17/06/22 : Le département des Landes est placé en vigilance rouge pour canicule extrême à compter de ce jour 14 h. En conséquence, les manifestations en plein air (sauf marchés) et les manifestations sportives en salles fermées non climatisées sont interdites

17/06/22 : En raison de la canicule, la Mairie de Cenon annonce l'annulation de la fête du Cypressat (ce soir) ainsi que celle de la Commémoration du 18 juin 1940 qui aurait du avoir lieu demain.

17/06/22 : Le département de la Gironde est placé en vigilance ROUGE canicule dès 14h ce jour jusqu’à la fin de l’épisode caniculaire. La température estimées ce jour est de 40°C et 41°C samedi. Elle restera supérieure à 23°C la nuit de vendredi à samedi.

12/06/22 : A Anglet (64), la députée sortante Florence Lasserre Modem) est en tête de ballotage de la cinquième circonscription avec 39,83% de suffrages, devant Sandra Pereira-Ostanel (Nupes), 22,12%. LR n'avait pas présenté de candidats.

10/06/22 : La préfecture de Nouvelle-Aquitaine appelle à la prudence sur toutes les plages de la région samedi 11 juin en raison de conditions de baignade dangereuses entre houle, vagues de bord, forts courants et baïnes, températures de l’air et de l’eau élevées.

02/06/22 : En Dordogne, la RD66 à Peyzac-le-Moustier est rouverte à la circulation depuis le 1er juin. Elle avait été fermée suite à la chute de blocs rocheux de plusieurs mètres cubes en novembre 2018 et dans l'attente du confortement définitif de la falaise.

20/05/22 : HAUTE-VIENNE Sur la 2e circonscription, la candidate LREM investie Shérazade Zaiter devra composer avec le dissident Jean-Luc Bonnet, maire du Vigen et son suppléant Bertrand Venteau, président de la Chambre d’agriculture et frère du député sortant.

19/05/22 : DORDOGNE. Dans la 4e circonscription, Jérôme Peyrat LREM, maire de La Roque-Gageac, se retire après une polémique sur sa condamnation pour violence conjugale. Il briguait le siège de la sortante Jacqueline Dubois, qui repart non investie par LREM.

18/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 6 e circo, LREM prononce l’exclusion de Philippe Jouvet, candidat contre Vincent Bru, le sortant LREM. Philippe Jouvet était jusqu'ici le suppléant de Florence Lasserre dans la 5e circonscription.

18/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 4e, l'écolo Julien Brunel se retire au profit d'Inaki Echaniz PS-Nupes. "Notre responsabilité politique nous oblige au retrait. Mais notre responsabilité morale nous interdit de soutenir le candidat PS," tweete J. Brunel

13/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES - Dans la 3ème circonscription, David Habib député socialiste sortant critique sur la NUPES, est candidat à sa succession en son nom propre face à un candidat LFI /NUPES. Alain Rousset vient de lui apporter son soutien.

12/05/22 : GIRONDE. Dans la 2e circonscription, Cyril Mouquet , candidat Nouvelle Donne se désiste au profit du candidat investi par la Nupes, l'écologiste Nicolas Thierry, au nom de "l'intérêt général premier avant tout" tweete Cyril Mouquet.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 24/06/22 | Partons à la découverte du Mas d'Agenais

    Lire

    Afin de valoriser son patrimoine, le Mas d'Agenais va se doter d'un espace de médiation patrimoniale. Pour cela, la municipalité va restaurer une maison à pans de bois en face de la collégiale pour y installer un espace de médiation patrimoniale, valorisant ainsi l'histoire du Mas d'Agenais, la collégiale et l’œuvre exceptionnelle qu’elle abrite : le "Christ en Croix" par Rembrandt. L'espace abordera plusieurs thématiques comme la collégiale, le Rembrandt, le patrimoine bâti et l'histoire du Mas d'Agenais accessibles aux petits et aux grands au moyen d'outils numériques, de maquettes, d'archives visuelles ou sonores.

  • 24/06/22 | Restauration collective: "Nourrir l'Avenir" pour mieux se nourrir

    Lire

    A Périgueux, l'Association Collectif les Pieds dans le Plat propose une restauration collective bio-locale depuis 15 ans. Pour mieux accompagner l'intérêt croissant des collectivités et de la société civile pour la restauration collective bio-locale, une société coopérative d'intérêt collectif va être montée (SCIC), Nourrir l'Avenir, qui aura pour mission de porter l'activité économique de formation et d'accompagnement notamment dans la mise en œuvre d’une transition alimentaire biologique, saine et durable au sein des collectivités et des établissements.

  • 23/06/22 | Le député des Landes, Boris Vallaud, président du groupe PS à l'Assemblée

    Lire

    Elu député PS des Landes en 2017, réélu confortablement dimanche dernier dans la troisième circonscription, Boris Vallaud est depuis ce jeudi 23 juin, président du groupe socialiste à l'Assemblée Nationale. Enarque âgé de 46 ans, négociateur de la Nupes pour le PS, il succède à Valérie Rabault (Lot et Garonne) qui ne se représentait pas. Il a emporté l'élection avec 26 voix d'avance sur son collègue de la Mayenne, Guillaume Garot.

  • 23/06/22 | "1 million d'arbres" : Votez pour vos projets de plantations préférés

    Lire

    En janvier dernier, Bordeaux Métropole a lancé le 1er budget participatif lié au programme « Plantons 1 million d'arbres ». Suite au dépôt des projets par les associations, vous avez jusqu'au 30 juin pour voter pour votre projet de plantation préféré : verger urbain, micro-forêt, parc, jardin... Les projets lauréats seront dévoilés début juillet et les plantations auront lieu cet hiver. Pour découvrir les projets et voter: budgetparticipatif.bordeaux-metropole.fr

  • 23/06/22 | Landes : Enedis soutient l'insertion des jeunes

    Lire

    Pour faciliter les actions de la Mission Locale des Landes en faveur de l'insertion professionnelle durable des jeunes, Enedis a remis le 21 juin dernier un véhicule reconditionné à la structure. Ce véhicule sera mis à disposition en auto-partage des jeunes de Sabres résidants dans l'ancienne gendarmerie réhabilitée en logements sociaux pour qu'ils puissent palier aux difficultés de mobilité sur le territoire landais.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Tribune Libre - LGV GPSO : Manipulations et conflits d’intérêt pour la mettre sur les rails

16/02/2022 | Pierre Recarte est vice-président du CADE (Collectif des Associations de Défense de l'Environnement)

Pierre Recarte - vice président du CADE (Collectif des Associations de Défense de l'Environnement)

La LGV, ce projet récemment réactivé, avance à marche forcée en s’assurant du soutien de certaines instances clefs et en contraignant les collectivités territoriales à voter son financement dans « l’urgence ».

Un Conseil d’Orientation des Infrastructures (COI) aux ordres

En mars 2021, le COI est « remanié ». On se sépare des personnes gênantes : Karima Delli (EELV) auparavant membre à part entière est désormais « invitée permanente », deux élus « verts » disparaissent et ne sont pas remplacés. A l’inverse, y fait son entrée un défenseur du projet, Jean-François Portarrieu, de Toulouse Métropole, député de Haute-Garonne. Rassurons-nous : Bruno Cavagné reste vice-président du COI, il est aussi président de la Fédération nationale des travaux publics, dans laquelle Vinci, Bouygues et Eiffage se partagent les vice-présidences !

Cette instance consultative recommandait en 2017 de « réinterroger à plus longue échéance l’opportunité de la ligne nouvelle Bordeaux-Dax » car il n’y avait pas de risque de saturation par le fret avant « un horizon lointain » et une ligne modernisée permettrait « d’obtenir quasiment les mêmes bénéfices qu’une ligne nouvelle à un coût bien moindre. »

En novembre 2021, le COI rencontrait à Bordeaux les représentants de l’Etat, des élus régionaux et bordelais pour un bilan d’étape. Selon Guy Kauffmann, directeur du projet GPSO, cette réunion avait surtout pour objet de « demander au COI de prendre en compte le projet de manière continue, sans rupture en différentes phases, pour une réalisation dans un délai plus resserré que celui préconisé par le COI en 2018. »

Le 14 janvier, le COI rencontrait le préfet coordinateur du GPSO. Il remettra en février « un rapport d’étape sur la programmation » [de la construction des deux lignes Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax NDLR] mais le rapport final sera rendu public fin 2022. Un vrai problème de transparence démocratique.

 

Un fauteuil pour Rousset et un saut à Bruxelles

Le secrétariat général pour l’investissement (SGPI), nouvelle dénomination du CGI qui avait expertisé la LGV, devra aussi expertiser la future société (EPL) chargée de piloter le projet. En janvier 2021, Alain Rousset a été nommé par le Premier Ministre dans le conseil de surveillance comme « personnalité qualifiée ». Il est entouré de proches : Christelle Dubos, députée de la Gironde,Claude Nougein, sénateur de la Corrèze,Alain Chatillon, sénateur de la Haute-Garonne. Une façon de contrôler cette administration !

Le Président de Région s’est rendu à Bruxelles, le 1er février 2022, pour demander à l’Europe une participation plus importante sur la section Bordeaux-Dax (30% au lieu de 20% pris initialement pour « hypothèse »). Problème de bouclage du budget ? L’Europe augmentera-t-elle sa participation qui n’a été en moyenne que de 7,5% pour les LGV en France1 ?

 

Des collectivités en otage

Le 7 février, la région a voté un plan de financement modifié pour combler un trou de 225,6M€, sans saisir la commission transports. Les documents ont été transmis aux élus régionaux la veille et non 12 jours avant le vote ! Tout ceci est-il légal ? La participation de Bordeaux Métropole engagé à hauteur de 865,2 M€ est ramenée à 505,7 M€ dans le nouveau plan sans nouvelle délibération de cette collectivité.

Le conseil départemental 64 figure pour 100M€ dans le nouveau plan alors qu’il s’était engagé pour 54M€ pour le projet et 16M€ pour la rénovation des lignes! Il avait conditionné sa participation « à un engagement financier de toutes les collectivités concernées ». Or, trois sont défaillantes2et sa participation est maintenue !

Toutes les collectivités n’ont pas voté ce nouveau plan !

Dans l’urgence, elles s’étaient prononcées, en fin d’année 2021, sur un plan de financement de la LGV vers Toulouse et Dax. Au moment du vote, elles ne pouvaient connaître le montant exact de leur contribution. En effet, celui-ci dépendra du coût final de l’investissement qui n’est qu’une estimation, des frais financiers évalués à 10%, des frais de gestion de l’EPL, non évalués, de l’insuffisance probable des recettes fiscales et des subventions européennes estimées à 20% du coût par « hypothèse ». De plus, les collectivités étant solidaires, elles devront supporter les défaillances de certaines d’entre elles. Quels risques pris par nos élus et quelles charges pour les contribuables !

Alors que le plan de financement est bouclé, Alain Rousset continue à faire les poches. La Charente et la Charente-Maritime proposent « spontanément » de participer au financement alors qu’elles ne sont pas concernées. Quelles contreparties recevront-elles ?

En revanche, SNCF Réseau ne s’engage pas financièrement pour le moment, il attend les avant-projets détaillés !

Quant à Alain Rousset, il trace son chemin...

 

 

1 Source : Cour européenne des comptes.
2 « Grand Dax », conseil départemental du Lot et Garonne, communauté d’agglomération Pays basque.

Pierre Recarte, vice-président du CADE
Par Pierre Recarte, vice-président du CADE

Crédit Photo : PR

Partager sur Facebook
Vu par vous
13066
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Legros | 21/02/2022

Très bon résumé des dégâts potentiels sur les finances locales d'une obsession maladive d'un vieil élu qui se rêvait ministre et qui ne fut que pseudo-Duc d'Aquitaine. Rappelons encore une fois que le financement de ce type d'infrastructure n'est pas dans les attributions des collectivités locales.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !