Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

26/10/20 : Dominique Bussereau président du département de Charente-Maritime et de l'ADF vient d'annoncer que le Congrès des Départements de France qui devait avoir lieu lieu les 5 et 6 novembre à La Rochelle est ajourné compte tenu de la situation sanitaire

24/10/20 : En raison du couvre-feu, la maire de Biarritz, Maïder Arosteguy a décidé d'instituer un stationnement de la ville gratuit en surface dès 18 heures, afin d'inciter les clients des restaurants de venir plus tôt dans ces établissements de la ville.

22/10/20 : Ce 22 octobre Jean Castex a annoncé 38 nouveaux départements et une collectivité d’Outre-mer la Polynésie soumis au couvre-feu de 21h à 6h dès demain soir. En Nouvelle-Aquitaine, Haute-Vienne et Pyrénées-Atlantiques sont concernés.

22/10/20 : Le Pôle Expérimental Métiers d’Art du Périgord-Limousin organise un marché des métiers d’art en plein air, sur la Place Alfred Agard à Nontron, le samedi 24 octobre de 10h à 18h, en remplacement du Salon de la Rue des métiers d'art, qui est annulé.

22/10/20 : La Rochelle : Michel Carmona, adjoint au maire depuis 2014, est décédé dimanche. Ses obsèques auront lieu vendredi à 15h30 au crématorium de Mireuil.

22/10/20 : Charente-Maritime : en plus d'une obligation de porter le masque dans 52 commune du département, le préfet de Charente-Maritime a pris un arrêté interdisant les buvettes et certaines restaurations dans les établissements sportifs.

21/10/20 : Le Conseil scientifique Covid 19 a dans un communiqué rendu public l'avis favorable donné au gouvernement le 19 octobre pour la prorogation du régime transitoire de l'urgence sanitaire jusqu'au 16 février et son prolongement jusqu'au 1° avril 2021.

21/10/20 : La Cour de Cassation a rejeté ce mercredi le pourvoi de Monsanto dans le dossier l'opposant à un agriculteur charentais. La justice avait tranché en faveur de l'agriculteur en 2012, puis en appel en 2015.

21/10/20 : L’agglo Pau Béarn Pyrénées met en garde contre des individus se faisant passer pour des agents de collecte des déchets auprès des particuliers pour vendre des calendriers 2021. En effet tout démarchage de ce type est interdit de la part de ses agents.

20/10/20 : Le Maire de Lormont, Jean Touzeau, et l'équipe municipale, invitent la population, ce mercredi 21 octobre à 12h, à s'associer à leurs côtés à l'hommage national rendu à Samuel Paty, professeur d'histoire-géographie victime du terrorisme.

20/10/20 : Municipales :A Saint Astier, en Dordogne, l'élection municipale, remportée par la maire sortante Elisabeth Marty (DVD) avec 17 voix d’avance, a été annulée ce mardi 20 octobre par le tribunal administratif de Bordeaux.

18/10/20 : Périgueux : Près d'un millier de personnes se sont rassemblées devant l'arbre de la liberté cet après-midi en hommage à Samuel Paty enseignant assassiné à Conflans-Sainte-Honorine, pour défendre la liberté d'expression et dire non à la terreur.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 26/10/20 | Bayonne : Un plan de formation pour les salariés de Staero

    Lire

    L’entreprise de mécanique de précision spécialisée dans l’usinage de pièces mécaniques et le montage de petits sous-ensembles, Staero, va mettre en œuvre des formation à la fois technique pour les opérateurs, mais dans le domaine de l’organisation industrielle et du management dans le cadre du plan de compétences 2020-2021. Ces formations vont avoir lieu avec le soutien de la Région Nouvelle-Aquitaine qui vient de leur attribuer une aide de 15 602,24 euros.

  • 26/10/20 | Benoît Biteau insatisfait par la nouvelle politique agricole commune

    Lire

    Pour l'Eurodéputé Benoît Biteau, "cette nouvelle PAC est une erreur historique". Votée en fin de semaine dernière, cette "PAC n'intègre même pas les objectifs du Green Deal", s'insurge Benoit Biteau, qui parle de greenwashing. "La Pac n'est pas contraignante pour atteindre nos objectifs climatiques et de biodiversité". Pour les Verts/ALE, "le combat continue, notamment pour la définition des stratégies "Biodiversité" et "de la ferme à la fourchette" ".

  • 26/10/20 | Talence : 4 entreprises associées autour de l'industrie du futur

    Lire

    Le projet Sabor 2 est une initiative du Cluster Digital Aquitaine pour fédérer les entreprises de la simulation numérique (ou Smart4D). Le projet implique la mise en place d'une plateforme de production collaborative orientée sur l'industrie du futur. Ainsi, Vitirover, ESI Group, LGM et Amvalor se sont associés dans Sabor 2, dont la vocation est de révolutionner l'industrie avec des solutions innovantes comme par exemple la maintenance par l'intelligence artificielle. Ce projet collaboratif est soutenu par la Nouvelle-Aquitaine à hauteur de 370 500 euros.

  • 26/10/20 | Covid-19 : Les CCI néo-aquitaines lauréates d'un prix européen

    Lire

    Les CCI de Nouvelle-Aquitaine et la Chambre d’économie Croate viennent d’obtenir le prix européen « Résilience » pour leur soutien pendant la crise sanitaire. Pour faire face au besoin du CHU de Poitiers en matière de sacs hydrosolubles permettant la manipulation du linge contaminée, le réseau Entreprise Europe via la CCI Limoges Haute-Vienne s’est mobilisée et a pu rapidement identifier grâce à la Chambre d'Economie Croate un fournisseur, Vuplast d.o.o., fabricant croate de produits plastiques qui a développé un sac innovant en plastique hydrosoluble.

  • 26/10/20 | De nouvelles mesures anti-covid en Charente-Maritime

    Lire

    Après avoir pris des arrêtés pour imposer le port du masque obligatoire dans 55 communes de Chatrente-Maritime, puis l'interdiction des buvettes et points de restauration temporaire (consommation debout incluse) dans les établissements sportifs, le préfet Nicolas Basselier a pris un arrêté vendredi pour imposer un cahier de rappel dans les restaurants de la Charente-Maritime à partir du samedi 24 octobre 2020. Ces cahiers sont détruits sous 15 jours si aucun cas de Covid n'est signalé.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | TER en Béarn: Des améliorations encore perfectibles selon les usagers

24/05/2019 | S'il y a des améliorations de régularité sur les 3 lignes de TER béarnaises, des sujets, tels les horaires des trains sur ces lignes font encore débat

Comité de lignes TER à Oloron le 23 mai 2019

Depuis le début du mois de mai, la région s'est relancée dans son marathon des comités de ligne TER ; élus, services de la région mais aussi représentants de SNCF Réseau et SNCF Mobilité parcours les territoires de la Nouvelle-Aquitaine à la rencontres de usagers, pour évoquer avec eux l'actualité des lignes qui les concernent (régularité, fréquentation, travaux...) et répondre à leurs doléances. Ce jeudi soir, à Oloron, ce sont les lignes béarnaises qui étaient au cœur de l'attention pour un comité de ligne moins tendu que l'an dernier à Artix. En cause des chiffres de régularité et de suppression en partie meilleurs...

Ils étaient une vingtaine, usagers des lignes 63, 64 et 65, à s'être déplacés au lycée professionnel du IV-Septembre à Oloron où se tenait le comité des lignes TER Pau-Bedous, Bordeaux-Pau-Tarbes et Bayonne-Pau. L'occasion pour Renaud Lagrave, Vice-président du Conseil régional en charge des transports, de présenter dans un premier temps de la réunion, la toute nouvelle convention passée entre la Région et SNCF Mobilités. Une convention « entièrement tournée vers les voyageurs », fixant notamment un objectif de régularité à 95%, un taux de suppression inférieur à 1% ou encore une garantie fiabilité aux abonnés annuels leur permettant d'obtenir une compensation financière en cas de suppression ou de retard récurrents.

"Une régularité nettement supérieure"
Autre information livrée concernant le périmètre régional, et qui impactera donc les usagers béarnais des 3 lignes abordées ce 23 mai : le changement de numéro des lignes TER à partir du mois de juillet. « Ce changement est nécessaire pour faciliter la lisibilité des lignes à l'échelle de la Nouvelle-Aquitaine, au regard des 3 ex-régions qui avaient chacune un type de numérotation différent ». La Pau-Bedous (n°63) devient la ligne 55, la Bordeaux-Pau-Tarbes (n°64) prendra le numéro 52, et la ligne Bayonne-Tarbes (n°65) le 53.
Sur la régularités de ces 3 lignes, elles étaient en 2018, toutes trois loin de l'objectif attendu par la région et pour 2 d'entre elles, la 64 et la 65, bien loin aussi des moyennes de la régularité régionale des TER à 90,5%. En cause, notamment, selon SNCF mobilités, les grèves du printemps et les intempéries météo... Des retards et annulations de trains qui avaient causé une certaine tension lors du précédent comité de lignes en septembre dernier. Pour le début 2019, les choses s'améliorent, Renaud Lagrave reconnaissant à la SNCF « une régularité nettement supérieure ». Un net progrès pour la ligne 63 notamment (Pau-Bedous) qui enregistre une régularité de 97,7% et une suppression de train de 0,9%, là où elle frôlait les 4% en 2018. De bons résultats et une amélioration du service qui permet à la région de voir le retour d'un certain nombre d'abonnés en ce début 2019, sur les 500 passagers jour que compte la ligne. Une fréquentation qui elle aussi progresse peu à peu.

Comme une envie de RER
Pour autant pour les usagers présents au comité de ligne, tout n'est pas parfait sur cette ligne. La région en effet se cherche sur les bons horaires à adopter... Mais contenter tout le monde paraît mission impossible. Un changement d'horaires réalisé en début d'année, pour mieux s'adapter à ceux des jeunes du lycée professionnel d'Oloron et aux salariés de l'usine Safran de Bidos n'est pas vraiment du goût des personnes présentes jeudi soir. Pour les uns, ces horaires « ne correspondent plus à la réalité des salariés à 39h », quand d'autres pointent « le troisième changement d'horaire depuis septembre comme une instabilité stressante », amenant certains d'entre eux à « abandonner le train quotidien pour le co-voiturage »... Là où une autre, paloise travaillant à Oloron soulignant « l'enjeu majeur du train en terme d'écologie, mais aussi plus confortable et même plus rapide que la voiture », appelle en ce sens à des fréquences plus importantes « pour diminuer le nombre de personnes seules en voiture » et à faire de la ligne Pau-Bedous, « un prolongement des transports en commun de l'agglomération paloise ». Une suggestion relayée par d'autres pour solutionner l'engorgement de Pau.
Si l'idée n'est pas rejetée, loin de là, par Renaud Lagrave, on comprend bien qu'entre les difficultés techniques soulevées par la SNCF Réseau, l'adaptation de haltes à l'entrée de l'agglo ou encore la nécessité d'un nouveau matériel roulant plus adapté au style d'un RER plutôt que d'un TER, la réalisation d'un tel projet ne pourra être immédiate. Mais les réflexions sont bien en cours sur le sujet, et notamment, souligne le vice-président de la Région, au sein du Syndicat Mixte Intermodal de Nouvelle-Aquitaine créé il y a mois d'un an, et dont l'objet est justement la coordination des différentes autorités de transport de la région...
Autre sujet que la Région ne perd pas de vue, la poursuite de cette Pau-Bedous vers l'Espagne. « Nous passons beaucoup de temps à Madrid, avec les partenaires européeens et espagnols. Il y a d'ailleurs, une extrême mobilisation du Gouvernement espagnol. Seul l'Etat français manque à l'appel », indique Renaud Lagrave confiant à son auditoire, « espérer voir démarrer les travaux dans les 2 à 3 ans qui viennent ».

Bayonne-Tarbes, toujours "la pire des lignes"
Sur le détail des autres lignes, la Bayonne-Tarbes, même si elle enregistre un léger progrès « reste la pire ligne de Nouvelle-Aquitaine » en terme de régularité (passée de 77% en 2018 à 80% début 2019) et de suppression de train (3,5% en 2018 contre 3,8% sur le premier trimestre 2019). « 80% des trains à l'heure, c'est mieux, mais ça n'est pas suffisant. Ca veut dire que vous êtes en retard au travail 2 fois par semaines... Ce n'est pas acceptable », résume le vice-président de la Région à l'attention des représentants de la SNCF. Des représentants, bien conscient de la marge de progrès mais qui ont notamment, pour leur défense, la spécificité de la ligne, à savoir une voie unique et qui plus est ancienne entre Puyoo et Bayonne. Si un plan d'action a été mis en place par la SNCF à la demande de la Région pour améliorer ces chiffres, il semble difficile de croire, que l'objectif des 95% de train arrivant à l'heure, fixé dans la nouvelle convention entre SNCF et Région, soit bientôt (un jour?) atteignable sur cette ligne.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
2532
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 28 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !