Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

24/11/20 : Âgé de 90 ans, André Luberriaga, ancien maire d'Ascain, au Pays basque, s’est éteint lundi, une semaine après son épouse Martta. Conseiller général d’Ustaritz de 1976 à 1988, l'UDF André Luberriaga, avait dirigé la commune de 1977 à 2001.

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Charente-Maritime: dans le cadre de la poursuite du chantier de changement des câbles du Pont de Ré, la circulation automobile aura de courtes interruptions jeudi 19 novembre entre 12 et 13h, sans conséquence pour le passage des piétons et des vélos.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

16/11/20 : Les communes de La Mothe Saint Héray et Saint Maixent l'Ecole dans les Deux-Sèvres ont été reconnues en état de catastrophe naturelle, suite aux inondations subies au mois de mars.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 28/11/20 | Forte mobilisation contre la loi sécurité

    Lire

    Forte mobilisation populaire à l'initiative de La Ligue des Droits de l'Homme, d'Amnesty, de syndicats de journalistes, contre la loi sécurité globale, ce samedi, dans plusieurs villes de la région, à Pau, Bayonne, Mont-de-Marsan, Périgueux, La Rochelle, Bordeaux où La marche des libertés réunissaient quelques huit mille personne qui se sont rassemblées place de la Bourse et se sont dirigées vers la place Pey Berland. Des casseurs ont saccagé en marge de la manifestation plusieurs magasins du centre ville notamment entre la rue Sainte Catherine la place Camille Jullian

  • 28/11/20 | Rajeunissement pour Les Halles d'Andernos-les-bains

    Lire

    L’équipe municipale d’Andernos-les-bains se lance un défi de taille : reconstruire son centre-ville afin de donner un coup de boost à son attractivité. Trois opérations principales : construction d’un complexe cinématographique et culturel, réaménagement des espaces publics dans la rue du 11-Novembre, sur la place du 14-Juillet et l’avenue de Bordeaux. La dernière, et pas des moindres : la démolition-reconstruction des halles du marché. Cette structure de 1200m2 qui accueille 25 commerces, ne répond plus aux usages et normes en vigueur. Pour cette reconstruction, la Région soutien la commune avec une aide de 600 000€.

  • 28/11/20 | Un magasin de producteurs à Châteauneuf-sur-Charente

    Lire

    En 2017, la commune de Châteauneuf-sur-Charente (16) a acquis un bâtiment au sein duquel différents commerces et services de proximité sont actuellement installés. Au sein de ce bâtiment, un magasin de producteurs va voir le jour sur une surface de 167 m² et où la gestion de celui-ci sera réalisés par les producteurs. Afin de permettre à la collectivité d’aménager les espaces adaptés à cette activité, la Région Nouvelle-Aquitaine a attribué lors de sa dernière commission permanente une aide de 32 750 euros.

  • 28/11/20 | Saintes : le site de la Palu va devenir un espace naturel sensible

    Lire

    Classé en zone Natura 2000, La Palu est un site naturel unique de 122 hectares, situé non loin du centre-ville et au bord du fleuve Charente, au coeur de la ville de Saintes. Le conseil municipal vient de valider une convention avec le Département pour faire du site un Espace naturel sensible (ENS). Le Département co-financera à hauteur de 40% l'ensemble des actions liées à la gestion, la préservation et la valorisation de l'environnement des lieux, ainsi que la mise en place d'une éco-taxe.

  • 27/11/20 | La collecte nationale des banques alimentaires est lancée

    Lire

    La banque alimentaire de Bordeaux et de la Gironde organiste sa collecte ces 27 et 28 novembre. Cette fois-ci, elle sera physique dans le respect des gestes barrière,comme habituellement dans les magasins les plus importants. La seconde est dématérialisée, avec l’opération de distribution de coupons correspondant à des repas (2 euros pour un repas). Les sommes réunies sont transformées ultérieurement en achat de denrées alimentaires. Au niveau des produits, il est préférable de favoriser féculents et conserves de poisson, viande et légumes. Surtout pas de produits frais, ni de produits pour bébé.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | SNCF-OUIGO: Le coup de gueule d'un voyageur girondin en manière de lettre ouverte à Guillaume Pépy

21/08/2019 |

Nous publions, ce jour, le double d'un courrier qu'un lecteur girondin, familier du TGV, a adressé au président de la SNCF au retour d'un week-end du 15 août dont sa femme et leur petite fille se souviendront après avoir choisi de voyager via OUIGO. Un récit où quelques pointes d'humour sauvent de la colère blanche, après avoir vécu des moments non seulement désagréables mais surtout marqués par une totale incompréhension du fonctionnement d'un grand service public.

Objet : 1ere expérience Ouigo WE du 15 Août 19


Cubnezais le 19 Août 2019


Lettre ouverte à Monsieur Pépy,


Client régulier des TGV pour mes déplacements professionnels, ce WE du 15 Août je prends pour la 1ere fois un AR Ouigo Bx/Paris avec mon épouse et ma fille.
1- nous empruntons la voie classique (3 h), le billet est moins cher : normal.
2- pas de wagon resto ni boissons dans le train (visiblement) : low cost ticket oblige, aller ... OK.
3- On nous demande d’être présents 30 mn avant ... bon pourquoi pas, mais mon temps n’est pas forcément sensé être à la disposition de la SNCF qui m’impose pour Ouigo ce qui n’est pas demandé pour le TGV, aller c’est le Week End, pourquoi pas.
4- A St Jean, les voyageurs du train bloquent le tunnel car contrôle juste en haut de la rampe : pourquoi pénaliser les autres passagers qui ne peuvent joindre leur voie ? Bizarre de créer des bouchons dans un tunnel de gare, et de l’avis de beaucoup : pas très safe tout ça. A l’heure où tout le monde réfléchit à limiter les attroupements de quidam pouvant attirer des esprits malsains et encore moins dans un tunnel. Bref.
5- Arrivés en haut : scan des billets. Ok je comprends donc qu’il n’y aura pas de contrôle dans le train. Que néni ! Après Tours, on nous signale le passage du contrôleur ... qui finalement n’est jamais passé. Sûrement trop occupé...
Question : Si le 1er contrôle n’est pas jugé fiable et qu’il faille en faire un second, supprimez le 1er et tous les désagréments qu’il génère déjà cités...le bon sens peut-être ? Ou alors il y a une raison cachée ??


Le retour : plus pire, pas possible !!!
Montparnasse Grandes lignes : Le Ouigo est Hall 2 ... low cost oblige.
1- Ok on marche, monte et on arrive Hall 2. On attend, mais on n’est pas seuls ... peut-être 1000 pers. ou plus ... 2 rames doubles et pleines, ça fait combien ?
2- Panneau lumineux : Ouigo toujours signalé Hall 2 mais pas la voie, alors qu’à Bordeaux, la voie est bien affichée ... chercher une certaine cohérence serait sans doute superflu.
3- Un agent Ouigo « crie » aux passagers un peu hagards d’avancer plus avant et de s’entasser (comme des moutons) pour finalement se faire scanner les billets.
4- Contrôle à l’embarquement, mais Quid de contrôle à bord ? Attendons ... il viendra plus tard (ou pas).
5- Et là, génial, on fait descendre par 2 escaliers étriqués et 1 Escalator saturés des centaines de passagers avec bagages et poussettes pour arriver où ? Sur un quai Hall 1 étroit (poteaux béton) au niveau des TGV normaux !
Ben voyons, pourquoi faire simple si on peut faire compliqué pour « moins cher » ...
Je résume : donc d’abord on monte au Hall 2, on entasse les moutons, on contrôle leur billet puis on les fait descendre piteusement pour arriver au même endroit qu’un embarquement TGV normal.
Pourquoi ne pas scanner les billets au fur et à mesure de l’arrivée des passagers pour que chacun ait le temps de joindre son wagon comme un TGV normal ?? Et comble du Low Cost : il y a une armée d’agents pour gérer ce capharnaüm alors que pour un TGV « normal », il n’y a personne et on paie le double . . . cherchez l’erreur.
Mais ce n’est pas fini !
Les escaliers nous mènent pile entre 2 rames attachées. Bon ok, et là comment on sait si on se dirige en face de l’escalier ou derrière ?? Eh bien ON NE SAIT PAS !!! Pas d’info Monsieur Pépy, est-ce aussi à cause du low cost ??
On avance et la première voiture démarrant au milieu du train rame de queue est la N*1 ... la nôtre est la 18, mais arrivés à la 3, il n’est pas possible que la 18 soit dans ce sens car on voit déjà la fin de la rame ... donc retour en arrière pour découvrir que la N*18 est la première voiture de la seconde rame qui précède la N*1 ... puis les N* décroissent.
Les deux rames attachées portent bien le même N* de train, contrairement aux TGV normaux. Suis encore un peu dérouté mais pas d’info en bas de l’escalier…
Les gens étaient tous perdus, foutoire garanti avec valises, enfants, poussettes, étrangers perdus etc ... et l’armée d’agents en bleu sont eux bien restés en haut.

Pourquoi si les deux rames portent le même N* de train contrairement aux TGV normaux ?
Pourquoi les N* des voitures ne se suivent-ils pas ??? Ça coûte quoi de faire suivre les N* ???
Bravo M. Pépy, donc pour conclure :
Prendre un train Grande vitesse et demander aux voyageurs d’arriver 30 mn avant est un 1er non-sens : mon temps n’est pas plus gratuit que le vôtre je crois.
Avant il fallait se déplacer en gare pour acheter un billet et on montait directement dans le train, maintenant on achète le billet en 3 secondes mais il faut « au moins » 30 mn pour monter dans le train, second non-sens d’une liste trop longue.
Au final les voyageurs pourraient tout à fait embarquer au Hall 1 normalement comme pour un TGV normal ... je ne vois pas bien l’intérêt de tous ces désagréments imposés aux voyageurs, sauf à justifier que la décote du prix doit s’accompagner d’une bonne flopée de contraintes ...
Vous avez déjà vous-même emprunté un Ouigo en faisant la queue (en inconnu) comme nous M. Pépy ? Je n’en suis pas certain. Essayez donc pour rire, avec valise et enfants surtout.
Bref, chez vous il y a des gens payés pour « penser » et qui feraient mieux de tester ce qu’ils imposent aux autres, peut-être se rendraient-ils compte de l’ineptie.
Ce n’est pas le progrès et ce n’est pas ce qu’on attend d’une Cie ferroviaire (publique) en 2019, nous ne sommes plus en 1989 M. Pepy.
Changez ces gens pour des esprits plus brillants et si vous les considérez déjà brillants, alors c’est leur Boss qu’il va falloir changer avec eux.
Merci d’être allé au bout de ma complainte, j’espère surtout qu’elle servira à l’amélioration de vos offres de service, car voyager par le train ne doit pas être un parcours du combattant juste parce que le billet est moins cher.
A bon entendeur....


Eric BANTEGNIES, pauvre client (ou « usager » doit-on encore dire ??).

Crédit photo: Jean-Louis Zimmermann

Eric Bantegnies
Par Eric Bantegnies

Crédit Photo :

Partager sur Facebook
Vu par vous
8405
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Eddy | 26/08/2019

Il est vrai que Hall 2 a Montparnasse c'est vraiment la bétaillère pour embarquer en Ouigo.
Faire entrer 1100 personnes dans 2 rames Tgv par de petits escaliers etroits et glissants c'est juste limite du respect humain. Les embarquements Ouigo sont à revoir alors que ceux d'Idtgv se passaient très très bien.
Sncf revoyez l organisation des embarquements a montparnasse et l'aimabilité de la team embarquement. On a l impression qu ils sortent tous du rayon bazar mise en rayon de chez Carrefour... Nous ne sommes pas boites de conserve !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 31 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !
La ligne D du tramway a de forts enjeux politiques Société | 26/11/2020

Mobilités à Bordeaux Métropole : quand la jeunesse s’en mêle

Julien et Myriam Cruege, propriétaires du restaurant Julien Cruege à Bordeaux Société | 25/11/2020

Face à la crise, les restaurateurs se réinventent

Plaquette Nord Bassin Solidarite Société | 24/11/2020

Bassin d’Arcachon : commerces et clubs sportifs main dans la main !

Opération « Urgence Froid Bordeaux » dans la Maison éco-citoyenne de Bordeaux Société | 23/11/2020

Opération « Urgence Froid Bordeaux » : carton plein pour « Les Gratuits »

Entrée de l’hôpital de La Rochelle Société | 20/11/2020

L'hôpital de La Rochelle développe un outil précurseur pour anticiper les cas graves de Covid-19

La Maison Régionale des Sports de Talence Société | 18/11/2020

Coronavirus : le mouvement sportif néo-aquitain perd 165 000 licenciés

Travailleur en situation de handicap Société | 17/11/2020

Handicap et insertion professionnelle : naissance du passeport compétences "gestes barrières"

Illustration représentant Mathilde Puges et Maud Begon Société | 13/11/2020

Mathilde Puges, l'infectiologue bordelaise contaminée par la BD

statistiques pauvreté 2018 Société | 13/11/2020

« La crise est un révélateur de pauvreté » Christophe Vénien (Secours Catholique)

Les salariés de l'Atelier Remuménage pendant une livraison Société | 13/11/2020

Reconfinement : A Bordeaux l’Atelier Remuménage va plus loin dans la solidarité

Enquête Cyberlife Société | 11/11/2020

Cyber-harcèlement au collège : L'Université de Bordeaux mène l'enquête

Hopital mobile Bayonne Société | 10/11/2020

Bayonne accueille l'hôpital mobile déployé par le CHU de Toulouse

L'arrivée du train TER en gare de Bedous Société | 09/11/2020

La régularité des TER au coeur du comité de lignes Sud Aquitaine (Béarn)

Les ateliers du Mois de l'Innovation Publique en Nouvelle Aquitaine se dérouleront à La Base à Bordeaux Société | 08/11/2020

Mois de l’Innovation Publique : imaginer le service public du futur dans nos territoires

Shop in Limoges Société | 06/11/2020

Les commerçants de Limoges ont pignon sur rue avec « Shop in Limoges »