Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/05/18 : Demain dimanche, de 10 h à 17 h se tiendra la deuxième édition du marché de producteurs fermiers du Pays basque IDOKI à Ustaritz. Outre la production de produits locaux, le matin, sera organisé le concours culinaire "Défi Crêpes"

16/05/18 : Amateurs de musique, rendez-vous ce week-end la 4ème édition du festival ODP de Talence. Coeur De Pirate, Les Négresses Vertes ou Alt-J en seront les principales têtes d'affiche. Ils chanteront au profit des "Orphelins des Sapeurs-Pompiers de France".

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

15/05/18 : Ils l'avaient annoncé, ils l'ont fait: 300 cheminots CGT de la SNCF de Bayonne et d'Hendaye se sont invités ce matin devant la résidence secondaire du PDG de la SNCF, Guillaume Pepy, située au dessus de la falaise de la Côte des Basques à Biarritz.

12/05/18 : La 35e édition de Herri Urrats, le jour de fête des ikastola du Pays basque a lieu ce dimanche autour du lac de Saint-Pée-sur-Nivelle. Cette année, elle visera à récolter des fonds pour les travaux d'agrandissement du collège de Larceveau

08/05/18 : Le 35ème chapitre de la Confrérie du Chipiron de Bidart aura lieu dimanche 13 mai au Kirolak avec la participation d’une soixantaine de confréries. Après un défilé vers la Chapelle de la Madeleine, la Confrérie intronisera plusieurs personnalités.

03/05/18 : Deezer, leader du streaming musical en France, vient d’annoncer sa décision d’ouvrir un nouveau site dans la métropole bordelaise. "Une nouvelle reconnaissance de notre attractivité" soulignent satisfaits Alain Juppé et Virginie Calmels.

24/04/18 : Charente-Maritime : pendant la semaine de vacances du 16 au 22 avril, 14 accidents sont à déplorer sur les routes du département, au cours desquels 2 personnes ont perdu la vie, et 19 ont été blessées.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/05/18 | BHNS Bordeaux/Saint-Aubin : le Conseil d'État tranche

    Lire

    Le Conseil d'État a tranché et confirmé la décision de suspension de la déclaration d'utilité publique du futur BHNS Bordeaux/Saint-Aubin, en rejet du pourvoi en cassation de la métropole en octobre dernier. Le principal motif de rejet ? "Un vice de forme relatif au contenu de la notice explicative présentant le projet de lors de l’enquête publique", notamment concernant l'absence de justification dans le choix du tracé. Déjà repoussés à cet été, le début des travaux pour le futur BHNS pourraient être repoussés de plusieurs mois.

  • 16/05/18 | Le Sénat veut indemniser les propriétaires du Signal

    Lire

    Ce mercredi, une grande partie des sénateurs se sont prononcés en faveur de la mobilisation du fonds Barnier dans le but d'indemniser les propriétaires de l'immeuble Le Signal, à Soulac, devenu un emblème local des dangers de l'érosion côtière et pour lequel les 78 propriétaires sont toujours face à un blocage, malgré l'évacuation de l'immeuble en 2014 par arrêté municipal. La proposition de loi n'est cependant qu'une première étape puisque le texte doit aussi être adopté devant l'Assemblée Nationale, or le gouvernement s'y est montré plutôt défavorable.

  • 16/05/18 | La biodiversité en 24h Chrono au Teich

    Lire

    Les amoureux de la nature sont convoqués les 25 et 26 mai prochain au Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne du Teich pour les 24h de la biodiversité. Gratuit et ouvert à tous, cet évènement propose de nombreuses occasion de découvrir les enjeux autour de la préservation des espèces locales. Ciné-débat, spectacles vivants, expositions ou (plus original) inventaire d'espèces et sorties de terrain auront pour principales stars chauves-souris, oiseaux, reptiles ou escargots pour des temps forts organisés en partenariat avec des professionnels et des associations du territoire. N'oubliez pas les chaussures de randonnée !

  • 16/05/18 | La Gironde poursuit ses conseils de territoire

    Lire

    Le département de la Gironde poursuit ses travaux autour des "conseils de territoire". Autour de ces réunions, organisées deux fois par an, l'ensemble des acteurs locaux (collectivités, associations, entrepreneurs...), la Gironde tente de faire avancer ses pactes territoriaux, mis en place en 2017. Entre mai et juin 2018, neuf conseils de territoire se déclineront sur tout le département comme le 17 mai à Talais (Médoc), le 5 juin à Sainte-Foy-La-Grande (Libournais), le 18 juin à Lanton (Bassin d'Arcachon) ou encore le 19 juin à Bordeaux.

  • 15/05/18 | Trois jours de Fêtes de Bayonne payantes pour les non Bayonnais

    Lire

    Nous en avions fait écho, son maire l'a annoncé en fin de matinée: les Fêtes de Bayonne (25-29 juillet) seront gratuites pour les Bayonnais, et pour tous les enfants entre le vendredi midi et le lundi matin. Si on regarde le verre(de rosé)à moitié vide, gratuites pour tous mercredi et jeudi,elles seront en partie payantes -7 à 8 euros- pour les autres -non Bayonnais- le week-end afin, assure le maire Jean-René Etchegaray, de financer "le coût de leur sécurité et la pérennité de l'événement.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Un kurde réfugié à Bordeaux : une attente interminable

06/11/2007 |

Bilal Sahin parrainé par Michèle Delaunay et Odile Touzet

Il s'appelle Bilal Sahin. Il a 25 ans. Il est Kurde mais dans sa tête c'est « un Français comme un autre ». Le jeune homme a fui la Turquie où il était torturé pour se réfugier en France en 2002. Depuis il a appris un métier et le français. Aujourd'hui, il est menacé d'expulsion.

Bilal Sahin est un jeune homme à l’allure frêle et au visage expressif. A 25 ans il a connu la torture, l’exil et la peur de mourir. Raconter son passé, est un moyen de tourner la page. Mais c’est toujours douloureux. Bilal Sahin vivait avec sa famille dans la zone kurde de Turquie, au sud-est du pays, à la frontière avec l’Iran. Dans les années 1990, comme aujourd’hui, des guérilleros se battent pour la reconnaissance du Kurdistan. « Ils combattaient pour notre liberté », explique le jeune homme. Catalogué comme « terroriste » et soutien du PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan), les collèges refusent l’adolescent. A 14 ans, il est arrêté et devant son petit frère de 11 ans et demi Il est torturé. « Tu n’as pas le choix, il faut mentir et dire que tu ne connais aucun des guérilleros, sinon ils te tuent sur place », répète plusieurs fois le jeune homme. Il sort de cette garde à vue avec les yeux boursouflés, incapable de marcher. Son père veut l’emmener à l’hôpital le soir même. Mais le couvre-feu interdit de sortir après 21 heures. Le lendemain Bilal Sahin est opéré des yeux. Résultat : il ne récupère que 10% de sa vision à l’œil droit.

« Si tu veux vivre, tu dois partir »

Après cet épisode, le garçon part chez des amis de son grand-père quelques temps. Lorsqu’il revient dans son village les militaires le harcèlent de nouveau. Lui et toute sa famille. Il est arrêté de nouveau. « Si j’avais eu un pistolet dans ma cellule, je jure que je me serais tué », déclare-t-il les yeux brillants. Malgré les tortures Bilal Sahin ne craque pas et reste muet. Ce n’est pas le cas de guérilleros qui, capturés, donnent le nom du garçon en échange de la liberté. « Ma grand-mère m’a dit ‘si tu veux mourir, tu restes ; si tu veux vivre, tu dois partir’ », se souvient le jeune homme qui se tord les mains.
Il prend la fuite et va à Istanbul où son grand-père lui procure une fausse carte d’identité. Il monte dans le chargement d’un poids lourd et reste caché pendant cinq ou six jours. Lorsqu’on lui ouvre la porte, il est à Marseille. Il rejoint un cousin à Bordeaux, qui l’aide à faire sa demande de réfugié politique en juillet 2002. Son dossier envoyé à l’OFPRA, il attend la décision. C’est un refus. Bilal Sahin fait appel et passe devant la commission de recours des réfugiés. Il précise : « Le traducteur était turc. Il m’a dit qu’on ne pouvait pas parler de la Turquie comme ça à l’étranger, que cela donnait une mauvaise image ». La réponse de la commission est négative.

Grève de la faim de 44 jours

Il entame, avec d’autres réfugiés, une grève de la faim dans une ancienne gendarmerie à Mérignac. Elle dure 44 jours et se solde par l’obtention de papiers uniquement pour les représentants qui sont allés négocier avec la préfecture. Sourire de dépit sur les lèvres de Bilal Sahin. Un premier arrêté de reconduite à la frontière est annulé par le tribunal administratif en raison de son état de santé. Bilal Sahin est suivi par des médecins, psychologues et psychiatres pour l’aider à se reconstruire. Un avocat, Me Landette, l’aide dans les démarches juridiques. Il demande une autorisation de travail en 2005 puis obtient une autorisation de séjour, "vie privée et familiale", pour raison médicale. Il lui faut la renouveler tous les ans. Le jeune Kurde travaille ainsi légalement pendant trois ans, dans la maçonnerie. « J’ai 37 ou 38 bulletins de salaires », précise-t-il. Il parle désormais français.

« La préfecture ignore les avis médicaux »

Mais, en mars 2007, on lui refuse le renouvellement de sa carte de séjour. Détenteur du code, il ne peut plus passer le permis. Et l’arrêté de reconduite à la frontière suit le 29 août. Son avocat fait appel de ce deuxième arrêté. Le 14 septembre, Bilal Sahin est parrainé publiquement par Michèle Delaunay et Odile Touzet. « J’ai un appartement, un compte en banque, tout ce qu’il faut, sauf des papiers. Et je ne peux retourner en Turquie où je suis condamné à 3 ans, 9 mois et 12 jours de prison pour soutien au PKK », affirme-t-il.
« Le plus inquiétant c’est que la préfecture n’a pas tenu compte des deux avis médicaux qui soulignent les troubles psychiques de Bilal », complète Odile Touzet. « Ce n’est pas que je ne veux pas retourner en Turquie, c’est que je ne peux pas », clame le jeune homme. Après son passage devant le tribunal administratif, le 31 octobre, le jeune homme attend maintenant la décision qui commandera son avenir.

Estelle Maussion




Partager sur Facebook
Vu par vous
468
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !