13/12/17 : Pont d’Aquitaine fermé dans les 2 sens : rocade A630 entre échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4a (Bordeaux - Nouveau Stade) du jeudi 14 décembre 21h00 au 15 à 6h00. Déviations rocade intérieure et extérieure, via le pont François Mitterrand.

12/12/17 : Philippe Martinez,le secrétaire général de la CGT se rendra ce jeudi en Dordogne. Il visitera les ateliers SNCF du Toulon avant de rencontrer le syndicat cheminot. L'après midi, il participera à une assemblée avec tous les syndicats CGT du département.

11/12/17 : Catherine Seguin, 45ans, fille de Philippe Seguin qui était sous-préfète de Bayonne depuis 2016 a pris du galon et sera la nouvelle préfète du Gers en remplacement de Pierre Ory nommé dans les Vosges. Deuxième femme à occuper ce poste dans le Gers

11/12/17 : La Charente-Maritime est passée ce matin en vigilance "jaune" vents violents : la circulation est coupée sur le pont de l'île d'Oléron et les liaisons maritimes coupées avec l'île d'Aix, en raison d'une forte houle.

10/12/17 : A Orthez la liste menée par le socialiste Emmanuel Hanon remporte l'élection municipale (49,69%) devançant celle du maire sortant Yves Darrigrand (39,87%) et de Hélène Marest (Lrem -Modem 10,44%

10/12/17 : Philippe Mahé préfet de Meurthe-et-Moselle depuis août 2015 est le nouveau directeur général des services de la Gironde. Il a occupé plusieurs postes similaires depuis 1995 en Côtes d'Armor Finistère aux communautés urbaines de Nantes et de Toulouse.

10/12/17 : Dans un communiqué du 9/12, le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau annonce que l'instauration d'un péage à l'entrée d'Oléron ne sera finalement pas soumis au vote lors de la session du Département du 18 décembre comme annoncé.

10/12/17 : Charente-Maritime : Météo France annonce une tempête ce lundi, avec de violentes rafales pouvant atteindre localement 120 à 130 Km/h sur le littoral et 100 à 110 Km/h à l'intérieur des terres.

09/12/17 : Après l'annonce de la présence du groupe NTM, les Francofolies ont annoncé cette semaine leurs prochaines têtes d'affiches de l'édition 2018, qui se tiendra du 11 au 15 juillet : Orelsan, Jain, Véronique Sanson, Mc Solaar, Calogero et Shaka Ponk.

08/12/17 : Les maires de Port-au-Prince et de La Rochelle ont signé un accord mardi à l’occasion des 2e Assises de la coopération franco-haïtienne à Port-au-Prince. Une aide nouvelle sera apportée pour la construction d’un lieu d’accueil en cas de catastrophe.

07/12/17 : Le maire de Saint-Jean-de-Luz et premier vice-président de la Communauté Pays basque, Peyuco Duhart, 70 ans, est mort ce vendredi matin à 10 heures au Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne. Il avait été victime d'un AVC la semaine dernière.

06/12/17 : L’innovation au service des entreprises. Jeudi 14 décembre, la CCI47 organise un a-m de table ronde autour du « design, levier d’innovation dans les entreprises ». Pour en parler des entrepreneurs seront présents pour témoigner de leur expérience.

06/12/17 : Mi novembre, le centre national pour le développement du sport a attribué un total 5,7M€ à 16 projets néo-aquitains visant la création d’équipements structurants, l’accès à la pratique sportive des personnes handicapées et à la rénovation des CREPS

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 13/12/17 | Près de 500 000 visiteurs pour Lascaux en un an

    Lire

    Inauguré le 10 décembre 2016 par François Hollande, Lascaux a accueilli en un an près de 500 000 visiteurs. Un chiffre supérieur aux objectifs fixés par les acteurs du projet (400 000). Pour son 1er anniversaire, le site propose une nouvelle exposition temporaire intitulée "Pariétal". Ce vendredi, une plaque en hommage aux 4 inventeurs sera dévoilée en présence du dernier vivant, Simon Coencas et des familles des trois autres inventeurs. En 2018, le Sentier de la Découverte ouvrira au public.

  • 12/12/17 | Germinal Peiro a rencontré le maire de Bordeaux

    Lire

    Germinal Peiro a rencontré lundi, Alain Juppé afin d’évoquer plusieurs dossiers transversaux pour l’avenir de la métropole bordelaise et de la Dordogne. Ils partagent le même point de vue sur la nécessité d’un grand contournement de Bordeaux par la création d’un barreau autoroutier reliant l’A89 à l'A65 et à l'A62, à hauteur de Langon. Ils ont aussi abordé la nécessité de l'amélioration des liaisons ferroviaires : trajet Bordeaux-Périgueux, modernisation des lignes Périgueux-Agen et Sarlat-Bergerac-Bordeaux.

  • 11/12/17 | Péage d'Oléron : la déception des élus départementaux

    Lire

    Alors que le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau a annoncé samedi dans un communiqué, annuler la mise au vote de la création d'un péage au pont de l'île d'Oléron, la grogne monte parmi les élus. Deux vice-présidents de la majorité départementale LR, Dominique Rabelle et Michel Parent (aussi maire de Le Chateau d'Oléron), ont exprimé ce lundi via un communiqué leur "grande déception" : "Ce désaccord de fond met en question la pertinence de ce territoire", préviennent-ils.

  • 11/12/17 | Bordeaux : Deux tramways en plus aux heures de pointe sur la ligne A

    Lire

    Afin d’accompagner la fermeture du pont de pierre à la circulation automobile, et à la demande d’Alain Juppé, TBM renforce le service tramway de la ligne A en heures de pointe, sur la rive droite, à compter du lundi 11 décembre. Deux tramways supplémentaires seront mis en place entre 7 h et 8 h, aux départs de « La Gardette » et « Dravemont » et entre 17h et 18h, du centre de Bordeaux vers la Rive Droite.

  • 09/12/17 | Pierre Dartout décoré en quittant Bordeaux

    Lire

    Pierre Dartout, préfet de Gironde et de Nouvelle-Aquitaine a vécu un moment singulier lors de la réception marquant son départ de Bordeaux: il a reçu des mains d'Alain Juppé la décoration de commandeur dans l'Ordre national du mérite en présence d'élus, de personnalités, de sa famille venue de son Limousin natal moment chaleureux ponctué d'un très bel hommage du maire de Bordeaux retraçant une carrière fournie au service de l'Etat et remerciement appuyé du récipiendaire à Bordeaux où il sera "très heureux de revenir". M.Dartout, le préfet de l'installation de la réforme territoriale a loué sa relation avec Alain Rousset.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Un kurde réfugié à Bordeaux : une attente interminable

06/11/2007 |

Bilal Sahin parrainé par Michèle Delaunay et Odile Touzet

Il s'appelle Bilal Sahin. Il a 25 ans. Il est Kurde mais dans sa tête c'est « un Français comme un autre ». Le jeune homme a fui la Turquie où il était torturé pour se réfugier en France en 2002. Depuis il a appris un métier et le français. Aujourd'hui, il est menacé d'expulsion.

Bilal Sahin est un jeune homme à l’allure frêle et au visage expressif. A 25 ans il a connu la torture, l’exil et la peur de mourir. Raconter son passé, est un moyen de tourner la page. Mais c’est toujours douloureux. Bilal Sahin vivait avec sa famille dans la zone kurde de Turquie, au sud-est du pays, à la frontière avec l’Iran. Dans les années 1990, comme aujourd’hui, des guérilleros se battent pour la reconnaissance du Kurdistan. « Ils combattaient pour notre liberté », explique le jeune homme. Catalogué comme « terroriste » et soutien du PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan), les collèges refusent l’adolescent. A 14 ans, il est arrêté et devant son petit frère de 11 ans et demi Il est torturé. « Tu n’as pas le choix, il faut mentir et dire que tu ne connais aucun des guérilleros, sinon ils te tuent sur place », répète plusieurs fois le jeune homme. Il sort de cette garde à vue avec les yeux boursouflés, incapable de marcher. Son père veut l’emmener à l’hôpital le soir même. Mais le couvre-feu interdit de sortir après 21 heures. Le lendemain Bilal Sahin est opéré des yeux. Résultat : il ne récupère que 10% de sa vision à l’œil droit.

« Si tu veux vivre, tu dois partir »

Après cet épisode, le garçon part chez des amis de son grand-père quelques temps. Lorsqu’il revient dans son village les militaires le harcèlent de nouveau. Lui et toute sa famille. Il est arrêté de nouveau. « Si j’avais eu un pistolet dans ma cellule, je jure que je me serais tué », déclare-t-il les yeux brillants. Malgré les tortures Bilal Sahin ne craque pas et reste muet. Ce n’est pas le cas de guérilleros qui, capturés, donnent le nom du garçon en échange de la liberté. « Ma grand-mère m’a dit ‘si tu veux mourir, tu restes ; si tu veux vivre, tu dois partir’ », se souvient le jeune homme qui se tord les mains.
Il prend la fuite et va à Istanbul où son grand-père lui procure une fausse carte d’identité. Il monte dans le chargement d’un poids lourd et reste caché pendant cinq ou six jours. Lorsqu’on lui ouvre la porte, il est à Marseille. Il rejoint un cousin à Bordeaux, qui l’aide à faire sa demande de réfugié politique en juillet 2002. Son dossier envoyé à l’OFPRA, il attend la décision. C’est un refus. Bilal Sahin fait appel et passe devant la commission de recours des réfugiés. Il précise : « Le traducteur était turc. Il m’a dit qu’on ne pouvait pas parler de la Turquie comme ça à l’étranger, que cela donnait une mauvaise image ». La réponse de la commission est négative.

Grève de la faim de 44 jours

Il entame, avec d’autres réfugiés, une grève de la faim dans une ancienne gendarmerie à Mérignac. Elle dure 44 jours et se solde par l’obtention de papiers uniquement pour les représentants qui sont allés négocier avec la préfecture. Sourire de dépit sur les lèvres de Bilal Sahin. Un premier arrêté de reconduite à la frontière est annulé par le tribunal administratif en raison de son état de santé. Bilal Sahin est suivi par des médecins, psychologues et psychiatres pour l’aider à se reconstruire. Un avocat, Me Landette, l’aide dans les démarches juridiques. Il demande une autorisation de travail en 2005 puis obtient une autorisation de séjour, "vie privée et familiale", pour raison médicale. Il lui faut la renouveler tous les ans. Le jeune Kurde travaille ainsi légalement pendant trois ans, dans la maçonnerie. « J’ai 37 ou 38 bulletins de salaires », précise-t-il. Il parle désormais français.

« La préfecture ignore les avis médicaux »

Mais, en mars 2007, on lui refuse le renouvellement de sa carte de séjour. Détenteur du code, il ne peut plus passer le permis. Et l’arrêté de reconduite à la frontière suit le 29 août. Son avocat fait appel de ce deuxième arrêté. Le 14 septembre, Bilal Sahin est parrainé publiquement par Michèle Delaunay et Odile Touzet. « J’ai un appartement, un compte en banque, tout ce qu’il faut, sauf des papiers. Et je ne peux retourner en Turquie où je suis condamné à 3 ans, 9 mois et 12 jours de prison pour soutien au PKK », affirme-t-il.
« Le plus inquiétant c’est que la préfecture n’a pas tenu compte des deux avis médicaux qui soulignent les troubles psychiques de Bilal », complète Odile Touzet. « Ce n’est pas que je ne veux pas retourner en Turquie, c’est que je ne peux pas », clame le jeune homme. Après son passage devant le tribunal administratif, le 31 octobre, le jeune homme attend maintenant la décision qui commandera son avenir.

Estelle Maussion




Partager sur Facebook
Vu par vous
400
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 16 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !