17/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient vivre le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

  • 12/10/17 | Le maire de Captieux démissionne

    Lire

    Denis Berland, maire de Captieux depuis 2015 suite à l’élection de Jean-Luc Gleyze à la présidence du Conseil Départemental de la Gironde, a présenté par courrier au préfet de la Gironde sa démission. Celui qui a été premier adjoint jusqu’en 2015 n’a pas encore indiqué les raisons de son départ.

  • 11/10/17 | Une Landaise élue Miss Aquitaine

    Lire

    C'est au Théâtre Quintaou d'Anglet ce week-end qu'a été décernée l'écharpe 2017 de Miss Aquitaine en vue de succéder à la Lot-et-Garonnaise Axelle Bonnemaison. Le jury -avec l'aide du public- a désigné la Landaise Cassandra Jullia, 18 ans, du Comité Béarn-Landes ,domiciliée à Orthevielle. Étudiante en BTS esthétique, option management à Mont-de-Marsan. Elle qui représentera l'Aquitaine au concours Miss France de décembre. Pour la petite histoire, le Poitou-Charentes a son propre comité de miss régional.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | Tribune libre - LGV, obstination n’est pas raison

08/04/2015 | Suite à l'avis défavorable de la commission d'enquête publique sur la LGV GPSO, le CADE réagit par la voix de Pierre Recarte son vice-président

En 2017, les TGV arriveront depuis Paris en passant par Tours, mais pourront-ils en repartir vers Dax et Bordeaux? L'avis défavorable de la commission d'enquête publique a suscitté de nombreuses réactions

Après les assises du ferroviaire et les rapports Mariton, Auxiette, Bianco, Mobilité 21 préconisant de « sortir de la logique du toujours plus vite » et de « donner la priorité à la rénovation du réseau existant et aux trains du quotidien », l’enquête publique sur les GPSO émet un avis défavorable clair et sans ambiguïté.

Si les enquêteurs reconnaissent quelques aspects positifs, « les insuffisances et faiblesses » sont majeures : un gain de temps « peu probant » entre Bordeaux et Dax, « une infrastructure lourde et coûteuse pour un service non garanti » avec un « financement public incertain », et « une rentabilité socio-économique insuffisante », des « alternatives à la grande vitesse insuffisamment explorées », des impacts sur l’environnement « insuffisamment pris en compte » et sur la biodiversité « plus importants que “faibles à négligeables” » comme l’affirme RFF.
La réduction des émissions de gaz à effet de serre  serait effective après 10 ans « mais le résultat demeure faible tant vis-à-vis du coût de l’infrastructure que des objectifs européens de réduction de 75%. »
Quant au développement économique, il se « concentrera autour des gares des deux métropoles et drainera l'emploi au détriment du développement local  ». Les 8000 emplois directs et indirects espérés ne sont selon les enquêteurs « pas tous des emplois créés » et « pour la plupart non pérennes ».
La Cour des comptes dans son dernier rapport a examiné les arguments avancés pour la promotion des LGV : « mobilité accrue, avantage environnemental par rapport aux autres modes de transport, incidence positive sur l’activité économique et le développement régional » et conclut « la portée et la pertinence de ces motivations se révèlent souvent contestables, sinon inexactes. »

La commission d’enquête estime que « les défenseurs du projet, ont semblé parfois, plus attachés aux retombées en termes d’image qu’à la pertinence économique et opérationnelle. »
Pourtant, après avoir cédé au lobbying du BTP, messieurs Rousset, Malvy, Juppé et Moudenc avancent toujours la même argumentation démentie par toutes les données.
Ils se livrent à un véritable déni démocratique en rejetant rapports, études universitaires, conclusions de l’enquête publique, en méprisant les mobilisations populaires et en pesant par un interventionnisme incessant sur les décisions gouvernementales. Ils veulent leur LGV coûte que coûte parce que les Aquitains l’auraient plébiscité selon Alain Rousset alors que la commission juge  « faible l’acceptabilité sociale » avec des « soutiens au projet peu nombreux et peu mobilisés. » même de la part des entreprises. 93% des 20 000 contributions versées au dossier sont clairement opposées.
Quel cinglant démenti !

Jean-Luc Gleyze, président PS du conseil départemental de la Gironde, hostile au projet trouvera un allié en la personne de Gilles Savary député PS. Celui-ci voit dans le résultat de l’enquête un «avis qui introduit enfin le bon sens et la rationalité économique » et demande à l'Aquitaine « d'exiger de l'État et de SNCF Réseau des scénarios alternatifs». Exiger une modernisation immédiate des lignes existantes et assurer la protection des riverains qui subiront, LGV ou pas, l’augmentation future du trafic. Une mission que nos grands élus, nostalgiques du Concorde et plus « dans l’air du temps », devraient assurer.
A vouloir imposer un projet dont l’inutilité est avérée, ces élus prennent la responsabilité de voir tout le sud-ouest se transformer en une nouvelle ZAD (Zone à défendre).

Pierre Recarte - Vice-président du CADE
Par Pierre Recarte - Vice-président du CADE

Crédit Photo : Aqui.fr

La LGV Sud-OuestCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
9207
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Roland | 09/04/2015

On ne peut qu'applaudir des deux mains pour cet article. Hélas, nous sommes à peu près persuadés que nos grands politiques locaux ne lisent plus, leurs multiples mandats réduisent peut être leur temps de cerveau disponible.

halloy | 10/04/2015

Oui, on applaudit ! Mais ce n'est pas gagné, face à des politiques qui doivent y trouver un intérêt quelque part à tant soutenir ce projet ! En Midi-Pyrénées, Malvy a déjà vendu son aéroport aux Chinois ... D'ici à ce qu'il leur demande de financer SA Lgv ... Même si personne n'en a besoin, lui la veut. Quels engagements nos élus ont-ils pris en cachette pour tant s'accrocher alors que tous les indicateurs sont contre ???

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !