Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/06/21 : L'ancien vice-président du Conseil départemental de la Dordogne en charge de l'agriculture, Jean-Pierre Saint-Amand est décédé lundi à l'âge de 71 ans. Il a été conseiller départemental du canton de Vergt de 1992 à 2015.

21/06/21 : Usinage, soudage, maintenance, aéronautique... Le CFAI Adour ouvre ses portes au public les 25 juin et 7 juillet sur ses 3 sites d'Assat (64), Lanne (65) et Tarnos (40). Il propose 148 offres en apprentissage dans les entreprises industrielles locales+ d'info

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux, candidats de gauche, soutenus par la majorité sortante, sont en tête avec 37,80 %, devant le binôme RN Pascale Léger et Serge Muller à 23,80 %.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Sur le canton de la vallée de la Dordogne, Germinal Peiro (PS) le président du conseil départemental sortant est réélu avec 64,96 % dès le premier tour. Il est associé à Patricia Lafon-Gauthier.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : le binôme socialiste composé de Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou est réélu sur le canton de la Lalinde.

20/06/21 : Régionales en Dordogne : Sur le canton de Saint-Astier, Alain Rousset (PS) est en tête avec 30,39 % des voix devant la candidate RN Edwige à 23 %. L'écologiste Nicolas Thierry est en 3e position à 10,51 %.

20/06/21 : En Dordogne, l'abstention estimée pour les élections départementales et régionales en Dordogne est de 66,2%. C'est la participation la plus faible de toutes élections confondues dans le département.

20/06/21 : En Haute-Vienne, le taux de participation à 17h était de 28,54% en forte baisse par rapport à 2015 où on avait enregistré 52,36 % de votants à la même heure.

20/06/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques, après un taux de participation à midi s'élevant à 14,5%, ce même taux s'affichait à 31,37 % pour le double scrutin des élections régionales et départementales du 20 juin 2021.

20/06/21 : A 17h, le taux de participation aux élections régionales et départementales s'élève à 25,68%. En 2015, il était de 45,09% pour les régionales et 44,78% pour les départementales, soit une baisse de près de vingt points.

20/06/21 : Dans la Vienne, la baisse de la participation aux élections régionales et départementales se confirme. À 17h, le taux était de 26,07% contre 43,77% pour les départementales en 2015 et 44,87% pour les régionales en 2015.

20/06/21 : En Dordogne, le taux de participation au premier tour des élections départementales et régionales estimé à 17 h est de 33,78 %, en baisse par rapport aux scrutins de 2015.

Arte Flamenco
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/06/21 | 5000 € de dons remis au Téléthon Gironde

    Lire

    Les salariés d'EDF Commerce sud ouest, qui participent régulièrement aux courses du Téléthon, se sont adaptés au contexte sanitaire en participant à un challenge à distance via une application de loisir qui permet de cumuler des points en pratiquant l’activité physique de son choix. En 15 jours, du 30 novembre au 13 décembre 2020, les 260 participants ont réussi à récolter la somme de 5 000 €, qui servira "à soutenir la recherche et la mise en œuvre des premiers médicaments pour des maladies rares et génétiques", précise Christian Capdeville coordinateur du Téléthon en Gironde. Le don a été remis à l'association ce 22 juin.

  • 23/06/21 | Une nouvelle bâtonnière pour l'Ordre des avocats de Bordeaux

    Lire

    Les élections du Bâtonnat de Bordeaux se sont déroulées ce mardi 22 juin. A l'issue des votes, c'est Christine Maze qui a été élue Bâtonnière du Barreau de Bordeaux. Avocate depuis 1992, elle collabore à l'Association des avocats pénalistes de France. Elle prendra ses fonctions, à la suite de Christophe Bayle, le 1er janvier 2022, avec à ses côtés, Monsieur Pierre Fonrouge, vice Bâtonnier, lui même successeur de Caroline Laveissière. Ils sont élus pour 2 ans.

  • 22/06/21 | Maïsadour cède son pôle Charcuterie à la Fipso

    Lire

    Le groupe Fipso (Filière Porc du Sud-Ouest), fondé en 1965, vient d’acquérir, afin de poursuivre sa croissance, l’activité salaisons sèches de la coopérative landaise Maïsadour. Cette acquisition, réalisée grâce à l'intervention des 4 caisses régionales du Crédit Agricole, va permettre à la Fipso de récupérer 5 sites de production (en plus de se 3 usines) et de se positionner en leader du Jambon de Bayonne. Maïsadour, de son côté, va ainsi se recentrer sur l'activité Foie gras et vise à retrouver la voie de la croissance d'ici à 2023.

  • 22/06/21 | Le bassin de la Midouze se restaure

    Lire

    Dans le cadre de l’appel à projets initié par l’Agence de l’Eau Adour-Garonne, l’Institution Adour en partenariat avec l’Association de protection de l’environnement du Gers ainsi que les syndicats mixtes du Midou et de la Douze, et celui du bassin versant de la Midouze ont déposé un projet de restauration et d’aménagement de 8 périmètres de zones humides sur le bassin de la Midouze.

  • 21/06/21 | Régionales : Pas d'accord Rousset-Thierry ce lundi

    Lire

    Alors que se pose depuis hier soir la question d'un accord entre la liste du président sortant Alain Rousset et celle de Nicolas Thierry pour EELV, les négociations semblent pour aujourd'hui dans l'impasse. "Ce lundi, aucun accord n’a pu être signé. Il n’y avait manifestement aucune volonté d’accord tant les exigences et le ton employé étaient incompatibles avec une possibilité de négociation.", indique le service de presse du candidat Alain Rousset. "Je ne conçois pas la politique régionale comme une simple question de partage de postes. C'est une relation politique, pas une question comptable", indique le président sortant.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Tinkiet, l'application bordelaise qui lutte contre l'exclusion numérique

19/06/2020 | Le 18 juin, Hélène Desliens a présenté Tinkiet, la nouvelle application bordelaise qui doit permettre de lutter contre l'exclusion numérique sur la métropole.

Hélène Desliens, avec Nicolas Florian et Alain Turby

En France, près de 20 % des citoyens sont victimes du phénomène d’exclusion numérique. Ces chiffres, ils sont selon Hélène Desliens, co-fondatrice de experteez, l'entreprise à l'origine de la conception, transposables à la métropole bordelaise. Pour lutter contre ce problème mis en exergue par le confinement, plusieurs institutions se sont mobilisées durant le confinement afin de proposer un nouvel outil numérique se voulant à la portée de tous baptisé « Tinkiet ».

« Tinkiet c’est un outil pour faciliter le quotidien des personnes qui n’ont pas accès au numérique », explique Hélène Desliens, co-fondatrice de experteez, entreprise à l'origine de la conception: « nous avons conçu cette interface durant le confinement et l’on s’adresse à près de 20 % de personnes qui sont éloignées du numérique, c’est une partie de la population dans laquelle les publics fragiles sont surreprésentés ainsi que les séniors et des étudiants sans capacité d’accès au web ». Ce constat s’est trouvé renforcé durant la période du confinement lorsque la plupart des directives passaient par internet: « faire du sport grâce à des vidéos YouTube, imprimer des attestations de sortie ou sur mobile, lutter contre l’isolement sont autant d’activités impossibles pour les personnes qui considèrent le numérique comme une jungle » se désole la co-fondatrice.

Une application construite avec les utilisateurs

Afin de proposer une solution solidaire à ce problème, experteez s’est mobilisé et a été accompagné par la Maison du tauzin, le GIP Bordeaux Médiation, la DGINSI de Bordeaux Métropole, la DSU de la Ville de Bordeaux et d’autres acteurs de la solidarité sur la métropole. Dès le départ, l’équipe chargée de concevoir Tinkiet a fait le pari de miser sur la co-conception avec les utilisateurs afin de proposer un outil qui répond réellement aux besoins de ces derniers. Aujourd’hui, l’application se veut la plus facile d’utilisation possible, pas besoin d’inscription, ni de mot de passe, et elle se décline en 9 langues tout en proposant des icônes agrandies et entièrement pensées pour être le plus accessibles possible. « Pour nous les utilisateurs du numérique, certains pictogrammes peuvent nous sembler très compréhensibles, mais cela n’est pas forcément le cas pour tout le monde; c’est pourquoi la co-construction de cette application était primordiale » juge Hélène Desliens.

Cette application ne propose pas uniquement des services numériques essentiels, mais aussi de nombreuses activités ludiques qui permettent de se familiariser avec cet outil dans un contexte stimulant. Les utilisateurs peuvent jouer sur leurs smartphones, discuter avec leurs proches et bien d’autres utilisations non essentielles, mais qui pourtant favorisent l’intégration et l’inclusion des outils digitaux.  

De son côté le maire de Bordeaux, Nicolas Florian rappelle toute l’importance de ces outils pour avoir accès aux services publics, mais surtout il rappelle que l’outil numérique est un vecteur d’intégration, « l’accès aux outils numériques c’est incontournable pour la vie quotidienne, c’est aussi un facteur d’intégration humaine et pas seulement administrative. Dans cette optique, nous souhaitons mettre en place des points d’accès au wifi gratuit dans plusieurs quartiers prioritaires de la ville », affirme-t-il.

« Le manque de matériel n’est pas la cause première de l’exclusion numérique »

Alain Turby, maire de Carbon-Blanc et conseiller métropolitain à Bordeaux Métropole, délégué à la métropole numérique, abonde dans le même sens, pour lui il n’est pas suffisant de se féliciter que la métropole soit à 80 % couverte par la fibre optique si « l’on ne sait pas ce que l’on met dans le tuyau ». Derrière cette image, il veut rappeler que si l’accès aux outils numérique est important il y a une grosse partie des exclus du numérique qui possèdent déjà de quoi aller sur internet sans l’utiliser. C’est d’ailleurs à ces personnes que s’adresse, en particulier, ce dispositif qui a pour vocation dans l’immédiat de capter un public qui ne sent pas capable de toucher au numérique, mais qui possède déjà le matériel pour. Le maire de Carbon-Blanc affirme d’ailleurs que le manque de matériel n’est pas la cause première de l’exclusion numérique. Il est très important de montrer aux citoyens l’intérêt de l’utilisation d’internet, mais pas seulement comme un accès aux droits. « C’est primordial de savoir comment accéder à internet pour pouvoir toucher des aides et avoir accès a des droits, mais il faut pour cela leur donner envie de s’intéresser à l’outil numérique et cela passe par des solutions comme Tinkiet » affirme le délégué au numérique. Tous les porteurs de ce projet s’accordent à dire qu’il est primordial de montrer à ceux qui se sentent mis de côté qu’ils sont parfaitement capables d’utiliser l’outil numérique au quotidien, « ce dispositif doit être un point d’entrée pour une initiation au numérique et par la suite les utilisateurs creuseront eux-mêmes », espère Hélène Desliens.

 

Clément  Bordenave
Par Clément Bordenave

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
8991
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !