Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

27/05/19 : Résultats complets Bordeaux (33) : LREM 29,47%, EELV 21,54%, RN 9,40%, LR 9,02%, PS 8,49%, LFI 6,20%, G.S 4,21%

27/05/19 : Dordogne : Résultats définitifs : Participation : 58,28 % : RN : 25,15 %, LREM : 19,26 %, EELV : 11,38 %, LFI : 8,60 %, PS-LUG 7,45 % ; LR : 7,05 %, PC : 3,68 %, LDG Hamon : 3,62 %, DLF : 3, 50 %

27/05/19 : Résultats complets Bègles : EELV 21,69%, LREM 17,67%, RN 14,47%, LFI 10,63%, PS 9,20%

27/05/19 : Angoulême (16) : LREM : 24,05%, EELV : 17,02%, RN : 16,12%, PS-PP : 8,46%, LFI : 8,40%, LR : 7,68%, G.S : 4,79%. Taux de participation : 52,54%.

27/05/19 : Poitiers (86) : LREM : 23,25%, EELV : 19,97%, RN : 12,91%, PS-PP : 9,84%, LR : 7,61%, LFI : 7,42%, G.S : 4,65%. Taux de participation : 51,18%.

27/05/19 : Résultats complets Vienne (86) : RN 22,58%, LREM 21,78%, EELV 14,24%, LR 7,35%, PS 7,30%, LFI 6,58%, DBLF 3,63%, G.S 3,54%

27/05/19 : Résultats complets Libourne (33) : RN 23,20% 22,62% EELV 14,56% PS 7,80%, LFI 6,97%, LR 6,94%, G.S 3,58%

27/05/19 : Résultats complets Charente (16) : RN 25,56%, LREM 21,48%, EELV 12,23%, LFI 7,61%, LR 7,17%, PS 6,56%, DBLF 3,61%, G.S 3,54%

27/05/19 : Niort (79) : LREM : 26,28%, EELV : 18,34%, RN : 12,85%, PS-PP : 9,68%, LFI : 6,95%, LR : 6,16 %, G.S : 4,47%. Taux de participation : 49,20%.

27/05/19 : Deux-Sèvres, résultats départementaux définitifs : LREM : 23,62%, RN 20,64%, EELV : 14,09%, LR : 7,52%, PS-PP : 7,04%, LFI 6,16%, G.S : 3,63%. Taux de participation : 48,99%.

27/05/19 : Résultats Lot-et-Garonne : RN : 29,47 %, LREM : 19,17 %, EELV : 10,30 %, LR : 7,38 %, LFI : 6,70 %, PS : 6,11 %, , DBLF : 4,46 %, GS : 3,03 %, PC : 2,56, UDI : 2,39 %. Taux de participation : 50,20 %. Taux de participation : 55 %.

27/05/19 : Résultats complets Pau : LREM 27,39%, EELV 15,69%, RN 14,94%, PS 9,96%, LR 7,40%, LFI 6,35%, G.S 4%

27/05/19 : Charente-Maritime : résultats départementaux définitifs : RN 25,26%, LREM 22,60%, EELV 13%, RN 7,68%, LFI 6,60%

27/05/19 : La Rochelle : LREM 27,13%, EELV 18,79%, RN 14,38%, LFI : 7,55%

27/05/19 : Gaëtan Malange, maire LR de St Barthélémy d'Agenais "Crise des partis, enjeu écologique dont LR doit s’emparer, absence de ligne claire sur l’Europe, divisions internes... ce soir, la droite doit sérieusement s’interroger... Partons des territoires !"

27/05/19 : Landes résultats complets: LREM 22,95%, RN 21,29%, EELV 10,80%, PS 10,47%, LR 6,95%, LFI 6,88%, GS 4,23%

26/05/19 : Résultats complets Creuse (23) : RN 24,37%, LREM 18,28%, EELV 9,82%, LR 9,68%, LFI 8,89%, PS 6,97%, G.S 4,21%

26/05/19 : Résultats Tulle (19) : dans la ville de François Hollande, les résultats font office d'exception à la règle. RN : 18,5% ; LEREM : 18,4% ; PS : 14,2% ; EELV : 11,8% ; LFI : 7,7% ; LR : 7,4% ; PCF : 6,3% ; autres listes : 15,7%.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 27/05/19 | Réaction Sophie Borderie psdte PS du CD47

    Lire

    "En Lot-et-Garonne, les résultats enregistrés sont conformes aux résultats nationaux avec néanmoins une accentuation du vote d’extrême droite, comme cela était malheureusement déjà le cas en 2014. Localement, il est plus que jamais nécessaire de poursuivre notre combat pour la ruralité et pour l’équité territoriale. Bien souvent, celles et ceux qui subissent des injustices et vivent un sentiment de relégation trouvent refuge dans le vote extrême. Acteurs de la vie publique, nous avons tous un rôle à jouer dans ce combat. J’y prendrai toute ma part."

  • 24/05/19 | Coup froid sur le Festival "Biarritz en été"

    Lire

    Le maire, Michel Veunac, a appris avec stupéfaction -et une certaine colère- l’annulation de ce festival par ses organisateurs. Festival d'envergure faisant partie des nouveaux temps forts de l’été. Les organisateurs évoquent des raisons d’ordre financier pour justifier l'annulation soudaine de cette deuxième édition qui leur avait confiée. La Ville de Biarritz a donc décidé de réinscrire deux soirées supplémentaires des Jeudis de l’Océan en juillet et elle organisera un grand concert gratuit le 10 juillet à la Côte des Basques, en collaboration avec l'Atabal.

  • 24/05/19 | Le comblement du passage souterrain de la gare de Marmande sous tension!

    Lire

    Le 23 avril dernier, le passage souterrain permettant la liaison entre les quais de la gare de Marmande a été comblé de béton. Val de Garonne Agglomération et la Ville de Marmande sont vivement opposés à ces travaux effectués par SNCF Réseau sans aucune concertation préalable. Les deux collectivités ont interpellé la direction de SNCF Réseau pour qu’une réunion soit organisée et l’ont informée qu’elles répondraient défavorablement à tout appel de fonds dans l’attente de cette réunion.

  • 24/05/19 | Un patron périgourdin adopte une méthode originale pour recruter

    Lire

    Après l'échec de ses petites annonces à Pôle-Emploi et sur site internet LeBoncoin, Geoffroy Saguet, le patron de l'entreprise Horizons bois à Savignac les églises, en Dordogne, a posé un panneau sur la façade de son entreprise de charpente-menuiserie, pour attirer les candidats. Il recrute des ouvriers qualifiés, charpentiers et menuisiers, un couvreur, un chef d'équipe et un ingénieur, soit 10 postes au total. Il a reçu une trentaine de Curriculum Vitae en dix jours.

  • 24/05/19 | Elections européennes : La Rochelle favorise l'accès aux handicapés

    Lire

    Depuis mars 2019, les personnes majeures sous tutelle sont pour la première fois autorisées à voter. Depuis, la Ville de La Rochelle s’est associée à l’Association pour adultes et jeunes handicapés (APAJH) pour leur favoriser l'accès à ce premier scrutin du 26 mai. Des membres de l’Association Valentin Haüy et du Relais handicap de l’Université de la Rochelle seront présents avec une grille d’observation pour faire le point sur les aménagements en place et les évolutions possibles.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | TGV et nuisances sonores : un rapport national tranche

03/05/2019 | Un rapport national rédigé par le Conseil Général de l'Environnement et du Développement durable a été remis ce jeudi à la ministre des Transports.

Mesures acoustiques LGV

Ce jeudi 2 mai, un rapport très attendu par de nombreux riverains aux habitations proches des nouvelles lignes à grande vitesse (notamment la ligne Bordeaux-Tours) a été déposé sur le bureau de la ministre des Transports, Élizabeth Borne. Ce dernier émet douze recommandations pour traiter plus efficacement le problème des nuisances sonores (et notamment des pics constatés lors du passage des trains) des lignes LGV suite à une vaste campagne de mesures acoustiques effectuées par le concessionnaire LISEA. Une enveloppe de 22 millions d'euros a notamment été promise pour la ligne LGV SEA. On résume l'essentiel.

Souvenez-vous, c'était en septembre 2017. Le concessionnaire LISEA, gestionnaire de la LGV SEA (Sud-Europe Atlantique) mandatait le "Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement" (CEREMA) pour réaliser des mesures acoustiques chez des particuliers se plaignant des nuisances sonores lors du passage des trains. Depuis, 300 points de mesure ont été identifiés, et c'est peu dire que les restitutions des résultats de ces dernières n'a pas convaincu les riverains. Déjà, lors de participations à des réunions publiques ou d'une campagne de mesure effectuée en Gironde, la règlementation, mise en place en 1999, et le seuil critique de décibels avaient été assez vivement contestés, les riverains dénonçant une moyenne uniformisée qui ne tenait pas compte des "pics d'intensité" constaté lors du passage des trains. À l'occasion des débats sur la loi d'orientation des mobilités, la sénatrice Nathalie Delattre a plaidé pour une reconnaissance du "caractère cumulatif des différentes nuisances sonores". 

Une règlementation "respectée", mais...

Ce jeudi, le dossier connaît un nouveau "rebondissement". La ministre des transports, Elizabeth Borne, s'est en effet vue remettre le rapport de la médiation au sujet des nuisances générées par les TGV sur deux lignes : Bretagne-Pays-de-la-Loire et... Sud Europe Atlantique. Dans un note conjointe aux rédactions, le Ministère de la Transition Écologique et celui des Transports détaillent un peu plus les résultats de ce rapport mandaté en mai 2018 auprès du Conseil Général de l'Environnement et du Développement Durable (CGEDD) et censé "objectiver les nuisances ressenties, proposer des mesures de traitement des situations de nuisances avérées et étudier les éventuelles évolutions nécessaires des réglementations pour l’avenir". Bilan des courses : selon la communication officielle (et cela risque d'en décevoir plus d'un), la règlementation "est respectée, même si certains cas de dépassement de seuils sont constatés et nécessitent d’être traités directement par les concessionnaires qui en sont responsables". Mais la note apporte en revanche un bémol notable au sujet de nuisances "avérées liées non pas à un niveau de bruit régulier mais à des pics de bruit élevés lors du passage des trains. Si le bruit est donc limité en moyenne, la situation reste insupportable pour les riverains en raison de ces pics". 

Les douzes travaux

Face à cette nouvelle prise en compte, la CGEDD a émis douze recommandations (deux pages au sein d'un document qui en compte 224). Le rapport appelle donc notamment à publier des trafics moyens journaliers annuels pour "chaque tronçon des sections courantes", vérifier "si nécessaire au vu de la progression du trafic" si de nouvelles mesures doivent être effectuées mais aussi "mettre en place des mesures tarifaires différenciées sur les redevances d’infrastructures des deux LGV favorisant les trains les moins bruyants" dans le cadre d'une prochaine ouverture à la concurrence. Les experts mandatés du CGEDD invitent aussi à "prévoir dans le cahier des charges des futures infrastructures ferroviaires grande vitesse que les habitations pour lesquels les seuils de nuisances sonores sont dépassés fassent l'objet d'un traitement acoustique du bâti", qu'une "aquisition amiable" des biens immobiliers concernés soient proposée aux habitants faisant face à des pics de bruit supérieur à 85 décibels ou encore qu'un fonds soit créé (financé à 50/50 par l'État et les collectivités) "pour le parachèvement des protections phoniques, vibratoires et visuelles". Enfin , elle recommande aux maires de "faire figurer dans les plans locaux d’urbanisme les secteurs dans lesquels il est interdit de construire des habitations dotées de structure en bois". 

 

En termes de financement proprement dit, si Elisabeth Borne a assuré, lors d'entretiens et de discussions effectuées avec les présidents des régions Bretagne, Pays de la Loire et Nouvelle-Aquitaine, vouloir mettre en oeuvre ces mesures "sans délais", les détails sont encore assez maigres. Il est ainsi indiqué que "des travaux seront menés selon les cas par une adaptation de l’infrastructure (rehaussement de talus, prolongation de mur) ou une isolation des habitations". Leur coût, spécifié dans le rapport du CGEDD, est estimé à 22 millions d'euros pour la ligne SEA (et 11 millions d'euros sur la ligne Bretagne-Pays-de-la-Loire). Des conventions de financement doivent être rédigées par les Préfets des régions concernées et signées d'ici l'été. Quant-aux prochaines lignes, le ministère a indiqué qu'Elizabeth Borne saisirait le Conseil national du bruit, le Cerema et l'Anses pour définir de nouveaux indicateurs "plus pertinents" et mieux identifier l'impact des pics de bruit sur la santé des riverains.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : aqui.fr

La LGV Sud-OuestCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
40519
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 29 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !