Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/04/19 : A l'occasion du Joli Mois de l'Europe, la Maison de l'Europe Direct Limousin organise une rencontre avec Jürgen Habermas. Philosophe allemand, il consacre sa réflexion à la question de l'intégration européenne. Rdv jeudi 2 mai, 18h30 à Limoges.

18/04/19 : A la suite de l'incendie qui a ravagé Notre Dame de Paris, la ville de Périgueux proposera un soutien financier de 10 000 €, lors de son prochain conseil municipal, pour aider à la reconstruction de ce bâtiment emblématique de l'histoire de France.

17/04/19 : Le coq reliquaire de la flèche de Notre-Dame de Paris, que l’on croyait disparu dans l’incendie de lundi, a été retrouvé mardi. Il devrait regagner prochainement l'entreprise Socra à Marsac-sur-l'Isle (24) pour être restauré comme initialement prévu.

10/04/19 : Les Chambres d’agriculture de Lot-et-Garonne, Haute-Vienne et Vienne, estampillées Coordination rurale, ont créé, le 9 avril, l’Association des Chambres d’agriculture de Nouvelle Aquitaine pour le développement agricole et rural

02/04/19 : A partir du 1er septembre prochain, la Communauté d’Agglomération du Libournais (La Cali) lance un nouveau réseau de transport gratuit pour tous. L’exploitation a été confiée au groupe Transdev pour les huit prochaines années.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 22/04/19 | Obligation vaccinale : on en parle en Gironde du 24 au 30 avril

    Lire

    Pour remédier à l’insuffisance de la couverture vaccinale en Nouvelle-Aquitaine, l'Agence régionale de santé et ses partenaires organisent la Semaine de la vaccination. Objectif, rappeler à l'ensemble de la population, l'importance de la vaccination à tout âge de la vie. Des stands d'information seront installés du 24 au 30 avril au CHU Pellegrin de Bordeaux et à l'Hôpital Robert Piqué de Villenave d'Ornon et un Village Info Vaccination sillonnera les routes de la région (arrêts à Bordeaux, Limoges et Poitiers).

  • 22/04/19 | La rame de tramway baptisée en espagnol

    Lire

    En présence des élus du Bouscat, Saint-Aubin-du-Médoc, Martignas-sur-Jalle et du maire espagnol de Redován, la rame du tramway sera baptisée « Redován / Saint-Aubin de Médoc » mardi 23 avril ; scellant ainsi le jumelage amorcé en 2017 de Saint-Aubin du Médoc avec Redován. Ces dernières développeront des échanges autour de la jeunesse et de la culture. Cela portera à 61, sur la centaine en service, le nombre de rames baptisées, depuis 2002, par le nom de villes jumelées avec les communes de la métropole.

  • 22/04/19 | De la randonnée dans les Landes de Gascogne

    Lire

    La quatrième édition du Parc à Pied se déroule le dimanche 19 mai prochain. La boucle de cette année est située aux alentours d'Escaudes, dans le Sud Gironde. Les marcheurs peuvent ainsi arpenter le Parc Régional Naturel des Landes de Gascogne autour d'Escaudes en passant par la Vallée du Ciron. Deux parcours sont prévus pour le Parc à Pied, l'un de 10km avec un départ à 9h. L'autre boucle, de 6,5km démarre à 14h30. La journée est gratuite, mais l'inscription est obligatoire.

  • 21/04/19 | Gestion de l'eau : la Charente-Maritime prend ses premières mesures anti-sécheresse

    Lire

    Avec les chaleurs de ces derniers jours, la préfecture de Charente-Maritime a préféré anticiper une éventuelle sécheresse en limitant d'ores et déjà l'usage de l'eau à des fins agricoles, concernant les forages, cours d’eau, plans d’eau en communication ou alimentés par une nappe souterraine ou un cours d’eau, plans d’eau établis sur un cours d’eau. Le bassin du Curé-Sèvre, sur le périmètre de l’OUGC Etablissement Public du Marais Poitevin, passe en alerte de printemps à compter du 22 avril, 8h.

  • 19/04/19 | Châtelaillon-Plage célèbre le cerf-volant ce week-end

    Lire

    C'est un rendez-vous incontournable des amoureux du cerf-volant. Le festival du vent de Chatelaillon-Plage attend ses 70 0000 visiteurs durant ces trois jours de week-end de Pâques. Au programme : démonstrations de cerf-volants, des combats de rokkakus, compétitions, exposition de cerf-volants revisités par des artistes, dont ceux du dessinateur BD américain Scott Hampton, en avant-première en France. Un nouvel espace est dédié aux mobilités, aux nouvelles énergies et à des expériences en 3D.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Surf in Castets !

08/08/2018 | Dans ce bassin de 155mx155m, les vagues seront modulables jusqu'à 1,80m de hauteur. Avec une vague toutes les quatre secondes, on atteint les 900 à l'heure.

Vague Castets

D'ici deux ans, la commune landaise jouxtant l'autoroute entre Bordeaux et l'Espagne accueillera, si tout va comme prévu et que Lacanau ne la double pas, la première piscine géante à vagues déroulantes en France, pour débutants et surfeurs confirmés. Ce site doit devenir le premier centre national français d'entraînement pour surfeurs pros et de l'équipe de France. Comme un « Marcoussis du surf », a annoncé le président de WaveLandes, Norbert Ducrot lors d'une conférence de presse de présentation du méga-projet à Castets.

Un bassin de 155mx155m, un volume d'eau de 27.000m3, des vagues variables en vitesse et amplitude toutes les quatre secondes soit 900 à l'heure, 90 personnes en même temps dans l'eau grâce à plusieurs houles (jusqu'à 1,80m de haut) en fonction des niveaux... et autour de cette attraction au milieu des pins, un hôtel, des chalets, un restaurant, des food trucks, un bar à cocktails, un skate-park, du paddle-tennis, un mur d'escalade, ou encore du paintball.

180.000 visiteurs par an espérésUn espace de sport et de loisirs de 9 hectares unique en France qui pourrait paraître démesuré à cet endroit des Landes. « C'était l'implantation idéale, à 20 km de la côte, à 1h15 de Bordeaux et 40 mn de Biarritz », soutient M. Ducrot qui s'y connait en business, lui qui fut président d'Airbus Helicopters Asie, après être passé par Dassault, Thalès et Matra Defense.

Si on sait déjà que le paiement se fera par bracelet à puce, le tarif à l'heure ou à la journée de surf dans ce parc d'un nouveau type « au paysage dunaire », n'a pas encore été dévoilé, mais chez WaveLandes, on promet un « projet utile, joli et accessible à toutes les bourses » malgré un coût total de 40 millions d'euros financé par des investisseurs privés et institutionnels (non dévoilés) et un coût de fonctionnement de 8M€ annuels. Ce complexe, en partenariat avec Bouygues Construction qui doit démarrer le chantier début 2019, devrait générer entre 150 et 200 emplois sur place. Il table sur 180.000 visiteurs par an au cours des 300 jours d'ouverture et 3.000 entrées quotidiennes maximum en haute saison.

Obtenir plus de médaillesCôté sport, le bassin via la technologie The Cove de la société Wavegarden basée en Espagne, sera donc homologué par la Fédération française de surf (FFS) et il est dimensionné pour accueillir des compétitions pouvant être facilement médiatisées, y compris, pourquoi pas, les épreuves des Jeux Olympiques de Paris-2024 si le surf est confirmé sport olympique après ceux de Tokyo en 2020. Mais l'accueil des JO dont on ne sait pas non plus s'ils se feront en bassin ou dans l'océan, n'est « pas l'objectif principal », fait valoir M. Ducrot qui assure d'ailleurs préférer les voir se dérouler en milieu naturel comme au Japon : « la beauté de ce sport c'est la plage, l'utilité du parc est d'entraîner nos surfeurs pour obtenir le plus de médailles possibles ». Car pour Michel Plateau, directeur technique national à la FFS comme pour les surfeurs Vincent Duvignac et Pauline Ado présents à la conférence de presse, « s'entrainer sur ce type de bassin qui offre des vagues régulières contrairement à l'océan toujours imprévisible, est aujourd'hui effectivement incontournable pour rester dans les premières nations mondiales ».

Absurde?A peine dévoilé, WaveLandes divise en tout cas déjà, entre partisans de cette prouesse technologique impressionnante, et sceptiques voire opposants, n'y voyant qu'un grand projet inutile, absurde et anti-écologique, à l'image des pistes de ski indoor. En attendant d'en savoir plus lors de sa rencontre avec les porteurs du projet fin août, Georges Cingal de l'association environnementale Sepanso 40 juge que « ce projet, plus center parcs que nature, ne peut, quoi qu'il en soit, pas s'inscrire dans une stratégie de développement durable ». « Cette vague il va bien falloir la stimuler par de l'énergie fossile ou nucléaire », bien loin de « l'énergie naturelle de l'océan », déplore-t-il, tout en prévenant que, dans cette commune aux nombreuses zones humides, il allait regarder de "très, très près" le lieu d'implantation choisi...

Julie Ducourau
Par Julie Ducourau

Crédit Photo : WaveLandes

Partager sur Facebook
Vu par vous
7212
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !