Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/09/19 : Le 22/09 dès 11h, le H14 accueille Cap associations,rdv annuel du monde associatif bordelais auquel participent 327 associations. L'occasion de s’informer, découvrir et essayer des pratiques sportives et culturelles ou s’investir en tant que bénévole.

20/09/19 : Le 24/09 le Centre Commercial Mériadeck reçoit le Forum des Acteurs Associatifs de l’Emploi. Les assos bordelaises liées à l’insertion professionnelle y présentent leurs services d'orientation et accompagnement des personnes en recherche d'emploi

20/09/19 : Le patron bordelais de Keolis, Jean-Pierre Farandou, succèdera à Guillaume Pépy à la tête de la SNCF en janvier. Il a effectué en Gironde une grande partie de sa carrière aux postes de chef de gare, chef de projet TGV ou responsable de la mobilité TER.

19/09/19 : Bordeaux - James Gray, le réalisateur New yorkais de Little Odessa, La nuit nous appartient, Two Lovers ou du récent Ad Astra sera l'invité d'honneur du 8èmé Festival International du Film Indépendant de Bordeaux qui se tient du 15 au 21 octobre 2019

18/09/19 : Bordeaux. Il aura fallu quatre mois pour que le trafic reprenne sur la ligne C du tram entre la Porte de Bourgogne et la gare Saint-Jean après l'incendie du parking Salinières: il est annoncé pour le 28 septembre.

18/09/19 : Mont de Marsan Agglomération recherche des volontaires en Service Civique pour assurer des missions en lien avec la culture, la solidarité, l'environnement et l'éducation. Réunion d'information le 26 septembre à 14h au Bureau Information Jeunesse.

18/09/19 : Le Pont d'Aquitaine sera fermé entre les échangeurs 1 et 5 du 19 septembre 21h au 20 septembre 6h pour des travaux de maintenance et d'entretien.

18/09/19 : Deux-Sèvres : à l'occasion des Journées du patrimoine, le Département ouvre ses portes au public de la Maison du Département, des Archives Départementales et des Tumulus de Bougon. Animations et visites guidées sont au programme.

18/09/19 : Charente-Maritime : le chantier du pont transbordeur de Rochefort ouvre ses portes au public à l’occasion des journées européennes du patrimoine. RDV notamment samedi 21 à 10h pour assister au remontage sur le tablier du premier élément de chariot.

17/09/19 : Dordogne : Frédéric Gojard, 58 ans, conduira la liste du Rassemblement National à Périgueux pour les élections municipales. Cet ancien militaire, aujourd'hui âgé de 58 ans, s'était déjà présenté aux dernières élections européennes.

17/09/19 : Marcel Amont se rend à Bordeaux à la libraire La Machine à Lire jeudi 19 septembre à partir de 18h30 pour évoquer son livre "Les Coulisses de ma vie" aux éditions Flammarion. Il sera le lendemain à l’Espace Culturel de Pau à partir de 18h30.

17/09/19 : Philippe Lambert atteint de la sclérose en plaques, est attendu à Agen mercredi 18 septembre à 16h30 pour une étape dans le cadre de son « Tour de France - défi 3000 km de Philippe Lambert ».

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/09/19 | 1000 postes à pourvoir lors de la Journée de l'Emploi

    Lire

    Le jeudi 26 septembre, la 8ème Journée de l'Emploi se tient à la salle du Solarium de Gradignan (33) dès 9h30. Plus de 1000 offres d'emploi (tout niveau) seront proposées dans le secteur privé et des dizaines de postes dans les secteurs de l'armée et de la gendarmerie. 77 entreprises locales, de la start-up à la multinationale, seront présentes dans des domaines d'activités variés : commerce, industrie, banque, restauration, bâtiment, logistique ou encore l'aide à domicile et l'intérim. Possibilité d'entretiens individuels de conseils sur la recherche d'emploi, la formation, les métiers.

  • 21/09/19 | Niort : une semaine d'accueil pour les étudiants niortais

    Lire

    Jusqu'au 26 septembre, Niort Sup' organise une semaine spéciale pour l'accueil des étudiants. Au programme : une course à pied "Color Run" de 5 km suivie d'une soirée étudiante (le 24), un tournoi de basket (le 26), une initiation à la boxe (le 26), un "escape game polar" dans des lieux culturels de Niort, et plusieurs concerts dont la soirée Nitro (électro) du CAMJI, ainsi que des petits déjeuners d'informations sur la vie étudiante (les 23,24 et 25). Programme détaillé sur www.niortagglo.fr

  • 20/09/19 | Affaire SFR : Bordeaux à la barre

    Lire

    Après Nice, Dijon et Aix-en-Provence, c'est à Bordeaux que sera plaidé le jeudi 26 septembre le quatrième dossier de l'affaire SFR. 18 Conseils de Prud'hommes ont été saisis en France pour se pencher sur ce Plan de Départ Volontaire contesté par 427 salariés et qui a concerné 5000 personnes au total (soit un tiers des effectifs). En 2017, SFR avait été condamnée à verser 26,25 millions d'euros de dédommagement à d'anciens salariés ayant déposé un recours pour contester un premier Plan de Départs volontaires mis en place en 2007. Pour l'avocat qui plaidera l'affaire, "Il s’agit ni plus ni moins d’un plan social déguisé".

  • 20/09/19 | Bordeaux : l’église Saint-Michel retrouve ses trésors d’albâtre

    Lire

    Plus de 35 ans après avoir été volés, quatre reliefs du XVe siècle en albâtre polychromé -l’Annonciation, la Nativité, l’Adoration des Mages et l’Ascension- viennent d’être replacés dans leur écrin d’origine de la basilique Saint-Michel de Bordeaux. Samedi 21 septembre à 12h sur le site, dans le cadre des Journées du Patrimoine, une « cérémonie de réintégration » célèbrera ce retour en présence de Nicolas Florian maire de Bordeaux.

  • 20/09/19 | Vienne : un essai clinique "sauvage" interdit

    Lire

    L'agence du médicament (ANSM) a annoncé ce jeudi avoir interdit un "essai clinique sauvage" de molécules aux "effets inconnus" (sous forme de patchs) sur au moins 350 malades de Parkinson et Alzheimer réalisé en partie dans une abbaye de Saint-Benoît, près de Poitiers. L'ANSM a demandé aux participants de ces essais de "ne plus utiliser ces patchs" et de consulter "rapidement un médecin pour réaliser un bilan de santé et s'assurer que la prise en charge de leur maladie est adéquate". L'autorité a également annoncé avoir saisi le pôle santé du Parquet de Paris.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | SNCF-OUIGO: Le coup de gueule d'un voyageur girondin en manière de lettre ouverte à Guillaume Pépy

21/08/2019 |

Nous publions, ce jour, le double d'un courrier qu'un lecteur girondin, familier du TGV, a adressé au président de la SNCF au retour d'un week-end du 15 août dont sa femme et leur petite fille se souviendront après avoir choisi de voyager via OUIGO. Un récit où quelques pointes d'humour sauvent de la colère blanche, après avoir vécu des moments non seulement désagréables mais surtout marqués par une totale incompréhension du fonctionnement d'un grand service public.

Objet : 1ere expérience Ouigo WE du 15 Août 19


Cubnezais le 19 Août 2019


Lettre ouverte à Monsieur Pépy,


Client régulier des TGV pour mes déplacements professionnels, ce WE du 15 Août je prends pour la 1ere fois un AR Ouigo Bx/Paris avec mon épouse et ma fille.
1- nous empruntons la voie classique (3 h), le billet est moins cher : normal.
2- pas de wagon resto ni boissons dans le train (visiblement) : low cost ticket oblige, aller ... OK.
3- On nous demande d’être présents 30 mn avant ... bon pourquoi pas, mais mon temps n’est pas forcément sensé être à la disposition de la SNCF qui m’impose pour Ouigo ce qui n’est pas demandé pour le TGV, aller c’est le Week End, pourquoi pas.
4- A St Jean, les voyageurs du train bloquent le tunnel car contrôle juste en haut de la rampe : pourquoi pénaliser les autres passagers qui ne peuvent joindre leur voie ? Bizarre de créer des bouchons dans un tunnel de gare, et de l’avis de beaucoup : pas très safe tout ça. A l’heure où tout le monde réfléchit à limiter les attroupements de quidam pouvant attirer des esprits malsains et encore moins dans un tunnel. Bref.
5- Arrivés en haut : scan des billets. Ok je comprends donc qu’il n’y aura pas de contrôle dans le train. Que néni ! Après Tours, on nous signale le passage du contrôleur ... qui finalement n’est jamais passé. Sûrement trop occupé...
Question : Si le 1er contrôle n’est pas jugé fiable et qu’il faille en faire un second, supprimez le 1er et tous les désagréments qu’il génère déjà cités...le bon sens peut-être ? Ou alors il y a une raison cachée ??


Le retour : plus pire, pas possible !!!
Montparnasse Grandes lignes : Le Ouigo est Hall 2 ... low cost oblige.
1- Ok on marche, monte et on arrive Hall 2. On attend, mais on n’est pas seuls ... peut-être 1000 pers. ou plus ... 2 rames doubles et pleines, ça fait combien ?
2- Panneau lumineux : Ouigo toujours signalé Hall 2 mais pas la voie, alors qu’à Bordeaux, la voie est bien affichée ... chercher une certaine cohérence serait sans doute superflu.
3- Un agent Ouigo « crie » aux passagers un peu hagards d’avancer plus avant et de s’entasser (comme des moutons) pour finalement se faire scanner les billets.
4- Contrôle à l’embarquement, mais Quid de contrôle à bord ? Attendons ... il viendra plus tard (ou pas).
5- Et là, génial, on fait descendre par 2 escaliers étriqués et 1 Escalator saturés des centaines de passagers avec bagages et poussettes pour arriver où ? Sur un quai Hall 1 étroit (poteaux béton) au niveau des TGV normaux !
Ben voyons, pourquoi faire simple si on peut faire compliqué pour « moins cher » ...
Je résume : donc d’abord on monte au Hall 2, on entasse les moutons, on contrôle leur billet puis on les fait descendre piteusement pour arriver au même endroit qu’un embarquement TGV normal.
Pourquoi ne pas scanner les billets au fur et à mesure de l’arrivée des passagers pour que chacun ait le temps de joindre son wagon comme un TGV normal ?? Et comble du Low Cost : il y a une armée d’agents pour gérer ce capharnaüm alors que pour un TGV « normal », il n’y a personne et on paie le double . . . cherchez l’erreur.
Mais ce n’est pas fini !
Les escaliers nous mènent pile entre 2 rames attachées. Bon ok, et là comment on sait si on se dirige en face de l’escalier ou derrière ?? Eh bien ON NE SAIT PAS !!! Pas d’info Monsieur Pépy, est-ce aussi à cause du low cost ??
On avance et la première voiture démarrant au milieu du train rame de queue est la N*1 ... la nôtre est la 18, mais arrivés à la 3, il n’est pas possible que la 18 soit dans ce sens car on voit déjà la fin de la rame ... donc retour en arrière pour découvrir que la N*18 est la première voiture de la seconde rame qui précède la N*1 ... puis les N* décroissent.
Les deux rames attachées portent bien le même N* de train, contrairement aux TGV normaux. Suis encore un peu dérouté mais pas d’info en bas de l’escalier…
Les gens étaient tous perdus, foutoire garanti avec valises, enfants, poussettes, étrangers perdus etc ... et l’armée d’agents en bleu sont eux bien restés en haut.

Pourquoi si les deux rames portent le même N* de train contrairement aux TGV normaux ?
Pourquoi les N* des voitures ne se suivent-ils pas ??? Ça coûte quoi de faire suivre les N* ???
Bravo M. Pépy, donc pour conclure :
Prendre un train Grande vitesse et demander aux voyageurs d’arriver 30 mn avant est un 1er non-sens : mon temps n’est pas plus gratuit que le vôtre je crois.
Avant il fallait se déplacer en gare pour acheter un billet et on montait directement dans le train, maintenant on achète le billet en 3 secondes mais il faut « au moins » 30 mn pour monter dans le train, second non-sens d’une liste trop longue.
Au final les voyageurs pourraient tout à fait embarquer au Hall 1 normalement comme pour un TGV normal ... je ne vois pas bien l’intérêt de tous ces désagréments imposés aux voyageurs, sauf à justifier que la décote du prix doit s’accompagner d’une bonne flopée de contraintes ...
Vous avez déjà vous-même emprunté un Ouigo en faisant la queue (en inconnu) comme nous M. Pépy ? Je n’en suis pas certain. Essayez donc pour rire, avec valise et enfants surtout.
Bref, chez vous il y a des gens payés pour « penser » et qui feraient mieux de tester ce qu’ils imposent aux autres, peut-être se rendraient-ils compte de l’ineptie.
Ce n’est pas le progrès et ce n’est pas ce qu’on attend d’une Cie ferroviaire (publique) en 2019, nous ne sommes plus en 1989 M. Pepy.
Changez ces gens pour des esprits plus brillants et si vous les considérez déjà brillants, alors c’est leur Boss qu’il va falloir changer avec eux.
Merci d’être allé au bout de ma complainte, j’espère surtout qu’elle servira à l’amélioration de vos offres de service, car voyager par le train ne doit pas être un parcours du combattant juste parce que le billet est moins cher.
A bon entendeur....


Eric BANTEGNIES, pauvre client (ou « usager » doit-on encore dire ??).

Crédit photo: Jean-Louis Zimmermann

Eric Bantegnies
Par Eric Bantegnies

Crédit Photo :

Partager sur Facebook
Vu par vous
4886
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Eddy | 26/08/2019

Il est vrai que Hall 2 a Montparnasse c'est vraiment la bétaillère pour embarquer en Ouigo.
Faire entrer 1100 personnes dans 2 rames Tgv par de petits escaliers etroits et glissants c'est juste limite du respect humain. Les embarquements Ouigo sont à revoir alors que ceux d'Idtgv se passaient très très bien.
Sncf revoyez l organisation des embarquements a montparnasse et l'aimabilité de la team embarquement. On a l impression qu ils sortent tous du rayon bazar mise en rayon de chez Carrefour... Nous ne sommes pas boites de conserve !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !