Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/10/18 : Dans le cadre du cycle de ses conférences-débats #europedémocratique2019, la Maison de l'Europe Bordeaux Aquitaine reçoit le 19/10 à 19h, Pascal Durand, eurodéputé Ecologiste sur le thème “L’Europe face au glyphosate: un signal d’alerte?”

15/10/18 : Dominique Bussereau, président du Conseil départemental de Charente-maritime et de l'ADF ( Départements de France) rencontre ce mardi 16 à l'Elysée Emmanuel Macron en présence du premier ministre et du président du Sénat.

11/10/18 : Ligne Ter Bordeaux-Agen : comité de ligne, lundi 15 octobre à 17h45, salle F. Mauriac, à Langon. Cette réunion est ouverte aux usagers et vise à échanger sur l'actualité de la ligne notamment sur les horaires prévus à partir du 9 décembre 2018.

11/10/18 : Plongez dans le monde des robots les samedi 13 et dimanche 14 octobre de 14 h à 19 h à Cap Sciences où expositions, ateliers, démonstrations, défis, conférences, spectacles vous permettront de mieux appréhender cet univers.

11/10/18 : Venue de Nathalie Loiseau, ministre chargée des affaires européennes, le 12 octobre à Bordeaux, à l’invitation d’Alain Juppé, pour participer notamment à une consultation citoyenne sur les attentes des jeunes vis-à-vis de l’UE organisée par Kedge BS

11/10/18 : A Bordeaux, rassemblement pour le climat le 13 oct. à 14 h, place Pey-Berland. Débutant par une prise de parole, la mobilisation se poursuivra par la remise officielle du rapport du GIEC au Maire de Bordeaux et psdt de BM pour cheminer jusqu'à Darwin

11/10/18 : Du 19 au 29 octobre : prévention contre les AVC dans la Métropole bordelaise soit 1 000 prises de tension, 10 000 tensiomètres offerts, 8 conférences, sensibilisation sur les marchés, places publiques, galeries marchandes et dans le tram AVC.

11/10/18 : La Maison de l’Europe de Bordeaux organise une grande consultation citoyenne sur « Quel projet européen pour quelle unité européenne ? » le lundi 15 octobre à 19 h à la ME 1 place Jean Jaurès, à Bordeaux. Entrée gratuite.

11/10/18 : Tour de France : la fédération est venue visiter la Charente-Maritime il y a peu, annonce aujourd'hui le président du Département Dominique Bussereau. La Charente-Maritime saura si elle fait partie des étapes du tour 2019 mi-octobre...

11/10/18 : Dans les Landes, samedi 13 Octobre, un rassemblement, statique, est prévu à Dax dans le cadre de la Marche pour le climat de 10h30 à 13h, place Roger Ducos, devant la Cathédrale

10/10/18 : La Rochelle : Pierre Larrouturou donnera une conférence publique sur le Pacte Finance-climat 2020, mardi 16 octobre à 18h30 au Musée maritime.Inscriptions : climat.ocean@ville-larochelle.fr ou 05 46 28 03 00

09/10/18 : Le pont d'Aquitaine sera fermé dans les 2 sens de circulation pour des travaux de maintenance entre les échangeurs 2 et 4a de 21h à 6h les 10 et 11 octobre ainsi que le 12 de 22h jusqu'au 13 18h entre les sorties 2 et 4.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 15/10/18 | L’accès au numérique pour tous dans le Marmandais

    Lire

    Vendredi 12 octobre, le Conseil Territorial du Numérique (CTN) Garonne Guyenne Gascogne s’est réuni à Marmande pour aborder l’avancée du Plan Numérique Territorial et travailler des actions visant à l’accès au numérique pour tous. Et notamment en proposant un accompagnement individualisé assuré par un « aidant numérique » et des cours collectifs sur le numérique dans des lieux proches des habitants. A terme, une charte « Territoire d'action pour un numérique inclusif » verra le jour.

  • 15/10/18 | Conseil municipal à hauts risques ce soir à Biarritz

    Lire

    Ce soir lundi 15 octobre, le Conseil municipal se réunira avec une seule question à l'ordre du jour: le financement des travaux de l'Hôtel du Palais et son futur mode de gestion. Un sujet essentiel qui vise le patrimoine de la ville et son impact touristique et qui, en quelques mois, a créé un climat de haute tension parmi les élus de la ville impériale. Notamment le financement d'indispensables travaux dont le coût varie de 65 à 85 millions d'euros, le choix des partenaires mais aussi, tout simplement, l'avenir du contrôle du palace, aujourd'hui propriété de la ville.

  • 15/10/18 | Tailleur de pierre, un métier à découvrir à Limoges

    Lire

    Suite aux travaux de réhabilitation qui ont débuté en septembre au Jardin d’orsay, la Ville de Limoges, l’entreprise Blanchon et la Fédération compagnonnique des métiers du bâtiment proposent des démonstrations des métiers de taille de pierre et de maçonnerie tous les mercredis après-midi du 17 octobre jusqu’à la fin novembre de 14h à 17h. Ces démonstrations gratuites, commentées par des professionnels, s’adressent à tous et notamment aux jeunes souhaitant découvrir ces métiers.

  • 15/10/18 | Le rugby pour toutes avec l’UBB !

    Lire

    L’Union-Bordeaux-Bègles rencontre l’USAPerpignan, au stade Chaban-Delmas, dans le cadre de la Challenge Cup, le samedi 20 octobre à 19 h. A l’occasion d’Octobre rose, la mairie de Bordeaux invite les Bordelaises à venir assister à ce match. Invitations à retirer de 9 h 30 à 18 h du lundi au vendredi à l’Hôtel de ville (entrée 4). Seules les femmes pourront accéder au stade, munies de ce billet (un code est intégré au ticket).

  • 14/10/18 | Elus pour des "Assises départementales de la décentralisation"

    Lire

    Ils n'ont pas participé au rassemblement girondin mais considérant que "le débat sur le fonctionnement et le rôle des collectivités locales est légitime" et que "le modèle lyonnais ne peut s'appliquer à l'identique à la Gironde les conseillers départementaux Jacques Mangon, Agnès Verspuy, Xavier Loriaud, Géraldine Amouroux et Pierre Lothaire appellent à l'organisation d'"Assises départementales de la décentralisation" sous l’égide conjointe des Président de Bordeaux Métropole et du Conseil Départemental associant toutes les collectivités locales de Gironde pour "faire émerger un modèle girondin."

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Tragédie grecque sur le rugby basque avec la démission de Blanco

24/06/2015 | Alors que Manu Merin,le président de l'Aviron Bayonnais tentait de convaincre une auditoire hostile au projet de fusion, désavoué à Biarritz, le président Blanco démissionnait

Serge Blanco Conférence de presse

Alors que Manu Merin terminait, véritablement épuisé, une réunion au stade Jean-Dauger de Bayonne, face à des supporters hostiles au projet de fusion avec le BO, le président de l'Aviron Bayonnais apprenait qu'à 4,5km de là, à Biarritz, Serge Blanco donnait sa démission. D'après les observateurs, le vote des supporters biarrots, ne devait être qu'une formalité. L'orage était plutôt attendu du côté de Bayonne ou manifestations et interpellations contre le président Mérin laissaient planer en ce mardi soir une assemblée d'explications houleuse...et tardive. Et elle tint ses promesses avec un épilogue inattendu.

Avant qu'elle ne commence, entouré de deux historiques du club, Dospital, l'ancien international et Jean Saussié, qui fut en 2000 à l'époque du président Sallagoity un des pionniers de l'Aviron Pro,  Manu Merin (notre photo) voyait le chapiteau de l'espace club affaires se remplir. Ils étaient 500 attendus, il en vint 878, vêtus des couleurs  ciel et blanc pour la majorité. Quand le président monta sur scène, il fut copieusement hué et accompagné de "Mérin démission" sur l'air des lampions.

"Il s'agit pour moi d'un exercice difficile, coupait-il. Je ne me suis jamais exprimé devant une telle foule. J'ai accepté cette charge de président,qui est lourde, à la demande de Jean Grenet -NDLR. l'ancien maire de Bayonne qui fut aussi président de l'Aviron Bayonnais- et veux expliquer ce projet pour unir nos forces avec le BO..." "C'est Blanco qui est à la manoeuvre" lance un supporter et la bronca de se déchaîner... Le président du BO sera souvent cité et sifflé par la foule. Manex Meyzenc, un des présidents des clubs de supporters d'entre Nive et Adour venu en force veut calmer l'auditoire à l'invitant à écouter les explications de la présidence. Ce qui ne l'empêchera pas plus tard de poser la question de sa démission si le projet échoue...

A Biarritz, le couperet tombe...Ce n'était pas si bien dire. Démission! En fait c'est à Biarritz, qu'elle va intervenir de la part du président Serge Blanco -entre 1995 et 1998 et depuis 2008, après 10 ans passés à la tête de la Ligue nationale de rugby- (notre photo lors de sa conférence de presse en mai). En effet, alors que l'on en est aux explications à Bayonne, c'est jour de vote à Biarritz. Malgré un tifo de 50 m aux couleurs rouge et blanche déployé sur la Grande Plage par l'association des supporters Aupa BO (Allez le BO) dimanche après-midi, exprimant sa différence avec le futur grand club, on est confiant. Sur les 21 sections du BO omnisports, 20 de ses dirigeants ont voté pour ce projet. Et ce mardi soir, ses 224 membres passent au vote à bulletins secrets. Mais selon les statuts du club, il faut que les deux tiers des votants soient pour cette fusion. "Une aberration, dénoncait en fin de semaine Jean Grenet. Ce sont les amateurs qui font la loi quand les pros apportent les subsides et les subventions Nous avons une société privée, l'Aviron Rugby Pro qui finance l'association amateur, mais c'est elle qui décide du sort de celui qui donne l'argent. Ubuesque!"

Saussié Merin Dospi

Démonstration en sera faite hier soir donc à Biarritz à l'heure du vote à bulletin secret de 246 votants. 242 votes exprimés, 136 oui, 105 non. A la simple lecture du dépouillement on peut penser que l'élection est gagnée. Et bien non. Selon les statuts du BO Omnisports, il fallait une majorité des deux tiers, c'est à dire 161.

"Serge Blanco est furieux, annonce sa démission et qualifie la campagne d'Aupa BO "d'opération de piratage en règle. Un orgueil mal placé de la part de gens qui n'ont jamais mis la main à la poche." Rejoignant ainsi les propos de Jean Grenet... L'appréciation était fusionnelle.

Un argument que tempère Henri Etcheto, conseiller municipal d'opposition de Bayonne et par dessus tout issu d'une famille dont l'histoire est intimement lié à l'Aviron: "Les associations supports que sont le Biarrirtz Olympique amateur et Aviron Bayonnais amateurs sont d'autant plus légitimes à décider de l'avenir de leur club qu'elles en sont les dépositaires et les garants moraux."

A Bayonne, Manu Merin est effondré. Certes, il avait dit qu'un plan B pouvait repousser cette indispensable association mais avec le risque que "les pépites formées au club qui étaient décidées à tenter l'expérience de ce projet pourraient  partir."  "Ce sont des professionnels et déjà les clubs s'interessent particulièrement à eux... Avec quelle équipe fonctionner demain?" Manu Merin avait donné sa parole à des joueurs qu'il les autoriserait à partir en cas de capotement du projet. La messe est quasimement dite et le vote tant redouté des supporters bayonnais apparement plus orthodoxes envers leurs couleurs que les voisins n'aura pas lieu. "Un naufrage du rugby basque", commentait dépité et avec justesse Manu Merin. En effet, les échafaudages financiers élaborés risquent de s'effondrer rapidement. Afflelou a retiré ses dernières billes, Capgemini et son président Serge Kampf était partant sur la fusion et a toujours suivi Serge Blanco. Pour lui le BO sans Blanco ne sera pas Aupa BO.

On peut  même penser que cette issue pourrait aussi créer une certaine tension au sein de l'agglomération que ses cinq maires souhaitaient une et indivisible. Entre les élus de Biarritz et de l'Aviron Bayonnais, Jean-René Etchegaray et Michel Veunac par exemple qui avaient un point de vue différent sur le sujet.

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : F. D.

Partager sur Facebook
Vu par vous
1677
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 17 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !