18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | Bordeaux : Tapaj, un travail payé à l'heure pour les jeunes sdf

27/01/2013 | Pour J-H Morales du CEID, J-C Llado de la fondation Auchan et Sandrine Roumat, chargée de recrutement Auchan-Bordeaux, Tapaj est l’issue de deux ans d'échanges.

Tapaj : un travail payé à la journée pour les jeunes SDF à Bordeaux

Le projet Travail alternatif payé à la journée (Tapaj) expérimenté à Bordeaux durant l'été 2011 par le Comité étude information drogue (CEID) démarre officiellement dans quelques jours. Une dizaine de jeunes du foyer Prodomo (structure accueillant un public de jeune SDF avec leurs chiens) travailleront sur des courtes durées dans des entreprises partenaires comme Auchan, la SNCF, les commerçants de la galerie marchande Mériadeck, mais aussi avec les Espaces verts de la mairie de Bordeaux. Retour sur une initiative rapportée du Canada par l’éducateur spécialisé Jean-Hugues Morales du CEID.

« Les jeunes en errance que nous suivons sont très angoissés à l’idée d’intégrer un CDD, CDI, etc. Bref un contrat qui ne le permet pas d’une part, de suivre un traitement médical contraignant et d’autre part, d’attendre la fin du mois avant de toucher un salaire », commence Jean-Hugues Morales, éducateur spécialisé au CEID. « C’est pourquoi, le projet canadien Tapaj initié en 2000 par l’organisme Spectre de rue avec qui le CEID échange régulièrement nous a semblé correspondre aux besoins du public que nous recevons. » Une première fois expérimenté positivement à Bordeaux durant l’été 2011, Tapaj s’apprête donc à démarrer officiellement dans quelques jours. Le but ? Permettre à des jeunes en grande précarité de s’intégrer sans stress ni panique dans le monde du travail à raison de quelques heures par semaine rémunérées immédiatement. Une action rendue possible grâce à des entreprises comme Auchan, la SNCF, les commerçants de la galerie marchande Mériadeck et les Espaces verts de la mairie de Bordeaux.

10 500 euros de la fondation AuchanL’apport de fonds privés dans une association n’est culturellement pas très français et en irritera plus d’un… Pourtant, force est de constater que « sans les 10 500 euros accordés en février 2012 par la fondation Auchan pour les frais de fonctionnement du projet, jamais Tapaj à Bordeaux n’aurait pu voir le jour », observe Jean-Hugues Morales. Achat de matériel, équipements des travailleurs, temps de réunion des acteurs sociaux, etc. « Pour la fondation Auchan, ça n’est pas une action au rabais. On ne fait pas de bric et de broc », remarque Jean-Charles Llado, membre de la fondation Auchan et responsable du Comité développement durable au sein du magasin du centre-ville. « Lors de la présentation de Tapaj à Paris au jury de la fondation Auchan, il nous a fallu présenter un projet très solide et le défendre méthodiquement », se souvient l’éducateur spécialisé. « Mais une fois l’idée validée, nous rencontrons aujourd’hui beaucoup moins de pression en comparaison avec le milieu institutionnel ». « En effet, précise Sandrine Roumat, également membre du Comité développement durable et chargée de recrutement dans l’enseigne bordelaise, il est vraiment question de confiance réciproque, d’un donnant donnant en terme de visibilité ».

Quels emplois pour ces jeunes ?Les premières missions pour ces jeunes SDF se dérouleront dans un premier temps avec les Epaces verts de la mairie de Bordeaux où ils pourront par exemple mettre à profit leur créativité dans la remise en floraison des parcs et allées de la ville. Mais aussi en partenariat avec la SNCF qui leur propose de réparer des machines ou encore d’entretenir les voies. Du côté des commerçants de la galerie Meriadeck et d’Auchan qui selon Jean-Charles Llado « ne peut se permettre d’entacher son image ou d’effrayer la clientèle », l’heure est à la réflexion. « Nous étudions plusieurs pistes pour offrir du travail aux jeunes du CEID comme par exemple le nettoyage des abords du magasin, la réfection de caddies, des travaux de peinture, etc. » « L’objectif étant d’intégrer en douceur les bénéficiaires du projet dans un espace public qu’ils connaissent généralement sous l’angle de la mendicité », clarifie Jean-Hugues Morales avant de poursuivre : « C’est une population très fragilisée, souvent victime, rebelle, fréquemment opposée à la société, il faut y aller en douceur ».

En douceur… Et avec réalisme… Car en terme de revenus, ces jeunes reçoivent dans un premier temps un « équivalent/manche », soit 10 euros net de l’heure à raison de deux après-midi par semaine puis passent progressivement à un travail hebdomadaire, rémunéré cette fois-ci au SMIC horaire.

Claire Sémavoine
Par Claire Sémavoine

Crédit Photo : Claire Sémavoine

Partager sur Facebook
Vu par vous
2656
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Calop | 21/03/2013

quelle belle initiative...
quelle puisse faire exemple et se développer !

Nanou33 | 26/06/2013

Bonjour, très bon idée, il faudrait! pouvoir faire connaître, à beaucoup de monde,
Nanou33

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !