aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

21/07/17 : Le nouveau sous-préfet de Blaye Frédéric Doué prend ses fonctions le 24 juillet; il occupait depuis septembre 2015 le poste de directeur de cabinet du préfet des Côtes d'Armor.

21/07/17 : Le chanteur Manu Chao est attendu ce soir en Charente-Maritime sur la scène du festival des Fous Cavés (21 et 22 juillet), à Port d'Envaux. Le concert de ce soir est complet depuis plusieurs mois, mais il reste des places le 22. www.lesfouscaves.f

17/07/17 : Le nouveau préfet de Charente-Maritime prendra officiellement ses fonctions mercredi. Fabrice RIGOULET-ROZE succède à Eric Jalon, nommé à Matignon par Emmanuel Macron. Il était dernièrement préfet de région de la Martinique.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/07/17 | Travaux sur la rocade de Bordeaux les nuits du 24 au 25 et 25 au 26/7

    Lire

    La rocade extérieure (A630-N230) de Bordeaux sera fermée à la circulation entre l’échangeur 20 (Tartifume) et l’échangeur 24 (Le Canon), les nuits du 24 au 25 juillet de 21h00 à 6h00 et du 25 au 26 de 21h00 à 6h00. Durant ces fermetures, une déviation par la rocade intérieure sera mise en place, le pont Mitterrand (sens extérieur) étant inclus dans la section fermée à la circulation, les usagers en transit dans le sens Sud-Nord (en provenance notamment de l'A63 et de l'A62) devront emprunter la rocade intérieure et le pont d’Aquitaine.

  • 19/07/17 | Le festival Emmaüs de Pau-Lescar résiste à l'individualisme

    Lire

    "Jours de résistance". Tel est le nouveau nom que s'est donné le festival organisé le samedi 22 et le dimanche 23 juillet par la communauté Emmaüs de Pau-Lescar. Résistance "à l'inertie et à l'individualisme pour essaimer et découvrir ensemble les clés pour construire demain". Ces journées "festives et militantes" qui commémoreront les 50 ans de la mort de Che Guevara seront marquées par une série de conférences ainsi que par des concerts. Kenny Arkana, la rappeuse Casey, HK et les Saltimbanks sont notamment à l'affiche avec Fakear, Taiwan MC, Dee Nasty. Rens. www.emmaus-lescar-pau.com

  • 18/07/17 | Henri Bies-Péré, nouveau président de AFDI

    Lire

    Le béarnais Henri Pies-Péré est le nouveau président de l'association de solidarité Agriculteurs Français et Développement International (AFDI). Installé à Montaner, dans les Pyrénées-Atlantiques où il produit du lait et du maïs grain, Henri Bies-Péré est par ailleurs le deuxième vice-président de la FNSEA. Il a été le fondateur d'AFDI Aquitaine en 1995. L'association qu'il anime construit des partenariats entre les mondes agricoles français et ceux des pays en développement. Plus d'infos: http://www.afdi-opa.org

  • 17/07/17 | Une dernière belle Nuit (et journée) atypique le 22 juillet

    Lire

    Elles animent le Sud Gironde depuis le 4 juin dernier avec leur brin de poésie, de réflexion et d'exotisme. Les Nuits atypiques, qui nous emmènent encore en Mongolie depuis Cadillac et Verdelais cette semaine (19 et 20 juillet) ont vu grand pour leur final le samedi 22 juillet. Rendez-vous à Saint-Macaire pour de précieux moments au côté, notamment, du magicien des mots franco-rwandais, Gaël Faye, et de nombreux autres artistes. Une dernière belle journée en perspective pour les 26 ans de ce Festival résolument pas comme les autres.

  • 16/07/17 | Oléron: Le département ne renonce pas à un droit de passage

    Lire

    Le Tribunal administratif de Poitiers a annulé le 13 juillet les délibérations du Département 17 concernant le lancement d'une consultation des électeurs d'Oléron concernant l'implantation d'un péage à l'entrée de l'île. Dans un communiqué, le Département a annoncé qu'il ne ferait pas appel. Il présentera lors de la session d’hiver "un rapport portant sur le principe de l’instauration d’un droit départemental de passage et d’une redevance pour service rendu" par le pont.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | Un temps de repos pour les migrants arrivés en Dordogne

26/10/2016 | Avec le démantèlement de la jungle de Calais, 20 migrants sont arrivés la nuit dernière à Bergerac. 50 autres sont attendus la nuit prochaine sur Périgueux.

Les premiers migrants arrivés de Calais ont été accueillis par la préfète et les élus de Bergerac et de l'agglomération

L'opération de démantèlement de la jungle de la Calais, débuté lundi va se poursuivre encore quelques jours. La Dordogne accueille 70 migrants, répartis dans deux centres d'aide et d'orientation sur Bergerac et dans l'agglomération périgourdine. Les 20 premiers, des hommes seuls de nationalité afghane, plutôt jeunes, sont arrivés dans la nuit de mardi à mercredi à Bergerac, pour un temps de répit, le temps qu'ils engagent leurs démarches de demande d'asile. Ils ont été rejoints par 50 autres, arrivés dans la nuit de mercredi à jeudi sur l'agglomération périgourdine.

 Ils sont arrivés de la "jungle" dans la nuit de mardi à mercredi à Bergerac. Ils sont une vingtaine d'hommes, plutôt jeunes, tous originaires d'Afghanistan. Ils ont quitté l'enfer pour trouver un peu de repos et de répit dans une ancienne maison de l'établissement spécialisé du commissariat à l'armée de terre, transformé en Centre d'accueil et d'orientation. La fatigue, l'angoisse pour certains, se lit sur leurs visages. Parmi eux, Nayeb indique avoir 18 ans. Avec ses quelques rudiments d'Anglais et de Français, appris à l'école de la Jungle au cours des trois derniers mois, il évoque ses rêves  de  jouer au cricket et son espoir de pouvoir rester en France un jour. "Je suis parti d'Afghanistan il y a 9 mois, puis j'ai passé 6 mois dans la jungle" dit-il. "A Calais, les conditions de vie étaient innommables" explique le jeune homme. 
A Bergerac, ces Afghans sont pris en charge par l'Atelier, une association d'entraide humanitaire, spécialisée dans l'hébergement d'urgence et l'accompagnement social. Secours catholique, secours populaire, Restos du coeur et croix rouge ont apporté leur concours pour cet accueil, en fournisssant des denrées alimentaires, des vêtements, du mobilier.

 
A Bergerac, un consensus des élus autour de l'accueil des migrants

A Bergerac, il y a eu un vrai consensus des élus de la ville et la Communauté d'agglomération, propriétaire des locaux, pour accueillir ces migrants. "A Bergerac, il y a une tradition d'accueil depuis longtemps, nous nous étions portés volontaires," précise Daniel Garrigue, le maire de la ville. Ce mercredi en fin de matinée, après une nuit de repos, passée en sécurité, quelques Afghans volontaires, ont pu échanger avec la représentante de l'Etat, Anne-Gaelle Beaudouin- Clerc. "Ici, vous bénéficiez d'un temps de répit et de repos. Vous êtes sous la protection de l'Etat Français." Il s'agit d'une période provisoire, qui peut être plus ou moins longue, le temps que ces personnes engagent des démarches de demande d'asile. "Le département de la Dordogne s'inscrit dans une démarche de solidarité nationale, dans le respect des valeurs humanistes. C'est un devoir d'humanité," indique la préfète. 
Le centre d'accueil et d'orientation n'a rien à voir avec un centre de rétention administrative : la vingtaine d'Afghans sont parfaitement libres de leurs mouvements.
 Dans l'immédiat, l'Atelier, qui compte dans son équipe une infirmière, des traducteurs, a le soutien de médecins bénévoles. La première étape  va être d'évaluer leur état santé et leurs besoins sanitaires, sociaux, indique Pierre-Emmanuel Vergnaud, le directeur de la structure. L'Alelier a dû embaucher pour l'accueil de ces migrants.
Le volet administratif interviendra plus tard.
À partir du 7 novembre, ils pourront déposer une demande d'asile auprès de l'Office français de l'immigration et de l'intégration (Ofii). Une fois celle-ci enregistrée, ils auront alors le statut de demandeurs d'asile et auront vocation à intégrer un Centre d'accueil pour demandeurs d'asile (Cada). Une fois l'instruction de leur dossier par l'Ofii terminée, c'est l'Office français de protection des réfugiés et des apatrides (Ofpra) qui décidera, ou pas, de leur accorder le statut de réfugié. En cas de réponse négative, des recours sont toujours possibles.  50 autres migrants doivent arriver la nuit prochaine dans plusieurs communes de l'agglomération périgourdine. Ils seront accompagnés  par l'Association de soutien de la Dordogne.

 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude-Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
4871
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !