18/10/17 : La CGT appelle à nouveau à manifester en Dordogne contre les ordonnances Macron sur le droit du travail. Les rassemblements auront lieu ce jeudi 19, à 17 h à Périgueux (palais de justice), Bergerac (palais de justice) et Sarlat (place de la Grande-Rigaudi

18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | Transports Métropolitains : la FNAUT fait le bilan

16/09/2015 | L'antenne régionale de la Fédération Nationale des Associations d'Usagers des Transports a récemment ouvert une nouvelle association, Bordeaux Métropole Déplacement

Christian Broucaret et Dominique Rolland

La Fnaut aquitaine s'adapte à la nouvelle réalité administrative en fondant une toute nouvelle association, "Bordeaux Métropole Déplacement". Elle a pour objet de débattre sur les politiques de transports engagées dans les 28 communes de la Métropole bordelaise. Une nouvelle antenne consacrée aux transports qui intervient pendant la semaine de la mobilité. L'occasion pour les responsables de dénoncer un certain nombre de défaillances sur l'ensemble du réseau et de proposer des solutions alternatives.

Si quelques opérations politiques (comme le "deux mois sans voitures" dans certains quartiers de Bordeaux) se démarquent, dans le reste des communes de la Métropole, la semaine de la mobilité paraît être une semaine comme les autres. Mis à part les quelques opérations de réductions proposées par la SNCF sur le réseau de TER, les opérations restent plutôt timides. Il faut dire qu'un certain nombre de chantiers sont toujours à l'Etat de projets, ou partiellement terminés. C'est notamment le cas du SAEIV (un dispositif qui permet l'affichage des bus en temps réel) "Il nous a été promis au printemps 2015 et il n'est pas complètement au point. Il faudrait aussi l'étendre aux tramways", déplore Christian Broucaret, Président de la FNAUT Aquitaine.

Une nouvelle association métropolitaineLa Fédération Nationale des Associations d'Usagers des Transports Aquitaine a récemment annoncé la création effective d'une nouvelle association de défense des usagers des transports dédiée cette fois à Bordeaux et à la Métropole. Baptisée "Bordeaux Métropole Déplacement", elle a pour but d'être "force de proposition", comme le déclarent ses responsables. Pour autant, elle profite de cette semaine spécialement consacrée aux transports pour souligner un certain nombre de problèmes qui perdurent. Lors de sa conférence de rentrée, le réseau TBC a annoncé en grande pompe une refonte de son offre d'applications mobiles. Pour le responsable, l'effort aurait aussi pu passer par l'affichage. "Tout le monde n'a pas de smartphones. Les affichages dans les trams deviennent un peu obsolètes, il ne faut pas s'étonner d'avoir des gens qui ne valident pas leur ticket". 

Un futur syndicat mixte ? Conscients de la baisse des dotations de l'Etat, les collectivités locales ont bien fait passer le message depuis le début de l'année : il va falloir faire mieux avec moins. Pour Christian Broucaret, cette amélioration passerait par la création effective d'un syndicat mixte des transports. "Des communes comme Cestas ou Léognan auraient tout intérêt à y être". Ce serait un moyen, selon l'antenne locale de l'association d'usagers, de travailler sur plusieurs dossiers importants comme une tarification unique, même s'ils avouent que l'uniformisation du Pass Navigo "favorise l'étalement urbain". Pour Bordeaux, un tarif unique pour l'ensemble des transports n'est pour l'instant pas à l'ordre du jour. 

Des étudiants lésés ? Chaque année, le nouveau palmarès des villes préférées des étudiants jugent, en fonction de certains critères comme le cadre de vie ou les sorties, les villes où il fait bon étudier. Cette année, La Rochelle a fait un peu bouger les choses depuis l'adoption de son nouveau dispositif de location de vélos. Selon François Rio, délégué général de l'AVUF (Association des villes Universitaires de France), "développer les transports, c'est la première chose que font les villes pour les jeunes. Elles font notamment de gros efforts sur la politique tarifaire". Ainsi, le tarif d'abonnement à l'année dépasse à peine la centaine d'euros. Pour Bordeaux, en revanche, ça se corse : comptez 244 euros si vous souhaitez avoir un abonnement aux transports en communs pour circuler dans la Métropole. Une situation largement dénoncée par le Président de la FNAUT. "Cet abonnement coûte trop cher aux étudiants. Il faudrait que la Métropole et Kéolis réfléchissent à un tarif moindre. Il y a encore trop de voitures sur le campus. D'autant qu'une étude de l'A'Urba datant de 2011 précisait que "les transports en commun urbains sont trois fois plus attractifs pour les étudiants que pour l’ensemble de la population de la CUB (29 % contre 10 %)". 

Un "tram-train" difficile à mettre en place ? Concernant les projets toujours en cours, la FNAUT a largement ironisé sur ce qu'elle appelle le "Tram Tram" du Médoc. "On attend la mise en service. Mettre en phase le code de la route et les règles ferroviaires pour ce tram qui va utiliser la ligne de train, ça ne va pas être simple. On entend partout que le même cas existe déjà à Mulhouse, mais la ligne de tram est séparée du train par un grillage. Ce sera sans doute une première en France que de créer cette circulation", affirme Christian Broucaret, sceptique. "Il ne faudra pas non plus qu'il se mette en concurrence avec les TER, la ligne du Médoc étant déjà très malade. Le plus drôle, c'est qu'elle risque d'être sauvée par le frêt, et donc par le privé, qui va amortir la ligne pour qu'elle puisse continuer à transporter des voyageurs...". La Fédération milite aussi, tout comme l'ont récemment déclaré les syndicats du réseau TBC, pour plus de présence humaine dans les trams et les bus, donc des contrôles renforcés. 

Une politique trop coûteuseConcernant le SDODM (Schéma Directeur Opérationnel des Déplacements Métropolitains) actuellement en discussion, là aussi, certaines décisions sont contestées par les responsables de la Fédération d'Aquitaine. D'abord, l'association salue l'initiative de réserver la voierie du quartier de la Croix Blanche aux transports en commun, mais déplore que le même engagement n'ait pas encore été prix sur le Cours de la Marne. "Les élus disaient qu'il ne fallait pas toucher à la Marne pour préserver les commerces Aujourd'hui, il n'y en a quasiment plus". Le schéma de desserte de la zone aéroportuaire de Mérignac, discutée cet été lors de comités de lignes plutôt houleux, propose de créer une ligne de bus reliant Pessac à la zone aéroportuaire. Un projet qui coûterait trop cher et qui pourrait être évité, selon Dominique Rolland, président de l'association "Prendre le tram à Gradignan". "Le déficit créé par cette ligne de bus sera d'un million d'euros par an. Il y a d'autres moyens de dépenser cet argent, comme rallonger le tramway ou faire un tracé plus direct en liane 1. Ce nouveau bus utiliserait en plus la bande d'arrêt d'urgence de la rocade alors qu'on l'a toujours interdit aux véhicules de secours jusqu'à présent. C'est un peu gênant". 

Au niveau des TER, la FNAUT reconnaît que "le Conseil régional a fait des efforts sur la mandature, notamment sur le matériel et l'ouverture de lignes nouvelles. Ce qu'on regrette, c'est que la SNCF n'exploite pas de façon assez efficace. On constate du retard sur la livraison du matériel, les travaux handicapants de la gare Saint-Jean. On a un retard de 40 ans sur les TER, c'est difficile à rattraper. La concurrence des Bus privés et la Macronisation des transports risque de leur être encore plus dommageables". Selon Dominique Rolland, l'arrivée des BHNS (Bus à Haut niveau de service) ne serait pas vraiment bénéfique pour le contribuable... "Les coûts d'exploitation d'un BHNS sont trois fois plus élevés que ceux d'un tramway. A Metz, l'installation d'une ligne BHNS a coûté 13 milions d'euros. Le réseau Busway de Nantes et aujourd'hui tellement saturé et obsolète qu'on ne sait plus comment l'améliorer. Un tram a pour lui des réserves de capacités. Il coûtait autrefois 25 millions d'euros du kilomètre, des études prouvent aujourd'hui qu'on peut tomber à 14 millions". La globalisation des trams, en revanche, aurait d'autres conséquences : la désertification des parkings. Selon une récente étude, l'occupation moyenne des parc relais proche des trams est de 80%, tandis qu'elle chute à environ 30% de fréquentation pour les parcs urbains. 

Pour autant, la région aura fort à faire à partir du 1er janvier 2016 puisqu'avec la loi NOTRe, elle récupère la compétence transports. Là encore, le président de la Fédération régionale reste sceptique. "Avec le poids de la Métropole sur ce sujet, ce sera un combat pour la région. Les deux collectivités vont devoir s'accorder". Pour l'usager, la Métropole est déjà engagée dans une réflexion de bouclage des boulevards dont une partie pourrait être réservée aux transports en commun en site propre. Nul doute qu'il va falloir trouver un consensus". Un consensus qui semble difficilement envisageable à trois mois des régionales. Sans compter la récente remontée du syndicats CGT des cheminots qui ont déploré un problème technique sur certains modèles de rame de la ligne Bordeaux-Hendaye... Pour pouvoir se déplacer plus facilement et voir les nouveaux chantiers s'accélérer, mieux vaut attendre le passage des urnes... 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Bordeaux Métropole 2030Cet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
4180
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !