Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

04/03/21 : La Ville de Bayonne a réuni les représentants des professionnels et les partenaires de la fameuse Foire au Jambon pour envisager la suite à donner à cet événement de la semaine pascale. Il prennent date pour cet événement entre les 7 et 10 octobre

02/03/21 : Le 90e Congrès des Départements de France qui devait se tenir à La Rochelle en novembre dernier, puis les 29 et 30 avril prochain, est de nouveau reporté, selon un communiqué du Département de Charente-Maritime du jour.

26/02/21 : Faute de salon de l'agriculture cette année, la confédération paysanne organise du 27 février au 7 mars des fermes ouvertes pour faire découvrir l'agriculture paysanne.Liste des agriculteurs sur www.confederationpaysanne.fr/mobilisations.php?id=11079

24/02/21 : Charente-Maritime : selon un arrêté ministériel du 19/02 publié au Journal Officiel du 24/02, les communes reconnues en état de catastrophe naturelle en inondations et coulées de boue du 3 février 2021 au 9 février 2021 sont Crazannes et Le Mung.

23/02/21 : La ministre, Frédérique Vidal, en déplacement à Poitiers ce 23 février, a annoncé, devant une cinquantaine d'étudiants, la gratuité des protections périodiques dès la rentrée prochaine. 1 500 distributeurs devraient être installés sur les campus.

23/02/21 : Laurence Harribey, sénatrice de la Gironde, a été nommée par le Président du Sénat pour représenter la Chambre haute au conseil d'administration de l'Agence Nationale du Sport.

23/02/21 : L’ancien maire de Bayonne, Jean Grenet, est décédé ce mardi 23 février, à l'âge de 81 ans. Celui qui a également exercé les mandats d'élu départemental, régional et de député, a dirigé la ville, à la suite de son père Henri Grenet, de 1995 à 2014.

23/02/21 : La ministre Frédérique Vidal est à Poitiers ce 23 février pour rencontrer l'Association Fédérative des Étudiants de Poitiers. Début février, elle avait reçu 72 courriers d'étudiants poitevins qui l'interpelaient sur leurs difficultés au quotidien

19/02/21 : COVID 19 - Depuis 2 semaines, les indicateurs de surveillance du Sars-CoV-2 affichent une baisse significative dans tous les départements de Nouvelle-Aquitaine. Le taux d'incidence est de 113,3/100 000 et le taux de positivité à 4,2%.

19/02/21 : COVID 19 - Les dernières données sur l’évolution des nouveaux variants montrent une diffusion généralisée du variant anglais dans tous les départements de la région. Les variants sud-africain et brésilien sont aussi présents mais dans une moindre mesure

19/02/21 : COVID 19 - Le nombre de nouvelles hospitalisations est en baisse avec près d’une centaine d’hospitalisations et une vingtaine d’admissions en réanimation en moins par rapport à la semaine dernière. Néanmoins, l'activité hospitalière liée au COVID-19.

18/02/21 : A Libourne, le conseiller municipal d'opposition Charles Pouvreau a annoncé sa démission. Dans un communiqué, l'ancien élu raconte avoir fait face à des « menaces et insultes » répétées et choisit donc de se mettre en retrait de la politique libournaise.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 06/03/21 | Charente-Maritime : 3 jours de forum sur le droit des femmes

    Lire

    À l'occasion de la Journée Internationale des Droits des Femmes, le Département 17 organise du 8 au 10 mars, un forum dédié à l'égalité entre les femmes et les hommes. Avec, lundi, une matinée d'échanges et de témoignages sur l'égalité femmes/hommes, en présence d'Élisabeth Morin-Chartier, ex députée européenne. Mardi, "l'égalité professionnelle, un état des lieux contrasté". Mercredi, "Filles et garçons, cassons les clichés". Ces visio-conférences se dérouleront sur le site du Département.

  • 05/03/21 | Paskal Indo réélu président du Conseil de développement du Pays basque

    Lire

    Paskal Indo a été réélu par ses pairs à la présidence du Conseil de développement du Pays basque. Le CDPB a approuvé également son bilan 2020 et débattu autour de son Projet 2021-2023 qui fixe les orientations stratégiques que la société civile souhaite donner au développement futur du territoire. Un document qui guidera l’action du Conseil pour les prochains mois dans ses contributions et son partenariat auprès de la Communauté d'agglomération du Pays basque et des autres acteurs publics.

  • 05/03/21 | Charente-Maritime : LPO et NE17 main dans la main pour la nuit de la chouette

    Lire

    La Ligue de Protection des Oiseaux de Charente-Maritime et Nature Environnement 17 organisent une soirée en visio-conférence, à l'occasion de la nuit de la chouette le 6 mars, dès 18h. Ce sera l'occasion d'échanger avec des spécialistes de l'animal, participer à des jeux, visionner des vidéos et des photos, pour mieux connaître le bête. Inscription: https://urlz.fr/eZyp NE17 propose une sortie découvertes à la Réserve Naturelle Régionale de la Massonne, à 9h. Contact: sandra.laborde@ne17.fr

  • 05/03/21 | Un podcast sur les femmes

    Lire

    Le 8 mars, à l’occasion de la Journée Internationale des droits des femmes, la Maison de l’Europe du Lot-et-Garonne lance son podcast sur Spotify et Anchor « StéréoFemmes ». Disponible un lundi sur deux à 12h, il partagera des témoignages sur les femmes dans nos sociétés que ce soit au travail, dans la famille, dans le couple, à la télévision... dans le but de briser les stéréotypes.

  • 05/03/21 | Covid-19: des restrictions sur la vente et la consommation d'alcool

    Lire

    Le préfet a prononcé le 1er mars la fermeture administrative pour une durée d’une semaine de deux débits de boissons rochelais suite au constat de rassemblements répétés à proximité immédiate de ces établissements pratiquant la vente à emporter. En concertation avec la ville de La Rochelle, le préfet a interdit, par arrêté du 4 mars, la vente à emporter de boissons alcoolisées sur les quais Duperré et Valin du samedi 6 mars au dimanche 21 mars 2021 inclus. A Bordeaux de 11h à 18h, il est interdit de consommer de l'alcool sur la voie publique dans le centre-ville et dans les parcs et jardins de la ville depuis le 4 mars.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | « Une année de transition » pour l'université de La Rochelle

30/11/2018 | L’Université de La Rochelle met en place cette année son nouveau projet pédagogique

Jean-Marc Oger et Pascal Estallier lors de la présentation de la mise en place du projet pédagogique le 29 novembre 2018

Ni Parcoursup ni les mouvements contestataires de décembre dernier (lire notre édition du 18/12/17) n’auront finalement entamé la sérénité de la rentrée universitaire de La Rochelle. Attractive autant par sa situation géographique que pour ses enseignements, l’Université de La Rochelle a même été plébiscitée en cette rentrée par plus d’étudiants que ces capacités d’accueil réelles. « Les étudiants ayant fait des vœux dans plusieurs universités dont la nôtre, le jeu des listes d’attente aura finalement fait que nous avons pu accueillir tout le monde », précise le président Jean-Marc Ogier.

Au 22 novembre 2018, l’Université comptabilisait officiellement 8598 étudiants, sur les 11 500 vœux d’inscriptions formulées via Parcoursup, dont un tiers hors secteur académique. Des chiffres qui traduisent même une lègère baisse de -0,8% par rapport à l’an dernier, qui s’explique par un nombre volontairement restreint des effectifs en première année (263 élèves de moins soit -11%), pour répondre à l’instauration par l’Etat de limites de capacités d’accueil, valables au niveau national pour l’ensemble des filières. La mesure a eu essentiellement un impact sur les primo-entrants en Sciences et en Langue Etrangère Appliquée. « Nous n’avons pas eu recours à la sélection et nous ne le ferons pas tant que nous le pourrons », assure Jean-Marc Ogier. D’ailleurs, les étudiants sont 2000 de plus qu’il y a cinq ans. Et pour cette seule rentrée, les effectifs de 2e et de 3e année sont à la hausse, avec respectivement + 11% et +8%.

Faire découvrir les métiers par la réalité du terrain

Cette année est une année de transition pour l’université de La Rochelle, qui met en place son nouveau projet pédagogique. Depuis cette rentrée, chaque étudiant se voit proposer un parcours d’enseignements à la carte, pluridisciplinaire, en fonction de ses besoins en connaissances, pour se former à un métier ou pour compléter des connaissances déjà acquises. « Aujourd’hui, nous avons toutes sortes de profils d’étudiants avec différents besoins. S’ils sont encore majoritairement bacheliers issus de la filière générale, certains arrivent de la filière technologique, d’autres ont un BTS, certains ont déjà exercé une profession et ont besoin de compléter leur formation, d’autres veulent changer de métiers… Notre objectif est de pouvoir répondre à tous ces besoins », explique Jean-Marc Ogier. En plus de l’enseignement de la discipline principale, à travers des cours «majeurs», les étudiants doivent désormais choisir parmi des options appelées « mineures », dans d’autres matières. Ce nouvel enseignement laisse notamment plus de place aux cas pratiques, par des études de cas et/ou par de l’expérience de terrain. L’objectif est notamment de permettre aux étudiants d’aller découvrir les métiers auprès des entreprises. L’Université a notamment passé un partenariat avec le grand port maritime de La Rochelle, qui permet aux étudiants d’aller découvrir les activités et les métiers du port – 27 étudiants se sont déjà inscrits. « A terme, dix « mineures métiers » seront proposées autour du tourisme, du bâtiment, de l’informatique, des industries, etc. », assure Jean-Marc Ogier. Un partenariat serait en cours d’élaboration avec Alstom pour la rentrée du prochain semestre.

Par ailleurs, l’université a instauré un suivi individuel de ses étudiants. Après un test et un entretien pour évaluer leur niveau réalisés peu après la rentrée, les étudiants pourront faire un bilan de leur 1er semestre et se voir proposer un parcours de réorientation pour intégrer une autre filière à la rentrée 2019. Les pratiques pédagogiques sont également diversifiées : ateliers pratiques, recherche, travail en équipe ou en autonomie, projets tutorés, mises en situation professionnelles, e-learning, etc. Surtout, Jean-Marc Ogier veut « développer l’esprit critique » de ses étudiants, une compétence importante dans cette société où les codes et les frontières sont de plus en plus floues. L’Université a par exemple mis en place des modules d’e-learning dans le cadre d’un « travail accompagné » (par un enseignant) pour former les étudiants à la cyber-sécurité et à la responsabilité numérique.

Une recherche dédiée à l’environnement durable et littoral

Comme le prévoyait le projet pédagogique décidé l’an dernier, les trois facultés ont fusionnées. Les licences généales et une majorités des professionnelles ont été regroupées dans un « collegium », mettant en place le parcours Majeures/mineures. Tandis que la recherche, comprenant les masters et les doctorants (Bac+5 à Bac+8), a été regroupée dans un institut nommé LUDI. Il doit son nom à l’acronyme Littoral Urbain Durable et Intelligent, répondant aux problématiques environnementales de demain, en partenariat avec l’agglomération de La Rochelle. Alors que l’Institut concentrera ses recherches sur cet aspect, les facultés de Droit, de Sciences politiques et de Management devront continuer de former au niveau Master de futurs professionnels « en adéquation avec les besoins de la société », en plus de les préparer aux concours.

Des espaces d’innovations

En plus de dédier sa recherche à l’environnement et au littoral, l’université veut devenir un espace d’innovation, en proposant aussi bien des espaces de travail que des formations ou des plateformes ouvertes et partagées. Objectif : « développer l’entrepreneuriat chez les étudiants, et la recherche et l’innovation chez les entrepreneurs ». 4000 m2 dans l’ex faculté des Sciences vont être dédiés à la recherche et à l’expérimentation, dont un FabLab’ ou encore des salles spécialisées en réalité virtuelle (à l’Agora). Une partie de la bibliothèque universitaire sera également « transformée en « learning center », où l’accès aux ressources numériques sera facilité et des lieux de travail en groupe aménagés », assure la direction de l’Université, qui espère ainsi favoriser l’interaction entre le monde de l’entreprise, l’enseignement et la recherche. Elle espère bien évidemment y attirer des projets sur les transitions environnementales, énergétiques et numériques.

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Partager sur Facebook
Vu par vous
4558
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 10 + 9 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !