08/08/22 : En raison de la sécheresse et des prévisions météos pour la semaine, les forêts du Pignada et du Lazaret à Anglet (64) sont fermées à compter du lundi 8 août, 18 H. Une décision prise en prévention du risque maximal de départ de feu.

08/08/22 : Météo France place le département des Landes en vigilance jaune canicule à compter de ce lundi 14h00. La vague de chaleur prévoit des températures minimales comprises entre 18 °C et 20 °C la nuit et 36 °C à 38 °C en journée.

08/08/22 : La première édition de Biarritz Hall Music Festival avec les meilleurs artistes de la scène électro française a lieu le 12 et 13 août. L’équipe est à la recherche de bénévoles pour l'accueil, le bar, les animations, la logistique... pour s’inscrire:+ d'info

05/08/22 : Le festival Paseo ouvre ce 5 août à Bayonne. Entièrement gratuit, il propose un rendez-vous par soir de l’été, avec musique, chant, danse ou performance artistique. Inédit: des déambulations musicales gentiment déjantées les lundis.+ d'info

03/08/22 : La poudrerie Eurenco à Bergerac, classée Seveso, a connu plusieurs explosions ce 3 aout, en début d’après-midi. Un incendie dans un bâtiment de stockage s'est déclaré, mais il ne progresse plus. Huit personnes sont blessées. Le personnel est évacué.

03/08/22 : Entre 1,1 et 1,2 million de personnes ont participé à la 90 édition des fêtes de Bayonne pendant cinq jours et cinq nuits, en augmentation de 15 % par rapport à 2019. Le nombre de violences constatées a baissé.

03/08/22 : Depuis ce mercredi 3 août minuit, le département des Landes est placé en vigilance rouge (Niveau 4 sur une échelle de 5) pour le risque d'incendies en forêt.

03/08/22 : A compter du mercredi 3 août à midi, le Lot-et-Garonne passe simultanément en vigilance orange canicule, et vigilance rouge (vigilance très élevée - niveau 4 sur une échelle de 5) pour le « risque feux de forêt ».

02/08/22 : Un nouvel incendie s'est déclaré ce mardi à Laluque (Landes). 30 ha de pins ont déjà brulé. Deux maisons sont évacuées préventivement. Deux canadairs et un DASH réalisent des largages. 169 pompiers sont engagés. Sept trains sont immobilisés.

02/08/22 : L’incendie débuté dimanche 31 juillet à Mano (Landes) est fixé. Il est toujours actif mais contenu sur 300 ha. 100 sapeurs-pompiers, et 13 gendarmes sont encore sur place. Une partie des habitants évacués est autorisée à regagner son domicile.

01/08/22 : GIRONDE - Au vu des conditions météorologiques, le département a été placé en vigilance rouge par la préfecture (risque très élevé, niveau 4 sur 5) pour le risque d’incendies en forêt, à compter du 1er août 2022 et jusqu’à nouvel ordre.

28/07/22 : Face à la faible participation du public sur le projet de modification de la charte départementale des utilisateurs agricoles de produits phytopharmaceutiques, la préfecture 64 a décidé d'allonger le délais de la consultation jusqu'au 15 août 2022.+ d'info

27/07/22 : Au 2ème trimestre 2022, en Nouvelle-Aquitaine, le nombre de demandeurs d’emploi tenus de rechercher un emploi et sans activité (catégorie A) affiche une baisse de 1,5 % sur le trimestre et de 16,8 % sur un an.

25/07/22 : Les feux de Landiras et la Teste de Buch sont désormais fixés, après 12 jours de lutte. 131 km de pare-feu et lignes d'appui réalisés avec la DFCI, les acteurs de la filière, bénévoles, agriculteurs et chasseurs. Les habitants évacués rentrent chez eux.

20/07/22 : Thomas Cazenave, député Renaissance de Gironde, est élu président de la délégation parlementaire aux collectivités et à la décentralisation. Avec un parcours de haut-fonctionnaire plutôt que d'élu territorial, il remplace le Gersois, Jean-René Cazeneuve.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 08/08/22 | Littoral royannais: tout savoir sur les conditions de baignade !

    Lire

    Afin de faciliter l'information des usagers sur les conditions de baignade des 22 zones aménagées et surveillées des 7 communes littorales du territoire de l'agglomération de Royan, une page internet a été créée permettant de localiser les postes de secours et connaitre en temps réel : la couleur du drapeau de baignade, les horaires de surveillance, la météo, les températures de l’eau et de l’air, les horaires et coefficients de marées et le panneau du plan de la plage. Ce site lancé mi-juillet et encore en expérimentation est disponible à l’adresse : plages.agglo-royan.fr

  • 08/08/22 | Viticulture: le prolongement des PGE et l’arrachage restent en suspens

    Lire

    La chambre d'agriculture de Gironde a renouvelé sa demande de prolongation, sans pénalité, des Prêts Garantis par l'Etat (PGE), auprès du ministre de l'agriculture, Marc Fesneau. Le président Jean-Louis Dubourg espère qu’une solution puisse être trouvée au moins pour les sinistrés des épisodes climatiques de cette année. Concernant la demande d’une prime à l’arrachage, le Ministre souhaite trouver une solution adaptée aux besoins des différents bassins de production viticole.

  • 05/08/22 | Risque très sévère de feux de forêt en Charente-Maritime

    Lire

    A compter de ce samedi 6 août, le département Charente Maritime est en alerte très sévère. Tout feu de plein air ou feu d'artifice est interdit. Seuls les feux d’artifices tirés depuis la mer sont autorisés. Les manifestations festives, culturelles et sportives sont interdites dans l’ensemble massifs boisés du département. L’accès aux bois, forêts et landes des communes du massif de La Double Saintongeaise qui compte 29 communes est interdit.

  • 05/08/22 | Marzet Electrolyse fait sa transition énergétique

    Lire

    A Châtellerault, Marzet Electrolyse est spécialisé dans le traitement de surface des métaux et le zingage pour tous les domaines industriels. Afin de s'inscrire dans une démarche de développement durable, la PME change le mode de chauffage des bains de traitement de surface en remplaçant les résistances électriques par une installation fonctionnant à partir de la chaleur produite par un système de 2 pompes à chaleur. Cet investissement permettra de réduire la consommation énergétique de l'entreprise de 130 Mwh/an.

  • 05/08/22 | Sècheresse : Les Pyrénées-Atlantiques étendent les restrictions

    Lire

    Après avoir pris des restrictions sur l'usage de l'eau dans 26 communes des Pyrénées-Atlantiques, la préfecture vient d'élargir la zone de restriction à 76 communes supplémentaires au sud et à l'ouest du Pays Basque ainsi que sur le secteur d'Orthez. L'arrosage y est donc interdit de 8h à 20h. Le lavage des véhicules, tout comme le remplissage des piscines est strictement interdit. Et la ville de Biarritz suspend les douches et robinets sur les plages.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Trans'Cub : une lettre ouverte aux élus pour dénoncer le projet de la LGV

11/07/2022 | Jacques Dubos, président de Trans’Cub, Germain Suys et Denis Teisseire, membres de l’association, ont adressé une lettre ouverte aux élus de Bordeaux Métropole.

afsb

Plus que jamais opposée au projet de Ligne Grande Vitesse (LGV) au départ de Bordeaux, l'association Trans'Cub adresse une lettre ouverte aux élus de Bordeaux Métropole. Son but ? Dénoncer le vote par la collectivité territoriale, d'une délibération relative aux Aménagements Ferroviaires au Sud de Bordeaux (AFSB). Des travaux censés bénéficier au RER métropolitain mais qui, pour l'association bordelaise, sont une « marche forcée » au profit de la LGV, ainsi qu'une « gabegie financière ».

Ils n'en démordent pas. Après des recours intentés contre le projet de LGV, l'association citoyenne farouchement opposée à la réalisation des lignes grande vitesse Bordeaux-Dax et Bordeaux-Toulouse adresse une lettre ouverte aux élus de Bordeaux Métropole pour dénoncer, cette fois, le vote par la collectivité territoriale, jeudi dernier, d'une délibération relative aux Aménagements Ferroviaires au Sud de Bordeaux (AFSB). Des travaux censés bénéficier au RER mais qui, pour Trans'Cub, n'ont d'autre finalité que « la réalisation à marche forcée de la LGV ». Et ce alors même que l'Union Européenne maarque des hésitations quant au financement de ce chantier, il y a quelques jours à peine.

Portant sur un montant de 41 millions d'euros, dont 11 millions à la charge de Bordeaux Métropole, ces délibérations sont relatives aux études du projet sur la partie AFSB de la LGV (pour la rendre plus compatible au RER métropolitain) et à ses travaux préparatoires. « Le coût des études est très élevé : 25 millions d'euros dont 6 millions minimum pour Bordeaux Métropole, vu l'absence de subvention européenne à ce jour. Quant aux travaux préparatoires, leur coût est de 16 millions d'euros dont 5,3 millions, là encore à la charge de Bordeaux Métropole. Et contrairement à ce qui est dit, ce ne sera pas en attendant que la société du GPSO (Grand Projet ferroviaire Sud Ouest)soit en capacité d'en assurer le portage. Ces sommes-là seront définitivement déboursées par Bordeaux Métropole », s'insurge Denis Teisseire, membre de l'association.

Une gabegie financière

« La question est de savoir si ces délibérations qui concernent en fait la LGV et les AFSB (qui en sont une composante présentée comme essentielle) se justifient ou si au contraire, on n'a pas le sentiment d'une marche forcée et d'un risque de gabegie financière », poursuit-il.

« Les AFSB ne sont aucunement nécessaires au RER métropolitain car les niveaux de services actuels sur Bordeaux-Langon sont déjà supérieurs à ceux qu'ils offriraient, tant en terme de trains (58 par jour contre 54 avec les AFSB), qu'en points desservis (451 par jour contre 414) […] On présente les AFSB comme favorables au RER alors qu'en fait, ça va très fortement le pénaliser dans la mesure où ils le cantonneraient à une voie lente (max 120km/h) de Bègles à Saint-Médard d'Eyrans alors que jusqu'à maintenant, il dispose de deux voies rapides (160km/h). Donc on rajoute une voie (lente) réservée aux TER et les deux autres voies pour les TGV, les inter-cités et le fret. Et on continue de dire dans les délibérations que les AFSB sont une condition de mise en œuvre du RER métropolitain. C'est une supercherie qui ne trompe aucun esprit averti », s'insurge pour sa part, Germain Suys, ancien ingénieur de la SNCF et membre de Trans'Cub. « Aujourd'hui, le vrai problème sur cette ligne, ce n'est pas le nombre de trains, mais des trains très lents (les Bordeaux-Langon) qui sont confrontés à des trains beaucoup plus rapides, alors qu'il n'y a aucun point de dépassement! », poursuit-il, prônant plutôt pour sa part, des aménagements en gare de Beautiran « pour un montant de 50 millions d'euros maximum ».

Un projet « au détriment des lignes existantes et des trains du quotidien »

Autre argument mis en avant par Trans'Cub : le problème de l'entretien, à l'avenir, du réseau SNCF. « Dans le contrat de performance qui a été signé entre l’État et la SNCF le 6 avril 2022, l’État s'engage à verser à SNCF Réseau 2,8 milliards d'euros par an alors qu'elle en demandait 3,7 milliards. Il manque un milliard et SNCF Réseau a déclaré qu'elle ne pourrait plus entretenir que les lignes du réseau super-structurant. Or, en Nouvelle-Aquitaine aucune ligne, hormis la LGV et l'ancienne ligne Bordeaux-Paris, ne fait partie de ce réseau. Donc ça pose un problème d'entretien et de vieillissement du réseau existant. Ce projet de LGV apparaît d'autant plus insensé, qu'il se ferait au détriment des lignes existantes et des trains du quotidien. », explique Germain Suys.

Enfin, « en avril dernier, une étude faite par Yves Crozet intitulée " Les métamorphoses du modèle économique de la grande vitesse ferroviaire " démontre que le modèle initial entre Paris et Lyon d'une ligne qui était rentable, a complètement disparu et que non seulement les collectivités ont été obligées de mettre de plus en plus d'argent public mais qu'elles seront en plus obligées, à l'avenir, de participer aux frais de fonctionnement », conclut Denis Teisseire.


L'info en plus :
Le 4 juillet dernier, au lendemain de la polémique sur les financements européens, le Conseil de surveillance de la société de projet GPSO (LGV Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax) réuni à Toulouse avait voté un premier budget de 40 millions d'euros pour démarrer les travaux.

Emmanuelle Diaz
Par Emmanuelle Diaz

Crédit Photo : ED

Partager sur Facebook
Vu par vous
3886
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 10 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !