Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/07/19 : Un nouveau cas de dengue diagnostiqué en Lot-et-Garonne suite au retour d’une personne ayant séjourné sur l’île de la Réunion. Le traitement de démoustication interviendra dans la nuit du 22 au 23 juillet à Bajamont, Foulayronnes et Castelculier.

19/07/19 : Épisode de fortes chaleurs ce week-end dans le 47. Le risque de feux de forêt devrait basculer en niveau sévère dès lundi, avec un renforcement des effectifs et des moyens sapeurs-pompiers. Le SDIS active dés à présent sa vidéosurveillance.

19/07/19 : Le Château de Bonaguil en Lot-et-Garonne vient de recevoir le label « Sécuri-Site ». Délivré par la Préfète du Département, ce label certifie la mise en place d’un dispositif de sécurité complet, à l’intérieur comme aux abords d’un site touristique.

18/07/19 : Suite à l’interruption à mi-spectacle du traditionnel feu d'artifice du 14 juillet sur les quais de Bordeaux, pour cause d'incendie sur la barge de tir, Nicolas Florian a décidé d'en proposer un nouveau le samedi 7 septembre pour marquer la rentrée.

18/07/19 : Le 2 Juillet dernier, la Fondation Poitiers Université a élu Marc Bonassies, directeur départemental de la Banque Populaire Val de France, comme Président. Il succède à Roger Belot, président de la Fondation depuis juillet 2015.

18/07/19 : La ville de Biarritz vient d’être condamnée par le tribunal de Pau à verser 1730 € au Comité de Liaison du Camping-car. En cause: 15 panneaux d’interdiction de stationnement pour les camping-cars. Déjà désavouée, elle avait un mois pour les retirer

18/07/19 : Nouvelle mesure de restriction d’irrigation sur le bassin du Clain. En effet, les prélèvements d’eau en rivière destinés à l’irrigation agricole, rattachés à la borne de Vouneuil-sous-Biard, seront interdits à partir de 8 h, ce vendredi 19 juillet.

17/07/19 : Ce vendredi 19 juillet à 11 h, dans l’hémicycle de l’Hôtel du Département à Agen, une session spéciale se tiendra lors de laquelle les élus départementaux se prononceront sur le lancement d’un budget participatif citoyen et sa mise en oeuvre.

17/07/19 : CAN 2019. Dans le cadre de la finale de la Coupe d'Afrique des Nations, qui verra s'opposer vendredi soir le Sénégal à l'Algérie, et afin d'éviter tout débordement, la Ville d'Agen fermera les principaux axes de circulation entre 20h et 2h du matin.

17/07/19 : La Cité du Vin réduit ses tarifs! Les porteurs de la Carte Jeune de Bordeaux Métropole bénéficient dorénavant de 20 % de réduction pour le porteur de la carte, et également pour l'accompagnant adulte quand le porteur a moins de 16 ans.

17/07/19 : Marc Médeville, succéde à Bernard Farges à la tête des Bordeaux et Bordeaux supérieurs avec 2 priorités de mandat: la reconquête des parts de marché auprès des professionnels et l'inscription de 100% des AOC dans des démarches environnementales.

17/07/19 : Elizabeth Borne nommée ministre de la transition écologique va cumuler ce poste avec celui des Transports qu'elle occupait déjà mais sans rang de ministre d'Etat comme son prédécesseur François de Rugy.

16/07/19 : L'allemande Ursula Von der Leyen a été élue ce 16 juillet présidente de la Commission européenne à une courte majorité - 383 voix sur 747 membres - par le parlement de Strasbourg après un discours où elle avait annoncé un « green deal » pour l'Union.

16/07/19 : Le maire de Cenon sur la rive droite de Bordeaux qui s'oppose à l'occupation illégale du parc du Loret par quelques 200 caravanes "évangélistes" de passage s'est vu notifier l'obligation préfectorale d'accepter leur présence jusqu'au 24 juillet.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/07/19 | Découverte de la forêt de Migelane en Gironde, dimanche 21 juillet

    Lire

    Rendez-vous dimanche 21 juillet pour découvrir ou re-decouvrir la forêt de Migelane, située sur la commune de Martillac. A 10h et 15h, des balades musicales d'1h30 seront organisées, en compagnie des musiciens Agnès et Joseph Doherty. En suivant, des visites avec des animateurs spécialisés permettront de se familiariser avec la faune et la flore riche de la forêt. Entrée libre, à partir de 6 ans. Réservation obligatoire au 05 56 72 27 98 Pour en savoir plus

  • 19/07/19 | L'A63, "boulevard urbain" gratuit pendant le G7 de Biarritz

    Lire

    La nouvelle est venue hier de la sous-préfecture de Bayonne, l'autoroute A63 va faire office de rocade de contournement des agglomérations bayonnaises, angloyes et biarottes pendant les trois jours du G7 du 24 au 26 août en accord avec Vinci, la Communauté d'agglomération et le Syndicat des mobilités. En effet, les deux axes principaux, RD210 (ex Rn10) et une partie du BAB seront "gelés", comme l'aéroport et les gares de Bayonne à Guéthary seront fermées. Avec le flot de vacanciers qui utilisent l'autoroute en cette fin du mois d'août Bison Futé va perdre les pédales….

  • 19/07/19 | Squats : la métropole ouvre un gymnase

    Lire

    Après l'annonce par la préfète Fabienne Buccio de la poursuite de la fermeture des squats et habitats précaires, notamment sur l'agglomération bordelaise, Bordeaux Métropole a annoncé ce vendredi la mise en place d'une ouverture temporaire du gymnase Thiers dans le quartier de la Bastide, à condition que des associations en gèrent l'accueil. 150 places se sont ouvertes ce vendredi soir, la métropole en cherche actuellement le double.

  • 19/07/19 | Job‐dating inversé à la Cité de la Formation (CFP) à Marmande le 22 juillet

    Lire

    Val de Garonne Agglomération et la Cité de la Formation de Marmande organisent une rencontre entre les jeunes diplômés et les employeurs du territoire le lundi 22 Juillet de 17h à 19h sur le Plateau Technique Soudage de la CFP. Entreprises, agences intérimaires, groupements d’employeurs, partenaires de l’emploi sont conviés pour participer à cette rencontre sous forme de job‐dating inversé, car ce seront les candidats qui seront installés devant leur cabine de soudage et les employeurs qui viendront à leur rencontre.

  • 19/07/19 | Le Centre Expert Autisme du Limousin a fermé

    Lire

    Sur décision de l’ARS Nouvelle-Aquitaine, le Centre Expert Autisme du Limousin a fermé ses portes le 1er juillet dernier. Depuis 2014, ce centre de la Haute-Vienne assurait le diagnostic et la prise en charge de tous les enfants de 0 à 6 ans avec autisme. Face à cette fermeture, l’association Autisme Limousin a déposé un recours devant le tribunal administratif de Bordeaux.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | The Main Ingredient Company, l’horizon bleu (bordelais) du complément alimentaire

05/05/2019 |

Les recherches continuent mais il semblerait que laphycocyanine agisse sur la production de cellules souches, permettant de normaliser le nombre de globules blancs et d’empêcher l’évolution de certaines maladies comme la leucémie myéloïde chronique.

La marque bordelaise se lance aujourd’hui à l’assaut de l’Everest thérapeutique avec des phycocyanines hautement concentrées. Et un pari fou : démocratiser l’accès à des compléments alimentaires de qualité et moraliser les réseaux de distribution.

Chez the Main Ingredient Company, on voit la vie en bleu. De la couleur éthérée de la phycocyanine, ce fameux pigment extrait de la spiruline, une cyanobactérie qui fait toujours couler beaucoup d’encre. Selon l'Unesco, la spiruline « est l'aliment idéal et le plus complet de demain». Sa culture est préconisée par l'Organisation mondiale de la santé et la Food and Agriculture Organization (FAO), pour ses propriétés nutritionnelles exceptionnelles. Parmi le cocktail des composants de cette micro algue miraculeuse, la phycocyanine mérite qu’on y regarde de plus près. Seul colorant bleu alimentaire autorisé en Europe, elle possède surtout de nombreuses vertus médicinales qui restent encore à exploiter.

C’est en 2017 que Pierre-Emmanuel Saubade, fondateur de TMIC, découvre la molécule. C’est une véritable révélation doublée d’un constat : l’absence d’un acteur soucieux et capable de démocratiser l’accès à des compléments alimentaires tout en rehaussant les standards de qualité. Animé par cette ambition et pas mal de témérité, il lance aussitôt la marque.

Pierre-Emmanuel Saubade, fondateur et designer de la marque

Un pari fou qui ne s’est pas fait sans quelques grincements de dents. L’aventure menace même de s’arrêter aussi vite qu’elle avait commencé. Le projet apparaît d’abord comme trop disruptif et les collaborations des débuts se retirent une à une. Mais Pierre-Emmanuel Saubade n’en est pas à son premier défi. En 2007, il reprenait la direction de la Maison de l’Argan, groupe créé par son père et auquel appartient TMIC. Fondé sur des valeurs coopératives et de commerce équitable, l’entreprise de cosmétiques a connu la crise et retrouve peu à peu son rang en gageant sur la qualité de l’huile d’argan du Sud marocain. Qu’à cela ne tienne, TMIC fera de même et se lancera, contre vents et marées, dans la bataille du bien-être accessible à tous.

L’équipe décide de repartir à zéro, cherche de nouveaux partenaires, réapprend tout, sur les techniques, l’intégrité de la molécule, prospecte les options du marché. The Main Ingredient Company travaille aujourd’hui avec des fournisseurs qui privilégient une agriculture à taille très humaine tant à l’échelle locale qu’au niveau mondial afin d’éviter toute dépendance à une personne ou à un lieu. « Ce fut dur mais payant, se rappelle Pierre-Emmanuel. On a eu des parrains, des anciens de la pharmacie, qui nous ont aidé sur la galénique, sur le type d’encapsulation… On a gagné du temps. En 9 mois on a rebondi et fait nos premiers produits. »

Caroline de Kerhor pilote le projet sur le plan scientifique

 

La santé chevillée au corps, la pharmacienne Caroline de Kerhor rejoint très vite l’équipe et lui confère une ambition scientifique. Elle revisite et questionne les fondements scientifiques des molécules et des plantes vers lesquelles le projet s’oriente. « Beaucoup de recherches ont été menées autour de la spiruline, redécouverte en Europe à peu près en même temps que la seconde guerre mondiale, nous explique-t-elle. L’engouement a tout de suite été très fort. On a constaté ses effets en matière de micro-nutrition. Mais surtout ses effets sur l’immunité, tristement illustrés par la catastrophe de Tchernobyl, lorsqu’on s’en est servi pour permettre aux personnes victimes des radiations de récupérer une moelle osseuse efficace. Aujourd’hui, on prend conscience que ces effets sont dus à la phycocyanine. Extraite, elle semble encore plus puissante. L’effet antioxydant, le plus étudié, est décuplé. C’est un peu comme si vous mangiez une noix avec la coquille ou sans. Votre corps en bénéficiera mieux dans le second cas !»

 Un joyau thérapeutique

Fatigue, stress, anémie, affections virales, diabète de type 2, les champs d’action sont innombrables. La phycocyanine contient de la chlorophylle et permet la photosynthèse. Cette capacité à capter l’énergie lumineuse explique certaines de ces remarquables propriétés. Anti-inflammatoire, antioxydante, antitumorale et immuno-protectrice, la phycocyanine s’avère également un excellent détoxifiant, dans un environnement pollué et avec une alimentation de plus en plus industrialisée et appauvrie en nutriments. Elle renforce le système immunitaire, aide à réguler le taux de sucre, permet le bon fonctionnement des neurones. Extrêmement riche en protéines, elle est l’aliment idéal des sportifs et des végétariens.

Les scientifiques les plus sérieux continuent les recherches mais il semble d’ores et déjà que le champ d’action le plus intéressant se situe dans l’aire de l’immunité. Le pigment a une structure proche de celle de l’hémoglobine. Il facilite la capacité du sang à transporter l’oxygène. Des études ont montré la capacité de la phycocyanine à favoriser la différenciation des cellules souches au sein de la moelle osseuse. « Il faut rester encore prudent quant à cet aspect mais un faisceau d’indices va dans ce sens, s’enthousiasme Pierre-Emmanuel Saubade. Des études qui datent de 2006/2007 démontrent qu’elle agit comme un coach dans le système. L’agressivité de ce dernier semble temporisée, il ne se retourne plus contre lui-même. On assiste à une optimisation de son fonctionnement et de sa vision. En présence de la molécule, il a l’air de mieux identifier les cellules déviantes et de parvenir à les rendre pro apoptopiques.»

Il ne s’agit pas non plus de contraindre le corps à aller dans une direction mais bien de l’aider à retrouver son propre équilibre. « Il faut avant tout être respectueux du corps, insiste Caroline. Quand vous avez mal à la tête, le médecin va vous prescrire du paracétamol mais les raisons pour lesquelles vous avez mal ne vont pas forcément être l’enjeu de la discussion. Ici, nous sommes sur du préventif, on recherche les causes racines d’une pathologie et non à contrer un symptôme, pour permettre au corps de revenir sur son axe originel. »

La phycocyanine va ainsi permettre au corps de travailler dans un sens ou dans l’autre sur un même segment selon ses propres besoins. Si la molécule est extrêmement bien tolérée en général, elle est cependant déconseillée aux personnes souffrant de calculs biliaires et aux femmes enceintes en raison de l’effet booster du système hépatique et de l’aspect détoxifiant potentiellement dommageable au fœtus. La pharmacienne recommande la prise en cure et non en continu : « J’ai une vision assez conservatrice, c’est bien de rééduquer le corps mais après il faut le laisser se débrouiller un peu tout seul ! »

Photobioréacteur tubulaire : présentant des systèmes très variés, à ciel ouvert ou en espaces clos, le photobioréacteur est un système assurant la production de micro-organismes photosynthétiques en suspension dans l’eau, tels que les bactéries pho

 

La fabrication : un processus essentiel

La phycocyanine, hydrosoluble offre une parfaite biodisponibilité. La matière de base de sa fabrication est la spiruline fraîche, et non en poudre, car le processus de séchage est toujours destructeur de principes actifs. La spiruline est cultivée en photobioréacteur. Elle est ensuite concentrée par méthode spéciale de culture pour arriver à la bonne densité optique nécessaire à l’extraction de la phycocyanine.

Le choix des matières premières est donc primordial. Contrairement aux idées reçues, la provenance de la spiruline importe moins que la manière dont elle a été cultivée. Caroline de Kerhor s’impose des contrôles de qualité drastiques : « Je fais des tests à chaque arrivage même si c’est le même lot du même fournisseur. Je contrôle la contamination en métaux lourds, en pesticides, hydrocarbures. Chaque lot livré est contre vérifié par Eurofin parce que je ne crois que ce que je vois ! »

La compagnie bordelaise a également repensé le procédé de fabrication afin de proposer des produits hautement concentrés à 12g/l et jusqu’à 35g/l alors que les concentrations classiques que l’on trouve sur le marché se situent aux alentours d’1g/l seulement. Les études les plus récentes montrent effectivement que l’atteinte des pleins effets de la phycocyanine nécessite une certaine dose quotidienne.

Des enjeux de santé mais aussi de pouvoirs

Il n’empêche que l’enjeu a un coût loin d’être négligeable. Le gramme dépasse la centaine d’euros chez les grands laboratoires pharmaceutiques, parfois en rupture de stocks. Le flacon de phycocyanine à 12g/l coûte 29€ chez TMIC et celui dosé à 35g/l, 79€. Un écart qui s’explique en partie par la maîtrise des nouveaux procédés d’extraction. Si les premiers tests biologiques tendaient à une « surpurification », la tendance actuelle est davantage de privilégier le totum de la plante. De plus, la voie purement médicale prend énormément de temps, temps qui renchérit phénoménalement les prix. « Nous pensons que les progrès portés par nos découvertes se doivent d’être accessibles à tous, explique Pierre-Emmanuel. Nous voulons assurer une démocratisation radicale de nos produits en baissant les coûts adjacents au maximum afin que, dans le prix final, ce soit le produit lui-même qui pèse le plus dans l’équation. Au moins à hauteur de 20/25 % et non 1% comme c’est le cas la plupart du temps. C’est le socle de notre identité : « délivrer l’élément essentiel.» »

Des médecins, oncologues notamment, convaincus de l’efficacité de l’alliance d’une phytothérapie de pointe et de la médecine traditionnelle, utilisent désormais leurs produits. La compagnie investit aussi largement dans des études cliniques. « La recherche est essentielle pour pouvoir aller au bout des démonstrations qui ont été faites, avec des études sérieuses qui tiennent la route, conclut Caroline. Le but est d’augmenter le savoir universel sur ces molécules afin de crédibiliser ce secteur. »

Aïcha Chapelard
Par Aïcha Chapelard

Crédit Photo : TMIC

Partager sur Facebook
Vu par vous
3820
Aimé par vous
3 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !