18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | Tragédie grecque sur le rugby basque avec la démission de Blanco

24/06/2015 | Alors que Manu Merin,le président de l'Aviron Bayonnais tentait de convaincre une auditoire hostile au projet de fusion, désavoué à Biarritz, le président Blanco démissionnait

Serge Blanco Conférence de presse

Alors que Manu Merin terminait, véritablement épuisé, une réunion au stade Jean-Dauger de Bayonne, face à des supporters hostiles au projet de fusion avec le BO, le président de l'Aviron Bayonnais apprenait qu'à 4,5km de là, à Biarritz, Serge Blanco donnait sa démission. D'après les observateurs, le vote des supporters biarrots, ne devait être qu'une formalité. L'orage était plutôt attendu du côté de Bayonne ou manifestations et interpellations contre le président Mérin laissaient planer en ce mardi soir une assemblée d'explications houleuse...et tardive. Et elle tint ses promesses avec un épilogue inattendu.

Avant qu'elle ne commence, entouré de deux historiques du club, Dospital, l'ancien international et Jean Saussié, qui fut en 2000 à l'époque du président Sallagoity un des pionniers de l'Aviron Pro,  Manu Merin (notre photo) voyait le chapiteau de l'espace club affaires se remplir. Ils étaient 500 attendus, il en vint 878, vêtus des couleurs  ciel et blanc pour la majorité. Quand le président monta sur scène, il fut copieusement hué et accompagné de "Mérin démission" sur l'air des lampions.

"Il s'agit pour moi d'un exercice difficile, coupait-il. Je ne me suis jamais exprimé devant une telle foule. J'ai accepté cette charge de président,qui est lourde, à la demande de Jean Grenet -NDLR. l'ancien maire de Bayonne qui fut aussi président de l'Aviron Bayonnais- et veux expliquer ce projet pour unir nos forces avec le BO..." "C'est Blanco qui est à la manoeuvre" lance un supporter et la bronca de se déchaîner... Le président du BO sera souvent cité et sifflé par la foule. Manex Meyzenc, un des présidents des clubs de supporters d'entre Nive et Adour venu en force veut calmer l'auditoire à l'invitant à écouter les explications de la présidence. Ce qui ne l'empêchera pas plus tard de poser la question de sa démission si le projet échoue...

A Biarritz, le couperet tombe...Ce n'était pas si bien dire. Démission! En fait c'est à Biarritz, qu'elle va intervenir de la part du président Serge Blanco -entre 1995 et 1998 et depuis 2008, après 10 ans passés à la tête de la Ligue nationale de rugby- (notre photo lors de sa conférence de presse en mai). En effet, alors que l'on en est aux explications à Bayonne, c'est jour de vote à Biarritz. Malgré un tifo de 50 m aux couleurs rouge et blanche déployé sur la Grande Plage par l'association des supporters Aupa BO (Allez le BO) dimanche après-midi, exprimant sa différence avec le futur grand club, on est confiant. Sur les 21 sections du BO omnisports, 20 de ses dirigeants ont voté pour ce projet. Et ce mardi soir, ses 224 membres passent au vote à bulletins secrets. Mais selon les statuts du club, il faut que les deux tiers des votants soient pour cette fusion. "Une aberration, dénoncait en fin de semaine Jean Grenet. Ce sont les amateurs qui font la loi quand les pros apportent les subsides et les subventions Nous avons une société privée, l'Aviron Rugby Pro qui finance l'association amateur, mais c'est elle qui décide du sort de celui qui donne l'argent. Ubuesque!"

Saussié Merin Dospi

Démonstration en sera faite hier soir donc à Biarritz à l'heure du vote à bulletin secret de 246 votants. 242 votes exprimés, 136 oui, 105 non. A la simple lecture du dépouillement on peut penser que l'élection est gagnée. Et bien non. Selon les statuts du BO Omnisports, il fallait une majorité des deux tiers, c'est à dire 161.

"Serge Blanco est furieux, annonce sa démission et qualifie la campagne d'Aupa BO "d'opération de piratage en règle. Un orgueil mal placé de la part de gens qui n'ont jamais mis la main à la poche." Rejoignant ainsi les propos de Jean Grenet... L'appréciation était fusionnelle.

Un argument que tempère Henri Etcheto, conseiller municipal d'opposition de Bayonne et par dessus tout issu d'une famille dont l'histoire est intimement lié à l'Aviron: "Les associations supports que sont le Biarrirtz Olympique amateur et Aviron Bayonnais amateurs sont d'autant plus légitimes à décider de l'avenir de leur club qu'elles en sont les dépositaires et les garants moraux."

A Bayonne, Manu Merin est effondré. Certes, il avait dit qu'un plan B pouvait repousser cette indispensable association mais avec le risque que "les pépites formées au club qui étaient décidées à tenter l'expérience de ce projet pourraient  partir."  "Ce sont des professionnels et déjà les clubs s'interessent particulièrement à eux... Avec quelle équipe fonctionner demain?" Manu Merin avait donné sa parole à des joueurs qu'il les autoriserait à partir en cas de capotement du projet. La messe est quasimement dite et le vote tant redouté des supporters bayonnais apparement plus orthodoxes envers leurs couleurs que les voisins n'aura pas lieu. "Un naufrage du rugby basque", commentait dépité et avec justesse Manu Merin. En effet, les échafaudages financiers élaborés risquent de s'effondrer rapidement. Afflelou a retiré ses dernières billes, Capgemini et son président Serge Kampf était partant sur la fusion et a toujours suivi Serge Blanco. Pour lui le BO sans Blanco ne sera pas Aupa BO.

On peut  même penser que cette issue pourrait aussi créer une certaine tension au sein de l'agglomération que ses cinq maires souhaitaient une et indivisible. Entre les élus de Biarritz et de l'Aviron Bayonnais, Jean-René Etchegaray et Michel Veunac par exemple qui avaient un point de vue différent sur le sujet.

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : F. D.

Partager sur Facebook
Vu par vous
1214
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !