Devenez actionnaire d'aqui.fr

20/01/22 : En Dordogne, la disparition de Gaspard Ulliel, hier à l'âge de 37 ans, laisse le souvenir d'un jeune homme charmant et sympathique. L'acteur avait tourné "Jacquou le Croquant" en Dordogne. L'avant-première avait eu lieu à Montignac en janvier 2007.

19/01/22 : Bayonne lance la seconde édition de son budget participatif doté de 300 000 euros. Dès 9 ans, les habitants proposent des projets liés au vivre ensemble et au développement durable. Ils sont sélectionnés et soumis au vote. Puis la Ville réalise!+ d'info

17/01/22 : Le 22 mars, c'est à Cognac en Charente que se tiendra la première cérémonie des nouveaux étoilés du Guide Michelin en région. L'occasion, selon le guide rouge, de mettre en lumière “une ville et un territoire qui témoignent de l’excellence française”.

12/01/22 : Ce 12 janvier, le centre de vaccination de Pau ouvre 2 lignes de vaccination pour les enfants de 5 à 11 ans. Soit une capacité de 60 rendez-vous pédiatriques journaliers. La présence d'un des 2 parents est obligatoire pour répondre au questionnaire médica+ d'info

10/01/22 : Les Pyrénées-Atlantiques sont placés en vigilance rouge crues depuis hier. Les tronçons du Gave d'Oloron, Gave de Pau Béarnais ou encore du Saison risquent de vivre ce lundi des crues comparables voire supérieures à celles, record, de décembre 2021.

10/01/22 : Les Pyrénées-Atlantiques sont placés en vigilance rouge pluies et inondations depuis hier. Entre dimanche et lundi, on attend des cumuls de 50 à 80 mm en plaine, 100 à 130 mm sur les premiers contreforts, vallées et piémont, 150 à 250 mm en montagne.

07/01/22 : Football: le Bergerac Périgord Football club, dernier club aquitain en lice, devra se délocaliser pour recevoir l’AS Saint-Étienne en 8es de finale de la Coupe de France. Le match aura lieu au stade Francis-Rongiéras de Périgueux, le 30 janvier.

06/01/22 : START-UP : Les acteurs technologiques et innovants de Nouvelle-Aquitaine ont levé plus de 280 millions d'euros en 2021. Un record historique confirmé au 4ème trimestre avec 11 opérations et un peu plus de 28M€ levés.

06/01/22 : Le musée des Beaux-Arts de Libourne annonce une bonne nouvelle en ce début d'année : l'exposition "Toulouse-Lautrec, la naissance d’un artiste" qui aurait du s'achever au 9 janvier, joue les prolongation jusqu’au 16 janvier 2022 ! A voir!+ d'info

06/01/22 : Pyrénées-Atlantiques - Céline Dumerc, manager générale et ancienne capitaine de l’équipe de France féminine de basket vient d'être nommée Chevalier de l'ordre national de la Légion d'honneur au titre de la promotion civile du 1er janvier 2022.

02/01/22 : Coupe de France : Bergerac est en huitièmes de finales de Coupe de France de football. Les Bergeracois ont remporté leur match face à Créteil aux tirs au but (5 à 4). Au tour précédent, ils avaient battu Metz pensionnaire de ligue 1 aux tirs au but.

20/12/21 : En concertation avec les Maires, la préfète de Gironde rend obligatoire le port du masque dans les centres-villes des communes touristiques d’Arcachon et de Saint-Emilion durant les vacances scolaires de Noël, tous les jours de 12H00 à 19H00.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 20/01/22 | H5N1 : face à sa diffusion, la stratégie de lutte s'intensifie encore

    Lire

    Le ministère de l'agriculture vient d'annoncer « le dépeuplement préventif de toutes les volailles et palmipèdes d’une zone géographique caractérisée par de nombreux foyers est désormais nécessaire au-delà des mesures actuelles visant l’élimination des foyers et le dépeuplement préventif autour des foyers ». 226 communes (39 dans le Gers, 161 dans les Landes et 26 dans les Pyrénées-Atlantiques), sont concernées, soit environ 1,5 million d’animaux, en plus des 1,5 million déjà dépeuplés. Consultée sur ces mesures, c'est « un nouveau traumatisme pour la filière avicole », assure la profession.

  • 20/01/22 | Un laboratoire de transformation des fruits à Assat (64)

    Lire

    Un laboratoire de transformation des fruits du jardin et du verger voit le jour à Assat (Pyrénées-Atlantiques) sur le site du jardin-verger du Conservatoire des Légumes Anciens du Béarn (CLAB) où sont plantés près de 120 arbres fruitiers de variétés anciennes et de terroir et autant de petits fruits. Inauguré ce jeudi 20 janvier, le projet de 38 000 euros est subventionné par l'Etat à hauteur de 30 000 euros dans le cadre du volet transition écologique du plan France Relance. http://clab64.fr

  • 20/01/22 | Brive : L'écrivain Michel Peyramaure fête ses 100 ans à la médiathèque

    Lire

    Le 29 janvier de 11h à 12h, la médiathèque de Brive met à l'honneur l'écrivain du terroir, Michel Peyramaure, qui fêtera ses 100 ans le 30 janvier prochain. L'auteur d'une centaine d'ouvrages reviendra lors de cet échange sur sa vie, son œuvre, son amour pour Brive, où il est né, et l'Histoire. Le public pourra également poser des questions lors de ce moment de partage. Séance de dédicaces la fin de la rencontre. Entrée libre

  • 20/01/22 | Ababor, nouveau salon nautique du Pays Basque du 1er au 3 avril

    Lire

    Ababor, le premier salon nautique de la côte basque est lancé par le Ficoba, le palais des congrès d’Irun, du 1er au 3 avril 2022. A quelques encablures du port de Hendaye, le Ficoba va se transformer en port intérieur. Outre l’exposition de bateaux, tous les secteurs de la navigation et des activités nautiques sont annoncés. Avec des solutions pour naviguer sans acheter un bateau, des alternatives ou des écoles de croisière qui permettent de partir seul. www.ficoba.org/fr/evento/ababor/

  • 19/01/22 | Le cyclisme mis en lumière à Royan

    Lire

    L’opération « Cyclistes, brillez » - organisée par la Fédération française des Usagers de la Bicyclette, l’association vélo Pays Royannais et la Communauté d’Agglomération Royan Atlantique - se tiendra le jeudi 19 janvier de 14h à 18h, à Royan. Afin de sensibiliser la communauté cycliste à l’importance d’être éclairé pour assurer sa sécurité, plusieurs animations sont prévues dont un atelier de conseil, des quizz et jeux, la mise à disposition de brassards et autocollants réfléchissants, ainsi qu’une parade lumineuse de quelques kilomètres dans la ville, de 18h à 19h30.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | The Main Ingredient Company, l’horizon bleu (bordelais) du complément alimentaire

05/05/2019 |

1

La marque bordelaise se lance aujourd’hui à l’assaut de l’Everest thérapeutique avec des phycocyanines hautement concentrées. Et un pari fou : démocratiser l’accès à des compléments alimentaires de qualité et moraliser les réseaux de distribution.

Chez the Main Ingredient Company, on voit la vie en bleu. De la couleur éthérée de la phycocyanine, ce fameux pigment extrait de la spiruline, une cyanobactérie qui fait toujours couler beaucoup d’encre. Selon l'Unesco, la spiruline « est l'aliment idéal et le plus complet de demain». Sa culture est préconisée par l'Organisation mondiale de la santé et la Food and Agriculture Organization (FAO), pour ses propriétés nutritionnelles exceptionnelles. Parmi le cocktail des composants de cette micro algue miraculeuse, la phycocyanine mérite qu’on y regarde de plus près. Seul colorant bleu alimentaire autorisé en Europe, elle possède surtout de nombreuses vertus médicinales qui restent encore à exploiter.

C’est en 2017 que Pierre-Emmanuel Saubade, fondateur de TMIC, découvre la molécule. C’est une véritable révélation doublée d’un constat : l’absence d’un acteur soucieux et capable de démocratiser l’accès à des compléments alimentaires tout en rehaussant les standards de qualité. Animé par cette ambition et pas mal de témérité, il lance aussitôt la marque.

Pierre-Emmanuel Saubade, fondateur et designer de la marque

Un pari fou qui ne s’est pas fait sans quelques grincements de dents. L’aventure menace même de s’arrêter aussi vite qu’elle avait commencé. Le projet apparaît d’abord comme trop disruptif et les collaborations des débuts se retirent une à une. Mais Pierre-Emmanuel Saubade n’en est pas à son premier défi. En 2007, il reprenait la direction de la Maison de l’Argan, groupe créé par son père et auquel appartient TMIC. Fondé sur des valeurs coopératives et de commerce équitable, l’entreprise de cosmétiques a connu la crise et retrouve peu à peu son rang en gageant sur la qualité de l’huile d’argan du Sud marocain. Qu’à cela ne tienne, TMIC fera de même et se lancera, contre vents et marées, dans la bataille du bien-être accessible à tous.

L’équipe décide de repartir à zéro, cherche de nouveaux partenaires, réapprend tout, sur les techniques, l’intégrité de la molécule, prospecte les options du marché. The Main Ingredient Company travaille aujourd’hui avec des fournisseurs qui privilégient une agriculture à taille très humaine tant à l’échelle locale qu’au niveau mondial afin d’éviter toute dépendance à une personne ou à un lieu. « Ce fut dur mais payant, se rappelle Pierre-Emmanuel. On a eu des parrains, des anciens de la pharmacie, qui nous ont aidé sur la galénique, sur le type d’encapsulation… On a gagné du temps. En 9 mois on a rebondi et fait nos premiers produits. »

Caroline de Kerhor pilote le projet sur le plan scientifique

 

La santé chevillée au corps, la pharmacienne Caroline de Kerhor rejoint très vite l’équipe et lui confère une ambition scientifique. Elle revisite et questionne les fondements scientifiques des molécules et des plantes vers lesquelles le projet s’oriente. « Beaucoup de recherches ont été menées autour de la spiruline, redécouverte en Europe à peu près en même temps que la seconde guerre mondiale, nous explique-t-elle. L’engouement a tout de suite été très fort. On a constaté ses effets en matière de micro-nutrition. Mais surtout ses effets sur l’immunité, tristement illustrés par la catastrophe de Tchernobyl, lorsqu’on s’en est servi pour permettre aux personnes victimes des radiations de récupérer une moelle osseuse efficace. Aujourd’hui, on prend conscience que ces effets sont dus à la phycocyanine. Extraite, elle semble encore plus puissante. L’effet antioxydant, le plus étudié, est décuplé. C’est un peu comme si vous mangiez une noix avec la coquille ou sans. Votre corps en bénéficiera mieux dans le second cas !»

 Un joyau thérapeutique

Fatigue, stress, anémie, affections virales, diabète de type 2, les champs d’action sont innombrables. La phycocyanine contient de la chlorophylle et permet la photosynthèse. Cette capacité à capter l’énergie lumineuse explique certaines de ces remarquables propriétés. Anti-inflammatoire, antioxydante, antitumorale et immuno-protectrice, la phycocyanine s’avère également un excellent détoxifiant, dans un environnement pollué et avec une alimentation de plus en plus industrialisée et appauvrie en nutriments. Elle renforce le système immunitaire, aide à réguler le taux de sucre, permet le bon fonctionnement des neurones. Extrêmement riche en protéines, elle est l’aliment idéal des sportifs et des végétariens.

Les scientifiques les plus sérieux continuent les recherches mais il semble d’ores et déjà que le champ d’action le plus intéressant se situe dans l’aire de l’immunité. Le pigment a une structure proche de celle de l’hémoglobine. Il facilite la capacité du sang à transporter l’oxygène. Des études ont montré la capacité de la phycocyanine à favoriser la différenciation des cellules souches au sein de la moelle osseuse. « Il faut rester encore prudent quant à cet aspect mais un faisceau d’indices va dans ce sens, s’enthousiasme Pierre-Emmanuel Saubade. Des études qui datent de 2006/2007 démontrent qu’elle agit comme un coach dans le système. L’agressivité de ce dernier semble temporisée, il ne se retourne plus contre lui-même. On assiste à une optimisation de son fonctionnement et de sa vision. En présence de la molécule, il a l’air de mieux identifier les cellules déviantes et de parvenir à les rendre pro apoptopiques.»

Il ne s’agit pas non plus de contraindre le corps à aller dans une direction mais bien de l’aider à retrouver son propre équilibre. « Il faut avant tout être respectueux du corps, insiste Caroline. Quand vous avez mal à la tête, le médecin va vous prescrire du paracétamol mais les raisons pour lesquelles vous avez mal ne vont pas forcément être l’enjeu de la discussion. Ici, nous sommes sur du préventif, on recherche les causes racines d’une pathologie et non à contrer un symptôme, pour permettre au corps de revenir sur son axe originel. »

La phycocyanine va ainsi permettre au corps de travailler dans un sens ou dans l’autre sur un même segment selon ses propres besoins. Si la molécule est extrêmement bien tolérée en général, elle est cependant déconseillée aux personnes souffrant de calculs biliaires et aux femmes enceintes en raison de l’effet booster du système hépatique et de l’aspect détoxifiant potentiellement dommageable au fœtus. La pharmacienne recommande la prise en cure et non en continu : « J’ai une vision assez conservatrice, c’est bien de rééduquer le corps mais après il faut le laisser se débrouiller un peu tout seul ! »

Photobioréacteur tubulaire : présentant des systèmes très variés, à ciel ouvert ou en espaces clos, le photobioréacteur est un système assurant la production de micro-organismes photosynthétiques en suspension dans l’eau, tels que les bactéries pho

 

La fabrication : un processus essentiel

La phycocyanine, hydrosoluble offre une parfaite biodisponibilité. La matière de base de sa fabrication est la spiruline fraîche, et non en poudre, car le processus de séchage est toujours destructeur de principes actifs. La spiruline est cultivée en photobioréacteur. Elle est ensuite concentrée par méthode spéciale de culture pour arriver à la bonne densité optique nécessaire à l’extraction de la phycocyanine.

Le choix des matières premières est donc primordial. Contrairement aux idées reçues, la provenance de la spiruline importe moins que la manière dont elle a été cultivée. Caroline de Kerhor s’impose des contrôles de qualité drastiques : « Je fais des tests à chaque arrivage même si c’est le même lot du même fournisseur. Je contrôle la contamination en métaux lourds, en pesticides, hydrocarbures. Chaque lot livré est contre vérifié par Eurofin parce que je ne crois que ce que je vois ! »

La compagnie bordelaise a également repensé le procédé de fabrication afin de proposer des produits hautement concentrés à 12g/l et jusqu’à 35g/l alors que les concentrations classiques que l’on trouve sur le marché se situent aux alentours d’1g/l seulement. Les études les plus récentes montrent effectivement que l’atteinte des pleins effets de la phycocyanine nécessite une certaine dose quotidienne.

Des enjeux de santé mais aussi de pouvoirs

Il n’empêche que l’enjeu a un coût loin d’être négligeable. Le gramme dépasse la centaine d’euros chez les grands laboratoires pharmaceutiques, parfois en rupture de stocks. Le flacon de phycocyanine à 12g/l coûte 29€ chez TMIC et celui dosé à 35g/l, 79€. Un écart qui s’explique en partie par la maîtrise des nouveaux procédés d’extraction. Si les premiers tests biologiques tendaient à une « surpurification », la tendance actuelle est davantage de privilégier le totum de la plante. De plus, la voie purement médicale prend énormément de temps, temps qui renchérit phénoménalement les prix. « Nous pensons que les progrès portés par nos découvertes se doivent d’être accessibles à tous, explique Pierre-Emmanuel. Nous voulons assurer une démocratisation radicale de nos produits en baissant les coûts adjacents au maximum afin que, dans le prix final, ce soit le produit lui-même qui pèse le plus dans l’équation. Au moins à hauteur de 20/25 % et non 1% comme c’est le cas la plupart du temps. C’est le socle de notre identité : « délivrer l’élément essentiel.» »

Des médecins, oncologues notamment, convaincus de l’efficacité de l’alliance d’une phytothérapie de pointe et de la médecine traditionnelle, utilisent désormais leurs produits. La compagnie investit aussi largement dans des études cliniques. « La recherche est essentielle pour pouvoir aller au bout des démonstrations qui ont été faites, avec des études sérieuses qui tiennent la route, conclut Caroline. Le but est d’augmenter le savoir universel sur ces molécules afin de crédibiliser ce secteur. »

Aïcha Chapelard
Par Aïcha Chapelard

Crédit Photo : TMIC

Partager sur Facebook
Vu par vous
8803
Aimé par vous
3 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !