Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

29/05/20 : Municipales : A Melle (79), la liste menée par Sarah Klingler ayant obtenu la majorité absolue (28 voix) au premier tour, le conseil a été installé hier, avec 9 postes d'adjoints créés, avec Jérôme Texier et Favienne Manguy comme 1er et 2e adjoints.

27/05/20 : Les 11 Clowns Stéthoscopes organisent une "déambulade festive" aux fenêtres des patients qu’ils ont l’habitude de côtoyer au CHU de Bordeaux à l'Hôpital des enfants afin de renouer le lien physique rompu par le confinement, le 29 mai dès 15h00.

26/05/20 : Le Conseil municipal de Libourne a réélu à sa tête Philippe Buisson. Laurence Rouède se voit confier la délégation de 1ere adjointe, déléguée à la coordination des activités municipales, aux ressources humaines, à l’urbanisme et au foncier.

25/05/20 : Le secrétaire d'État en charge du tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne, a assuré que l'exécutif réfléchissait à un "élargissement significatif" de la limite de déplacement (100 km autour du domicile), qui pourrait entrer en vigueur la semaine prochaine.

25/05/20 : Les hospitaliers du CHU Pellegrin à Bordeaux sont en grève illimitée depuis le 22 mai sur préavis de SUD Santé. Un rassemblement de soutien est organisé le 26 mai devant l'hôpital.

22/05/20 : Dans le cadre de la célébration de la Journée Mondiale des Oiseaux Migrateurs, les 24 et 31 mai 2020 à Vitrezay, BioSphère Environnement propose 2 sorties de découverte des oiseaux des marais de Gironde, de 8h30 à 10h30. Réservations: 05 46 49 89 89.

19/05/20 : Allant dans le sens de la déclaration du Premier Ministre ce matin, le préfet des Pyrénées Atlantiques Eric Spitz déclare que les Bordelais et les Toulousains en zone verte pourraient venir en vacances en juillet et août dans les Pyrénées Atlantiques

18/05/20 : L’incertitude de l’évolution sanitaire, et l’impossibilité de mettre en œuvre les mesures barrières, entrainent l’annulation de l’opération de sensibilisation des jeunes à la nage, Objectif Nage, pour l’été 2020, annonce le Département de la Gironde.

15/05/20 : Initialement prévu le samedi 12 septembre prochain, la 36ème édition du marathon des Châteaux du Médoc est reportée au samedi 11 septembre 2021.

14/05/20 : L'activité partielle pour les entreprises du tourisme et de l'évènementiel sera maintenue jusqu'à fin 2020 et que l'accès au fonds de solidarité est prolongé jusqu'à fin septembre. En revanche, pas de baisse prévue pour la TVA.

12/05/20 : La Compagnie aérienne Chalair annonce la reprise progressive de ses vols entre Bordeaux, Brest et Montpellier. Au rythme de 2 vols hebdomadaires, rdv le 8 juin, pour la reprise des liaisons Bordeaux-Brest puis le 15 juin, pour Bordeaux-Montpellier

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 01/06/20 | Océan: I Clean My Sea joue collectif contre la pollution plastique

    Lire

    La pollution plastique de l'océan est la 2ème urgence environnementale après le réchauffement climatique. Partant du principe que les fleuves sont le vecteur le plus important de contribution à cette pollution, la société I Clean My Sea, basée à Bidart, propose avec le soutien du Conseil Régional, l'exploitation d'un navire spécialisé pour la collecte et le tri des déchets flottants sur l'estuaire de l'Adour. Afin d'optimiser le repérage des déchets flottants, elle propose l'exploitation d'une application mobile permettant à tous les usagers de la mer d'aider gratuitement les marins dans leurs efforts de collecte.

  • 01/06/20 | La Rochelle : une piétonnisation progressive du centre-ville

    Lire

    Afin d'assurer la réouverture des bars et des restaurants, la ville de La Rochelle a décidé d'étendre temporairement ses espaces piétons. Objectif : étendre, voire créer des terrasses pour que les restaurateurs puissent travailler dans le respect des normes Covid. "Nous n'augmentons pas la capacité d'accueil, nous la répartissons différemment", précise le maire Jean-François Fountaine. La piétonnisation va s'effectuer dès le 4 juin au niveau du marché, et être étendue à partir de mi-juin.

  • 31/05/20 | Covid 19 : les personnels de l'hôpital de Périgueux pourront recevoir la prime de 1500 €

    Lire

    Les personnels de l'hôpital de Périgueux, mobilisés pendant la crise sanitaire, pourront toucher la prime Covid de 1500€. Le député de Dordogne Philippe Chassaing, qui a appuyé la demande auprès du gouvernement, l'a annoncé ce samedi 30 mai dans un communiqué. Il précise que "le chef d'établissement pourra en effet décider du relèvement de la prime à 1500€ dans les services au sein desquels les agents ont été particulièrement impliqués, dans la limite de 40% des effectifs de l'hôpital."

  • 31/05/20 | Covid 19: dépistage dans 40 communes de Creuse

    Lire

    Existence préoccupante d'un Foyer de contamination du Covid 19 en Creuse où un cas, parmi les professionnels de santé à domicile, a été détecté le 24 mai à Guéret et deux autres depuis. L'Agence Régionale de santé et sa délégation départementale ont donc mis en œuvre des tests collectifs auprès de 59 particuliers et 40 professionnels . En outre une campagne de dépistage est entreprise dans 40 communes du département qui va concerner près d'un millier de personnes, notamment âgées bénéficiant de soins à domicile.

  • 31/05/20 | Arette (64): L'usine d'espadrille devenue tiers-lieu

    Lire

    Le tiers-lieu Pic Nic implanté à Arette (1 000 habitants) dans le Haut-Béarn, en vallée de Barétous au sud de Pau et d'Oloron-Sainte-Marie se développe. Impulsé en 2013 par l'achat par un couple d'architectes de l'ancienne usine d'espadrille du village, le lieu, espace de travail partagé et est devenu un outil commun à une dizaine de professionnels indépendants et télétravailleurs salariés. Afin de développer le tiers-lieu, tout en permettant l'émergence de projets communs, il a pris le statut de Société Coopérative d'Intérêt Collectif, que la commune souhaite intégrer. La création d'extensions est aussi envisageé.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Tribunes de la Presse : la décroissance, meilleure amie de la planète ?

18/11/2019 | L’ex-ministre Yves Cochet s’est heurté aux discours de la géographe Sylvie Brunel et de l’historien Jean-Claude Daumas, hostiles à la théorie de la collapsologie.

Yves Cochet, Sylvie Brunel et Jean-Claude Daumas

La société court-elle à sa perte, et ce avant l’horizon 2050 ? Oui pour Yves Cochet, ancien ministre de l’Environnement. Ce dernier défend une théorie : la collapsologie, ou l’effondrement inévitable de la civilisation. Au cours d’un débat « La décroissance, nouvelle religion ? », Yves Cochet s’est confronté à la géographe Sylvie Brunel et l’historien Jean-Claude Daumas, nettement moins fatalistes et « fantaisistes », appelant plus à faire confiance aux progrès de la technologie et critiquant le manque d’éléments tangibles permettant de prédire un effondrement de la biodiversité et de la civilisation.

« La fin de tout ce qu’on connaît arrivera bien avant 2050 ». Voici le point de vue d’Yves Cochet. Ce dernier s’appuie sur les rapports scientifiques du GIEC ou de l’ONU, de plus en plus alarmistes sur l’état de la biodiversité et du climat, pour défendre sa théorie de l’effondrement. Pour l’ancien ministre de l’Environnement, cet effondrement de la civilisation ne peut être évité que par la décroissance – la préservation des ressources de la planète et la réduction de l’empreinte écologique. La géographe Sylvie Brunel concède que consommer moins est important, mais tient à rappeler un dicton récurrent en géographie : les ressources ne sont pas, elles deviennent. « La technologie permet de créer des ressources, poursuit-elle. Nous avons le temps, mais nous avons besoin de tout le monde pour trouver des solutions ».

« Une théorie bancale »

Si la théorie n’est pas scientifique, elle s’appuie sur la science. C’est ce constat qui, pour Jean-Claude Daumas, rend la théorie de Yves Cochet bancale : « M. Cochet défend un scénario en trois étapes : l’effondrement, le chaos, puis la renaissance. Sauf qu’en rentrant dans le détail, cette théorie ne tient pas debout ». D’après l’historien, les ‘effondristes’ s’appuient sur trois arguments contestés pour renforcer leur théorie : le livre Effondrement de Jared Diamond (2005), qui ne s’intéresse qu’à des sociétés disparues soi-disant parce qu’elles ne savaient pas gérer leur environnement comme les habitants de l’Île de Pâques, « qui, pour rappel, ont été massacrés ou asservis par des colons », ajoute Jean-Claude Daumas. L’autre fait historique justifiant la collapsologie : les prédictions du Club de Rome – un groupe d’économistes et de haut-fonctionnaires internationaux qui se sont réunis en 1972 pour réfléchir sur l’avenir de la planète. Il en a découlé le rapport Meadows, intitulé Les Limites à la croissance. « Les prédictions du Club de Rome se sont toutes révélées erronées, celle qui annonçait la fin du pétrole pour 1992 n’est qu’un exemple parmi tant d’autres », éclaire l’historien. Ce dernier épingle Yves Cochet sur ce qu’il appelle la ‘causalité magique’ : « L’argument du ‘tout est lié’ est sans fondement. Le monde n’est pas un château de cartes : ce n’est pas parce qu’une carte tombe que le reste suit ».

La mobilisation générale pousse à l’optimisme

Pour Yves Cochet, la cause de l’effondrement brutal est le « déni général des pouvoirs et de la population ». Sylvie Brunel manifeste son désaccord. « Ces cris d’alerte [les rapports répétés] ont une importance pour la mobilisation générale de la population mondiale en faveur du climat. L’humanité suit une trajectoire encourageante ». La géographe ne trouve pourtant pas, malgré les huées des jeunes présents dans la salle, les marches pour le climat pertinentes : « Oui, nous avons besoin de voir que la jeunesse est mobilisée, mais ce qu’il nous faut surtout, c’est de la compétence ». Face à ces mots, un enseignant, présent avec une classe de lycéens, s’insurge contre Sylvie Brunel. « Je refuse de vous laisser dire ça aux jeunes, madame. L’avancée de la société s’est faite par des conflits sociaux, l’écologie, c’est pareil ». Jean-Claude Daumas remercie l’intervention de l’enseignant. « On peut avoir confiance en l’Homme. Nous ne pourrons pas sauver la planète en deux ans. Le processus prendra des générations, et celle qui arrive a un travail important à mener ».

Yoan Denéchau
Par Yoan Denéchau

Crédit Photo : YD

Partager sur Facebook
Vu par vous
4605
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 4 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !