18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | Troisième procès Bettencourt : aucune peine de prison requise contre la juge Prévost-Desprez

09/06/2015 | Poursuivie pour "violation du secret professionnel", la juge de Nanterre pourrait écoper d'une peine de 5 000 euros d'amende

Le tribunal correctionnel de Bordeaux

Cet acte III du procès Bettencourt est encore plus particulier. La magistrate, Isabelle Prévost-Desprez, présidente de la 15e chambre du Tribunal correctionnel de Nanterre, est jugée par ses pairs depuis lundi 8 juin au tribunal de Bordeaux. C'est Me George Kiejman, alors avocat de Liliane Bettencourt, qui a déclenché l'affaire en portant plainte en 2010 pour "violation du secret professionnel" contre cette magistrate spécialisée dans les affaires politico-financières et bien connue de la sphère médiatique. Ce mardi, le parquet n'a pas requis de peine de prison à son encontre.

Isabelle Prévost-Desprez nie farouchement avoir divulgué, dans des échanges téléphoniques, les détails d'une perquisition au domicile de Liliane Bettencourt, le 1er septembre 2010. Une perquisition relatée le jour même dans Le Monde par le journaliste Jacques Follorou, avec qui la magistrate avait cosigné un livre quelques mois plus tôt. Elle s'est défendue d'avoir violé le secret professionnel. "Je n'ai eu que des discussions personnelles ou portant sur des points de procédure lors de ses contacts avec Jacques Follorou, "un ami" de longue date, ou avec de nombreux autres journalistes", a expliqué la juge à la cour. Isabelle Prévost-Desprez a aussi rappelé l'ambiance détestable qui régnait en 2010 au tribunal de Nanterre. Une lutte d'influence menée notamment par le procureur Philippe Courroye à l'époque contre les magistrats du siège. Tout ceci sur fond d'amitiés politiques avec le président de la République de l'époque, Nicolas Sarkozy... 

Quid des SMS de l'infirmier de Liliane Bettencourt ?Mais, ces explications n'ont pas convaincu le parquet. Le procureur adjoint de Bordeaux, Gérard Aldigé n'a pas été "tendre" à son égard. "La pratique de la divulgation d'informations est habituelle chez Isabelle Prévost-Desprez. Et elle est presque revendiquée", a-t-il déclaré dans un long réquisitoire. Pour autant, il n'a pas demandé de peine de prison à l'encontre de la juge de Nanterre. Si l'enquête a bien identifié des SMS échangés avec Jacques Follorou, leur teneur n'a jamais pu être établie. "On voit bien que c'est une source judiciaire qui a confirmé le déroulement de la perquisition chez Liliane Bettencourt", a martelé Gérard Aldigé. Une analyse, qui n'est pas forcément partagée par le président du tribunal, Denis Roucou. Il s'interroge sur l'existence d'autres SMS concomitants à cette perquisition. En l'occurence, ceux envoyés juste après le début de l'opération de police, par l'infirmier de Liliane Bettencourt, Alain Thurin à Marion Bougeard, conseil en communication de l'héritière de L'Oréal qui gérait alors ses relations avec la presse. 

Nicolas César
Par Nicolas César

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
990
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !