aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

29/05/17 : Chômage : en Charente-Maritime, le nombre de chômeurs (catégorie A) a baissé ces 12 derniers mois, soit -3,9% en un an. Mais le nombre de demandeurs d'emploi avec une activité précaire a lui augmenté de +1,9 % en un an, soit 57 030 inscrits en tout.

23/05/17 : Législatives en Lot-et-Garonne : 38 candidats en lice le 11 juin prochain. Dans le détail : dans la 1ère circonscription (Agen-Nérac) : 13 candidats. Dans la 2ème (Marmande) : 13 candidats et dans la 3ème (Villeneuve) : 12 candidats.

17/05/17 : Le député béarnais Jean Lassalle, maire de Lourdios-Ichère, briguera un nouveau mandat aux légistatives dans les Pyrénées-Atlantiques. Il se présentera sous l'étiquette du mouvement "Résistons", qu'il a créé.

16/05/17 : En Dordogne, Jean-Pierre Cubertafon, maire Modem de Lanouaille, a été finalement investi pour les législatives par République en Marche sur la 3e circonscription de Dordogne (Périgord vert), détenue par Colette Langlade (PS), candidate à sa succession.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 29/05/17 | Charente-Maritime : deux préfets sur le départ

    Lire

    Le préfet Eric Jalon a officiellement quitté ses fonctions ce lundi, suite à sa nomination il y a dix jours à Matignon. La sous-préfète du bassin de Rochefort Magali Sellès est également sur le départ. Elle quitte le corps préfectoral pour se consacrer pleinement à ses premières amours : le Droit administratif. Elle prend mercredi ses nouvelles fonctions de vice-présidente au tribunal administratif de Toulouse. Aucun des deux successeurs de ces préfets ne sont connus pour l'instant.

  • 24/05/17 | La Nouvelle-Aquitaine reprend quelques couleurs

    Lire

    Selon une dernière étude de l'Insee, la région Nouvelle Aquitaine profite d'une légère croissance économique. D'abord au niveau du chômage, qui baisse de 0,3 points au quatrième trimestre (9,3% contre 9,7% au niveau national); puis sur l'emploi salarié marchand (+1,4%), majoritairement poussé par l'intérim dans le secteur tertiaire. Enfin, les exportations régionales progressent elles aussi (+1%) mais l'ensemble des secteurs porteurs sont en recul, malgré la bonne santé de l'aéronautique et du spatial.

  • 24/05/17 | La ministre des Sports au Mondial de Surf... et au jaï alaï de Biarritz

    Lire

    Demain jeudi, Laura Flessel, la ministre des sports se rendra aux Mondiaux de surf, sur la Grande plage de Biarritz où elle sera accueillie par le président de la Fédération Jean-Luc Arassus et où elle passera une bonne partie de l'après midi. Puis elle ira au jaï Alaï d'Aguilera et sera accueillie par M. Lilou-Pierre Echeverria, président de la Fédération française de pelote basque et Michel Poueyts, directeur technique national. Elle en profitera pour visiter enfin l'Académie basque du sport.

  • 20/05/17 | Une nouvelle caserne de gendarmerie à Tonneins

    Lire

    Avant de quitter son poste au ministère de l’Intérieur, Matthias Fekl a confirmé la construction d’une nouvelle caserne de gendarmerie à Tonneins, au profit de la brigade territoriale de proximité chef-lieu de Tonneins et du peloton de surveillance et d’intervention de Marmande, dès cette année.

  • 20/05/17 | François Amigorena persiste et signe dans la 6e des PA

    Lire

    "Dans l'attente de la décision finale de la Commission d'éthique et de la Commission d'investiture de la République en marche, j'ai déposé à titre conservatoire ma candidature à l'élection législative des 11 et 18 juin dans la 6° circonscription". François Amigorena, n'est pas tombé dans le piège de la résignation suite à la désignation, sur insistance de François Bayrou de Vincent Bru comme représentant de la République en marche dans la 6ème circonscription, Biarritz et sud Pays basque. 800 signataires s'étaient mobilisées contre l'investiture du maire de Cambo-les-Bains.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | Start up à succès: Nicolas Masson et Parking Facile

15/03/2016 | En créant Parking Facile en 2014, Nicolas Masson avait un objectif : libérer des places de parking low-cost en plein centre-ville. Deux ans après, pari réussi ?

Nicolas Masson, co-fondateur de Parking Facile

A l’ère du numérique et de la French Tech, le concept de base d’une jeune entreprise, ce qu’elles appellent leur « pitch », est souvent résumable en quelques phrases. Celui de "Parking Facile", start-up créée à Bordeaux en 2014, l’est en quelques mots : opérateur de parking partagé. Elle offre à son utilisateur la possibilité de transformer son téléphone portable en télécommande lui permettant d’accéder à des places de parking souvent 40% moins chères que celles des parkings payants en centre-ville. Son co-fondateur et cycliste convaincu, Nicolas Masson, nous en explique le concept.

"J’ai constaté que les places en voirie et en ouvrage public sont rares et chères alors qu’il en existe plein en ville qui sont à usage privé. Pour les rendre accessibles au public, il suffit d’enlever la remise de clefs et de créer un boîtier connecté et une application mobile. En fait, on met à disposition de tout automobiliste inscrit sur le site un réseau de parkings qui appartiennent à des bailleurs sociaux, résidents ou entreprises. Ces places sont soit sous-utilisées, soit pas du tout, ce qui fait qu’on optimise un parc de parkings privés, ça rapporte de l’argent aux partenaires qui mettent leurs places à disposition, c’est sans aucune contrainte de gestion et ça revient moins cher à l’automobiliste".

Un pitch, et c'est partiCe jeune entrepreneur de 26 ans originaire de Normandie n’a pas été victime d’un coup de folie qui l’a incité à se lancer dans cette aventure, il est parti avec une expérience solide derrière lui. D’abord des études d’éco-gestion à l’Université de Bordeaux, puis un master 2 en "gouvernance des entreprises familiales et patrimoniales". Après plusieurs stages dans le milieu du sport, notamment dans le judo qu’il exerce à ses heures ou encore le marketing au sein d’une salle de fitness; et la grande distribution où il s’est occupé de gérer la logistique d’une entreprise de livraisons à domicile, il a intégré la Chambre de Commerce et d’Industrie de Bordeaux au sein du service création d’entreprises. Pendant sept mois, il s’est constitué en porteur de projets sur différents secteurs d’activité, avec un petit chouchou qui s’est très vite distingué. "C’est là que j’ai découvert mon secteur d’activité préféré : le numérique et les modèles économiques innovants. J’accompagnais un maximum de porteurs de projets dans ce secteur, ça m’a permis de comprendre l’écosystème de l’entreprenariat à Bordeaux. Quand on a lancé "Parking Facile", on avait donc déjà un bagage, on savait déjà à qui s’adresser". 

Avec Tom Camin, un jeune entrepreneur qui avait déjà fait ses armes avec une application mobile sur le jardinage, "L’arrosoir", ils se croisent au sein d’un concours puis au sein d'un salon de l’entreprise. L’idée germe et les deux jeunes pousses décident de s’associer. "Il avait pour projet de fermer sa boîte, et comme je ne connaissais pas beaucoup de développeurs web et mobile, je lui ai proposé et il a sauté dans le train", explique Nicolas Masson. Depuis, le train roule, doucement certes, mais sûrement. Il y a quelques semaines, Parking Facile a changé de local et s’est doté d’une nouvelle vitrine en plein centre de Bordeaux. Une expansion qui est aussi le reflet d’une bonne connaissance de l’écosystème en amont. "On a toqué aux bonnes portes et on a été très accompagnés dès le début, notamment par la Chambre de Commerce de Bordeaux. On était incubé à AEC (Aquitaine Europe Communication) et on a été très tôt lauréats du Réseau Entreprendre ce qui nous a permis d’être toujours encadrés. Le lancement commercial de la société a, en fait, eu lieu un an après sa création, au départ c’était une S.A.S qui nous a permis de démarcher et de recruter nos premier partenaires". 

Des soutiens actifsAvec de nombreux soutiens financiers (dont une levée de fonds de 300 000 euros avec l’aide de la BPI, du Conseil régional et de financeurs privés), "Parking Facile" a pu démarrer son activité assez sereinement car soutenue dès le départ. A l’initiative du Crédit Agricole, ils ont passé un entretien devant l’équipe du "Village by CA" et ont été retenus parmi les trois lauréats. "Ca nous a permis d’avoir beaucoup de visibilité et un accès privilégié aux différents métiers du Crédit Agricole, notamment dans l’immobilier. Aujourd’hui, rien n’est fait mais on avance de manière un peu plus décomplexée". Les récompenses, elles non plus, n’ont pas tardé : membre de l’opération French I.O.T par La Poste, ils ont été parmi les quelques entreprises chanceuses à voyager jusqu’à Las Vegas lors du dernier Consumer Electronic Show, grand messe américaine des entreprises de nouvelles technologies. "Parking Facile" a également été lauréat, en novembre 2014, du coup de coeur du public lors de la remise des prix CGPME (Confédération générale du patronat des petites et moyennes entreprises) où, plus surprenant, du prix développement durable, ce que Nicolas Masson explique. "D’abord, on libère de l’espace public, on l’optimise. On a une approche open-data puisque pas mal de nos parkings ne sont pas en hyper-centre et proches des transports collectifs, donc on se substitue ou on complète un réseau de parc relais. Dans la mesure ou on permet de réserver sa place en avance, on évite à l’automobiliste de tourner en rond, sachant que 20% du trafic en zone urbaine dense est lié à la recherche d’une place". Un modèle rentableIl est vrai que le modèle économique offre un potentiel certain et que l’offre ne peut que s’étendre, compte tenu du prix des parkings et du nombre de places en centre-ville de Bordeaux où garer sa voiture est devenu un vrai casse-tête. Selon de récentes études, on a appris que la moitié des places de parking réalisées dans le cadre de programmes de logements sociaux n’étaient jamais utilisée. Reste à démarcher et convaincre de potentiels partenaires, ce qui est devenu pour la jeune start-up qui compte aujourd’hui sept personnes dont trois salariés, un des principaux objectifs. "Après le lancement, on s’est concentrés sur l’acquisition de partenaires, ce qui est encore aujourd’hui le nerf de la guerre. C'est très difficile, parce qu’on essaye de travailler avec des grands comptes et leurs cycles de décision sont très longs. On voudrait avoir cinquante parkings et cinq cent places dans un avenir proche". 

Financièrement surtout, "Parking Facile", bien que disposant d’un parc modeste voué à s’agrandir, reste assez compétitif pour le consommateur de son service. "On est pertinents pour tous ceux qui n’ont pas leur carte résidents parce qu’on est moins cher : 1€50 de l’heure au lieu de 2€20 sans compter notre système de plafonnement qui revient à huit euros la journée (six euros de 8h à 20h et deux euros de 20h à 8h). Et la semaine est aussi plafonnée à trente euros sur les places les plus chères. On est rentables puisque la place coûte en gros cent-vingt euros par mois alors qu’elle en vaut quatre-vingt. Le but du jeu, c’est d’être moins cher que les autres parkings. Même si l’expérience client est moins bonne chez nous que dans un parking public, les prix sont souvent divisés par quatre". 

De nouvelles pespectivesUne des ambitions de Parking Facile dans un futur proche serait d’étendre ce modèle en commercialisant des parkings dans une dizaine de grandes métropoles en France et dans plusieurs villes moyennes du Sud-Ouest. Faisant pleinement partie d’un nouvel écosystème numérique bordelais en plein essor et ayant bénéficié d’aides conséquentes pour se lancer, Nicolas Masson affirme qu’il est peut-être inutile pour une jeune start-up (de plus en plus nombreuses chaque mois à Bordeaux et sur la Métropole) d’être trop assistée.

"Le rôle des collectivités, c’est d’aider financièrement les jeunes entreprises et de les mettre en relation avec les différents acteurs. Beaucoup de ces acteurs ont pour but d’accompagner, on se perd vite. On a plusieurs fois fait des dossiers pour participer à des concours, nationaux ou internationaux, et arrivés à la fin de la semaine, on n’a pas décroché un contrat ni eu davantage de clients. Il ne faut pas non plus oublier que le mec qui réussit à signer ses contrats et à faire venir ses clients est sûr de trouver des investisseurs ou de faire marcher un business, ce n’est pas le cas pour quelqu’un qui se fait sur-accompagner. Il y a un arbitrage à faire, il faut que chaque porteur de projet puisse doser".

Porteur d’une solution innovante et d’une alternative aux problèmes de stationnement, "Parking Facile" compte bien pérenniser son petit modèle, dont le chiffre d’affaire est aujourd’hui inférieur à 100 000 euros. Quant-à savoir pourquoi ils n’ont pas été lauréats du label French Tech alors qu’ils en font indirectement partie, là encore, Nicolas Masson a une réponse : "on ira le chercher en temps et en heure". 

Pour revoir notre reportage au sein de l'entreprise LoisirsEnchères.com et l'interview de son fondateur, rendez-vous à cette adresse : www.aqui.fr/economies/start-up-a-succes

 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
8232
Aimé par vous
21 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Nicolas Masson | 10/01/2017

Et n'hésitez pas à découvrir notre nouveau site qui fait suite à notre ouverture nationale !
https://www.parking-facile.com/

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 32 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !