Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

27/09/20 : Sénatoriales Corrèze: Daniel Chasseing (les Indépendants) et Claude Nougein (LR) réélus.

27/09/20 : Sénatoriales Charente-Maritime : Corinne Imbert (LR) et Daniel Laurent (LR) retrouvent leur siège de sénateur avec 47,21% des voix. Remportant 28,51% des suffrages, Mickaël Vallet (PS) décroche le 3e siège. Il succède à Bernard Lalande (DVG - 21%).

27/09/20 : Sénatoriales Deux-Sèvres: Philippe Mouiller (LR) sortant réélu et Gilbert Favreau le président LR du conseil départemental élu au second tour.

27/09/20 : Sénatoriales Dordogne: deux sièges pour la gauche avec deux nouveaux élus: Marie-Claude Varaillas (communiste)groupe CRCE et Serge Mérillou élu dès le premier tour.

27/09/20 : Sénatoriales Charente: Nicole Bonnefoy (PS) réélue.

27/09/20 : Sénatoriales Creuse: Jean-Jacques Lozach (PS) réélu.

26/09/20 : Bernard Madrelle, ancien maire de Blaye et député socialiste de Gironde, est décédé un an après son frère Philippe Madrelle, ancien sénateur et président du conseil départemental.

23/09/20 : Après consultation du comité d’experts, la préfète des Landes a décidé qu'à compter de ce jour 14h00, la vigilance revient au niveau jaune pour les feux de forêt. Autrement dit une vigilance moyenne, au niveau 2 sur une échelle de 5.

22/09/20 : La Chambre d'agriculture de la Haute-Vienne va engager une procédure pour obtenir le statut de calamité sécheresse en raison du déficit en eau des derniers mois. Les agriculteurs bénéficieraient d’aides pour pallier la baisse de rendement en céréales.

22/09/20 : L'édition 2020 du festival Animasia, prévue les 10 et 11 octobre prochains a finalement été annulée pour respecter les annonces de la Préfecture concernant les nouvelles restrictions sanitaires notamment la réduction de la jauge d'évènements publics.

18/09/20 : L'incendie du 17 septembre en Nord Gironde avait causé l'interruption du trafic sur la LGV Sud Europe Atlantique. Après vérification du bon fonctionnement des installations par Lisea, le trafic a repris très progressivement depuis 16 heures.

17/09/20 : Dans le 47, la fibre optique arrive dans le Pays de Duras. 1ers foyers lot-et-garonnais raccordables début septembre grâce à l’action d’Orange passé avec le Conseil départemental.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 27/09/20 | Sénatoriales en Gironde : des confirmations et une première pour EELV

    Lire

    Le résultat des élections sénatoriales en Gironde vient de tomber. Cinq des six sortants ont été élus. Ainsi Nathalie Delattre(MR), Laurence Harribey(PS), Florance Lassarade (LR), Alain Cazabonne (MoDem), Hervé Gillé (PS) retrouveront donc la chambre haute. C'est Monique De Marco, l'écologiste ex Vice-Présidente du Conseil Régional de Nouvelle-Aquitaine qui hérite du sixième siège. C'est la première fois qu'un sénateur écologiste est élu en Gironde.

  • 27/09/20 | Sénatoriales en Haute-Vienne: le sortant sanctionné au profit du PS

    Lire

    Carton plein en Haute-Vienne pour les deux candidats PS Isabelle Briquet, ex maire du Palais sur Vienne, et Christian Redon Sarrazy, maire de Meuzac, qui sont élus au deuxième tour avec respectivement 480 voix et 408 voix. Le maire de Limoges Emile Roger Lombertie (LR) échoue avec 380 voix. Quant au sortant Jean-Marc Gabouty (DVC), il ne totalise que 232 voix...

  • 27/09/20 | Dans les Deux-Sèvres, la droite reste au Sénat

    Lire

    Dans les Deux-Sèvres, le sénateur sortant Philippe Mouiller(LR) est arrivé en tête au premier tour avec 753 voix sur 1101 voix exprimées (il en fallait 551 pour être élu). À l'occasion du second tour, c'est l'actuel président du Conseil départemental Gilbert Favreau (LR) qui a été choisi par les grands électeurs, avec 424 voix, soit 39 voix de plus que son adversaire socialiste Nathalie Lanzi.

  • 27/09/20 | Elections sénatoriales en Creuse, la gauche conserve ses 2 sièges

    Lire

    Ce 27 septembre, les grands électeurs creusois n'ont pas fait durer les suspens pour le sénateur sortant socialiste, et ancien président du Conseil départemental Jean-Jacques Lozach, assuré de sa réélectio, d'une courte tête, dès le 1er tour avec 50.74% des voix. Il aura fallu en passer par le second tour pour finalement voir l'autre sénateur sortant Eric Jensannetas également reconduit pour un nouveau mandat avec 43,5% des voix.

  • 27/09/20 | Elections sénatoriales en Charente: le PS ne réussit pas son pari

    Lire

    C'était joué dés le premier tour pour la sénatrice socialiste Michèle Bonnefoy, qui, raflant 60,5% des voix repart ce 27 septembre pour un 3ème mandat. Suite à la défection de l'autre sénateur sortant PS Michel Boutant, c'est finalement le candidat François Bonneau, divers droite, qui s'est imposé (50,4% des voix) et occupera désormais le second fauteuil de sénateur du département, qui voit de ce point de vue là son équilibre politique bousculé.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Un numéro vert pour aider le handicap

06/06/2020 | La secrétaire d'État en charge des personnes handicapées, Sophie Cluzel, s'est rendue à Bordeaux ce vendredi pour présenter le lancement prochain d'un numéro d'aide national pour les personnes handicapées.

handicap Sophie Cluzel

Les parcours et les ressentis sont différents, mais les problèmes sont bien souvent les mêmes. Ce vendredi 5 juin, la secrétaire d'État en charge des personnes handicapées, Sophie Cluzel, s'est rendue à Bordeaux pour acter le pré-lancement, sur sept régions pilotes (dont la Nouvelle-Aquitaine) et 25 départements (dont la Gironde, territoire 100% inclusif), d'un nouveau numéro vert, le 800 360 360, censé servir d'appui aux personnes en situation de handicap et aux aidants familiaux. Coup de projecteur sur une "procédure accélérée".

Pour beaucoup, ils sont "épuisés par ces deux mois et demi de confinement. La reprise des écoles et des établissements médicaux sociaux se fait de façon très segmentée, partielle, ces familles ont donc besoin de soutien, d'une solution de répit. Avec ce numéro, nous allons pouvoir regrouper les acteurs du territoire pour leur permettre d'offrir ces solutions", a ainsi précisé la Secrétaire d'État, également en visite au Café Joyeux, une chaîne de restaurants employant des personnes handicapées mentaux ou atteints de troubles cognitifs, qui a ouvert ses portes ce mardi à Bordeaux.

Des parcours complexes

Les familles et leur expérience, c'était justement l'objet d'une table-ronde, aux témoignages souvent révélateurs d'une aide encore insuffisante pour ces enfants, adolescents ou jeunes adultes aux pathologies très diverses et aux besoins souvent spécifiques, d'autant plus dans le contexte d'une crise où les structures d'accueil et d'accompagnement ont été "prises de cours. Il y avait une grande incertitude de savoir comment les personnes handicapées et leurs familles allaient vivre ce confinement", a souligné Michel Keisler, Directeur général de l'APAJH de Gironde, qui relève pourtant que "dans l'ensemble, ça s'est plutôt bien passé et l'inquiétude de départ n'était plus aussi forte à l'arrivée. C'est notamment dû à une coopération essentielle, notamment du côté de l'intervention à domicile, des CCAS ou des écoles". 

Toujours est-il que le déconfinement et la "reprise" ne sont pas encore une réalité pour tout le monde.  Arthur, 22 ans, est le deuxième d'une fratrie de quatre enfants. Atteint d'autisme, il n'a pour l'instant pas repris la classe au sein de l'Institut Médico-Éducatif dans lequel il était inscrit, ni son stage de trois jours par semaine à l'ESAT (Établissement et Service d'Aide par le Travail). "Il a plutôt bien vécu le confinement, on n'a pas eu d'accentuation des troubles. Pour l'instant, la reprise est très anxiogène, on attend que les choses s'apaisent parce que c'est dur pour lui de reprendre avec les gestes barrières", témoigne sa mère, testée positive au Covid-19, tout comme Antoine. Le confinement a aussi eu des conséquences sur la famille : pour une mère seule, avec trois enfants à charge à la maison, il a fallu faire des sacrifices. Antoine, l'aîné, a dû arrêter sa première année de BTS et vient juste de reprendre son poste de pompier volontaire. Pauline, infirmière, a été bloquée au Vietnam. "On a réussi à la faire rapatrier au service réanimation à Marmande, ça fait quatre mois qu'on ne l'a pas vue, pour ne pas prendre de risques".

Pour Nadia, maman de Maïssane, 15 ans, polyhandicapée, le confinement a au contraire plutôt été un soulagement au moins sur un point : la prorogation des droits de manière automatique. "Il n'y avait plus de papiers à faire. Il a fallu pallier à l'urgence mais ça a été un grand accélérateur dans le traitement des dossiers". La prise en charge de Maïssane, dans le cadre d'un PCPE (pôles de compétences et de prestations externalisées), a été stoppée pendant le confinement. "J'ai eu peur, je ne voulais pas prendre de risques. On a recommencé à porter toutes les casquettes, on fait un peu de tout… mais surtout un peu de rien".

"Effet entonnoir"

Faciliter l'accès aux soins, arrêter les demandes de justification systématiques du handicap pour obtenir des aides auprès de multiples structures et apporter des solutions concertées à une sortie de crise qui risque de durer, c'est en tout cas le but affiché de cette plateforme d'appels, dont la prise en charge sera assurée par des "communautés 360" composées d'acteurs locaux réunis autour des MDPH (Maison départementale des personnes handicapées). Ce 360 fait aussi écho à un numéro national, à l'origine prévu pour 2021 mais qui a donc été adapté au contexte de la crise et lancé plus tôt que prévu. La logique est la même : adresser toutes les demandes au même endroit et permettre une meilleure coordination entre tous les acteurs du champ médico-social.

La plateforme se veut elle-aussi comme une "porte d'entrée unique. Ce que la crise nous a enseigné, c'est l'isolement des familles, c'est que parfois elles n'ont pas une réponse adaptée ni de service d'accompagnement. Nous nous mettons tous ensemble avec la MDPH en cœur de réacteur. Cette crise nous a amené à une coopération inédite, nous voulons capitaliser là-dessus pour ne plus avoir des gens sans réponses qui devraient errer de service en service", a précisé la secrétaire d'État. "Il y a eu un déplacement des besoins à domicile, des façons différentes d'accompagner. Le personnel médico-social a répondu présent et on a pu voir qu'il fallait travailler différemment". 

Pour le président de la Gironde, Jean-Luc Gleyze, c'est aussi une question d'accès au droit, "de savoir où se trouve la bonne porte et quelles sont les bonnes aides. Ça répond aussi à un besoin fort de simplification administrative, pour que les familles ne soient pas en train de mener un combat supplémentaire". Sophie Cluzel a dit espérer que l'ensemble des départements puissent mettre en place ce numéro vert "d'ici la fin du mois de juin" et a souhaité un appui supplémentaire auprès des départements de la part des agences régionales de santé pour les aider à le mettre en place. Le numéro sera ouvert cinq jours sur sept à partir de ce lundi 8 juin.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
3364
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 29 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !