Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/06/21 : Usinage, soudage, maintenance, aéronautique... Le CFAI Adour ouvre ses portes au public les 25 juin et 7 juillet sur ses 3 sites d'Assat (64), Lanne (65) et Tarnos (40). Il propose 148 offres en apprentissage dans les entreprises industrielles locales+ d'info

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux, candidats de gauche, soutenus par la majorité sortante, sont en tête avec 37,80 %, devant le binôme RN Pascale Léger et Serge Muller à 23,80 %.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Sur le canton de la vallée de la Dordogne, Germinal Peiro (PS) le président du conseil départemental sortant est réélu avec 64,96 % dès le premier tour. Il est associé à Patricia Lafon-Gauthier.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : le binôme socialiste composé de Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou est réélu sur le canton de la Lalinde.

20/06/21 : Régionales en Dordogne : Sur le canton de Saint-Astier, Alain Rousset (PS) est en tête avec 30,39 % des voix devant la candidate RN Edwige à 23 %. L'écologiste Nicolas Thierry est en 3e position à 10,51 %.

20/06/21 : En Dordogne, l'abstention estimée pour les élections départementales et régionales en Dordogne est de 66,2%. C'est la participation la plus faible de toutes élections confondues dans le département.

20/06/21 : En Haute-Vienne, le taux de participation à 17h était de 28,54% en forte baisse par rapport à 2015 où on avait enregistré 52,36 % de votants à la même heure.

20/06/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques, après un taux de participation à midi s'élevant à 14,5%, ce même taux s'affichait à 31,37 % pour le double scrutin des élections régionales et départementales du 20 juin 2021.

20/06/21 : A 17h, le taux de participation aux élections régionales et départementales s'élève à 25,68%. En 2015, il était de 45,09% pour les régionales et 44,78% pour les départementales, soit une baisse de près de vingt points.

20/06/21 : Dans la Vienne, la baisse de la participation aux élections régionales et départementales se confirme. À 17h, le taux était de 26,07% contre 43,77% pour les départementales en 2015 et 44,87% pour les régionales en 2015.

20/06/21 : En Dordogne, le taux de participation au premier tour des élections départementales et régionales estimé à 17 h est de 33,78 %, en baisse par rapport aux scrutins de 2015.

20/06/21 : Dans la Vienne, le taux de participation aux élections départementales et régionales de 2021 a atteint 10,99% à midi. Il est en baisse par rapport aux scrutins de 2015 : les taux étaient de 15,43% pour les départementales et 16,53% pour les régional

Arte Flamenco
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/06/21 | Régionales : Pas d'accord Rousset-Thierry ce lundi

    Lire

    Alors que se pose depuis hier soir la question d'un accord entre la liste du président sortant Alain Rousset et celle de Nicolas Thierry pour EELV, les négociations semblent pour aujourd'hui dans l'impasse. "Ce lundi, aucun accord n’a pu être signé. Il n’y avait manifestement aucune volonté d’accord tant les exigences et le ton employé étaient incompatibles avec une possibilité de négociation.", indique le service de presse du candidat Alain Rousset. "Je ne conçois pas la politique régionale comme une simple question de partage de postes. C'est une relation politique, pas une question comptable", indique le président sortant.

  • 21/06/21 | Pau, ville moins polluée par les particules fines

    Lire

    Sur les 323 villes européennes sondées, Pau est la 1ère ville française du classement établi par une étude de l’Agence européenne pour l’environnement parue le 17 juin. L’étude de fait notamment ressortir un taux de particules fines en suspension supérieur aux valeurs établies par l’OMS pour 196 villes européennes sur les 323 sondées. Dans notre région, Pau affiche un taux de PM2,5 de 5,6 µg/m³, Bayonne de 6,4 µg/m³ et de 9,23 µg/m³ pour Bordeaux. Selon l’OMS, il ne faut pas dépasser le seuil de 10 microgrammes de PM2,5 par mètre cube d’air (10 µg/m³). En trop grande quantité, les particules fines sont nocives pour la santé.

  • 21/06/21 | L'Orchestre des Champs-Elysées au musée Sainte-Croix de Poitiers

    Lire

    L'Orchestre des Champs-Elysées se produira, le mercredi 23 juin à 19h et 21h dans l'Auditorium du musée Sainte-Croix de Poitiers. Une partition de Rimsky-Korsakov, sommet de la littérature musicale de la fin du 19e siècle, sera présentée dans une version de chambre avec violon, violoncelle, clarinette et piano. Le musée offre la possibilité de visiter l’exposition temporaire (visible jusqu'au 4 juillet) "L'Amour fou ? Intimité et création (1910-1940)" avant le concert. Le concert est gratuit mais les réservations sont obligatoires : www.musees-poitiers.org

  • 21/06/21 | Lavaveix-les-mines (23) réhabilite ses bâtiments

    Lire

    La commune de Lavaveix-les-mines en Creuse souhaite réhabiliter l’ancienne infirmerie afin d’en créer un logement locatif à destination de jeunes agriculteurs ou de nouveaux arrivants envisageant d’y développer une activité professionnelle agricole. Afin de proposer les meilleures conditions de logements possibles, la réhabilitation correspondra à des performances énergétiques et une haute qualité environnementale.

  • 21/06/21 | A La Rochelle, le 2e tour se jouera avec les anciens candidats aux municipales

    Lire

    La Rochelle 1, le binôme falorniste/PS Christophe Bertaud et Marylise Fleuret-Pagnoux passe au 2e tour avec 28,83% des voix devant les écologistes (20,87%). A La Rochelle 2, ce sont les fountainistes Dominique Guégo et Marie Nedellec qui sont en tête avec 32% des voix contre 24,13% pour la liste LR. Sur La Rochelle 3, le duo EELV Marion Pichot - Jean-Marc Soubeste, ex candidat aux municipales se distingue parmi les 7 listes en lice avec 28,19% des voix.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Un nouvel office public de l'habitat en Dordogne

07/01/2020 | Le 1er janvier, les deux offices publics HLM périgourdins ont fusionné pour donner naissance à Périgord habitat. La structure gère un peu moins de 10 000 logements.

une partie du nouveau conseil d'administration de Périgord Habitat

Le logement social public dépend désormais d'un seul organisme en Dordogne : Périgord habitat né de la fusion des deux offices publics Dordogne Habitat et Grand Périgueux habitat. L'opérateur gère un parc de 9688 logements sociaux répartis sur 170 communes principalement en milieu rural et concerne 17600 locataires, dont une bonne partie à faibles revenus. Le nouvel office, qui emploie 160 salariés et qui est doté d'un budget de 49 millions d'euros entend produire 120 à 150 logements par an sur l'ensemble de la Dordogne et entreprendre de vastes chantiers de rénovations.

En Dordogne, 80 % de la population pourrait prétendre à un logement social. Le département est l'un de ceux de Nouvelle-Aquitaine où les revenus par foyer sont les plus faibles. Avec le passage en 2020, une petite révolution vient de se produire en matière d'habitat social en Dordogne, mais celle ci passera quasi inaperçue pour les 17 600 personnes qui bénéficient d'un logement social géré jusqu'à présent par l'un des deux opérateurs publics, Dordogne Habitat et Grand Périgueux habitat. Ces deux structures ont fusionné et ont donné naissance à Périgord habitat le 1er janvier. Le premier conseil d'administration, composé de 27 membres, tous bénévoles sans indemnité de fonction a eu lieu ce lundi matin, à Périgueux. Il est présidé par Germinal Peiro. "La possibilité a été offerte par la loi Elan (évolution du logement de l'aménagement et du numérique) à des territoires ruraux comme les nôtres de ne conserver qu'un seul opérateur même s'il atteint une taille de gestion inférieure à 12 000 logements. Nous avons saisi l'occasion, l'accès au logement est essentiel pour éviter l'exclusion. L'objectif de Périgord habitat est bel et bien de mutualiser les moyens et les compétences dans le but de rénover des logements, notamment pour les rendre plus économes en consommation d'énergie et d'en construire de nouveaux, explique Germinal Peiro.  Périgord habitat gèrera un parc de 9688 logements sociaux, foyers compris implantés sur 170 communes. "Une de ses ambitions est de continuer à agir à l'échelle départementale, précise Michel Testut, vice président.  Périgord habitat emploie 160 salariés est il est doté d'un budget de 49 millions d'euros. Dans ses objectifs, la nouvelle structure entend construire 120 à 150 logements par an, répartis sur l'ensemble de la Dordogne, pour favoriser l'attractivité du territoire. A noter, l'opération ANRU à Coulounieix Chamiers prévoit la démolition et reconstruction de dizaines de logements à vocation sociale pour un investissement de 30 millions d'euros. Sont également au programme, de vastes chantiers de rénovations énergétiques des bâtis existants.

Diminution des aides au logement social

Mais les responsables de la nouvelle structure s'inquiètent des baisses des aides au logement social et pas seulement la diminution de 5 euros des APL, qui impacte les locataires. "Nos recettes viennent principalement des loyers perçus à hauteur de 37 millions d'euros. Les subventions versées aux offices publics ont également diminué. La hausse du taux de TVA réduit de 5,5 % à 10 % a également un fort impact. Au total, pour 2020, cela représente 2,8 millions d'euros de ressources en moins, ce sont autant de travaux qui ne seront pas réalisés, poursuit Germinal Peiro. "Notre priorité va aux plus modestes, aux plus précaires ;  localement, on est plutôt sur des revenus à hauteur de 1000 euros 1200 euros, parfois beaucoup moins. Les opérateurs privés sont sur des niveaux de revenus plus élevés, autour de 1800 euros, précise Marie Claude Varaillas, vice-présidente en charge du logement au Département. L'occasion de pousser un coup de gueule contre la politique du gouvernement en matière de logement social. "L'état a établi son budget sur le dos des foyers les plus modestes, notamment ceux qui sont locataires", estime pour sa part Gatienne Doat, membre du bureau national de l'Union sociale pour l'habitat. 
En matière de logement social, trois communes périurbaines, Chancelade, Trélissac et Prigonrieux n'ont pas atteint le seuil de 20 % obligatoire pour les villes de 3500 habitants et sont en passe de rattraper leur retard. Sanilhac et Bassillac et Auberoche, communes nouvelles issues de fusions, ont obtenu des délais supplémentaires pour être en règle. Périgord habitat conserve l'organisation territoriale des deux structures dont il est issu avec cinq agences décentralisées dont deux sur Périgueux dont l'une concerne les locataires sur l'agglomération. 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
6402
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !