Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/09/18 : Charentes : la rivière Né passe en alerte de crise, niveau sécheresse. Un arrêté prévoit l'interdiction totale des prélèvements à usage d’irrigation agricole, y compris les cultures dérogatoires déclarées, à partir de ce matin 8h.

19/09/18 : Pont de l'île de Ré : Menée cette nuit, la visite d'inspection des services spécialisés du réseau scientifique et technique de l'Etat a confirmé le bien-fondé des mesures de restriction de circulation, qui restent appliquées jusqu'à nouvel ordre.

19/09/18 : Forum pour l’emploi organisé par l’ARCA, Association pour la Relation Client en Nouvelle-Aquitaine, jeudi 20 sept de 9h à 13h à la Maison des Associations de Mérignac. 10 recruteurs présents et 150 postes à pourvoir immédiatement.

19/09/18 : Fermeture du Pont d’Aquitaine dans les deux sens sur la section de la rocade A630 entre les échangeurs 2 et 4 du mercredi 19 à 21h au jeudi 20 sept à 6h, du jeudi 20 à 21h au vendredi 21 sept à 6h, du samedi 22 à 22h au dimanche 23 sept à 18h.

19/09/18 : Charente-Maritime : un nouvel arrêté limite l'irrigation à compter de ce matin 9h à un volume hebdomadaire de 7% du volume restant à consommer depuis le 15 juin, sur les bassins Seudre, Bruant, Charente aval, Marais Sud et Nord de Rochefort, Seugne.

19/09/18 : La Rochelle : suite à un appel à la grève de la CGT et de la CFDT, un peu plus d'un bus sur deux ne circulent pas ce matin. aucun bus ne circule ce mercredi matin sur les quatre lignes Illico, ainsi que sur les lignes 6, 7, 8, 11, 13, et 16.

18/09/18 : Charente-Maritime : Gérard Davet et Fabrice Lhomme, les auteurs d'"un président ne devrait pas dire ça", seront à l'Agora de Saint-Xandre (près de La Rochelle) pour une conférence-débat le mercredi 26 septembre à partir de 18h30.

18/09/18 : Charente-Maritime : Une visite d'inspection étant programmée ce soir au sein du pont de Ré, la circulation est interdite à tous les poids lourds de plus de 3,5 tonnes à compter de 20h ce mardi 18 septembre jusqu'à 7h mercredi 19 septembre.

18/09/18 : La Rochelle : pour lancer officiellement la nouvelle saison 2018-2019, le Carré Amelot ouvre ses portes et organise les festivités "Déambulation et petites formes" samedi 22 de 14h30 à 20h30, avec des spectacles, ateliers et expositions. Gratuit.

18/09/18 : La Rochelle s’engage dans une série d’actions de sensibilisation au Self data. La Ville organise une Conférence publique, "Données personnelles, et si on en parlait ?", jeudi 20 septembre à 18 heures au Musée maritime La Rochelle.

18/09/18 : C'est confirmé, Florence Parly, la Ministre des Armées sera présente le 2ème jour du Salon ADS SHOW, à Mérignac, le jeudi 27 septembre.+ d'info

18/09/18 : A Bordeaux, le Centre Régional Information Jeunesse organise un Jobs Dating Spécial Rentrée ces 18 et 19 septembre: 200 offres d'emploi dans la garde d'enfants, animation, grande distribution, soutien scolaire, propreté et hôtellerie restauration+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 20/09/18 | Pau : un rallye étudiant pour découvrir la ville

    Lire

    Pensé par et pour les jeunes, la Mairie de Pau lance le 4 octobre, son 1er Rallye Etudiant. Objectif, selon Régis Laurent Adjoint au maire chargé de la jeunesse: «souhaiter la bienvenue à Pau aux nouveaux étudiants tout en leur montrant la palette des activités associatives, culturelles et sportives qui y sont possibles». Destinés aux étudiants et étudiants des métiers de 1ère année, ce rallye, mêlant jeu de piste urbain et battles entre équipes, permettra aux jeunes de découvrir les acteurs du territoire au fil de leur pérégrination. A 19h, rdv pour un concert électro gratuit et ouvert à tous place Clémenceau. Détails et inscription.

  • 19/09/18 | Les " Ford" appellent à manifester le 22 septembre

    Lire

    A l'initiative des syndicats CFTC et CGT de l'usine Ford de Blanquefort une manifestation aura lieu le 22 septembre à 14h place de la République à Bordeaux. 872 emplois directs et 3.000 emplois induits sont menacés soulignent-ils, insistant sur les aides publiques apportées à la multinationale: de "2013 à 2018 Ford Aquitaine Industries a engrangé près de 50 millions d'euros pour maintenir les 1000 emplois soit approximativement 830 euros par salarié par mois sur 5 ans."

  • 19/09/18 | Anti-ours face à De Rugy, la tension monte en Béarn

    Lire

    L'annonce dans le journal Sud-Ouest ce mercredi, de la venue de François De Rugy à Pau jeudi 20 septembre, sur le thème du lâcher de 2 ourses dans le massif pyrénéen, n'a pas tardé d'effet dans les rangs des « anti ». Si dans un communiqué la Fédération Transpyrénéenne des Éleveurs de Montagne 64 juge cette visite «indécente», un collectif d'éleveurs non identifié appelle quant à lui à «un rassemblement musclé» au village d'Asasp-Arros et précise «s'il faut des armes et des fusils pour que notre message résonne aux oreilles de François de Rugy et jusqu'en Slovénie, ils seront sortis!»

  • 19/09/18 | Portes ouvertes pour les 60 ans de l’INJS

    Lire

    L’Institut National des Jeunes Sourds de Bordeaux, implanté à Gradignan, fêtera ses 60 ans le 22 septembre prochain. Pour lancer une journée ouverte au public, l’arbre des 60 ans sera planté à 10h30. Une exposition dans la chapelle retracera son histoire et la journée sera ponctuée de tables rondes où familles et jeunes raconteront leur expérience. Vous pourrez aussi visiter le site et profiter pour clôturer la journée d’un spectacle réalisé par un magicien sourd.

  • 19/09/18 | Les V3 électriques arrivent à Bordeaux

    Lire

    Avis aux amateurs de vélos sur la métropole bordelaise. Ce mercredi, Keolis et Bordeaux Métropole ont présenté, à l'occasion de la "rentrée" du réseau TBM, le premier V3 électrique. Doté d'une batterie démontable et d'une autonomie de dix kilomètres, il sera rechargeable en une heure trente et son abonnement devrait coûter six euros par mois. Keolis et Bordeaux Métropole ont ainsi prévu d'en déployer 1000 dès le début de l'année 2019.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Tribune libre - LGV GPSO, bon sens et démocratie : Les Grandes Victimes

06/10/2015 | Une tribune libre de Pierre Recarte, vice-président du CADE

La LGV Tours-Bordeaux, en service en 2017 ?

Le gouvernement a tranché. Malgré l’avis défavorable de l’enquête publique, il déclare le projet de LGV Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax d’utilité publique. Les citoyens se sont prononcés à plus de 90 % contre ce projet, mais nos gouvernants n’en tiennent pas compte. Parallèlement, François Hollande enjoint le gouvernement « d’engager un chantier sur la démocratie participative de manière à ce qu’il ne puisse plus y avoir de contestation ». Aujourd’hui l’État devenu sourd aux aspirations de la population décide de passer en force.

Il s’affranchit des conclusions des différents rapports, des avertissements de la Cour des comptes, des réserves de l’Autorité environnementale et du Commissariat Général à l’Investissement. À travers cette décision, il contredit ses propres prises de position et cède, couard, à l’approche des élections, aux injonctions et aux menaces d’une poignée de grands élus. Une décision qui suscite une indignation que les citoyens ne tarderont pas à manifester.
Mais reprenons le fil de l’histoire…

Des constats alarmantsDès 2008, la Cour des comptes s’inquiète du « lancement de nombreux projets dont la rentabilité socio-économique est insuffisante » d’autant « que les bilans a posteriori mettent en évidence une rentabilité en général bien plus faible qu’espérée initialement ».

En 2011, Hervé Mariton met en garde l’État sur les «  conséquences négatives pour l’équilibre financier du système ferroviaire » des investissements dans de nouvelles LGV.Louis Nègre rapporteur au Sénatappelle à renoncer aux réseaux futurs pour concentrer les efforts sur le réseau existant.

Les assises du ferroviaire de 2011 concluent : « Devant les fortes incertitudes sur la rentabilité des futures LGV de reconnaître la rénovation du réseau comme une priorité absolue » et de «  suspendre toute nouvelle opération de développement »

En 2012, la Cour des comptes dénonce des méthodes d’évaluation socio-économique et financière « insuffisamment transparentes » et conseille « une contre-expertise des principaux projets indépendante des maîtres d’ouvrage. »

En 2013, le rapport Auxiette souhaite sortir «  de cette logique du toujours plus vite ». Jean-Louis Bianco préconise des « trains circulant à 200 km/h, sur les voies existantes et offrant un niveau de service de très bonne qualité ». Le rapport Mobilité 21 confirme que les LGV sont « des projets extrêmement coûteux et d’une efficacité socio-économique controversée […] une modernisation de l’existant permet souvent d’atteindre une performance quasi équivalente à celle d’une infrastructure nouvelle, pour un coût et une empreinte écologique bien inférieurs.»

Une nouvelle charge de la Cour des comptesFin 2014, la Cour des comptes produit un sulfureux rapport1 s’attaquant à l’argumentation des pro-LGV estimant que « la portée et la pertinence de ces motivations se révèlent souvent contestables, sinon inexactes.». Elle conclut :« Les effets paraissent donc incertains et ne suffisent pas par eux-mêmes à justifier le niveau des investissements nécessaires à la construction de LGV. »

L’enquête publique s’ouvre malgré les avis de l’Autorité environnementale qui relève notamment « une rentabilité tout juste atteinte pour un projet de 13 milliards » et du Commissariat Général à l’Investissement qui émet des réserves « sur le caractère prioritaire du projet au vu de sa faible valeur actualisée nette (VAN) par euro investi. ».
Peu importe. Fuyons les réalités !

L’avis défavorable de l’enquête publiqueC’est une attaque en règle des « insuffisances et faiblesses » du projet : gain de temps « peu probant », « infrastructure lourde et coûteuse pour un service non garanti », « financement public incertain »,« rentabilité socio-économique insuffisante », « alternatives à la grande vitesse insuffisamment explorées », impacts environnementaux « insuffisamment pris en compte ». Quant au développement économique, il se « concentrera autour des gares des deux métropoles et drainera l'emploi au détriment du développement local ». La réduction des émissions de gaz à effet de serre « demeure faible tant vis-à-vis du coût de l’infrastructure que des objectifs européens de réduction de 75%. ».
Toute l’argumentation des pro-LGV vole en éclat.

Un cinglant démentiLa LGV Paris-Barcelone est « une grande réussite » déclarait François Hollande lors de son inauguration fin 2013. Après quatre ans d’exploitation TP Ferro, le concessionnaire franco-espagnol de Figueras-Perpignan dépose le bilan pour « insuffisance de trafic » Rien n’aura eu prise sur ce gouvernement qui cède au lobbying indécent et aux menaces de quelques « grands élus » et du BTP.

Un gouvernement qui n’en est pas à une contradiction près. N’est-ce pas Manuel Valls qui qualifiait « d’erreur » le « Tout TGV » le 15 juillet dernier ? Il ajoutait : « Le choix des majorités précédentes a été au développement à tout crin de nouvelles lignes. La priorité doit changer. Il s'agit de faire baisser l'âge moyen du réseau, de concentrer les moyens humains et financiers sur les lignes les plus empruntées, sur les transports du quotidien »

On voudrait se moquer des citoyens que l’on ne s’y prendrait pas autrement !

1 « La grande vitesse ferroviaire, un modèle porté au-delà de sa pertinence »

Pierre Recarte, vice-président du CADE
Par Pierre Recarte, vice-président du CADE

Crédit Photo : Caisse des dépôts

La LGV Sud-OuestCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
146236
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Thierry Merger | 12/10/2015

L'essentiel est dit dans cette tribune de Pierre Recarte.
Bon sens : ces LGV seraient ruineuses pour nos finances, notre économie, notre environnement : on peut faire beaucoup mieux beaucoup moins cher.
Démocratie : le gouvernement fait comme s'il avait reçu un chèque en blanc et méprise tous les corps intermédiaires et les procédures de concertation et d'expertise, garde-fous contre une république bananière.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !