Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/10/18 : La Rochelle : la Ville et la Chambre d'Agriculture organisent un marché fermier d'automne, le 27 octobre de 10h à 19h place de Verdun. Thématique : la citrouille, avec des ateliers confections de citrouilles d'Halloween pour les enfants de 14 à 17h.

22/10/18 : La Charente-Maritime lance son premier forum des emplois saisonniers ostréicoles mardi 30 octobre de 14h à 18h au foyer culturel de La Tremblade. Pole emploi propose aussi le 25 à 10h un atelier découverte des métiers ostreicoles (sur inscription).

20/10/18 : Malgré les grèves qui ont affecté son trafic cette année,l'aéroport de Biarritz-Pays basque franchit, dès ce week-end des vacances de la Toussaint, le cap du million de passagers.

19/10/18 : Un salon gratuit sur la maladie de Crohn, la rectocolite hémorragique, la Polyarthrite et les rhumatismes inflammatoires chroniques est organisé samedi 20 octobre, à la maison des associations de Mérignac.Au menu: conférences, stands d'info, ateliers+ d'info

19/10/18 : Le Festival Garorock et Olympia production, filiale de Vivendi, ont annoncé ce 18 octobre la conclusion d'un accord d'acquisition du premier par le second. La finalisation de cette acquisition devrait intervenir d’ici la fin de l’année.

18/10/18 : En 2018, le Festival Musicalarue organisé à Luxey (40) a accueilli 49 110 personnes. Combien seront-elles pour l'édition des 30 ans ? Les dates viennent d'être dévoilées : le rendez-vous est donné les 15, 16 et 17 août 2019 !

16/10/18 : Des opposants au projet du contournement de Beynac ont bloqué ce mardi à Vézac, les véhicules qui participaient à une visite de presse du chantier organisée par le Département. Sur décision de la préfecture, les gendarmes ont délogé les manifestants.

16/10/18 : Christelle Dubos, secrétaire de la commission des affaires économiques de l'Assemblée Nationale et députée girondine, a été nommée ce mardi secrétaire d'Etat auprès de la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn.

16/10/18 : Remaniement - Christophe Castaner : ministre de l'Intérieur ; Marc Fesneau (MoDem) : secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement ; Franck Riester (Ex-LR) : ministre de la Culture ; Didier Guillaume (ex-PS) : ministre de l'Agriculture

16/10/18 : Remaniement suite - Jacqueline Gourault (MoDem) : ministre de la Cohésion des Territoires et des Collectivités Locales ; Marlène Schiappa : secrétaire d'Etat à l'Egalité Femmes-Hommes et à la lutte contre les discrimination

16/10/18 : Le 17 octobre à 11h15, un coaching des demandeurs d'emploi est organisé à la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Poitiers en vue de les accompagner avant le Forum emploi qui aura lieu le lendemain.

16/10/18 : Le Conseil municipal de Biarritz a voté par 20 voix pour, face à 15 contre, le projet de gestion du Palais proposé par le maire Michel Veunac à l'issue d'une réunion très tendue. Une conseillère municipale, Virginie Lannevère a démissionné

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 22/10/18 | Le Plan Végétal Environnement est là !

    Lire

    Pour aider les agriculteurs à investir dans du matériel ou dans l’aménagement de leur exploitation, la Région Nouvelle-Aquitaine, les agences de l’eau Adour-Garonne et Loire-Bretagne, le FEADER, l’État et les collectivités territoriales lancent un nouvel appel à projets jusqu’au 31 mars 2019. Il permet de répondre à la réduction des pollutions et à l’optimisation de la consommation d’intrants ; à la réduction de l’érosion des sols ou à la réduction des prélèvements de la ressource en eau. Modalités et formulaire de réponse

  • 22/10/18 | Charente-Maritime : un nouveau sous-préfet pour le bassin de Jonzac

    Lire

    Jérôme Aymard, le nouveau sous-préfet de Jonzac, prend officiellement ses fonctions ce 22 octobre lors d'une cérémonie de commémoration aux Morts à Jonzac. C'est son premier poste en tant que sous-préfet, après avoir été chef de différents services de sous-préfectures dans la Loire et dans le Morbihan, où il était dernièrement DRH à la Préfecture.

  • 22/10/18 | Le retour des marchés au gras à partir du 3 novembre à Périgueux

    Lire

    La saison des marchés au gras et aux truffes a lieu du samedi 3 novembre au 16 mars 2019. Les mercredis et samedis matin, les producteurs locaux vendront leurs produits frais issus de l’élevage de canards et d’oies. La place Saint-Louis, accueillera une trentaine de producteurs de Dordogne venus faire découvrir, déguster et vendre des produits de haute qualité. Quatre marchés primés seront organisés, les 17 novembre, 15 décembre, 12 janvier et 16 février. Les marchés aux truffes débutent le 8 décembre.

  • 22/10/18 | Premières pistes pour la loi mobilité

    Lire

    Le projet de loi d'orientation des mobilités, qui doit être présenté en novembre, a détaillé son contenu ce lundi. On y découvre notamment la fin programmée des péages d'autoroute, remplacés par un système de capteur censé détecter une vignette, un badge ou la plaque d'immatriculation des conducteurs. Concernant le co-voiturage, un système de tarif dégressif est à l'étude. Enfin, l'indemnité transports et le forfait mobilité (pour les personnes se rendant au travail à vélo ou en co-voiturage) pourraient désormais bénéficier de 400 euros par an.

  • 22/10/18 | Vers un TGV Bordeaux-Londres ?

    Lire

    SNCF Réseau, Lisea, Eurotunnel et HS1 (la LGV britannique) viennent de signer un accord pour lancer une étude de faisabilité sur une liaison ferroviaire entre Bordeaux et Londres. Elle passerait par la ligne Bordeaux-Lille et permettrait de relier Londres en cinq heures. Pour l'instant, les discussions tablent sur un aller-retour par semaine. Avant une potentielle mise en service (qui pourrait intervenir en 2021 ou 2022), la Gare St Jean devra s'équiper d'un terminal international permettant de vérifier les passeports. Les résultats de l'étude de faisabilité ne sont pas attendus avant plusieurs mois.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Solicamp n°3: agir avec le numérique contre les précarités...

16/09/2014 | A l'occasion du 2ème anniversaire du Node, Aquinum, Les Bruits de la Rue et la Fondation Orange organisaient un 3ème «Solicamp». Bilan: numérique + solidarité = bonnes idées.

Au Node, troisième Solicamp pour les Associations Aquinum et Bruits de la Rue en partenariat avec la fondation Orange

Et si le numérique pouvait être un outil pour aider les personnes en situation de précarité ou les associations qui les soutiennent? Une intuition que les professionnels du numérique et de la précarité creusent régulièrement par l'organisation de barcamp, rebaptisés ici «Solicamp ». Il s'agit d'ateliers participatifs dont les thèmes sont fixés par les participants eux-mêmes. Le deuxième anniversaire du Node, le lieu bordelais de rencontres et partage autour du numérique, a ainsi fourni l'occasion à Aquinum et à l'association les Bruits de la Rue d'organiser un troisième Solicamp, avec le soutien de la Fondation Orange. L'idée: discuter et échanger entre acteurs du numérique et de la solidarité (mais pas seulement, toutes les bonnes volontés sont acceptées) pour voir comment de façon concrète le numérique peut faciliter un certain nombre de situations délicates.

Réunis autour du grand tableau noir du Node, les participants du Solicamp ont jeté en vrac plusieurs thèmes liés à la précarité et sur lesquels, selon eux, a priori, l'outil numérique pourrait intervenir de façon positive. A partir de ces grandes thématiques, cinq ateliers se mettent alors en place, accueillant chacun entre 5 et 10 participants : «comment déclencher l'aide et si possible le plus en amont possible?», «un internet local, ou comment recréer du lien?», «le micro-don, ou comment déclencher le don?», «comment donner accès au numérique et aux technologies?» et enfin «l'alimentation».

Dans chaque atelier, après une heure d'intenses échanges, débats, arguments contre-arguments, difficultés soulevées, parfois résolues ou contournées, plusieurs pistes de réflexions et idées d'actions concrètes ont ainsi été restituées à l'ensemble des participants.

Atelier "Déclenchement de l'aide"
C'est l'atelier qui a attiré le plus de participants. Parti de l'objectif de fournir l'accès à un individu à l'ensemble de ses données sociales, et aux différents droits auxquels il peut prétendre, l'atelier suggère la mise en place de bornes accessibles dans différents points de la ville, à commencer par le CCAS. Des bornes dont l'interface devrait être le plus ergonomique et intuitive possible qui seraient également sources d'informations sur les lieux ouverts pour manger ou dormir le soir même par exemple. Un projet qui par ailleurs pourra être abordé prochainement lors d'une rencontre entre la Mairie de Bordeaux et le CCAS dans le cadre de la rédaction du livre blanc de la solidarité numérique, afin de réfléchir plus concrètement encore à la faisabilité du projet.
 
Atelier sur le déclenchement de l'aide
 
Atelier ''recréer du lien''

Atelier "Recréer du lien"

Plusieurs idées ont ici été évoquées, notamment utiliser le numérique pour pouvoir mettre en place l'idée «d'échange de temps». Le rapporteur évoque un exemple simple. «Je vais voir ta grand mère isolée, qui habite dans ma ville, pendant que tu vas voir la mienne qui habite dans ta ville», une solidarité de paire à paire indirecte, établies via un site ou un réseau social dédié. Autre idée: créer du lien de façon matérielle pour que les gens se rencontrent autour du numérique. Il s'agirait ici de repérer des membres de communautés locales sachant utiliser Skype, envoyer un mail à l'administration,  puis organiser des réunions chez d'autres personnes («sur le mode réunion Tupperware»), et ainsi engendrer un cercle vertueux, quitte à créer quelques principes de méthode d'apprentissage. Pour impulser les initiatives, l'atelier suggère la création d'un concours, par le biais d'associations ou de travailleurs sociaux, qui viendrait gratifier les meilleurs efforts dans ce sens.
Atelier "Micro-dons"
Ici les participants avouent avoir un peu dévié du thème initial pour se pencher davantage sur «comment redonner du sens au don?». Résultat des échanges de l'atelier: il faut travailler sur le donateur au niveau local et dans la proximité. Le donateur doit être acteur de son don, "quand je donne, je participe", et en lien avec l'association travailler sur le local, via des animations par exemple, et permettant d'engendrer un nouvel adhérent et donc un nouveau don. «Pour créer ça, il faut un effet viral», insiste le rapporteur.
 
Atelier ''micro don''
 
Atelier ''accès au numérique''

 

Atelier "Accès au numérique"
Ici, l'atelier a fait le choix de viser "les personnes en rupture mais qui ont un domicile", prévient le rapporteur. Sur ce public le groupe a analysé trois causes de non accès : problème par rapport à l'accès au réseau, problème par rapport à l'acquisition d'un terminal, et problème par rapport à la formation pour accéder au service. Pour la première hypothèse, il suggère l'idée d'un accès itinérant gratuit via le wifi gratuit parfois déjà existant dans les villes ou bien , quand il est inexistant, via réseau fourni par les relais du wifi fourni par les opérateurs. Dans ce cas, "il faudrait inventer un service d'accessibilité à ce réseau issu des relais opérateurs". Sur la question de l'accès au service, celui-ci doit être simplifié avec de gros pictogrammes en ciblant prioritairement l'accès aux droits, mais aussi, en lançant a priori une enquête auprès des personnes visées afin de connaître leurs besoins.
Atelier "Alimentation"
Un premier axe a été évoqué autour des jardins partagés et du «Big Data»: repérer et géolocaliser les jardins partagés ou péri-urbain, s'ils sont utilisés ou pas, et réfléchir à une «exploitation» selon un modèle par exemple canadien. A Toronto, un bénévole s'occupe du jardin et à droit à un tiers de la production, le propriétaire a droit à la même part et le dernier tiers revient à une association caritative. Autres idées, remettre au goût du jour la pratique du "pain suspendu", selon lequel les centimes laissés par les clients permettent de mettre des pains de côté afin de les donner. Le groupe suggère de recenser les commerces qui accepteraient ce genre de solidarité, en échange de visibilité. Même logique avec les boulangeries qui parfois bradent leur prix en fin de journée, pour diminuer le nombre d'invendus. L'idée est de fédérer ces démarches pour qu'elles soient plus visibles et plus connues. Il a également été suggéré une "Fête de l'alimentation" qui mettrait en exergue dans un quartier donné les bonnes pratiques autour des solidarités alimentaires.
 
Atelier ''alimentation''

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
1558
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !