Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

24/02/21 : Charente-Maritime : selon un arrêté ministériel du 19/02 publié au Journal Officiel du 24/02, les communes reconnues en état de catastrophe naturelle en inondations et coulées de boue du 3 février 2021 au 9 février 2021 sont Crazannes et Le Mung.

23/02/21 : La ministre, Frédérique Vidal, en déplacement à Poitiers ce 23 février, a annoncé, devant une cinquantaine d'étudiants, la gratuité des protections périodiques dès la rentrée prochaine. 1 500 distributeurs devraient être installés sur les campus.

23/02/21 : Laurence Harribey, sénatrice de la Gironde, a été nommée par le Président du Sénat pour représenter la Chambre haute au conseil d'administration de l'Agence Nationale du Sport.

23/02/21 : L’ancien maire de Bayonne, Jean Grenet, est décédé ce mardi 23 février, à l'âge de 81 ans. Celui qui a également exercé les mandats d'élu départemental, régional et de député, a dirigé la ville, à la suite de son père Henri Grenet, de 1995 à 2014.

23/02/21 : La ministre Frédérique Vidal est à Poitiers ce 23 février pour rencontrer l'Association Fédérative des Étudiants de Poitiers. Début février, elle avait reçu 72 courriers d'étudiants poitevins qui l'interpelaient sur leurs difficultés au quotidien

19/02/21 : COVID 19 - Depuis 2 semaines, les indicateurs de surveillance du Sars-CoV-2 affichent une baisse significative dans tous les départements de Nouvelle-Aquitaine. Le taux d'incidence est de 113,3/100 000 et le taux de positivité à 4,2%.

19/02/21 : COVID 19 - Les dernières données sur l’évolution des nouveaux variants montrent une diffusion généralisée du variant anglais dans tous les départements de la région. Les variants sud-africain et brésilien sont aussi présents mais dans une moindre mesure

19/02/21 : COVID 19 - Le nombre de nouvelles hospitalisations est en baisse avec près d’une centaine d’hospitalisations et une vingtaine d’admissions en réanimation en moins par rapport à la semaine dernière. Néanmoins, l'activité hospitalière liée au COVID-19.

18/02/21 : A Libourne, le conseiller municipal d'opposition Charles Pouvreau a annoncé sa démission. Dans un communiqué, l'ancien élu raconte avoir fait face à des « menaces et insultes » répétées et choisit donc de se mettre en retrait de la politique libournaise.

17/02/21 : Charente-Maritime : ce jeudi, une intervention dans le cadre des travaux de réparation du pont de la Laisse, situé sur la RD9 à Charron entraînera une fermeture à la circulation entre la RD137 en Vendée et la RN11 en Charente-Maritime, de 9h à 16h.

15/02/21 : La Rochelle : Lutte ouvrière organise une journée à la rencontre mercredi 17 février, de 10h30 à 12h30 puis de 16h à 18h sur le vieux port (cours des Dames) où une structure sera montée, ainsi que dans les rues piétonnes du centre-ville.

13/02/21 : Charente-Maritime: La préfecture signale des plaques de glace localisées notamment au droit des îlots. La circulation est délicate du côté de Mirambeau, Lorignac, Montendre, Archiac (D699), Jonzac (D28) et Pérignac (D732). Le salage est en cours.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/02/21 | Une nouvelle gamme de produits bio et sans sucres dans le Pays Basque

    Lire

    A Bardos (64), Elikatxo produit, transforme et commercialise des jus de fruits et des soupes. Afin d’élargir sa gamme de produits bio et sans sucres, l’entreprise doit créer une ligne de production automatisée. Pour aider la société dans cet investissement, la Région Nouvelle-Aquitaine a alloué une subvention de 30 270 euros lors de sa dernière commission permanente.

  • 25/02/21 | Mimizan va accueillir un tiers-lieu

    Lire

    Mimizan, territoire assez isolé en dehors de l’été, a décidé de créer un tiers-lieu, au travers de l’association « Lily dans les étoiles », pour permettre aux habitants de se rencontrer, d’échanger, de travailler mais aussi pour favoriser le lien social. Cette association, constituée d’une quarantaine de professionnels locaux issus de secteurs divers, souhaite avec ce tiers-lieu créer un pont entre le dynamisme économique de la saison estivale et l’activité des résidents à l’année. La Région Nouvelle-Aquitaine soutient ce projet à hauteur de 60 000 euros.

  • 25/02/21 | Dordogne : Rubi Cuir forme tous ses salariés

    Lire

    A Boulazac, Rubi Cuir fabrique des pièces de maroquinerie pour le secteur du luxe. Afin d’acculturer les salariés à ces savoir-faire particuliers, l’entreprise a mis en place un parcours de formation interne afin de professionnaliser rapidement les nouveaux salariés. Les enjeux de développement de l’entreprise portent aussi vers une professionnalisation des formateurs. Pour les aider à cela, la Région Nouvelle-Aquitaine a alloué à l’entreprise une aide de 67 708 euros.

  • 24/02/21 | A Canéjan, Hervé Thermique parie sur le numérique

    Lire

    Lors de sa dernière commission permanente, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de soutenir la transformation numérique de la société Hervé Thermique, basée à Canéjan en Gironde. L’entreprise, répartie sur 60 sites en France, a décidé de poursuivre sa stratégie de croissance en améliorant son offre en matière de maintenance. Pour ce faire, elle compte développer un outil numérique innovant autour de la maintenance du bâtiment.

  • 24/02/21 | Cybersécurité: Escape Technologies innove à Biarritz

    Lire

    Créée en septembre 2020, Escape Technologies, basée à Biarritz, se positionne sur le marché de la gestion des vulnérabilités et de l’audit cyber. Elle souhaite aujourd’hui innover et développer le prototype de sa solution de cybersécurité visant la génération des règles de sécurité automatisées et basées sur l’intelligence artificielle pour le cloud. La Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de soutenir ce projet à hauteur de 75 000 euros.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | SNCF : une "série d'incidents" bloque des centaines de passagers dans les Landes

31/08/2020 | 445 passagers ont pris un bus en gare d'Hendaye ce lundi matin, attendant d'être acheminés en bus vers Bordeaux puis en train jusqu'à Paris.

Incident SNCF

Voilà, à coup sûr, un dimanche dont ils se seraient bien passés. De nombreux voyageurs se sont retrouvés bloqués dans la nuit du dimanche 30 août entre Dax et Bordeaux suite à plusieurs pannes électriques sur le tracé. Ce lundi matin, la SNCF a évoqué "un rétablissement du réseau mardi" mais les travaux à faire seront "conséquents" et devraient concerner "plus de soixante kilomètres de voies principales" selon le ministre délégué aux transports, Jean-Baptiste Djebarri. À la mi-journée, l'origine précise de l'incident déclencheur n'était toujours pas connue et plusieurs centaines de passagers toujours bloquées en gare d'Hendaye devaient être acheminés vers Bordeaux en bus.

Trois trains se sont retrouvés bloqués dans les Landes dans la nuit de dimanche 30 août à lundi 31 août en raison d'une série de pannes électriques, sans compter de nombreux autres trains qui ont eu du retard où ont dû faire marche arrière, sans que l'on en connaisse encore le nombre précis. Lundi matin, plusieurs trains en direction de Paris affichaient un retard dépassant les 2h30. Environ un millier de voyageurs ont pu repartir après avoir été bloqués toute la nuit dans les Landes, à Morcenx puis Ychoux après être partis d'Hendaye à destination de Paris. Beaucoup d'entre eux ont partagé leur expérience et leur mécontentement sur les réseaux sociaux, notamment sur Twitter. 

 

https://twitter.com/paularrory/status/1300229456292909058?s=20

https

Solutions de repli

D'autres voyageurs, qui souhaitaient prendre le train pour rentrer à Bordeaux, n'ont pas vraiment eu plus d'informations sur la situation. C'est le cas de Marie Pendanx, qui devait prendre le train dimanche soir en gare de Dax. "Quand je suis arrivée, j'ai constaté qu'il y avait beaucoup de monde en gare, je me suis dit que c'était à cause de la rentrée. En fait il n'y avait pas de train, aucun guichet ouvert, aucune info sauf des annonces de service pour le port du masque sur le quai. Un train est arrivé en gare avec deux heures de retard, je suis montée dedans et j'ai attendu. Une demi-heure après, j'ai appris qu'il y avait eu un incident à Morcenx et que le départ du train était reporté. Nous étions tous parqués comme des bœufs dans un contexte de covid. Je suis une personne à risque, c'était flippant. Je suis rentrée chez mes parents, j'ai annulé tous mes rendez-vous. Le lendemain, il n'y avait toujours aucun train pour Bordeaux. Aucun bus non plus, rien. J'ai croisé un couple de retraités qui a dormi à l'hôtel. Un ami professeur qui devait faire la rentrée à Paris a fini par prendre l'avion, mais il ne m'a pas dit combien ça lui avait coûté...".

gare de DaxDes passagers bloqués en gare de Dax, où Marie devait prendre son train vers Bordeaux dimanche soir (photo Marie Pendanx).

Dans un communiqué publié en début de matinée, la préfecture des Landes a confirmé avoir "activé le Centre opérationnel départemental (COD), réunissant les services de la préfecture, la police, la gendarmerie, le service départemental d’incendie et de secours (SDIS) et l’association départementale de protection civile (ADPC). À Dax, près de 73 passagers provenant d’un TER et d’un TGV ont dû être hébergés par la SNCF. Ils ont été transportés jusqu’à des hôtels avec le soutien de la sous-préfecture de Dax, de la mairie de Dax et de l’ADPC des Landes. La police nationale était présente pour sécuriser les lieux. L’opération était terminée à 5h du matin. À Ychoux, les passagers du TGV 8538 ont été transférés dans une rame de secours venue de Bordeaux. L’opération de transfert s’est terminée à 6h50", termine la note.

"Enchaînement d'incidents"

Vers 11h30 ce matin, deux responsables régionaux ont tenu une conférence de presse en gare de Bordeaux et donné les premiers éléments d'information. "Il s'agit d'un évènement exceptionnel qui a créé un enchaînement d'incidents et a abouti à l'interruption des circulations. Quelques trains ont pu remonter mais ça a globalement mis les voyageurs dans une situation extrêmement difficile", a ainsi affirmé Jean-Luc Gary, directeur territorial SNCF Réseaux. "Ce qu'on ne sait pas à cette heure, c'est quelle partie a créé quoi : un pantographe défectueux qui a arraché la caténaire ou un élément défectueux de la caténaire qui a lâché et endommagé le pantographe (dispositif articulé qui permet aux trains de capter le courant par frottement). Une enquête interne est en cours. Cela concerne l'ensemble du Sud de l'Aquitaine, avec plusieurs évènements dus à la même cause qui se sont reproduits. On va procéder à la vérification de tous les trains qui ont circulé sur ces sections. Nous avons identifié un élément de caténaire défectueux à Orthez mais on ne sait pas encore s'il est à l'origine du problème. En tout cas, un train a circulé endommagé et a abimé la caténaire à plusieurs endroits, notamment sur les aiguillages".

Jérôme Attou, directeur de crise à la SNCF, affirme que des vérifications doivent se dérouler dans l'après-midi. "On a du déclencher un transbordement sur le TGV 8538, faire venir une rame de Bordeaux avec la protection civile à bord et du ravitaillement. Le transbordement s'est effectué en pleine voie et le train a été réacheminé en gare de Bordeaux. On a aussi fait revenir deux TGV (jumelés) en gare d'Hendaye. À l'heure actuelle, 445 personnes sont toujours dans cette gare. Nous avons mobilisé des bus pour les prendre en charge et les acheminer à Bordeaux puis en TGV vers Paris. Notre priorité, c'est de finir l'acheminement des voyageurs". Ces derniers ont pris des bus en fin de matinée.

Le responsable a également évoqué la question du dédommagement des voyageurs. En début de matinée, Jean-Baptiste Djebarri, ministre délégué chargé des transports, a évoqué un remboursement à hauteur de 300%. Interrogé, Jérôme Attou a clarifié : "nous allons rembourser le billet et donner aux voyageurs deux billets gratuits. On prendra aussi en charge tous les frais annexes (hôtels, ect.) sur présentation de facture liée à l'incident". Le ministre a affirmé que plus de 60 kilomètres de voies principales avaient été endommagés et évoqué des travaux conséquents. Du côté de la SNCF, la reconnaissance des voies et caténaires endommagés est en cours et "on estime que le rétablissement normal du réseau se fera demain". Aucun train ne circulera donc sur les lignes Bordeaux-Hendaye et Bordeaux-Tarbes au moins ce lundi.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
3908
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
RECARTE Pierre | 07/09/2020

Cet incident ferroviaire a été le prétexte pour Alain Rousset de relancer « son projet de LGV » à travers un communiqué de presse où la Région déclare : « la nécessité d'augmenter la capacité ferroviaire avec une ligne nouvelle car cet incident montre de manière crue la vulnérabilité de la liaison Hendaye-Bordeaux-Paris ».
La ligne actuelle a une capacité de 240 trains par jour, deux sens confondus et il circulait fin 2018 entre Facture et Hendaye (source SNCF Réseau) 50 trains, deux sens confondus (14 trains de fret, 14TGV, 28 TER).
Faut-il construire une ligne nouvelle pour augmenter la capacité d’une ligne sous-utilisée ?

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !