Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/04/19 : A l'occasion du Joli Mois de l'Europe, la Maison de l'Europe Direct Limousin organise une rencontre avec Jürgen Habermas. Philosophe allemand, il consacre sa réflexion à la question de l'intégration européenne. Rdv jeudi 2 mai, 18h30 à Limoges.

18/04/19 : A la suite de l'incendie qui a ravagé Notre Dame de Paris, la ville de Périgueux proposera un soutien financier de 10 000 €, lors de son prochain conseil municipal, pour aider à la reconstruction de ce bâtiment emblématique de l'histoire de France.

17/04/19 : Le coq reliquaire de la flèche de Notre-Dame de Paris, que l’on croyait disparu dans l’incendie de lundi, a été retrouvé mardi. Il devrait regagner prochainement l'entreprise Socra à Marsac-sur-l'Isle (24) pour être restauré comme initialement prévu.

10/04/19 : Les Chambres d’agriculture de Lot-et-Garonne, Haute-Vienne et Vienne, estampillées Coordination rurale, ont créé, le 9 avril, l’Association des Chambres d’agriculture de Nouvelle Aquitaine pour le développement agricole et rural

02/04/19 : A partir du 1er septembre prochain, la Communauté d’Agglomération du Libournais (La Cali) lance un nouveau réseau de transport gratuit pour tous. L’exploitation a été confiée au groupe Transdev pour les huit prochaines années.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 22/04/19 | Obligation vaccinale : on en parle en Gironde du 24 au 30 avril

    Lire

    Pour remédier à l’insuffisance de la couverture vaccinale en Nouvelle-Aquitaine, l'Agence régionale de santé et ses partenaires organisent la Semaine de la vaccination. Objectif, rappeler à l'ensemble de la population, l'importance de la vaccination à tout âge de la vie. Des stands d'information seront installés du 24 au 30 avril au CHU Pellegrin de Bordeaux et à l'Hôpital Robert Piqué de Villenave d'Ornon et un Village Info Vaccination sillonnera les routes de la région (arrêts à Bordeaux, Limoges et Poitiers).

  • 22/04/19 | La rame de tramway baptisée en espagnol

    Lire

    En présence des élus du Bouscat, Saint-Aubin-du-Médoc, Martignas-sur-Jalle et du maire espagnol de Redován, la rame du tramway sera baptisée « Redován / Saint-Aubin de Médoc » mardi 23 avril ; scellant ainsi le jumelage amorcé en 2017 de Saint-Aubin du Médoc avec Redován. Ces dernières développeront des échanges autour de la jeunesse et de la culture. Cela portera à 61, sur la centaine en service, le nombre de rames baptisées, depuis 2002, par le nom de villes jumelées avec les communes de la métropole.

  • 22/04/19 | De la randonnée dans les Landes de Gascogne

    Lire

    La quatrième édition du Parc à Pied se déroule le dimanche 19 mai prochain. La boucle de cette année est située aux alentours d'Escaudes, dans le Sud Gironde. Les marcheurs peuvent ainsi arpenter le Parc Régional Naturel des Landes de Gascogne autour d'Escaudes en passant par la Vallée du Ciron. Deux parcours sont prévus pour le Parc à Pied, l'un de 10km avec un départ à 9h. L'autre boucle, de 6,5km démarre à 14h30. La journée est gratuite, mais l'inscription est obligatoire.

  • 21/04/19 | Gestion de l'eau : la Charente-Maritime prend ses premières mesures anti-sécheresse

    Lire

    Avec les chaleurs de ces derniers jours, la préfecture de Charente-Maritime a préféré anticiper une éventuelle sécheresse en limitant d'ores et déjà l'usage de l'eau à des fins agricoles, concernant les forages, cours d’eau, plans d’eau en communication ou alimentés par une nappe souterraine ou un cours d’eau, plans d’eau établis sur un cours d’eau. Le bassin du Curé-Sèvre, sur le périmètre de l’OUGC Etablissement Public du Marais Poitevin, passe en alerte de printemps à compter du 22 avril, 8h.

  • 19/04/19 | Châtelaillon-Plage célèbre le cerf-volant ce week-end

    Lire

    C'est un rendez-vous incontournable des amoureux du cerf-volant. Le festival du vent de Chatelaillon-Plage attend ses 70 0000 visiteurs durant ces trois jours de week-end de Pâques. Au programme : démonstrations de cerf-volants, des combats de rokkakus, compétitions, exposition de cerf-volants revisités par des artistes, dont ceux du dessinateur BD américain Scott Hampton, en avant-première en France. Un nouvel espace est dédié aux mobilités, aux nouvelles énergies et à des expériences en 3D.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Un temps de repos pour les migrants arrivés en Dordogne

26/10/2016 | Avec le démantèlement de la jungle de Calais, 20 migrants sont arrivés la nuit dernière à Bergerac. 50 autres sont attendus la nuit prochaine sur Périgueux.

Les premiers migrants arrivés de Calais ont été accueillis par la préfète et les élus de Bergerac et de l'agglomération

L'opération de démantèlement de la jungle de la Calais, débuté lundi va se poursuivre encore quelques jours. La Dordogne accueille 70 migrants, répartis dans deux centres d'aide et d'orientation sur Bergerac et dans l'agglomération périgourdine. Les 20 premiers, des hommes seuls de nationalité afghane, plutôt jeunes, sont arrivés dans la nuit de mardi à mercredi à Bergerac, pour un temps de répit, le temps qu'ils engagent leurs démarches de demande d'asile. Ils ont été rejoints par 50 autres, arrivés dans la nuit de mercredi à jeudi sur l'agglomération périgourdine.

 Ils sont arrivés de la "jungle" dans la nuit de mardi à mercredi à Bergerac. Ils sont une vingtaine d'hommes, plutôt jeunes, tous originaires d'Afghanistan. Ils ont quitté l'enfer pour trouver un peu de repos et de répit dans une ancienne maison de l'établissement spécialisé du commissariat à l'armée de terre, transformé en Centre d'accueil et d'orientation. La fatigue, l'angoisse pour certains, se lit sur leurs visages. Parmi eux, Nayeb indique avoir 18 ans. Avec ses quelques rudiments d'Anglais et de Français, appris à l'école de la Jungle au cours des trois derniers mois, il évoque ses rêves  de  jouer au cricket et son espoir de pouvoir rester en France un jour. "Je suis parti d'Afghanistan il y a 9 mois, puis j'ai passé 6 mois dans la jungle" dit-il. "A Calais, les conditions de vie étaient innommables" explique le jeune homme. 
A Bergerac, ces Afghans sont pris en charge par l'Atelier, une association d'entraide humanitaire, spécialisée dans l'hébergement d'urgence et l'accompagnement social. Secours catholique, secours populaire, Restos du coeur et croix rouge ont apporté leur concours pour cet accueil, en fournisssant des denrées alimentaires, des vêtements, du mobilier.

 
A Bergerac, un consensus des élus autour de l'accueil des migrants

A Bergerac, il y a eu un vrai consensus des élus de la ville et la Communauté d'agglomération, propriétaire des locaux, pour accueillir ces migrants. "A Bergerac, il y a une tradition d'accueil depuis longtemps, nous nous étions portés volontaires," précise Daniel Garrigue, le maire de la ville. Ce mercredi en fin de matinée, après une nuit de repos, passée en sécurité, quelques Afghans volontaires, ont pu échanger avec la représentante de l'Etat, Anne-Gaelle Beaudouin- Clerc. "Ici, vous bénéficiez d'un temps de répit et de repos. Vous êtes sous la protection de l'Etat Français." Il s'agit d'une période provisoire, qui peut être plus ou moins longue, le temps que ces personnes engagent des démarches de demande d'asile. "Le département de la Dordogne s'inscrit dans une démarche de solidarité nationale, dans le respect des valeurs humanistes. C'est un devoir d'humanité," indique la préfète. 
Le centre d'accueil et d'orientation n'a rien à voir avec un centre de rétention administrative : la vingtaine d'Afghans sont parfaitement libres de leurs mouvements.
 Dans l'immédiat, l'Atelier, qui compte dans son équipe une infirmière, des traducteurs, a le soutien de médecins bénévoles. La première étape  va être d'évaluer leur état santé et leurs besoins sanitaires, sociaux, indique Pierre-Emmanuel Vergnaud, le directeur de la structure. L'Alelier a dû embaucher pour l'accueil de ces migrants.
Le volet administratif interviendra plus tard.
À partir du 7 novembre, ils pourront déposer une demande d'asile auprès de l'Office français de l'immigration et de l'intégration (Ofii). Une fois celle-ci enregistrée, ils auront alors le statut de demandeurs d'asile et auront vocation à intégrer un Centre d'accueil pour demandeurs d'asile (Cada). Une fois l'instruction de leur dossier par l'Ofii terminée, c'est l'Office français de protection des réfugiés et des apatrides (Ofpra) qui décidera, ou pas, de leur accorder le statut de réfugié. En cas de réponse négative, des recours sont toujours possibles.  50 autres migrants doivent arriver la nuit prochaine dans plusieurs communes de l'agglomération périgourdine. Ils seront accompagnés  par l'Association de soutien de la Dordogne.

 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude-Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
6111
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !