Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

25/03/19 : Bergerac : dans la nuit de dimanche à lundi, le chantier de la future mosquée a fait l'objet de dégradations, actes qui ont été fermement condamnés par le préfet. Les investigations sont en cours afin d'identifier les auteurs et de les sanctionner.

25/03/19 : Grand débat national: en Charente-Maritime, 132 réunions d'initiatives locales ont été organisés depuis sa mise en place, même si l'initiative est venue essentiellement des maires. Seules 12 communes, sur les 463 du département, n'ont pas participé.

25/03/19 : Le département des Landes et La Poste viennent de créer la société XL Autonomie. Elle met en oeuvre le service public délégué "Vivre à domicile" pour faciliter l'insertion et l'accompagnement des personnes vulnérables.

24/03/19 : La Rochelle : Suite à la découverte de tags anti-islam et pro-nazi dimanche matin sur les murs du Stade Armand Bouffenie à La Rochelle, le Maire J-F Fountaine condamne avec la plus grande fermeté ces actes de vandalisme et de discrimination. Une plainte s

23/03/19 : Naufrage du Grande America : deux oiseaux mazoutés par les hydrocarbures provenant du navire marchand ont été retrouvés dans les Landes et en Pays Basque, annonce ce matin la préfecture de Région.

23/03/19 : La Rochelle: sur le net circulent des appels à manifester ce samedi en centre-ville. Aucune déclaration de manifestation n’a été déposée, rappelle la préfecture, qui s'attend à "des actions délibérées de trouble à l’ordre public au Vieux Port".

23/03/19 : Dordogne : Mardi 26 mars, le tribunal administratif de Bordeaux doit se prononcer sur l'arrêt définitif ou non du chantier de la déviation de Beynac, 14 mois après l’autorisation préfectorale et près de trois mois après sa suspension par le Conseil d’Etat

22/03/19 : En visite à La Rochelle, le ministre de l'écologie François de Rugy a annoncé un soutien financier supplémentaire de 100 000 € à l'observatoire Pelagis, qui recense et étudie les dauphins - 1100 cétacés morts ont été recensés depuis janvier.

22/03/19 : A l'occasion de la journée mondiale de l'autisme le 2 avril prochain, l'association la Banda Marius et Cap Soins 17 organisent à l'hôpital Marius Lacroix un après-midi festif sur le thème "Ensemble nous chantons, dansons, créons...Ensemble nous vivons".

21/03/19 : Charente-Maritime : le festival Jazz au Phare, qui se déroulera du 4 au 8 août au Phare des Baleines, vient de dévoiler ses têtes d'affiches : Melody Gardot pour l’ouverture sur la grande scène le 4 août et Christophe le 5 août.

20/03/19 : Le Pont de l'île de Ré ne sera pas fermé à la circulation dans la nuit du lundi 25 au mardi 26 mars 2019 comme annoncé le 22 février dernier.

20/03/19 : A Périgueux, la journée de l'audition se concrétise ce mercredi 20 mars, par le spectacle "yes ouie can", au Sans réserve à partir de 18 h 30. Cette soirée est organisée par le service de santé au travail. Gratuit dans la mesure des places disponibles.

Le député européen et la pomme de terre canadienne

Et d'un seul coup d'un seul Eric Andrieu, député europeen de la grande circonscription sud ouest, et président de la commission pesticides au Parlement européen, a monté d'un ton son propos pour faire un sort à la pomme de terre canadienne, traitée à la clothianidine. A la Commission européenne qui prévoyait d’augmenter les limites maximales de résidus de plusieurs néonicotinoïdes dont la clothianidine et l’haloxyfop-R, respectivement insecticide tueur d’abeilles et herbicide toxique pour la santé humaine, le Parlement a dit non. A une large majorité, et bien au delà du groupe des sociaux-démocrates auquel Eric Andrieu (PS) appartient. Bras d'honneur argumenté au CETA auquel l'Europe et la Commission ont souscrit avec le Canada. Belle illustration du rôle que peut jouer un député européen. Et, ceci, dans une assemblée dont on oublie, ou dont on ne sait pas, à moins que l'on ne veuille pas savoir, que face à la Commission de Bruxelles qui propose des lois, elle les vote ou... ne les vote pas, à Strasbourg, en assemblée plénière. Et notre député européen d'enfoncer le clou :« Une fois de plus, l’exécutif européen se retrouve à vouloir abaisser ses normes sanitaires, afin de les faire coïncider avec les traités commerciaux qu’elle a signés. La Commission européenne ouvre notre marché intérieur à des produits de pays tiers traités à la clothianidine, alors que cette substance est interdite dans l’ensemble de l’UE depuis 2018. C’est totalement inacceptable ! »


- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 25/03/19 | Jean-Michel Clément au Parlement Franco-Allemand

    Lire

    Jean-Michel Clément, député de la Vienne, va siéger au sein de l’Assemblée Parlementaire Franco-Allemande. Cet accord parlementaire, signé le 25 mars dernier, est composée de 50 parlementaires allemands et de 50 parlementaires français. Au travers de cet accord, l’Assemblée Nationale et le Bundestag souhaite institutionnaliser la coopération franco-allemande pour rapprocher leurs méthodes de travail et faire converger les positions françaises et allemandes à l’échelle européenne dans tous les domaines.

  • 25/03/19 | Grande America : une inspection de l'épave prévue en fin de mois

    Lire

    Afin de procéder à l’inspection de l’épave du Grande America, le navire spécialisé Island Pride, affrété par l’armateur, transite actuellement vers Vigo (Espagne). Son arrivée sur la zone du naufrage ne devrait pas intervenir avant la fin de semaine prochaine. En mer les conditions météorologiques se sont dégradées dimanche, avec des creux de 2.5 à 3 mètres, rendant difficile l’intervention des moyens anti-pollution. Les résidus de nappes de fuel tendent à dériver lentement vers le sud.

  • 25/03/19 | Exposition autour des Grandes Guerres à Mont-de-Marsan

    Lire

    Du 25 mars au 10 mai, l’Office de Tourisme de Mont-de-Marsan propose une exposition gratuite « Mont-de-Marsan pendant les deux guerres mondiales et aujourd’hui ». Réalisée par les Amis des Archives des Landes et l’Association Landaise de Recherches et de Sauvegarde, elle se compose de 13 panneaux mettant en avant les 12 sites montois faisant référence aux 2 guerres. Une animation spéciale est proposé le 27 mars à l’occasion du 75ème anniversaire du bombardement de Mont-de-Marsan.

  • 25/03/19 | Collecte de printemps à la Banque Alimentaire

    Lire

    La Banque Alimentaire de Bordeaux et de la Gironde (BABG) organise pour la 1ère fois le samedi 30 mars sa collecte de printemps. Ce jour-là, les Gilets Oranges seront présents dans 8 hypermarchés de la métropole bordelaise. Quatre produits secs sont particulièrement ciblés : des conserves de poisson, de viande, de légumes mais aussi du riz. La récolte de cette collecte va permettre à la BABG de compléter sa gamme de denrées dont elle a besoin pour nourrir chaque semaine plus de 18 000 bénéficiaires.

  • 25/03/19 | « PAC : la place des jeunes dans l’agriculture »

    Lire

    Le 29 mars, la Maison de l’Europe Limousin organise une conférence « PAC : la place des jeunes dans l’agriculture » à Limoges. Pour aborder ce thème seront présents Karine Gloanec Maurin, députée européenne, de la circonscription Massif Central-Centre, Jean-Marc Trarieux, chef d’unité à la DG Agriculture de la Commission Européenne, Jean-Pierre Raynaud, vice-président du Conseil Régional de Nouvelle-Aquitaine en charge de l’agriculture et Charles Muller, 3ème secrétaire adjoint à la Chambre d’Agriculture de la Haute-Vienne.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Transports Métropolitains : la FNAUT fait le bilan

16/09/2015 | L'antenne régionale de la Fédération Nationale des Associations d'Usagers des Transports a récemment ouvert une nouvelle association, Bordeaux Métropole Déplacement

Christian Broucaret et Dominique Rolland

La Fnaut aquitaine s'adapte à la nouvelle réalité administrative en fondant une toute nouvelle association, "Bordeaux Métropole Déplacement". Elle a pour objet de débattre sur les politiques de transports engagées dans les 28 communes de la Métropole bordelaise. Une nouvelle antenne consacrée aux transports qui intervient pendant la semaine de la mobilité. L'occasion pour les responsables de dénoncer un certain nombre de défaillances sur l'ensemble du réseau et de proposer des solutions alternatives.

Si quelques opérations politiques (comme le "deux mois sans voitures" dans certains quartiers de Bordeaux) se démarquent, dans le reste des communes de la Métropole, la semaine de la mobilité paraît être une semaine comme les autres. Mis à part les quelques opérations de réductions proposées par la SNCF sur le réseau de TER, les opérations restent plutôt timides. Il faut dire qu'un certain nombre de chantiers sont toujours à l'Etat de projets, ou partiellement terminés. C'est notamment le cas du SAEIV (un dispositif qui permet l'affichage des bus en temps réel) "Il nous a été promis au printemps 2015 et il n'est pas complètement au point. Il faudrait aussi l'étendre aux tramways", déplore Christian Broucaret, Président de la FNAUT Aquitaine.

Une nouvelle association métropolitaineLa Fédération Nationale des Associations d'Usagers des Transports Aquitaine a récemment annoncé la création effective d'une nouvelle association de défense des usagers des transports dédiée cette fois à Bordeaux et à la Métropole. Baptisée "Bordeaux Métropole Déplacement", elle a pour but d'être "force de proposition", comme le déclarent ses responsables. Pour autant, elle profite de cette semaine spécialement consacrée aux transports pour souligner un certain nombre de problèmes qui perdurent. Lors de sa conférence de rentrée, le réseau TBC a annoncé en grande pompe une refonte de son offre d'applications mobiles. Pour le responsable, l'effort aurait aussi pu passer par l'affichage. "Tout le monde n'a pas de smartphones. Les affichages dans les trams deviennent un peu obsolètes, il ne faut pas s'étonner d'avoir des gens qui ne valident pas leur ticket". 

Un futur syndicat mixte ? Conscients de la baisse des dotations de l'Etat, les collectivités locales ont bien fait passer le message depuis le début de l'année : il va falloir faire mieux avec moins. Pour Christian Broucaret, cette amélioration passerait par la création effective d'un syndicat mixte des transports. "Des communes comme Cestas ou Léognan auraient tout intérêt à y être". Ce serait un moyen, selon l'antenne locale de l'association d'usagers, de travailler sur plusieurs dossiers importants comme une tarification unique, même s'ils avouent que l'uniformisation du Pass Navigo "favorise l'étalement urbain". Pour Bordeaux, un tarif unique pour l'ensemble des transports n'est pour l'instant pas à l'ordre du jour. 

Des étudiants lésés ? Chaque année, le nouveau palmarès des villes préférées des étudiants jugent, en fonction de certains critères comme le cadre de vie ou les sorties, les villes où il fait bon étudier. Cette année, La Rochelle a fait un peu bouger les choses depuis l'adoption de son nouveau dispositif de location de vélos. Selon François Rio, délégué général de l'AVUF (Association des villes Universitaires de France), "développer les transports, c'est la première chose que font les villes pour les jeunes. Elles font notamment de gros efforts sur la politique tarifaire". Ainsi, le tarif d'abonnement à l'année dépasse à peine la centaine d'euros. Pour Bordeaux, en revanche, ça se corse : comptez 244 euros si vous souhaitez avoir un abonnement aux transports en communs pour circuler dans la Métropole. Une situation largement dénoncée par le Président de la FNAUT. "Cet abonnement coûte trop cher aux étudiants. Il faudrait que la Métropole et Kéolis réfléchissent à un tarif moindre. Il y a encore trop de voitures sur le campus. D'autant qu'une étude de l'A'Urba datant de 2011 précisait que "les transports en commun urbains sont trois fois plus attractifs pour les étudiants que pour l’ensemble de la population de la CUB (29 % contre 10 %)". 

Un "tram-train" difficile à mettre en place ? Concernant les projets toujours en cours, la FNAUT a largement ironisé sur ce qu'elle appelle le "Tram Tram" du Médoc. "On attend la mise en service. Mettre en phase le code de la route et les règles ferroviaires pour ce tram qui va utiliser la ligne de train, ça ne va pas être simple. On entend partout que le même cas existe déjà à Mulhouse, mais la ligne de tram est séparée du train par un grillage. Ce sera sans doute une première en France que de créer cette circulation", affirme Christian Broucaret, sceptique. "Il ne faudra pas non plus qu'il se mette en concurrence avec les TER, la ligne du Médoc étant déjà très malade. Le plus drôle, c'est qu'elle risque d'être sauvée par le frêt, et donc par le privé, qui va amortir la ligne pour qu'elle puisse continuer à transporter des voyageurs...". La Fédération milite aussi, tout comme l'ont récemment déclaré les syndicats du réseau TBC, pour plus de présence humaine dans les trams et les bus, donc des contrôles renforcés. 

Une politique trop coûteuseConcernant le SDODM (Schéma Directeur Opérationnel des Déplacements Métropolitains) actuellement en discussion, là aussi, certaines décisions sont contestées par les responsables de la Fédération d'Aquitaine. D'abord, l'association salue l'initiative de réserver la voierie du quartier de la Croix Blanche aux transports en commun, mais déplore que le même engagement n'ait pas encore été prix sur le Cours de la Marne. "Les élus disaient qu'il ne fallait pas toucher à la Marne pour préserver les commerces Aujourd'hui, il n'y en a quasiment plus". Le schéma de desserte de la zone aéroportuaire de Mérignac, discutée cet été lors de comités de lignes plutôt houleux, propose de créer une ligne de bus reliant Pessac à la zone aéroportuaire. Un projet qui coûterait trop cher et qui pourrait être évité, selon Dominique Rolland, président de l'association "Prendre le tram à Gradignan". "Le déficit créé par cette ligne de bus sera d'un million d'euros par an. Il y a d'autres moyens de dépenser cet argent, comme rallonger le tramway ou faire un tracé plus direct en liane 1. Ce nouveau bus utiliserait en plus la bande d'arrêt d'urgence de la rocade alors qu'on l'a toujours interdit aux véhicules de secours jusqu'à présent. C'est un peu gênant". 

Au niveau des TER, la FNAUT reconnaît que "le Conseil régional a fait des efforts sur la mandature, notamment sur le matériel et l'ouverture de lignes nouvelles. Ce qu'on regrette, c'est que la SNCF n'exploite pas de façon assez efficace. On constate du retard sur la livraison du matériel, les travaux handicapants de la gare Saint-Jean. On a un retard de 40 ans sur les TER, c'est difficile à rattraper. La concurrence des Bus privés et la Macronisation des transports risque de leur être encore plus dommageables". Selon Dominique Rolland, l'arrivée des BHNS (Bus à Haut niveau de service) ne serait pas vraiment bénéfique pour le contribuable... "Les coûts d'exploitation d'un BHNS sont trois fois plus élevés que ceux d'un tramway. A Metz, l'installation d'une ligne BHNS a coûté 13 milions d'euros. Le réseau Busway de Nantes et aujourd'hui tellement saturé et obsolète qu'on ne sait plus comment l'améliorer. Un tram a pour lui des réserves de capacités. Il coûtait autrefois 25 millions d'euros du kilomètre, des études prouvent aujourd'hui qu'on peut tomber à 14 millions". La globalisation des trams, en revanche, aurait d'autres conséquences : la désertification des parkings. Selon une récente étude, l'occupation moyenne des parc relais proche des trams est de 80%, tandis qu'elle chute à environ 30% de fréquentation pour les parcs urbains. 

Pour autant, la région aura fort à faire à partir du 1er janvier 2016 puisqu'avec la loi NOTRe, elle récupère la compétence transports. Là encore, le président de la Fédération régionale reste sceptique. "Avec le poids de la Métropole sur ce sujet, ce sera un combat pour la région. Les deux collectivités vont devoir s'accorder". Pour l'usager, la Métropole est déjà engagée dans une réflexion de bouclage des boulevards dont une partie pourrait être réservée aux transports en commun en site propre. Nul doute qu'il va falloir trouver un consensus". Un consensus qui semble difficilement envisageable à trois mois des régionales. Sans compter la récente remontée du syndicats CGT des cheminots qui ont déploré un problème technique sur certains modèles de rame de la ligne Bordeaux-Hendaye... Pour pouvoir se déplacer plus facilement et voir les nouveaux chantiers s'accélérer, mieux vaut attendre le passage des urnes... 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Bordeaux Métropole 2030Cet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
4776
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 28 + 9 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !