Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

29/09/20 : A l'occasion de sa conférence de presse de rentrée, Jean-Jacques Lasserre, Président du Département des Pyrénées-Atlantiques, a annoncé sa candidature aux prochaines élections départementales prévues mars 2021.

28/09/20 : Une nouvelle opération de dépistage gratuit de la COVID-19 est en cours jusqu'au 30 octobre du lundi au vendredi de 8h30 à 12h30 à l'Arkéa Arena de Floirac. Cette opération s'adresse uniquement aux personnes prioritaires munies d’un justificatif.

28/09/20 : A Pau, l'édition 2020 de la manifestation culturelle "Les idées mènent le monde" qui aurait du se tenir les 20, 21 et 22 novembre prochains est reportée à 2021. En cause: la situation sanitaire et le bon respect des mesures de lutte contre l'épidémie.

27/09/20 : Sénatoriales Corrèze: Daniel Chasseing (les Indépendants) et Claude Nougein (LR) réélus.

27/09/20 : Sénatoriales Charente-Maritime : Corinne Imbert (LR) et Daniel Laurent (LR) retrouvent leur siège de sénateur avec 47,21% des voix. Remportant 28,51% des suffrages, Mickaël Vallet (PS) décroche le 3e siège. Il succède à Bernard Lalande (DVG - 21%).

27/09/20 : Sénatoriales Deux-Sèvres: Philippe Mouiller (LR) sortant réélu et Gilbert Favreau le président LR du conseil départemental élu au second tour.

27/09/20 : Sénatoriales Dordogne: deux sièges pour la gauche avec deux nouveaux élus: Marie-Claude Varaillas (communiste)groupe CRCE et Serge Mérillou élu dès le premier tour.

27/09/20 : Sénatoriales Charente: Nicole Bonnefoy (PS) réélue.

27/09/20 : Sénatoriales Creuse: Jean-Jacques Lozach (PS) réélu.

26/09/20 : Bernard Madrelle, ancien maire de Blaye et député socialiste de Gironde, est décédé un an après son frère Philippe Madrelle, ancien sénateur et président du conseil départemental.

23/09/20 : Après consultation du comité d’experts, la préfète des Landes a décidé qu'à compter de ce jour 14h00, la vigilance revient au niveau jaune pour les feux de forêt. Autrement dit une vigilance moyenne, au niveau 2 sur une échelle de 5.

22/09/20 : La Chambre d'agriculture de la Haute-Vienne va engager une procédure pour obtenir le statut de calamité sécheresse en raison du déficit en eau des derniers mois. Les agriculteurs bénéficieraient d’aides pour pallier la baisse de rendement en céréales.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 29/09/20 | Les Deux-Sèvres renforce leur engagement dans la protection de l’enfance

    Lire

    Le Département des Deux-Sèvres vient de contractualiser avec l’État et l’ARS pour la période 2020-2022 afin de garantir les mêmes chances et les mêmes droits à tous les enfants. Pour cela, ils vont travailler sur les axes suivants : agir le plus précocement possible pour répondre aux besoins des enfants et de leurs familles ; sécuriser le parcours des enfants protégés et donner aux enfants protégés les moyens d’agir.

  • 29/09/20 | En Nouvelle-Aquitaine, la Nuit du Droit invite François Mauriac

    Lire

    La Région, l'Ecole des avocats, l'Ordre des avocats et la Conférence du Barreau de Bordeaux s'associent pour fêter la Nuit du Droit ce jeudi 1er octobre. Une Nuit pour le grand public qui marquera les 50 ans de la mort de François Mauriac, en présentiel à l'Hôtel de Région à Bordeaux, et en retransmission simultanée aux Maisons de la Région à Poitiers et à Limoges et sur le site de la Région. A 18h: le procès fictif d'Henriette Canaby, qui inspira le roman Thérèse Desqueyroux, par des élèves avocats, et à 20h30, une table-ronde « Du fait divers au roman : regards croisés sur une œuvre de François Mauriac ».

  • 29/09/20 | La librairie itinérante des Deux-Sèvres reprend la route

    Lire

    A partir du 30 septembre, les Deux-Sèvriens ont rdv avec Terre de lecture. Organisés par la Médiathèque départementale, ces rendez-vous mettent en lumière les lieux de culture indispensables en milieu rural. « L’objectif est d’élargir les publics fréquentant les bibliothèques, de favoriser le rôle de celle-ci dans l’animation locale et de stimuler les projets collectifs entre bibliothèques », pour Esther Mathiet-Lucas, conseillère départementale en charge de la culture.

  • 29/09/20 | Le Concours des Saveurs de Nouvelle-Aquitaine fait escale à Agen

    Lire

    Le 3 octobre, le Conseil Départemental du Lot-et-Garonne accueille le Concours des Saveurs organisé par l’AANA. Il récompense les meilleurs produits et recettes dans 28 catégories permettant de mettre en lumière le savoir-faire des producteurs locaux. Pour cette session, 200 produits, issus d’une soixantaine de producteurs et artisans, seront jugés par une soixantaine de jurés.

  • 28/09/20 | Dordogne : l'école de Savignac face à un foyer de coronavirus

    Lire

    L’école supérieure de management en hôtellerie-restauration de Savignac-les-Églises, qui accueille 374 élèves, est désormais touchée par l’épidémie du coronavirus. Mercredi 23 septembre, neuf cas ont été dépistés dans la communauté étudiante, puis 30 cas à la date du 28 septembre. La Direction Générale de la CCI Dordogne et la Direction de l’Ecole, en liaison avec l’ARS, ont décidé de passer toutes les formations en distanciel à partir du lundi 28 septembre pour une durée de deux semaines.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Tribunes de la Presse : la décroissance, meilleure amie de la planète ?

18/11/2019 | L’ex-ministre Yves Cochet s’est heurté aux discours de la géographe Sylvie Brunel et de l’historien Jean-Claude Daumas, hostiles à la théorie de la collapsologie.

Yves Cochet, Sylvie Brunel et Jean-Claude Daumas

La société court-elle à sa perte, et ce avant l’horizon 2050 ? Oui pour Yves Cochet, ancien ministre de l’Environnement. Ce dernier défend une théorie : la collapsologie, ou l’effondrement inévitable de la civilisation. Au cours d’un débat « La décroissance, nouvelle religion ? », Yves Cochet s’est confronté à la géographe Sylvie Brunel et l’historien Jean-Claude Daumas, nettement moins fatalistes et « fantaisistes », appelant plus à faire confiance aux progrès de la technologie et critiquant le manque d’éléments tangibles permettant de prédire un effondrement de la biodiversité et de la civilisation.

« La fin de tout ce qu’on connaît arrivera bien avant 2050 ». Voici le point de vue d’Yves Cochet. Ce dernier s’appuie sur les rapports scientifiques du GIEC ou de l’ONU, de plus en plus alarmistes sur l’état de la biodiversité et du climat, pour défendre sa théorie de l’effondrement. Pour l’ancien ministre de l’Environnement, cet effondrement de la civilisation ne peut être évité que par la décroissance – la préservation des ressources de la planète et la réduction de l’empreinte écologique. La géographe Sylvie Brunel concède que consommer moins est important, mais tient à rappeler un dicton récurrent en géographie : les ressources ne sont pas, elles deviennent. « La technologie permet de créer des ressources, poursuit-elle. Nous avons le temps, mais nous avons besoin de tout le monde pour trouver des solutions ».

« Une théorie bancale »

Si la théorie n’est pas scientifique, elle s’appuie sur la science. C’est ce constat qui, pour Jean-Claude Daumas, rend la théorie de Yves Cochet bancale : « M. Cochet défend un scénario en trois étapes : l’effondrement, le chaos, puis la renaissance. Sauf qu’en rentrant dans le détail, cette théorie ne tient pas debout ». D’après l’historien, les ‘effondristes’ s’appuient sur trois arguments contestés pour renforcer leur théorie : le livre Effondrement de Jared Diamond (2005), qui ne s’intéresse qu’à des sociétés disparues soi-disant parce qu’elles ne savaient pas gérer leur environnement comme les habitants de l’Île de Pâques, « qui, pour rappel, ont été massacrés ou asservis par des colons », ajoute Jean-Claude Daumas. L’autre fait historique justifiant la collapsologie : les prédictions du Club de Rome – un groupe d’économistes et de haut-fonctionnaires internationaux qui se sont réunis en 1972 pour réfléchir sur l’avenir de la planète. Il en a découlé le rapport Meadows, intitulé Les Limites à la croissance. « Les prédictions du Club de Rome se sont toutes révélées erronées, celle qui annonçait la fin du pétrole pour 1992 n’est qu’un exemple parmi tant d’autres », éclaire l’historien. Ce dernier épingle Yves Cochet sur ce qu’il appelle la ‘causalité magique’ : « L’argument du ‘tout est lié’ est sans fondement. Le monde n’est pas un château de cartes : ce n’est pas parce qu’une carte tombe que le reste suit ».

La mobilisation générale pousse à l’optimisme

Pour Yves Cochet, la cause de l’effondrement brutal est le « déni général des pouvoirs et de la population ». Sylvie Brunel manifeste son désaccord. « Ces cris d’alerte [les rapports répétés] ont une importance pour la mobilisation générale de la population mondiale en faveur du climat. L’humanité suit une trajectoire encourageante ». La géographe ne trouve pourtant pas, malgré les huées des jeunes présents dans la salle, les marches pour le climat pertinentes : « Oui, nous avons besoin de voir que la jeunesse est mobilisée, mais ce qu’il nous faut surtout, c’est de la compétence ». Face à ces mots, un enseignant, présent avec une classe de lycéens, s’insurge contre Sylvie Brunel. « Je refuse de vous laisser dire ça aux jeunes, madame. L’avancée de la société s’est faite par des conflits sociaux, l’écologie, c’est pareil ». Jean-Claude Daumas remercie l’intervention de l’enseignant. « On peut avoir confiance en l’Homme. Nous ne pourrons pas sauver la planète en deux ans. Le processus prendra des générations, et celle qui arrive a un travail important à mener ».

Yoan Denéchau
Par Yoan Denéchau

Crédit Photo : YD

Partager sur Facebook
Vu par vous
5066
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 31 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !