Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

23/06/18 : L'interdiction de pêche et consommation des moules du bassin d’Arcachon a été levée ce 21 juin par le préfet. Dans le banc d’Arguin et les passes, le taux de présence de toxines a baissé mais ne permet pas de lever l'interdiction dans cette zone

20/06/18 : Ce 19 juin, l’état de catastrophe naturelle, a été reconnu pour les communes de Salies-de-Béarn et des Eaux-Bonnes (Gourette) pour les inondations des 12 et 13 juin 2018. Les autres demandes seront examinées le 3 juillet prochain.

19/06/18 : La Rochelle : Raphaël Glucksmann, Directeur du Nouveau magazine littéraire, sera au Musée maritime samedi 23 juin à 14h30 pour une rencontre avec le public sur le thème des relations entre océan et climat et les impacts du changement climatique.

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

Arte Flamenco 2018 - du 2 au 7 juillet - Mont de Marsan
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 22/06/18 | La grogne des CCI de Nouvelle Aquitaine

    Lire

    Réunis ce jeudi en AG à Bordeaux, les quinze présidents des Chambres de Commerce et d'Industrie régionales ont dénoncé la décision du gouvernement de raboter la Taxe pour Frais de Chambre de 100 millions d'euros par an sur les 4 prochaines années. "Fin 2017, plusieurs ministres s’étaient engagés à garantir la stabilité des ressources de 2019 à 2022 après une baisse de 150 millions en 2018. Que valent donc ces engagements, notamment quand le gouvernement refuse de reconnaître la performance des CCI sur les territoires ?" dénoncent-ils, parlant même d'une "casse sociale annoncée". Une réunion de crise est prévue le 5 juillet prochain.

  • 22/06/18 | Gourette: les travaux de la RD918 démarrent lundi

    Lire

    Après une semaine d'études du site de l'effondrement de la RD 918, suite aux intempéries du 12 juin, « les travaux commencent dès lundi », annonce le Département des Pyrénées-Atlantiques. La réalisation d’un remblai en terre armée sur une hauteur de 4 m permettra de rétablir une chaussée de 7 m de large, telle la voirie d’origine et garantissant les conditions de sécurité, pour un coût de 700 000 €. Le chantier devrait durer 4 à 5 semaines (sauf mauvaise météo), permettant d'assurer la 19ème étape du Tour de France. Des travaux de confortement et de drainage du talus amont seront aussi engagés sur le 2nd semestre 2018.

  • 22/06/18 | Viticulture: de nouvelles mesures de soutien

    Lire

    L'INAO, a décidé d'augmenter le niveau du volume complémentaire individuel à 20% maximum du rendement du cahier des charges et de faire évoluer de 30 à 50% le plafond cumulé de réserve sur 3 ans. Une manière de renforcer la résilience des exploitations face aux aléas climatiques et à leur récurrence, en jouant un rôle équivalent à celui d’une assurance récolte. Ainsi, les volumes complémentaires cumulés pourront être revendiqués en appellation d’origine en cas de récolte déficitaire. La structure a aussi donné un avis favorable à la demande d’expérimentation pour les vins liquoreux (Monbazillac, Sauternes et Barsac).

  • 22/06/18 | Le pont Simone Veil ne sera pas au rendez-vous de 2020

    Lire

    D'un commun accord, la Métropole et la société Fayat chargée du chantier annoncent une «divergence d’ordre technique et juridique», sur les conditions d’exécution des batardeaux (enceintes de travail permettant de construire les piles du pont) dans la Garonne. Fayat considère que davantage de protections sont nécessaires face à la force du courant et à un sol de mauvaise qualité, ce que réfute le cabinet d'études conseil de la Métropole. Un médiateur va donc être missionné pour donner son avis au plus tard fin 2018. Résultat: le pont sera livré avec 1 à 3 ans de retard et un possible surcoût de 18M€.

  • 22/06/18 | Un transport en commun en site propre sur le Nord Bassin

    Lire

    Dans le cadre de la concertation ouverte sur le Projet de Déplacements Durables du Nord Bassin, un atelier de travail dédié aux solutions de transport en commun en site propre est organisé lundi 25 juin au centre d'animation de Lanton. Objectif : échanger sur l’opportunité de la mise en œuvre d'un tel mode de transport entre Arès et Biganos, en présence des experts associatifs et bureaux d’études spécialisés. Ouvert à tous sur inscription en envoyant un mail à : contact-pddnb@gironde.fr

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Tragédie grecque sur le rugby basque avec la démission de Blanco

24/06/2015 | Alors que Manu Merin,le président de l'Aviron Bayonnais tentait de convaincre une auditoire hostile au projet de fusion, désavoué à Biarritz, le président Blanco démissionnait

Serge Blanco Conférence de presse

Alors que Manu Merin terminait, véritablement épuisé, une réunion au stade Jean-Dauger de Bayonne, face à des supporters hostiles au projet de fusion avec le BO, le président de l'Aviron Bayonnais apprenait qu'à 4,5km de là, à Biarritz, Serge Blanco donnait sa démission. D'après les observateurs, le vote des supporters biarrots, ne devait être qu'une formalité. L'orage était plutôt attendu du côté de Bayonne ou manifestations et interpellations contre le président Mérin laissaient planer en ce mardi soir une assemblée d'explications houleuse...et tardive. Et elle tint ses promesses avec un épilogue inattendu.

Avant qu'elle ne commence, entouré de deux historiques du club, Dospital, l'ancien international et Jean Saussié, qui fut en 2000 à l'époque du président Sallagoity un des pionniers de l'Aviron Pro,  Manu Merin (notre photo) voyait le chapiteau de l'espace club affaires se remplir. Ils étaient 500 attendus, il en vint 878, vêtus des couleurs  ciel et blanc pour la majorité. Quand le président monta sur scène, il fut copieusement hué et accompagné de "Mérin démission" sur l'air des lampions.

"Il s'agit pour moi d'un exercice difficile, coupait-il. Je ne me suis jamais exprimé devant une telle foule. J'ai accepté cette charge de président,qui est lourde, à la demande de Jean Grenet -NDLR. l'ancien maire de Bayonne qui fut aussi président de l'Aviron Bayonnais- et veux expliquer ce projet pour unir nos forces avec le BO..." "C'est Blanco qui est à la manoeuvre" lance un supporter et la bronca de se déchaîner... Le président du BO sera souvent cité et sifflé par la foule. Manex Meyzenc, un des présidents des clubs de supporters d'entre Nive et Adour venu en force veut calmer l'auditoire à l'invitant à écouter les explications de la présidence. Ce qui ne l'empêchera pas plus tard de poser la question de sa démission si le projet échoue...

A Biarritz, le couperet tombe...Ce n'était pas si bien dire. Démission! En fait c'est à Biarritz, qu'elle va intervenir de la part du président Serge Blanco -entre 1995 et 1998 et depuis 2008, après 10 ans passés à la tête de la Ligue nationale de rugby- (notre photo lors de sa conférence de presse en mai). En effet, alors que l'on en est aux explications à Bayonne, c'est jour de vote à Biarritz. Malgré un tifo de 50 m aux couleurs rouge et blanche déployé sur la Grande Plage par l'association des supporters Aupa BO (Allez le BO) dimanche après-midi, exprimant sa différence avec le futur grand club, on est confiant. Sur les 21 sections du BO omnisports, 20 de ses dirigeants ont voté pour ce projet. Et ce mardi soir, ses 224 membres passent au vote à bulletins secrets. Mais selon les statuts du club, il faut que les deux tiers des votants soient pour cette fusion. "Une aberration, dénoncait en fin de semaine Jean Grenet. Ce sont les amateurs qui font la loi quand les pros apportent les subsides et les subventions Nous avons une société privée, l'Aviron Rugby Pro qui finance l'association amateur, mais c'est elle qui décide du sort de celui qui donne l'argent. Ubuesque!"

Saussié Merin Dospi

Démonstration en sera faite hier soir donc à Biarritz à l'heure du vote à bulletin secret de 246 votants. 242 votes exprimés, 136 oui, 105 non. A la simple lecture du dépouillement on peut penser que l'élection est gagnée. Et bien non. Selon les statuts du BO Omnisports, il fallait une majorité des deux tiers, c'est à dire 161.

"Serge Blanco est furieux, annonce sa démission et qualifie la campagne d'Aupa BO "d'opération de piratage en règle. Un orgueil mal placé de la part de gens qui n'ont jamais mis la main à la poche." Rejoignant ainsi les propos de Jean Grenet... L'appréciation était fusionnelle.

Un argument que tempère Henri Etcheto, conseiller municipal d'opposition de Bayonne et par dessus tout issu d'une famille dont l'histoire est intimement lié à l'Aviron: "Les associations supports que sont le Biarrirtz Olympique amateur et Aviron Bayonnais amateurs sont d'autant plus légitimes à décider de l'avenir de leur club qu'elles en sont les dépositaires et les garants moraux."

A Bayonne, Manu Merin est effondré. Certes, il avait dit qu'un plan B pouvait repousser cette indispensable association mais avec le risque que "les pépites formées au club qui étaient décidées à tenter l'expérience de ce projet pourraient  partir."  "Ce sont des professionnels et déjà les clubs s'interessent particulièrement à eux... Avec quelle équipe fonctionner demain?" Manu Merin avait donné sa parole à des joueurs qu'il les autoriserait à partir en cas de capotement du projet. La messe est quasimement dite et le vote tant redouté des supporters bayonnais apparement plus orthodoxes envers leurs couleurs que les voisins n'aura pas lieu. "Un naufrage du rugby basque", commentait dépité et avec justesse Manu Merin. En effet, les échafaudages financiers élaborés risquent de s'effondrer rapidement. Afflelou a retiré ses dernières billes, Capgemini et son président Serge Kampf était partant sur la fusion et a toujours suivi Serge Blanco. Pour lui le BO sans Blanco ne sera pas Aupa BO.

On peut  même penser que cette issue pourrait aussi créer une certaine tension au sein de l'agglomération que ses cinq maires souhaitaient une et indivisible. Entre les élus de Biarritz et de l'Aviron Bayonnais, Jean-René Etchegaray et Michel Veunac par exemple qui avaient un point de vue différent sur le sujet.

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : F. D.

Partager sur Facebook
Vu par vous
1558
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !