se classe 3e au général et peut encore espérer accrocher le titre. C’est dans son tempérament de compétiteur.

Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
2057
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !