Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

  • 22/02/18 | La Gironde déclenche le niveau 2 du plan Grand Froid

    Lire

    Compte tenu de la vague de froid attendue cette semaine sur la Gironde, le préfet Didier Lallement a décidé, dans le cadre du niveau 2 du plan Grand froid, de renforcer la capacité d’accueil en hébergement d’urgence. 66 places supplémentaires sont ainsi ouvertes dont 34 pour les familles et 32 pour les personnes isolées. Au total, ce sont 1 576 places qui sont mobilisées pour l’accueil des sans-abri en Gironde dont 365 places au titre du dispositif hivernal.

  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Bordeaux : Tapaj, un travail payé à l'heure pour les jeunes sdf

27/01/2013 | Pour J-H Morales du CEID, J-C Llado de la fondation Auchan et Sandrine Roumat, chargée de recrutement Auchan-Bordeaux, Tapaj est l’issue de deux ans d'échanges.

Tapaj : un travail payé à la journée pour les jeunes SDF à Bordeaux

Le projet Travail alternatif payé à la journée (Tapaj) expérimenté à Bordeaux durant l'été 2011 par le Comité étude information drogue (CEID) démarre officiellement dans quelques jours. Une dizaine de jeunes du foyer Prodomo (structure accueillant un public de jeune SDF avec leurs chiens) travailleront sur des courtes durées dans des entreprises partenaires comme Auchan, la SNCF, les commerçants de la galerie marchande Mériadeck, mais aussi avec les Espaces verts de la mairie de Bordeaux. Retour sur une initiative rapportée du Canada par l’éducateur spécialisé Jean-Hugues Morales du CEID.

« Les jeunes en errance que nous suivons sont très angoissés à l’idée d’intégrer un CDD, CDI, etc. Bref un contrat qui ne le permet pas d’une part, de suivre un traitement médical contraignant et d’autre part, d’attendre la fin du mois avant de toucher un salaire », commence Jean-Hugues Morales, éducateur spécialisé au CEID. « C’est pourquoi, le projet canadien Tapaj initié en 2000 par l’organisme Spectre de rue avec qui le CEID échange régulièrement nous a semblé correspondre aux besoins du public que nous recevons. » Une première fois expérimenté positivement à Bordeaux durant l’été 2011, Tapaj s’apprête donc à démarrer officiellement dans quelques jours. Le but ? Permettre à des jeunes en grande précarité de s’intégrer sans stress ni panique dans le monde du travail à raison de quelques heures par semaine rémunérées immédiatement. Une action rendue possible grâce à des entreprises comme Auchan, la SNCF, les commerçants de la galerie marchande Mériadeck et les Espaces verts de la mairie de Bordeaux.

10 500 euros de la fondation AuchanL’apport de fonds privés dans une association n’est culturellement pas très français et en irritera plus d’un… Pourtant, force est de constater que « sans les 10 500 euros accordés en février 2012 par la fondation Auchan pour les frais de fonctionnement du projet, jamais Tapaj à Bordeaux n’aurait pu voir le jour », observe Jean-Hugues Morales. Achat de matériel, équipements des travailleurs, temps de réunion des acteurs sociaux, etc. « Pour la fondation Auchan, ça n’est pas une action au rabais. On ne fait pas de bric et de broc », remarque Jean-Charles Llado, membre de la fondation Auchan et responsable du Comité développement durable au sein du magasin du centre-ville. « Lors de la présentation de Tapaj à Paris au jury de la fondation Auchan, il nous a fallu présenter un projet très solide et le défendre méthodiquement », se souvient l’éducateur spécialisé. « Mais une fois l’idée validée, nous rencontrons aujourd’hui beaucoup moins de pression en comparaison avec le milieu institutionnel ». « En effet, précise Sandrine Roumat, également membre du Comité développement durable et chargée de recrutement dans l’enseigne bordelaise, il est vraiment question de confiance réciproque, d’un donnant donnant en terme de visibilité ».

Quels emplois pour ces jeunes ?Les premières missions pour ces jeunes SDF se dérouleront dans un premier temps avec les Epaces verts de la mairie de Bordeaux où ils pourront par exemple mettre à profit leur créativité dans la remise en floraison des parcs et allées de la ville. Mais aussi en partenariat avec la SNCF qui leur propose de réparer des machines ou encore d’entretenir les voies. Du côté des commerçants de la galerie Meriadeck et d’Auchan qui selon Jean-Charles Llado « ne peut se permettre d’entacher son image ou d’effrayer la clientèle », l’heure est à la réflexion. « Nous étudions plusieurs pistes pour offrir du travail aux jeunes du CEID comme par exemple le nettoyage des abords du magasin, la réfection de caddies, des travaux de peinture, etc. » « L’objectif étant d’intégrer en douceur les bénéficiaires du projet dans un espace public qu’ils connaissent généralement sous l’angle de la mendicité », clarifie Jean-Hugues Morales avant de poursuivre : « C’est une population très fragilisée, souvent victime, rebelle, fréquemment opposée à la société, il faut y aller en douceur ».

En douceur… Et avec réalisme… Car en terme de revenus, ces jeunes reçoivent dans un premier temps un « équivalent/manche », soit 10 euros net de l’heure à raison de deux après-midi par semaine puis passent progressivement à un travail hebdomadaire, rémunéré cette fois-ci au SMIC horaire.

Claire Sémavoine
Par Claire Sémavoine

Crédit Photo : Claire Sémavoine

Partager sur Facebook
Vu par vous
2969
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Calop | 21/03/2013

quelle belle initiative...
quelle puisse faire exemple et se développer !

Nanou33 | 26/06/2013

Bonjour, très bon idée, il faudrait! pouvoir faire connaître, à beaucoup de monde,
Nanou33

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !