aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

21/07/17 : Le nouveau sous-préfet de Blaye Frédéric Doué prend ses fonctions le 24 juillet; il occupait depuis septembre 2015 le poste de directeur de cabinet du préfet des Côtes d'Armor.

21/07/17 : Le chanteur Manu Chao est attendu ce soir en Charente-Maritime sur la scène du festival des Fous Cavés (21 et 22 juillet), à Port d'Envaux. Le concert de ce soir est complet depuis plusieurs mois, mais il reste des places le 22. www.lesfouscaves.f

17/07/17 : Le nouveau préfet de Charente-Maritime prendra officiellement ses fonctions mercredi. Fabrice RIGOULET-ROZE succède à Eric Jalon, nommé à Matignon par Emmanuel Macron. Il était dernièrement préfet de région de la Martinique.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/07/17 | Travaux sur la rocade de Bordeaux les nuits du 24 au 25 et 25 au 26/7

    Lire

    La rocade extérieure (A630-N230) de Bordeaux sera fermée à la circulation entre l’échangeur 20 (Tartifume) et l’échangeur 24 (Le Canon), les nuits du 24 au 25 juillet de 21h00 à 6h00 et du 25 au 26 de 21h00 à 6h00. Durant ces fermetures, une déviation par la rocade intérieure sera mise en place, le pont Mitterrand (sens extérieur) étant inclus dans la section fermée à la circulation, les usagers en transit dans le sens Sud-Nord (en provenance notamment de l'A63 et de l'A62) devront emprunter la rocade intérieure et le pont d’Aquitaine.

  • 19/07/17 | Le festival Emmaüs de Pau-Lescar résiste à l'individualisme

    Lire

    "Jours de résistance". Tel est le nouveau nom que s'est donné le festival organisé le samedi 22 et le dimanche 23 juillet par la communauté Emmaüs de Pau-Lescar. Résistance "à l'inertie et à l'individualisme pour essaimer et découvrir ensemble les clés pour construire demain". Ces journées "festives et militantes" qui commémoreront les 50 ans de la mort de Che Guevara seront marquées par une série de conférences ainsi que par des concerts. Kenny Arkana, la rappeuse Casey, HK et les Saltimbanks sont notamment à l'affiche avec Fakear, Taiwan MC, Dee Nasty. Rens. www.emmaus-lescar-pau.com

  • 18/07/17 | Henri Bies-Péré, nouveau président de AFDI

    Lire

    Le béarnais Henri Pies-Péré est le nouveau président de l'association de solidarité Agriculteurs Français et Développement International (AFDI). Installé à Montaner, dans les Pyrénées-Atlantiques où il produit du lait et du maïs grain, Henri Bies-Péré est par ailleurs le deuxième vice-président de la FNSEA. Il a été le fondateur d'AFDI Aquitaine en 1995. L'association qu'il anime construit des partenariats entre les mondes agricoles français et ceux des pays en développement. Plus d'infos: http://www.afdi-opa.org

  • 17/07/17 | Une dernière belle Nuit (et journée) atypique le 22 juillet

    Lire

    Elles animent le Sud Gironde depuis le 4 juin dernier avec leur brin de poésie, de réflexion et d'exotisme. Les Nuits atypiques, qui nous emmènent encore en Mongolie depuis Cadillac et Verdelais cette semaine (19 et 20 juillet) ont vu grand pour leur final le samedi 22 juillet. Rendez-vous à Saint-Macaire pour de précieux moments au côté, notamment, du magicien des mots franco-rwandais, Gaël Faye, et de nombreux autres artistes. Une dernière belle journée en perspective pour les 26 ans de ce Festival résolument pas comme les autres.

  • 16/07/17 | Oléron: Le département ne renonce pas à un droit de passage

    Lire

    Le Tribunal administratif de Poitiers a annulé le 13 juillet les délibérations du Département 17 concernant le lancement d'une consultation des électeurs d'Oléron concernant l'implantation d'un péage à l'entrée de l'île. Dans un communiqué, le Département a annoncé qu'il ne ferait pas appel. Il présentera lors de la session d’hiver "un rapport portant sur le principe de l’instauration d’un droit départemental de passage et d’une redevance pour service rendu" par le pont.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | Simulation d’accident nucléaire réussie pour l'école de Braud-et-Saint Louis

24/11/2016 | Pour le deuxième jour d’exercice de sûreté nucléaire, la classe de CM1 de Braud-et-Saint Louis a procédé à une évacuation.

Ce 24 novembre dans le cadre d'un exercice de sûreté nucléaire, la classe de CM1 de Braud-et-Saint Louis a procédé à une évacuation.

L’Etat et EDF organisaient ces 23 et 24 novembre un exercice grandeur nature de sûreté nucléaire et de sécurité civile dans une zone de dix kilomètres autour de la centrale nucléaire du Blayais. Pour ce deuxième jour de test, deux écoles primaires ont procédé à la mise à l’abri de leurs élèves. Reportage à Braud-Saint-Louis.

10 heures sonnent à l’école élémentaire de Braud-et-Saint-Louis. Les élèves sortent. Ce n’est pas la récréation mais une évacuation. La classe de CM1 traverse la cour dans le calme et monte dans un bus. Une dizaine de minutes plus tard, les autres classes sont confinées dans la médiathèque, ventilation coupée, ou dans la salle principale pour la maternelle.

Les enfants ont participé jeudi 24 novembre à une mise en situation dans le cadre d’un exercice national de sûreté nucléaire de la centrale du Blayais. La mise à l’abri des populations fait partie des mesures du Plan Particulier d’Intervention (PPI) déclenché par le préfet en cas d’accident nucléaire. « Pour eux, c’était comme une sortie scolaire, explique Stéphane Grillet le directeur de l’école. Il y avait plus d’enthousiasme que d’inquiétude. Et les motards ont beaucoup impressionné les élèves ». En effet, deux motos de la gendarmerie ont escorté le bus affrété par le département jusqu’à Saint-Seurin-de-Cursac, l’une des premières communes hors de la zone critique des 10 km autour du site nucléaire.

Evacués en 1min20
Pendant ce temps, deux véhicules municipaux ont lancé un message aux habitants depuis les hauts parleurs : « Ceci est un exercice. En cas de situation réelle, vous devrez évacuer par vos propres moyens et emporter vos effets personnels ». La simulation vise également à tester la coordination des différents acteurs, depuis EDF et la préfecture jusqu’aux écoles et communes. La conseillère départementale de la prévention sécurité a d’ailleurs accompagné les enfants en tant qu’observatrice. La première adjointe au maire de Braud-et-Saint-Louis, Anne-Marie Bernaud, également présente, a jugé l’exercice « très bien car on se met en situation réelle ». La veille, la mairie avait lancé « un appel de masse » : 500 SMS et messages sur les fixes ont été envoyés aux Braudiers. Elle s’est aussi félicitée du temps d’évacuation des élèves suite à l’appel du maire, « une minute et vingt secondes selon le gendarme ».

''les motards ont beaucoup impressionné les élèves'', rapporte l'instituteur de la classe évacuée

« On avait déjà fait des exercices », expliquent les enfants dans la salle des fêtes de Saint-Seurin-de-Cursac. Il fallait vite sortir pour prendre le bus, poursuit Morgane 9 ans. Nous au moins, on sera en sécurité si la centrale jette un gaz ». Les 22 élèves de CM1 étaient au courant de la simulation, sans savoir précisément quand elle se déclencherait. « On a tout laissé en plan, raconte Loan, et on a raté la récré ». Qu’il se console, les élèves ont pu s’amuser quelques minutes dans la salle des fêtes.
Une évacuation similaire était prévue à Saint Lambert de Pauillac. Le sous-préfet de Blaye Marc Makhlouf estime « intéressant » de faire des simulations dans les écoles « pour inculquer aux enfants la culture du risque et de la prévention ».

Un exercice "globalement réussi"
Côté forces de l’ordre, la Compagnie de gendarmerie de Blaye a été mobilisée pour sécuriser les routes. 47 militaires se sont également déployés pour empêcher l’accès à la centrale et évacuer (fictivement) la zone des 5 kms autour, en réponse à la simulation, mercredi, d’un accident nucléaire. Le scénario prévoyait une fuite dans un réacteur et des pannes successives entraînant de possibles rejets radioactifs ce jeudi à midi.
A 14h30, à la fin de la simulation, le sous préfet de Blaye s’est déclaré satisfait des moyens de communication : les différentes parties de l’organisation de la crise se sont réunies en audioconférence toutes les deux heures environ. « L’audioconférence est un instrument nouveau qui a montré son efficacité », affirme Marc Makhlouf. Malgré quelques problèmes isolés (certaines écoles dans le Médoc n’ont pas reçu d’instructions par exemple), il a jugé l’exercice « globalement réussi ».

Tiphanie Naud
Par Tiphanie Naud

Crédit Photo : Tiphanie Naud

Partager sur Facebook
Vu par vous
5158
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
alain renard | 27/11/2016

Présent à Centre Opérationnel à la Préfecture, je n'ai pu vous y rencontrer. Les membres de la CLIN pendant l'exercice avaient un rôle d'observateur, afin d'en retirer des informations quant aux dispositifs d'information des populations quant aux dispositions à prendre en cas d'incident nucléaire. Je me tiens à votre disposition pour vous rencontrer si vous le souhaitez. Cordialement

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !