Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

13/04/21 : 264 196 311,23 euros c'est le montant des subventions votées ce 12 avril lors de la dernière commission permanente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine. 244 délibérations ont été votées par des élus régionaux sous la présidence d'Alain Rousset.

12/04/21 : Philippe Dubourg, Maire d'Illats depuis 1977, est décédé le 11 avril dernier. Plusieurs élus locaux, dont Christophe Duprat, Maire de Saint-Aubin du Médoc, saluent la mémoire d'un « élu de terrain attaché à son territoire ».

02/04/21 : Autour de la Journée de sensibilisation à l’autisme le 2 avril des villes illuminent leurs monuments en bleu: un symbole pour rappeler la nécessité de simplifier et améliorer le quotidien des personnes autistes. A Bordeaux ce sera la porte de Bourgogne.

01/04/21 : Le 9 avril prochain, la cité scolaire Alcide Dusolier de Nontron deviendra la 1ère cité scolaire 100% bio de France.

31/03/21 : Régionales- Signe de l'alliance entre GénérationS et EELV, Benoit Hamon sera à Bordeaux le 1er avril en soutien à Nicolas Thierry, tête de liste EELV de « Nos terroirs, notre avenir ». Sa numéro 2 en Gironde est Anne-Laure Bedu candidate GénérationS

24/03/21 : Charente-Maritime : Véronique SCHAAF, sous-préfète de Villeneuve-sur-Lot, est nommée sous-préfète de Saintes. Elle devrait prendre ses fonctions le 19 avril 2021. Elle succède à Adeline BARD, arrivée dans l’arrondissement de Saintes en juillet 2018.

19/03/21 : La Banque alimentaire Béarn-Soule organise, samedi 20 mars 2021, une collecte alimentaire exceptionnelle, mobilisant près de 400 jeunes bénévoles, dans 14 magasins de Pau.

18/03/21 : Charentes : L'Union Générale des Viticulteurs pour l'AOC Cognac (UGVC) vient de se doter d'un nouveau directeur général, Xavier RAFFENNE. Il était précédemment directeur de la Maison des Vins de Gaillac.

16/03/21 : La Rochelle : le festival de fiction télé se déroulera du 14 au 19 septembre, annonce aujourd'hui les organisateurs dans un communiqué. Une journée de plus sera dédiée à la création. Les candidatures pour les œuvres sont ouvertes.

04/03/21 : La Ville de Bayonne a réuni les représentants des professionnels et les partenaires de la fameuse Foire au Jambon pour envisager la suite à donner à cet événement de la semaine pascale. Il prennent date pour cet événement entre les 7 et 10 octobre

02/03/21 : Le 90e Congrès des Départements de France qui devait se tenir à La Rochelle en novembre dernier, puis les 29 et 30 avril prochain, est de nouveau reporté, selon un communiqué du Département de Charente-Maritime du jour.

26/02/21 : Faute de salon de l'agriculture cette année, la confédération paysanne organise du 27 février au 7 mars des fermes ouvertes pour faire découvrir l'agriculture paysanne.Liste des agriculteurs sur www.confederationpaysanne.fr/mobilisations.php?id=11079

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 15/04/21 | Saintes : La musique baroque se réinvente

    Lire

    A Saintes depuis 2015 l’Abbaye aux Dames propose « Musicaventure », un programme de parcours de visite. Ce parcours ne s’adresse pas qu’aux amateurs de musique baroque mais à tous les publics avec un voyage sonore 3D, des siestes sonores et un manège qui fait appel au toucher, à l’ouïe et à la vue. L’Abbaye souhaite désormais y intégrer une « Aventure urbaine et musicale ». L’idée est, sous la forme de course aux trésors, de mettre en valeur le territoire de Saintes.

  • 15/04/21 | Une meunerie bio et sans gluten à Thuré (86)

    Lire

    A Thuré, dans la Vienne, François Michaud produit des céréales en circuit court tout en pratiquant l’agroforesterie. Pour valoriser les céréales produites sur la ferme en farines ou semoules, il va construire une meunerie. Afin de répondre aux demandes de farines sans gluten, il prévoit également d’acquérir deux moulins et qui lui permettront d’assurer la vente en circuit-court auprès de boulangers et particuliers.

  • 14/04/21 | L’église de Notre-Dame de Soudan va être restaurée

    Lire

    Erigée au XIIe siècle, l’église de Notre-Dame de Soudan dans les Deux-Sèvres souffre de multiples désordres comme des zones d’instabilité structurelles en raison de nombreuses modifications architecturales ou d’une humidité trop importante qui ont détérioré les maçonneries intérieures et extérieures. Afin d’évacuer cette humidité, une tranchée de ventilation va être creusée permettant ainsi la restauration des maçonneries et des peintures murales.

  • 14/04/21 | Un jeu vidéo développé dans les Landes

    Lire

    La société Itchy à Saint-Etienne d’Orthe dans les Landes, s’est spécialisée dans la création de jeux vidéos en 2018 avec son projet « World of furry ». Ce projet permet d’offrir un jeu familial et bienveillant basé sur les animaux imaginaires possédant des caractéristiques humaines. Il sera gratuit à télécharger et la monétisation se fera sous forme d’achats d’objets premium et avec un système d’abonnement.

  • 14/04/21 | 618 000 euros pour les travaux d’urgence sur la ligne Niort-Saintes

    Lire

    Lors de sa dernière séance plénière du 12 avril, la Région vient d'accorder 618 000 euros pour les travaux d’urgence sur la ligne Niort-Saintes. Ce chantier « de maintien de la performance » est indispensables pour pérenniser les circulations des TER et empêcher la dégradation supplémentaire des performances (vitesse, capacité et exploitation). S'en suivront des travaux de régénération étalés jusqu’en 2028. Huit autres lignes sont bénéficierons de ces chantiers d'urgence en 2022.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Quand la gastronomie fait sa place en milieu carcéral

09/12/2017 |

Des mini pavlova réalisés par les apprentis cuisinier du centre de détention de Bedenac

Le centre de détention de Bédenac (17) propose depuis de nombreuses années des formations professionnalisantes à ses détenus, financées par la Région. Objectif : remettre le pied à l’étrier de ces personnes pour la plupart en fin de peine. Huit d’entre eux ont bénéficié ces derniers mois d’un apprentissage aux métiers de la cuisine. Leurs efforts ont été récompensés par la venue de Vivien Durand, chef étoilé du Château du Prince Noir à Lormont (33), pour leur parler de gastronomie. Et les aider à préparer un buffet avec des ingrédients issus de son propre restaurant.

 

Blandine Archambeau et Vivien Durand

Ils sont sages, le dos droit, ceinturés dans leurs tabliers blancs, alignés les uns à côté des autres comme une vrai brigade. Rien ne laisse deviner que ces huit apprentis commis sont actuellement détenus à la prison de Bédenac (1). Tous ont suivis la formation de l’organisme Afec de juin à décembre et sont fiers de présenter le buffet gastronomique qu’ils ont concocté ce jour là avec le chef Vivien Durand : foie gras confit aux agrumes, saumon mariné, pavlova façon vacherin minute aux fruits de la passion… Bref, de quoi épater les représentants de la Région, venus constater les bénéfices de la formation en ce début décembre.

« Moi ? Je n’ai presque rien fait, je les ai regardé faire », s’amuse Vivien Durand lorsque l’on évoque les cinq heures qu’il vient de passer en cuisine avec sa brigade d’un jour. « Ils ont acquis les bases avec leur formatrice Blandine Archambeau. L’objectif de l’exercice du jour, c’était de donner du sens à leur apprentissage, à travers une approche concrète de la cuisine française gastronomique. Avec Blandine, nous leur avions préparé en amont un menu leur permettant de mettre en pratique toutes les techniques apprises ici, et dont on se sert beaucoup en restauration : tailler des fruits, monter une crème, mariner un poisson, réaliser un œuf basse température… Le tout dans des conditions de restaurant, avec un objectif de service, mais sans  pression pour qu’ils prennent confiance ». Si l’exercice était une première pour lui, il dit avoir été « agréablement surpris. J’ai trouvé des gens motivés et intéressés ».

Motivé, Jean (2) a effectivement dû l’être pour en arriver là. Comme ses co-détenus, le jeune homme a dû soumettre sa candidature à la direction de la prison et à l’AFEC pour décrocher cette formation en cuisine – sur 108 détenus, seule 34 places de formation sont disponibles, en restauration, horticulture, BTP et métiers de l’hygiène et de la propreté. En plus d’une lettre de motivation, il a dû passer des tests d’écriture, de lecture, ainsi qu’un entretien. Pourtant, la cuisine n’était pas forcément son dada. « En fait, je suis surtout gourmand ! », raconte Jean, l’œil pétillant. « J’aimais bien l’idée de partir d’un produit brut pour en faire quelque chose de bon et de beau. C’est valorisant de se dire « c’est moi qui l’ai fait ». […] La formatrice a commencé par des plats de bases, puis elle a augmenté petit à petit les difficultés techniques. En gros, on est passé en six mois de la confection d’un simple gaspacho à la préparation d’une volaille farcie et pochée ! » Au fil du temps, Jean s’est découvert une passion pour la pâtisserie. Sa réalisation préférée ? « La forêt noire !  Parce que c’est plein de chocolat… et aussi de textures différentes. » Aujourd’hui, Jean envisage de s’orienter dans la profession une fois purgée sa peine. « L’idéal, ce serait de trouver un travail directement, mais s’il faut reprendre une formation pour se perfectionner, je le ferai ».

« Tous ne deviendront pas des professionnels », prévient la formatrice Blandine Archambaud. Le formation de l’Afec leur permet d’acquérir le même niveau qu’un CAP cuisine, mais uniquement sur l’aspect pratique du métier. Le titre de « cuisinier » leur est d’ailleurs décerné par le ministère du travail et non de l’éducation nationale, à l’issu d’examens sur table en bonne et dû forme, jury compris. « L’Afec leur donne un bagage, mais s’ils veulent vraiment en faire leur métier plus tard, ils devront se perfectionner à travers d’autres formations », explique Blandine Archambeau. Sur les 16 détenus formés par la jeune femme depuis 2016 (en deux sessions), trois sont sortis de prison, un seul a repris le chemin de la cuisine…« mais c’était déjà son métier auparavant », précise la formatrice. Les autres auraient renoué avec leur filière d’activité initiale. « On sait qu’on n’en fera pas tous des chefs, mais au moins certains se seront découvert une vraie passion, qu’ils cultiveront ensuite. »

 

(1)    Le centre de détention de Bédenac accueille des détenus avec des peines de plus de 1 an et/ou en fin de peine sur les 5 dernières années.

(2)    Le prénom a été changé.

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Partager sur Facebook
Vu par vous
9135
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 17 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !