18/10/17 : La CGT appelle à nouveau à manifester en Dordogne contre les ordonnances Macron sur le droit du travail. Les rassemblements auront lieu ce jeudi 19, à 17 h à Périgueux (palais de justice), Bergerac (palais de justice) et Sarlat (place de la Grande-Rigaudi

18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | Un nouveau modèle de poste de secours innovant pour les plages d'Aquitaine

11/12/2014 | Dans le cadre du partenariat du schéma plans plages, le GIP Littoral aquitain a collaboré avec l'ONF pour proposer un nouveau poste de secours, mobile et innovant.

L'illustration du nouveau poste de secours, installé prochainement à Biscarosse et dans 12 autres communes d'Aquitaine

Le littoral aquitain, frappé par des tempêtes et une érosion grandissante, va bientôt changer de visage. Dans le cadre du schéma "plans plages" de l'aménagement du littoral initié en 2000, le GIP littoral aquitain s'est associé avec L'ONF pour concevoir un nouveau modèle de poste de secours en pin maritime. Le projet, innovant car mobile et destiné à être utilisé été comme hiver, a été labellisé par le Pôle de compétitivité Xylofutur. Biscarosse devrait accueillir un prototype dès l'été prochain. Plus qu'un simple réaménagement, il représente un nouvel enjeu pour les entreprises du territoire.

Ce nouveau poste de secours devrait déjà présenter un premier avantage économique certain : tandis que chaque poste actuellement loué par les collectivités coûte, en fourniture et fonctionnement près de 340 000 euros, cette nouvelle structure en pin à un coût estimé à 140 000 euros. Pour François Bonnet, directeur de l'Agence ONF Sud-Ouest, cette initiative est avant tout réalisée dans un souci de "pouvoir accueillir le public tout en préservant les milieux naturels. Nous sommes confrontés à un important recul du trait de côte (jusqu'à 40 mètres ces dernières années en Gironde), c'est pour ça que nous avons réfléchi avec le GIP à une solution viable. Ce nouveau poste mobile et sans fondations utilise un matériau durable, local et éco-responsable", déclare-t-il. 

Un équipement durable... et mobileFinancé par le Conseil régional d'Aquitaine, les conseils généraux de la Gironde et des Landes et la commune de Biscarosse, qui devrait accueillir 3 modules de test dès l'été prochain (après le lancement d'un appel d'offre en janvier) sur ses plages, les nouveaux bâtiments, entièrement démontables, ne resteront pas cantonnés au sable toute l'année, comme l'explique Renaud Lagrave, président du GIP Littoral d'Aquitaine. "L'une des grandes forces de ce nouveau poste, c'est qu'il est mobile. Pendant l'hiver, il pourra servir pour des associations, des expositions et d'autres usages décidés par les collectivités qui prévoient de l'utiliser". Un concept au matériau proche des entreprises de la filière bois de la région Aquitaine, puisqu'entièrement fabriqué en pins des landes, en "circuit court". "On met ainsi le pied à l'étrier de la filière bois sur un projet qui va leur permettre de faire de la recherche, du développement pour de futurs aménagements potentiels. C'est un outil de visibilité pour la filière, et un vrai enjeu pour les flux de publics, la sécurité et l'accessibilité des plages mais aussi l'image du littoral", affirme ainsi Renaud Lagrave. 

Une ambition qui dépasse la région12 autres collectivités territoriales sont d'ailleurs intéressées pour démarrer leurs appels d'offres, et ce nouveau poste pourrait à termes intégrer les 136 dispositifs "plans plages" de la région. Cette initiative, unique en France d'après ses créateurs, ne compte pas s'arrêter à la seule Aquitaine. Optimiste, Renaud Lagrave ne cache pas ses ambitions : "On ne s'interdit pas d'aller plus loin. Demain, ce dispositif pourrait intéresser d'autres régions comme les Charentes Maritimes ou la Vendée, la Bretagne ou même le Languedoc-Roussillon. Si on peut avoir un temps d'avance sur les autres, on ne se gênera pas", avoue-t-il. Le nouveau poste, bien que viable économiquement, pourrait avoir une durée de vie moins longue que les constructions traditionnelles : 20 ans au lieu de 50 à 100 ans selon le référentiel technique. Néanmoins, avec la relative facilité de son implantation, elle ne devrait avoir aucun mal à séduire les collectivités, rendus allergiques aux esthétiques des modules type "algeco"... 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : fabriqA architectes – Cyril Chirandini infographiste

Partager sur Facebook
Vu par vous
1740
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !