17/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient vivre le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

  • 12/10/17 | Le maire de Captieux démissionne

    Lire

    Denis Berland, maire de Captieux depuis 2015 suite à l’élection de Jean-Luc Gleyze à la présidence du Conseil Départemental de la Gironde, a présenté par courrier au préfet de la Gironde sa démission. Celui qui a été premier adjoint jusqu’en 2015 n’a pas encore indiqué les raisons de son départ.

  • 11/10/17 | Une Landaise élue Miss Aquitaine

    Lire

    C'est au Théâtre Quintaou d'Anglet ce week-end qu'a été décernée l'écharpe 2017 de Miss Aquitaine en vue de succéder à la Lot-et-Garonnaise Axelle Bonnemaison. Le jury -avec l'aide du public- a désigné la Landaise Cassandra Jullia, 18 ans, du Comité Béarn-Landes ,domiciliée à Orthevielle. Étudiante en BTS esthétique, option management à Mont-de-Marsan. Elle qui représentera l'Aquitaine au concours Miss France de décembre. Pour la petite histoire, le Poitou-Charentes a son propre comité de miss régional.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | Un dimanche à Arcangues "avec" Luis Mariano

11/08/2014 | Mercredi à 21h30 la Côte basque fêtera la naissance de Luis Mariano, premier ténor, diva grande, des Pays basques réunis. D'Irun à Arcangues en passant par Bordeaux et Paris

Anniversaire Luis Mariano

Habillée de gris, une femme d'un certain âge à la coiffure grise et ondulée se tient un peu en retrait d'une tombe complètement recouverte de fleurs à l'entrée du cimetière en terrasse. Seule la croix basque, une plaque "1914-1970", deux buissons et une chaine qui délimite l'accès offrent une respiration; le port altier, de gris vêtue, elle a vraiment du être très belle. Elle écoute sans mot dire, les commentaires des personnes qui en ce dimanche matin ne cessent de défiler devant cette plaque éclairée par ce beau visage du roi éternel de l'opérette coiffé du beret basque

"Annie Cordy n'est pas venue depuis longtemps", ne peut-elle se retenir quand ce couple de Toulousains fait un commentaire sur les fleurs qui ensevelissent véritablement la tombe et cherchent le bouquet de Tata Yoyo qui, selon la légende, la fleurit le jour de l'anniversaire de l'irremplaçable ténor. Irremplaçable il l'est demeuré. Du local héros Michel Etcheverry à Ferré, ténor à Toulouse, en passant pas Michel Tellechea ou bien encore le joueur de pelote basque, Pampi Laduche comme le Canada dry, ils en ont tous eu le goût mais aucun n'a réussi à réunir tous les ingrédients qui ont rendu Luis Mariano  Gonzales Garcia unique. La tessiture de voix, ce physique de médaille qui fit chavirer Martine Carol ou Carmen Sevilla, un charisme hors du commun qui fascinait le public dès qu'il entrait en scène. La légende et un certains mystère sur sa vie privée avant que les "peoples" ne tirent à des milliers d'exemplaires. Sûr, Luis eut été un excellent client. Et pourtant, Dieu que Patxi Lacan, 88 ans, qui fut son chauffeur, confident et secrétaire en a vu défiler des prétendants. Qui sont venus rechercher l'onction suprème à "Sallaberia" la superbe villa basque dont il rêvait nichée dans les bosquets entre le cimetière où il repose et le golf des d'Arcangues. Roberto Allagna qui avait aussi besoin d'une bénédiction a été reçu par Patxi dans cette maison qu'il a cédée il y a peu, tournant une dernière page des années bonheurs...

Sare avant les autres

Avant l'hommage donné ce mercredi 13 août, aux arènes de Bayonne avec trois ténors Mathieu Sampere, Nicolas Gambotti et Marc Larcher, avec des textes d'Henri-Jean Servat, le bibliographe des stars dont Dalida, le petit village de Sare a tenu à rendre hommage à son Luis le 6 août auquel s'est associé son pianiste José Luis Azcue. Pourquoi? Simplement parce ce que c'est là qu'en 1937, après le bombardement d'Irun, sa ville que Luis s'est réfugié en France après avoir effectué un détour aux beaux ArtsPatxi Lan et Galdes de Bordeaux. C'est là, comme le souligne, l'encyclopéiste basque, Jean Pouyet que se forma le groupe artistique Eresoinka, constitué de 101 Basques en exil, comme symbole de pais. Parmi les chanteurs se trouvaient Pepita Embil, la mère de Placido Domingo et le jeune ténor lyrique Luis Mariano qui s'était déjà fait un solide réputation outre Bidassoa avec l'Orfeon Donostiarra, de Saint-Sébastien.... C'est à Sare que Luis Mariano achètera sa première maison....Son décollage s'appelle Jeanne Lagiscarde, une commerçante de disques qui retrouve à Bordeaux une chanson qu'il a interprêtée sur un 78 tours comme choriste sous le nom de Mariano Gonzales et le fera monter à Paris. La chance lui sourit en 1943 quand un ténor qui devait interprêter "Don Pasacle" est souffrant. Luis est choisi et se produit le 24 décembre 1943 devant le Tout Paris au profit des oeuvres dela Croix Rouge....La suite est éblouissante avec une deuxième chance, sa rencontre avec Françis Lopez et "La Belle de Cadix", une oeuvre en deux actes et douze tableaux...Le disque "Maria Luisa" qui est tiré de l'opérette est tiré à 1 250 000 exemplaires. La première fusée d'un feu d'artifice qui durera jusqu'à ce triste été de 1970...

 Il est 11 heures en ce dimanche à Arcangues, les golfeurs s'adonnent à leur  sport préféré en contrebas du cimetière. Les touristes ne cessent de défiler devant la tombe de Luis Mariano. Beaucoup regrettent le rideau tiré sur l'Office de tourisme où ils auraient aimé trouver un souvenir du Roi de l'opérette pour ce centième anniversaire. Jusque là parviennent les cantiques de la messe donnée dans la superbe petite église gavée jusqu'aux galeries. Quelques touristes prennent un café à l'auberge basque de la plage du village qui veille sur le superbe fronton.

Au pied de la tombe, avant de partir la dame en gris aux accents hollandais rappelle qu'elle a été très proche du ténor d'Irun pendant 20 ans. Etait-elle, quelque part, une Belle de Cadix?

 

 

 

 

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : Photo F. D.

Partager sur Facebook
Vu par vous
4037
Aimé par vous
3 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !