Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/03/19 : Charente-Maritime : le festival Jazz au Phare, qui se déroulera du 4 au 8 août au Phare des Baleines, vient de dévoiler ses têtes d'affiches : Melody Gardot pour l’ouverture sur la grande scène le 4 août et Christophe le 5 août.

20/03/19 : Le Pont de l'île de Ré ne sera pas fermé à la circulation dans la nuit du lundi 25 au mardi 26 mars 2019 comme annoncé le 22 février dernier.

20/03/19 : Un séisme de magnitude 4,9 s'est produit ce matin peu avant 11h dans le secteur de Montendre. Il aurait été ressenti dans un rayon de 200 km, à Bordeaux et à Angoulême notamment.

20/03/19 : A Périgueux, la journée de l'audition se concrétise ce mercredi 20 mars, par le spectacle "yes ouie can", au Sans réserve à partir de 18 h 30. Cette soirée est organisée par le service de santé au travail. Gratuit dans la mesure des places disponibles.

19/03/19 : Dordogne : Ce 19 mars, l'appel à la grève des organisations syndicales CGT, FO et FSU, a été suivi par un petit millier de personnes à Périgueux qui revendiquent une hausse du SMIC, la réindexation des pensions et de retraites sur le coût de la vie.

19/03/19 : Jean-Frédéric Laurent, économiste de formation et spécialiste du transport maritime international est depuis le 13 mars dernier, le nouveau Président du Directoire du Grand Port Maritime de Bordeaux.

18/03/19 : Le préfet de Nouvelle-Aquitaine Didier Lallement est nommé préfet de police de Paris en remplacement de Michel Delpuech, après les violences sur les Champs-Élysées.

17/03/19 : Grande America : les "boues" observées par l'association Sea Shepherd hier à Hourtin en Gironde, ne sont en fait qu'un phénomène naturel de décomposions de déchets organiques bien connus des habitants, et non du mazout, relate ce matin la préfecture.

16/03/19 : Naufrage du Grande America : l'association Sea Shepherd rapporte que des plages de Gironde auraient été touchées. La préfecture maritime ne confirme pas et demande de "ne pas se fier aux photos alarmiste", et promet des prélèvements sur zone.

15/03/19 : Naufrage du Grande America : une nappe d’hydrocarbures d’une longueur de 4.5 km et d’une largeur de 500 mètres, d’aspect compact, a été observée à proximité de la zone de naufrage, à environ 175 nautiques (environ 325 km) des côtes françaises.

12/03/19 : Prévoyant une trentaine de recrutements en 2019, la Sobeval, spécialisée dans le veau de boucherie, organise un forum pour l’emploi, le 20 mars de 13 h à 17 h dans ses locaux de Boulazac (Dordogne). Un test par simulation sera proposé par Pôle emploi.

12/03/19 : En Lot-et-Garonne, la semaine prochaine, inauguration des sites multi-opérateurs d'accès à l'internet mobile à Hautefage La Tour, Massels, Thézac. Les communes de Frespech et Auradou sont également concernées par la couverture de ces nouveaux sites.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/03/19 | Bordeaux : du mouvement à la Maison Rose

    Lire

    Le vide dressing de la Maison Rose approche. La dernière née de l'association RoseUp, qui édite également Rose Magazine, organise un vide dressing solidaire ce samedi 23 mars. La Maison Rose accueille et soutient des femmes atteintes de cancer, mais aussi leurs proches, permettant ainsi de se ressourcer pendant ou après les traitements. L'intégralité des bénéfices du vide dressing solidaire seront reversés à la Maison Rose.

  • 21/03/19 | Nouvelle-Aquitaine : un jeu pour les malvoyants

    Lire

    Ce n'est pas la première fois que l'Institut Régional des Sourds et des Aveugles (IRSA) et Cap Sciences élaborent un jeu de société à destination des malvoyants. Time Loop est un jeu de stratégie, où les protagonistes sont perdus dans le temps et dont l'objectif est d'arriver à retourner à son époque. Une campagne de financement participatif a été lancée afin de doter toutes les antennes régionales de l'IRSA d'exemplaires du jeu. 400 euros sont nécessaires pour mener à bien le projet.

  • 21/03/19 | Bordeaux : une nouvelle école d'ingénieur !

    Lire

    L'École Nationale Supérieure pour la Performance Industrielle et la Maintenance Aéronautique ouvrira ses portes à la rentrée scolaire 2019. L'ENSPIMA sera la sixième école publique d'ingénieurs bordelaise avec pour domaines de prédilection les industries aéronautique, spatiale et de la défense. L'école sera basée dans les locaux de l'Institut de Maintenance Aéronautique à Mérignac. Les recrutements sont ouverts à partir du 20 mars pour ce cursus de 3 ans.

  • 21/03/19 | 1e édition de Gaspi'Halles pour une alimentation responsable

    Lire

    La première édition de Gaspi'Halles aura lieu les 22 et 23 mars aux halles de Bacalan à Bordeaux. Cet événement, organisé par l'EFAP et l'entreprise Biltoki, vise à sensibiliser les Bordelais au gaspillage alimentaire. Le vendredi matin sera consacré à des tables rondes destinées aux professionnels, tandis que le samedi après-midi sera ouvert au public pour des ateliers pratiques, de 14 heures à 18 heures.

  • 21/03/19 | Soirée ciné-débat sur la santé mentale à Pessac

    Lire

    Dans le cadre de la semaine d'information sur la santé mentale, le cinéma Jean Eustache de Pessac projettera le film documentaire "Locura al aire" le 22 mars à 20h30, en partenariat avec l'Unafam. Le film sera suivi d'un débat en présence du docteur Doumy, psychiatre au Centre Référence des Pathologies Anxieuses et de la Dépression (CERPAD) à l’hôpital Charles Perrens. Séance aux tarifs habituels.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Tribune libre - Cyrille Pitois : Gilets jaunes, pouvoir et médias, mystérieuse triangulation

02/02/2019 | "Casser le thermomètre au lieu de faire baisser la fièvre..."

Cyrille Pitois : "Mais s’en prendre aux médias, c’est casser le thermomètre au lieu de faire baisser la fièvre"

Aujourd'hui, nouvel épisode des manifestations des Gilets Jaunes. Les journalistes vont encore être sur le terrain, à la recherche d'un nouvel angle pour évoquer ce mouvement dont les refrains finissent par se ressembler. Le plus difficile sera de se protéger d’une agressivité latente mais pas si nouvelle.

 

En plus ils y vont avec une petite angoisse supplémentaire, sachant que certains GJ sont carrément hostiles. Pourtant combien de reportages dans les cabanes, sur les barrages et dans les rassemblements en tout genre pour essayer de comprendre, de décoder, de mettre en perspective revendications et réponses du gouvernement? C'est le rôle de la presse. Elle ne fait là que son travail.

Ce qui interroge davantage c'est la défiance à l'égard des journalistes, allant parfois jusqu'aux atteintes physiques. Les reporters sont des personnes comme les autres, des citoyens, salariés par des médias pour aller observer et rendre compte. Ca ne mérite pas tant d'irrespect, de mépris et encore moins de violence, quoiqu'on pense du résultat.

Ce rejet des médias traditionnels ne surgit pas de nulle part. Depuis longtemps, les reporters qui couvrent des conflits sociaux, des manifestations, des rassemblements, savent bien qu’aller au contact d’une des parties, c’est être accueilli avec une certaine méfiance. Avant de se confier, les protagonistes veulent d’abord détecter une démarche empathique ou au moins neutre par rapport au point de vue de la partie adverse.

Depuis une vingtaine d’années cette méfiance de bon aloi, a mué progressivement en agressivité de moins en moins larvée. Se faire taxer de collusion avec le patronat sur un piquet de grève, se faire mettre en cause sur le contenu d’un précédent édito, exiger un démenti parce que le contenu d’un article ne plait pas est monnaie courante. Ce qui était occasionnel est devenu fréquent parce que tout à chacun se sent pousser des ailes dans le champ de la communication. La multiplication des médias, le développement des réseaux sociaux sont des outils formidables pour tous ceux qui ont envie de s’exprimer en développant l’argumentation qui les sert. Tant mieux. Mais ce n’est pas du journalisme.

Cette évolution cache en fait une longue et lente usure de la relation entre certains citoyens et le pouvoir, dont les médias ne sont que le thermomètre. A chaque élection on s’étonne du taux d’abstention (dans une moindre mesure à la Présidentielle et aux municipales, pour d’autres raisons). Ce sont ces abstentionnistes qui sont aujourd’hui dans les manifs et qui, paradoxalement, réclament des référendums. Il y a des symptômes qui ne trompent pas. Leur difficulté à se retrouver autour d’une plateforme précise de revendications, leur embarras à s’emparer du système démocratique et à réunir des listes pour les prochaines échéances électorales par exemple, illustrent bien que leur système de pensée exclut les outils institutionnels habituels. Leur stratégie d’évitement des syndicats complète le diagnostic.

Depuis une à deux décennies, à chaque élection, l’heureux élu se félicite d’avoir battu ses adversaires, mais tous oublient de se préoccuper du pourcentage des inscrits qui ne se sont pas déplacés pour voter. Ce sont vers ces abstentionnistes qu’il aurait fallu se tourner pour comprendre ce qui se préparait. Aucun camp, aucun parti ne l’a fait. Une négligence coupable qui nécessite aujourd’hui de retourner au contact. Pas sûr que le débat national parvienne à ramener les abstentionnistes dans la boucle des citoyens qui s’engagent pour exercer leurs responsabilités électorales.

Les journalistes ne sont pas les auteurs de cette fracture. Ils n’ont pas attendu les Gilets jaunes pour réaliser des reportages sur ceux qui restent au bord du chemin. Peut-être ont-ils décrit cette fracture sans la condamner assez ni décrypter le danger qu’elle couvait. Mais s’en prendre aux médias, c’est casser le thermomètre au lieu de faire baisser la fièvre.

Cyrille Pitoisjournaliste

Cyrille Pitois
Par Cyrille Pitois

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
2813
Aimé par vous
3 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 9 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !