Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/20 : Le TramBus de l'agglomération Bayonne-Anglet-Biarritz a franchi le cap du million de voyages, dont 200 000 en janvier. Les abonnements mensuels et annuels observent une progression de plus de 50%; les abonnements scolaires ont eux augmenté de +14 %

20/02/20 : A partir du lundi 24 février, les détenteurs d'un abonnement TBM pourront emprunter la ligne 42 du TER entre Bordeaux Saint-Jean et Parempuyre, et entre Pessac-Centre et Parempuyre, avec cette même carte TBM. Une expérimentation d'1 an renouvelable.

20/02/20 : C'était une figure de la presse française: Jean Daniel le fondateur du Nouvel Observateur s'est éteint ce 19 février à 99 ans. Ce natif d'Algérie, comme Camus, fut aussi un des témoins exigeants de la renaissance du parti socialiste dans les années 70.

19/02/20 : La métropole de Bordeaux a choisi le groupement Eiffage/UCPA/Dalkia et Banque des Territoires pour construire le futur stade nautique de Mérignac. Les travaux doivent démarrer en novembre pour une livraison en 2022.

19/02/20 : Municipales: la liste "Changer!" présente son programme pour Villenave d'Ornon autour de Patrick Bouillot et Florence Rialland ce samedi 22 février, à 10h, salle Jacques Brel

18/02/20 : Présence annoncée de Benoît Biteau député européen EELV et agriculteur en Charente-Maritime à la réunion, ce jeudi 20 février à 19h30, de la liste "Villenave écologique, solidaire et citoyenne" à l'auditorium de Sourreil.

18/02/20 : Dans le cadre des Conférences Montaigne organisées par l'Université bordelaise du même nom, Noël Mamère interviendra ce jeudi 20 février (Amphi B - 18h) sur le thème de "L’écologie, le paradigme politique du XXIe siècle".

18/02/20 : La FDSEA 64 a renouvelé son bureau: Franck Laborde, céréalier, secrétaire général de l’AGPM et éleveur de canards à Préchacq-Navarrenx en est le nouveau président, remplaçant Bernard Layre, devenu l'an dernier Président de la Chambre d'agriculture 64

16/02/20 : Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, a démissionné et conduira finalement la liste LREM aux municipales de Paris sur décision évidente d'Emmanuel Macron; le député Olivier Véran lui succède au ministère.

10/02/20 : Charente-Maritime : le festival electro Stereoparc a dévoilé les premiers noms de la programmation de la soirée Coco Coast du samedi 18 juillet 2020 : Martin Solveig, Bakermat et Bellecour.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 24/02/20 | Projet de loi 3D : une plate-forme de concertation en région

    Lire

    Le futur projet de loi 3D, porteur du "nouvel acte de décentralisation" annoncé par Emmanuel Macron à l'issue du grand débat national vise à "transformer les relations entre l’État et les collectivités territoriales". Dans ce cadre, une concertation est organisée à l'échelon régional et départemental entre préfets, élus locaux et acteurs de la société civile autour notamment du logement, du transport et de la transition écologique. Une plate-forme participative permet aussi aux élus, entreprises, syndicats, associations et citoyens, de déposer leurs propositions jusqu'au 15/04.

  • 24/02/20 | Remonter le temps à grande vitesse à Poitiers

    Lire

    Potiers remonte dans le temps ! Elle accueillera l’exposition « L'archéologie à Grande Vitesse : 50 sites fouillés entre Tours et Bordeaux» du 16 avril au 30 août, au Musée Sainte-Croix. Ces fouilles initiées lors du tracé de la LGV en 2009, ont permis de mieux comprendre les anciens rites funéraires mais aussi l’évolution de la flore et la faune il y a 100 millions d’années, en Centre-Val de Loire et Nouvelle-Aquitaine. Créée par LISEA et SNCF RÉSEAU, cette exposition est l’occasion de traverser les âges grâce à des reconstructions 3D, plongeant les visiteurs avec nos cousins, les chasseurs préhistoriques.

  • 23/02/20 | "Economie verte et responsable" à Cap Sciences

    Lire

    Conférence débat le 10 mars (18-20 h) des Amis de Cap Sciences à Bordeaux : « Vers une économie verte et responsable – Défis et initiatives. » Au coeur des échanges:« l’exercice des activités humaines de plus en plus interpellé par l’émergence de préoccupations environnementales. Interviendront, sous la houlette d'Alain Ribet, Robert Pierron, chercheur associé au Centre Associé Régional du CEREQ de Bordeaux, Co-Auteur de « L’économie verte:rupture ou adaptation de la formation et de l’emploi ? », Marc Pena PDG d’une entreprise de recyclage et de traitement des déchets, Bernard Layre président de la chambre d’agriculture des Pyrénées Atlantiques.

  • 23/02/20 | Le projet de contournement routier est de Périgueux via la RN 21 est relancé

    Lire

    Une réunion concernant les aménagements de la RN21 a eu lieu vendredi en présence des préfets de Dordogne et du Lot- et- Garonne, des présidents des deux Départements et des intercommunalités, des députés Michel Lauzzana et Jean-Pierre Cubertafon. Cette rencontre a permis d'échanger sur l'état d'avancement des aménagements en cours pour lesquels une enveloppe de 5,65 M€ est prévue, notamment le projet de contournement routier Est de Périgueux souhaité par le secrétaire d'État aux transports,Jean-Baptiste Djebbari.

  • 22/02/20 | Appel à projets 2020 de la MILDECA de La Rochelle

    Lire

    Le 19 février 2020, la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives lance son appel à projets 2020. Les actions de cette année, couvriront plusieurs champs allant de la prévention jusqu’à la structuration de la lutte contre les addictions sans produits. Pour simplifier les démarches, un site a été mis en place afin de traiter les demandes de subventions : demarches-simplifiees.fr

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Surf en Aquitaine: Un bras de fer entre développement local et business importé

19/08/2019 | Entre "concurrence déloyale" et "frein au développement local", les tour-opérateurs étrangers se retrouvent au coeur de nombreux conflits en Nouvelle-Aquitaine

le surf, puissance économique de la Nouvelle-Aquitaine

Avec plus de 70 000 pratiquants chaque année en Nouvelle-Aquitaine, le surf occupe une place prépondérante dans le développement touristique des littoraux atlantiques. Puissante identité régionale mais aussi outil marketing, la pratique du surf fait de la Nouvelle-Aquitaine, la 1ère destination Surf d’Europe. De ce fait, écoles de surf, moniteurs indépendants et autres Surf-camps ne manquent pas sur les côtes. Une saturation des acteurs qui amène une forte concurrence, source de « controverses » entre tour-opérateurs étrangers et écoles de surf locales.

« Dissemblance de diplômes », « réglementation non respectée », « frein au développement local »: l’arrivée de surf-camps pilotés par des tour-opérateurs étrangers sur la côte Atlantique ne cesse d'agiter les acteurs locaux néo-aquitains. Des tours opérateurs fortunés qui profitent de la réputation du littoral aquitain pour s’imposer et attirer le public tant étranger que français par le biais de « prix bien plus bas et des offres abusives au regard de la règlementation » selon Michel Queyraud, président du Syndicat Professionnel du Surf (SPS) qui dénonce une « concurrence déloyale sur différents plans ».

« Une dissemblance de diplômes » : BPJEPS contre ISA

Depuis quelques années, le marché français des cours de surf est assiégé par des tours opérateurs de surf, arrivant d’autres nations européennes, principalement originaires d'Allemagne et des Pays-Bas qui proposent des séjours axés sur le surf à prix cassés.

Il faut savoir qu'en France le ministère des sports a classifié le surf comme « sport à environnement spécifique », autrement dit le milieu naturel dans lequel il s’exerce peut s’avérer dangereux. Ceci explique qu'un niveau de compétence élevé est exigé avec le BPJEPS (Brevet Professionnel de la Jeunesse, de l'Éducation Populaire et du Sport), diplôme majeur français très complet et difficile qui demande de 6 à 10 mois de formation et un budget conséquent. Cependant, ailleurs dans le monde, le surf est considéré comme un « sport banal et normal ». Alors, non classé comme sport à risques, le surf à vu le diplôme australien ISA, créé par l’International Surfing Association, s’imposer comme référent en Europe par la Commission Européenne. Le diplôme ISA s’obtient quant à lui au bout d’une formation de seulement 7 jours et donc beaucoup moins complexe que le BPJEPS. Ces deux diplômes sont très différents. Le BPJEPS s’appuie sur une formation d’expérience et place, fortement, le regard sur la sécurité et la technique des futurs moniteurs, au contraire de l’ISA.

Un étranger, doté de l’ISA, peut donc donner des cours de surf sur le sol français. Une opération « réprouvée » par les moniteurs et école de surf français qui dénoncent « une survente du niveau de compétence des instructeurs, moins qualifiés, moins techniques et non certifiés en matière de sécurité; qui plus est quand un groupe sous la responsabilité d'un moniteur ISA se compose de 10 à 15 stagiaires, la norme française est de 8 ». Cela entraine une survente du niveau des moniteurs de ces tours- opérateurs parfois litigieux en termes de qualification.

Mais cette inégalité en matière de diplôme soulève un autre problème : à l’instar des écoles et moniteurs de surf français, les détenteurs de diplômes ISA doivent, normalement, faire une demande de carte professionnelle auprès du ministère de la Jeunesse et des Sports. Cependant, Kostia Boudine, cadre de la Fédération Française de surf nous explique « que ces tours-opérateurs jouent avec le règlement ». Effectivement, « en opérant souvent en zone non réglementée en limites communales, où les règles d'autorisation de la commune ne s’imposent pas, il n’existe pas de contrôle fiable et d’actions pour vérifier ces prérequis ». Une ruse qui augmente les tensions sur la côte Atlantique et affaiblit le développement des écoles locales. “Un contrôle réalisé début août par la DDJS sur la plage de Carcans, n’a pu contrôler que les écoles françaises, tous les surf-camps étrangers étant curieusement et exceptionnellement absents des plages ce jour-là. Cela pose question…” renchérit Rodolphe Scheel, gérant d’une école de surf de Carcans.

 

Une installation assistée, frein au développement local

Au fil du temps, cette installation massive de tours-opérateurs étrangers concurrence les écoles de surf locales françaises mais aussi certains établissements côtiers saisonniers comme les commerces et la restauration. On cite à cet égard le cas frappant de la plage du Pin sec à Naujac. « Accueillis par des campings municipaux pour leur installation en échange d’importants contrats », ces organisations ne tiennent pas compte du principe de “développement local” en créant des mini-villages dans le camping. « En favorisant ces TO étrangers sur un espace public et en concédant jusqu'à la moitié de leur camping municipal, ces communes vont à l'encontre du développement local » dénonce le Syndicat. Créant des lieux de restaurations, des bars dans des sortes de villages de tentes alimentés par leurs propres moyens et à l’aide de prix plus attractifs dûs à une taxation plus faible, le modèle économique de ces enseignes perturbe le commerce local. Bien que les campings voient leurs taux d’occupation en hausse, certains acteurs locaux et des élus évoquent un désœuvrement de certaines communes  qui « ferment les yeux sur d’autres problèmes tels que la pollution, la sécurité, la sur-fréquentation et surtout la concurrence déloyale » qu’engendrent ces surfs-camps et autres enseignes étrangères. Grace à des budgets supérieurs et des offres low-cost, ces tours-opérateurs dominent le marché, maitrisent l’activité et augmentent leurs communications à l’étranger ainsi que localement.  

Pour répondre à ces différents problèmes, au niveau du diplôme, comme l’a fait le ski avec l’Euro test, les différents acteurs proposent une « réévaluation du niveau de l’ISA afin que ce diplôme soit au même niveau que le BPJEPS » ou au contraire d'élever encore plus le diplôme français pour faire passer le surf en « activité et enseignement » et alors protéger le diplôme au niveau international.

Quant à la concurrence déloyale, certaines communes, notamment dans les Landes, ont déjà commencé à réguler à la baisse ou même interdire l’implantation d’enseignes étrangères sur leurs côtes au profit d’une volonté de développement des entités locales. Un maire affirme sa volonté de fermer ces surfs-camps étrangers suite aux plaintes de ses administrés et au vif mécontentement des prestataires et commerçants. Et ceci à l'inverse de communes médocaines qui misent sur une rentabilité à court terme de leur camping municipal, ce qui semble paradoxal  quand on considère le niveau de chômage qui avoisine les 12%.

Fort d'une place prépondérante pour l'économie touristique de la Nouvelle-Aquitaine, le surf devient, en effet, un enjeu majeur pour l’économie locale. Simple loi du marché ou installation intensive et déloyale, les tour-opérateurs et surf-camps étrangers se retrouvent aujourd’hui au coeur de conflits essentiels au développement de ce sport et de ses acteurs locaux.  

 

Damien Carrère
Par Damien Carrère

Crédit Photo : Damien C

Partager sur Facebook
Vu par vous
10230
Aimé par vous
5 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Titirimatai NORDMAN | 22/08/2019

Pourquoi ne pas faire un équivalent ISA au niveau français avec une grille salariale qui différencie BPJEPS et ISA. Il y a déjà le BIF et le BAF mais ils ne sont utilisables qu'en club associatif et pas en structure privée. Comme ça on remplace les intervenants étrangers par des locaux.

Moi j'ai le diplôme ISA car le coût et le temps de formation pour le BPJEPS m'est inaccessible. Je n'ai pas besoin de plus puisque je compte travailler pour quelqu'un (mon partenaire à qui j'amène mes clients) en structure privée pendant les saisons pour pouvoir me rémunérer ailleurs que sur la location du logement dans mon surf camp. Je ne gagne rien sur la location. Ce sont les cours de surf qui me permettraient de tirer un revenu. Seulement, la Fédé a décidé qu'il fallait pour un français avoir fait 2 ans à l'étranger pour avoir sa carte professionnelle en cas de diplôme ISA... C'est un non-sens alors que les étrangers n'ont pas cette contrainte!

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !