18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | Tribune libre - Refondation de l’école et langues régionales : la mobilisation a payé !

15/06/2013 | Patrice Formage (président de l’ostau occitan IEO33)

Patrice Formage (président de l’ostau occitan IEO33)

L’ostau occitan (Institut d’Estudis Occitans de Gironde) se félicite de l’adoption par l’Assemblée Nationale de la loi de refondation de l’école dans sa nouvelle version qui donne enfin des droits aux langues régionales et donc à l’occitan.

C’est une avancée historique, c’est une victoire collective. Et il convient de saluer l’implication du monde associatif, d’élus locaux et régionaux, de parlementaires (les socialistes Alain Anziani, Florent Boudié, Françoise Cartron,Sandrine Doucet, Martine Faure, Pascale Got, Vincent Feltesse, Conchita Lacuey, Noël Mamère, Philippe Plisson, Marie Récalde, Alain Rousset), qui a convaincu le ministre de l’Éducation.

Plusieurs questions écrites avaient été posées à Vincent Peillon, une lettre de huit parlementaires girondins (PS, Verts) avait été adressée au Premier ministre.
L’avancée que nous attendions est arrivée. Elle se traduit par trois amendements :

  • Le premier introduit dans le Code de l'éducation la reconnaissance des langues régionales comme appartenant au patrimoine de la France.
  • Le deuxième reconnaît l'apport des cultures régionales dans l'enseignement dispensé par les professeurs.
  • Enfin, le troisième donne la possibilité aux élèves résidant dans une commune dont les écoles ne proposent pas d’enseignement des langues régionales d'être inscrits dans une école d'une autre commune qui le pratique.

Pour le ministre de l'Éducation nationale « jamais la France n'est allée aussi loin dans la reconnaissance des langues régionales ». Vincent Peillon ajoute que la loi « permettra une sécurisation juridique de l'enseignement des langues régionales et un rapport de forces rééquilibré avec les rectorats à qui l'on pourra l’opposer ».

Le recours aux langues régionales est donc maintenant possible dans le premier et le second degré. Rappelant le principe du français, langue d’enseignement, les parlementaires ont souligné que ce recours n’était pas limité à l’amélioration de l’apprentissage du français, l’ouvrant ainsi aux autres matières.

La possibilité nous est désormais donnée de développer le bi-linguisme dès le plus jeune âge, en favorisant, par une travail commun entre les collectivités (Région, Département) et l’Education Nationale, l’ouverture de classes bi-lingues, mais aussi de calendreta en Gironde.

Aujourd’hui, chaque année, cinq à six sites d’apprentissage sont ouverts en Aquitaine. Pour répondre à la demande, la Gironde doit développer une offre nouvelle sur la CUB comme en zone rurale, ce qui nécessite de former des maîtres. Enfin, une concertation, efficace et collaborative entre les différents partenaires, doit permettre que l’occitan soit enseigné dès le plus jeune âge, notamment dans le cadre périscolaire.

L’occitan a conquis sa légitimité pleine et entière dans l’enseignement. Pour faciliter encore sa transmission, il nous revient de rendre la langue réellement présente dans la vie publique, les medias et tout ce qui favorise la socialisation… A nous d’occuper la  vraie place qui nous est donnée !

Amistats

Patrice Formage (président de l’ostau occitan IEO33)
Par Patrice Formage (président de l’ostau occitan IEO33)

Crédit Photo : Patrice Formage

Partager sur Facebook
Vu par vous
624
Aimé par vous
267 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Jacme | 04/07/2013

1 / le retour à la loi Deixonne, ne peut être noté comme une victoire. Mais simplement, on a évité le pire !!
2 / si c'était simplement une victoire, on éviterait alors les occupation de siège du PSf, par exemple à Baiona !
3 / il n'y a pas plus aveuglé que les militants du parti socialiste....français.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !