Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 27/09/21 | Coquelicontes en Creuse et en Corrèze

    Lire

    La 24ème édition du festival Coquelicontes se déroulera du 28 septembre au 10 octobre. Itinérant entre la Creuse et la Corrèze, ce sont près de 74 rendez-vous dans 57 communes qui attendent les spectateurs. Au programme : des balades, des goûters ou encore des veillées autour du conte. L'inauguration se fera le 28 septembre à 20h à la Cité de la Tapisserie d'Aubusson avec le spectacle « Chroniques des bouts du monde » de Kwal. Programme

  • 27/09/21 | Une soirée pour découvrir la Jeune Chambre Economique

    Lire

    Le 28 septembre à 19h30, la Fédération des Jeunes Chambres Economiques de Nouvelle-Aquitaine organise une soirée de présentation de l'association à destination des jeunes de 18 à 40 ans. A Agen, Bergerac, Bordeaux et Niort, la soirée se fera en présentielle mais elle aura également lieu en version dématérialisée. Billeterie et inscription

  • 27/09/21 | Girl's day à Bressuire (79)

    Lire

    Dans le cadre du plan « 1jeune, 1solution » et à l'occasion de la journée de la mixité dans l'emploi, la maison de l'emploi du Bocage dans les Deux-Sèvres, en partenariat avec la SNCF, organise mardi 28 septembre un « Girl's day : journée de la mixité ». Lors de cette journée, toutes les femmes sont invitées à la Cité de la Jeunesse et des Métiers pour découvrir les métiers de la SNCF notamment techniques, souvent considérés comme des métiers « masculins ».

  • 24/09/21 | Salon de l'agriculture de Nouvelle-Aquitaine 2022 : 1ères infos !

    Lire

    Lors de la rentrée de la Chambre régionale d'agriculture, Bruno Millet, Commissaire général du Salon de l'agriculture Nouvelle-Aquitaine a révélé que si Bordeaux sera le centre physique de la manifestation, des événements auront aussi lieu sur l'ensemble des territoires, en partenariat avec les établissements d'enseignement agricole. Autre "nouveauté" issue de l'expérience de la crise sanitaire, les débats pourront être suivis à distance sur Agriweb tv. Enfin, les animaux seront désormais présents sur toute la durée du Salon, soit du 21 au 29 mai 2022, de même que le Marché de producteurs !

  • 24/09/21 | Le CHU de Bordeaux 2ème meilleur hôpital de France

    Lire

    Selon un palmarès du Point paru le 23 septembre, le CHU de Bordeaux se classe comme 2ème meilleur hôpital public de France. 31 des spécialités du CHU se classe dans les 5 premières places dont 12 relatives à la prise en charge des cancers. Le palmarès s'est appuyé sur une enquête menée auprès d'un millier d'établissements publics ou privés à but non lucratif et d'établissements privés à but commercial. Signe d'excellence, cette position dans le top 3 des hôpitaux français est tenue depuis 19 ans !

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Talence : quelle place occupent les femmes dans l’espace public ?

09/03/2021 | A l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, l’association Frédéric Sévène, à Talence, a reçu un prix des mains de l’État.

1

Tout est parti d’un constat fait par l’association Frédéric Sévène dans le collège Henri Brisson, à Talence. L’association, qui accueille et accompagne les jeunes en risque de marginalisation, a mené une étude dans l’établissement, sur l’appropriation de la cour de récréation par les élèves. Le constat est clair : les garçons occupent la majorité, pour ne pas dire la totalité, de l’espace, tandis que les filles restent en périphérie. Cette étude, l’association Frédérique Sévène et ses médiateurs l’ont menée à plus grande échelle, dans quatre quartiers de Talence.

« Quand on est une adolescente ou une jeune adulte, on a du mal à s’approprier la rue ». C’est le constat que fait l’association Frédéric Sévène par l’intermédiaire de son directeur, Vincent Labérou. Ces difficultés à investir l’espace public sont liées, d’après lui, à plusieurs facteurs : la sécurité et les stéréotypes. « Elles veulent se protéger du harcèlement, d’abord, et puis elles sont aussi face à une idée reçue, selon laquelle les femmes ne traînent pas dans la rue », précise Vincent Labérou.

Afin de vérifier ce constat, l’association Frédéric Sévène a mené en janvier un diagnostic « genré » de l’occupation de plusieurs quartiers politique de la ville ( dits « prioritaires ») de Talence : Crespy, la Médoquine, Raba et Thouars. Cette étude a été réalisée au mois de janvier par des étudiants paysagistes de l’école d’architecture de Talence (ENSAP Bordeaux), en lien avec des enseignants chercheurs du CNRS.

« Elles sont trop intelligentes pour rester dans la rue » - un habitant

Dans un zoom sur le quartier de Raba, au dessus du bois de Thouars, deux étudiantes de l’ENSAP nous expliquent comment elles ont procédé. Elles sont d’abord allées à la rencontre d’habitants du quartier talençais, pour les interroger sur la place de la femme dans la rue. « Elles passent leur temps au supermarché. Elles sont trop intelligentes pour rester dans la rue. Elles sortent peu », ont-elles entendu.

Les étudiantes se sont ensuite postées à des lieux stratégiques du quartier, pour observer les déplacements et agissements des habitant.e.s à divers moments de la journée. Elles ont ainsi découpé le territoire en plusieurs secteurs  : à proximité de la tour 1 avec la plaine des sports, autour de la tour 2 avec les jardins familiaux, enfin entre les tours 3 et 4, où se trouvent notamment commerces et associations. « Ce que nous avons remarqué c’est que les femmes ne veulent pas se balader dans le quartier, même à plusieurs. Quand elles le font, elles ne se posent jamais, mais de manière générale, elles pratiquent peu les espaces du quartier », notent les étudiantes.

Des propositions pour réinvestir l’espace public

Fortes de ces observations, les étudiantes de l’école d’architecture se sont attaquées à la phase suivante de l’étude : proposer des actions pour permettre aux femmes de réinvestir l’espace public. Actions qui seront menées dans les semaines à venir. « Il faudrait avant tout poursuivre le diagnostic que nous avons effectué sur le long terme, pour inclure la saisonnalité notamment », affirment-elles. Les jeunes femmes proposent également la mise en place d’évènements. « En consultant des images d’archives de la Ville, on s’est rendu compte que les femmes avaient une place importante lors de soirées dans la rue, comme pour les fêtes de la Saint-Jean ».

Une autre proposition, plus fédératrice : les chantiers participatifs. Les étudiantes se sont basées sur des travaux déjà menés par le collectif bordelais de création urbaine « Bruit du frigo » à Dax notamment. Jeanette Ruggieri, représentante de Bruit du Frigo, croit aux chantiers participatifs pour faire revenir les femmes dans la rue. « Au delà de l’occupation de l’espace, cela permet aux femmes de s’exprimer sur une activité où elles sont, en général, moins présentes », affirme-t-elle. À l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, l’association Frédéric Sévène a été distinguée par le ministère de l’Égalité entre les femmes et les hommes dans le cadre du programme « 1 000 possibles ».

Yoan Denéchau
Par Yoan Denéchau

Crédit Photo : 4111111111111111

Partager sur Facebook
Vu par vous
4534
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 29 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !