aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

29/09/16 : Alain Rousset:"je l'ai demandée depuis longtemps" après l'annonce de M.Valls qu'à compter du 1er janvier 2018, les régions au lieu de la DGF bénéficieront d'une "fraction de TVA dont l’effet dynamique garantira et pérennisera leurs moyens d’actions"

29/09/16 : Alors que les attaques de vautours sur le bétail augmentent dans les Pyrénées-Atlantiques, Bernard Layre, le président de la FDSEA demande que des tirs de prélèvement soient faits sur ces rapaces, "exactement comme c'est le cas ailleurs pour le loup"

27/09/16 : Le Tribunal administratif de Pau a consulté aujourd'hui mardi le premier des deux recours déposé par les opposants à l'intercommunalité unique du Pays basque. Celui-ci concernait l'étude de la validité de l'arrêté du 18 juillet. Jugement rendu lundi.

27/09/16 : Mme Sonia Penela est nommée sous-préfète, directrice de cabinet de la préfète de la Dordogne. Elle succède à Jean-Philippe Aurignac qui occupe désormais le poste de Secrétaire général de la préfecture du Cantal. Elle prendra ses fonctions le 3 octobre.

23/09/16 : Annulation du spectacle « Cabaret New Burlesque » programmé le mardi 11 octobre, au Théâtre Ducourneau, à Agen. Le producteur a déprogrammé la tournée européenne de ces artistes américains. Aucun autre spectacle ne sera programmé en remplacement.

23/09/16 : Elections au tribunal de Commerce d'Agen. 9 candidats en lice. Dépouillement prévu le 5 octobre à 9h30 et éventuellement, en cas de 2ème tour, le 18 octobre à 9h30.

23/09/16 : TEST TOEIC. Spécialisée dans l’enseignement des langues étrangères, la Maison de l’Europe47 à Agen organise une session de test TOEIC le mercredi 12 octobre de 14h à 17h. Plus d'infos au 05.53.66.47.59. Date limite d’inscription : le 26 septembre

22/09/16 : L'abeille et les problèmes auxquels elle est confrontée sont évoqués jusqu'au samedi 24 septembre lors de journées que le village Emmaüs de Pau-Lescar consacre à cet insecte à travers de multiples stands, animations et conférences.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 29/09/16 | Une belle reconnaissance pour les Vignerons de Buzet!

    Lire

    Ils viennent d'obtenir le label Diversité. Un premier pas vers la double certification « égalité & diversité », proposée par la Région Aquitaine et le groupe AFNOR. Cette certification veille à la gestion équitable et impartiale de la richesse humaine, sans discrimination aucune. Les Vignerons de Buzet s'inscrivent là dans un projet pilote pour les PME, porté par la Région Aquitaine. Une démarche expérimentale et innovante qui évoluera au sein de la démarche RSE globale.

  • 27/09/16 | PS Gironde; les six circonscriptions réservées aux femmes

    Lire

    La fédération de la Gironde du PS dans un communiqué annonce qu'il a choisi de reconduire la parité pour la désignation des candidatures aux législatives de juin 2017. Pour ces prochaines échéances "le Parti Socialiste girondin s’inscrit dans cette même dynamique de féminisation de ses candidatures en marquant son souhait de réserver la moitié des circonscriptions girondines soit les 1ère, 2e, 5e, 6e, 8e et 12e circonscriptions. L’ensemble des 12 circonscriptions seront soumises au vote des militants." Cette proposition a été adoptée par 72% des membres du Conseil Fédéral ce 26 septembre.

  • 27/09/16 | Un nouveau radar fixe dans le Bergeracois pour la fin de l'année

    Lire

    Un radar fixe sur la route entre Bergerac et Eymet va être installé. C'est ce qu'a annoncé la préfète de Dordogne, Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc. L'emplacement exact n'a pas été révélé. "Il s'agit d'une route qui n'avait pas été identifiée comme particulièrement dangereuse. Mais suite à plusieurs accidents récents sur cet axe, j'ai demandé l'installation d'un radar". Il devrait être mis en place d'ici la fin de l'année explique-t-elle. Il flashera dans les deux sens de circulation.

  • 26/09/16 | Chômage: Les chiffres en Nouvelle Aquitaine

    Lire

    302 935 demandeurs sans aucune activité fin août: +0,7 % sur 3 mois: +2 051 personnes, +0,6 % sur un mois et -0,8 % sur un an. France: + 1,0 % sur 3 mois, +1,4 % sur un mois, -0,3 % sur un an. +1,2 % pour les moins de 25 ans (+2,0 % sur un mois et –4,7 % sur un an), +0,4 % pour ceux de 25 à 49 ans (+0,3 % sur un mois et –1,2 % sur un an) et de 1,1 % pour ceux de 50 ans ou plus (+0,5 % sur un mois et +2,5 % sur un an). Au total (ABC) 501 721 demandeurs: + 2,1 % sur un an. Par département: –1,0 % en Creuse et +1,8 % en Charente sur 3 mois et entre –1,1 % dans les Landes et +1,6 % en Charente sur un mois.

  • 26/09/16 | Alain Juppé : "les maires doivent s'efforcer de mieux accueillir les réfugiés"

    Lire

    Avant son conseil municipal, Alain Juppé, a appelé lundi les élus municipaux de tous bords à "faire des efforts" pour mieux accueillir les réfugiés "demandeurs d'asile" en France. Il s'oppose sur cette question, au Front national qui est hostile à tout accueil de réfugiés. M. Juppé a distingué les personnes en situation illégale qui "ont vocation à être reconduites à la frontière" et "les demandeurs d'asile". Pour ces derniers, "il faut évidemment éviter cette forte concentration à Calais".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | Histoire et Mémoire se croisent à la Grande Synagogue de Bordeaux

24/01/2014 | Ouverte au public depuis ce jeudi 23 janvier et ce jusqu'au 31 mars prochain, une exposition invite le public à se souvenir du convoi Bordeaux-Drancy du 12 janvier 1944

Inauguration de l'exposition "Convoi Bordeaux-Drancy du 12 janvier 1944" le 22 janvier 2014 à la Grande Synagogue de Bordeaux

Il y a 70 ans, un convoi de déportation à destination de Drancy partait de Bordeaux, emmenant avec lui 365 personnes dont les deux tiers allaient être assassinées à Auschwitz. Le 12 janvier 1944, ces hommes, ces femmes et ces enfants étaient arrêtés chez eux, à Bordeaux, Libourne ou à Pessac et internés à la Grande Synagogue de Bordeaux avant d'être déportés. Inédite et conçue pour les 70 ans de ce convoi, une exposition sous forme d'installation visuelle organisée par l'Association Culturelle Israélite de la Gironde et réalisée par Carole Lemee, docteur en anthropologie sociale et culturelle, rappelle combien il est nécessaire de se souvenir de ce qui a été.

Pour se souvenir et pour bien se souvenir, il faut savoir, se rendre compte, prendre connaissance de faits historiques avérés et indéniables. Avant le devoir de mémoire, le devoir de savoir. Au moment même où négationnisme et banalisation de la Shoah font irruption dans l'actualité, certains rappels historiques s'imposent et s'exposent. Depuis ce 23 janvier, et ce jusqu'au 31 mars prochain, la Grande Synagogue de Bordeaux se souvient de ce qui s'est passé en son sein il y  a maintenant 70 ans: elle fut le lieu d'internement majoritaire des victimes du convoi Bordeaux-Drancy du 12 janvier 1944. Dans cette exposition sous forme d'installation visuelle, Carole Lemee, docteur en anthropologie sociale et culturelle et donc conceptrice et commissaire de cet évènement, aborde les faits historiques par le prisme du vécu et de la parole des victimes, présentant ainsi des documents d'époque aussi bien institutionnels que familiaux. Pour reprendre les mots de cette dernière, "il s'agit de la première exposition portant spécifiquement sur des processus d'arrestation, d'internement et de déportation opérés à partir de la formation d'un convoi de déportation régional à destination de Drancy, comportant ici 365 victimes dont soixante enfants et adolescents, et des personnes âgées".

Entre 1942 et 1944, 1 600 juifs déportés depuis Bordeaux A l'entrée de la synagogue, des noms par centaines écrits en blanc, les noms de ceux et celles qui, entre 1942 et 1944, ont été déportés depuis Bordeaux parce qu'ils étaient juifs. Cette paroi des noms ouvre l'exposition, une installation visuelle qui se concentre sur le convoi Bordeaux-Drancy du 12 janvier 1944. Dans une démarche anthropologique où les témoignages et les documents historiques se croisent et se répondent, l'objectif majeur du travail de Carole Lemee est de "restituer la diversité des situations qui confère à la Shoah toute son ampleur et sa complexité". Se succèdent alors différents modules, différents panneaux: convois partis de Bordeaux de 1942 à 1944, mise en place des persécutions raciales antijuives à Bordeaux, profanation et dévastation de la synagogue, lieu des arrestations pour le convoi Bordeaux-Drancy du 12 janvier 1944... chacun étant éclairé par les photos et les témoignages de victimes, de survivants, de descendants. Des noms ponctuent alors cette expositions, ceux d'André Torres, de Boris Cyrulnik... ce dernier ayant échappé à la rafle en se cachant dans les toilettes de la synagogue.

"Jamais nous n'oublierons ce qui a été"

Convoi Bordeaux-Drancy du 12 janvier 1944 - Arrestations, internements et déportations, du 23 janvier au 31 mars 2014 à la Grande Synagogue de Bordeaux

Présent pour l'inauguration de cette exposition mercredi 22 janvier, Philippe Madrelle, Président du Conseil Général de la Gironde, a loué une "remarquable exposition" avant de relier son propos à l'actualité de ce début d'année: "il faut toujours se souvenir et ne jamais se laisser aller au déni de l'humain, jamais nous n'oublierons ce qui a été", une promesse renforcée par l'évocation de "Fugue de Mort" de Paul Celan, long poème où le "lait noir de l'aube" martelé par l'homme de lettres roumain ont marqué de manière indélébile la période post-concentrationnaire.
A ses côtés, Arielle Piazza, adjointe au maire de la ville de Bordeaux, Olivier Dugrip, recteur de l'Académie de Bordeaux et Erick Aouizerate, Président de l'Association Culturelle Israélite de la Gironde, se sont ensuite écartés un peu pour laisser passer un vieux monsieur qui avait vingt ans au moment des faits retracés sur les panneaux de la synagogue. Ce vieux monsieur, c'est André Torres, rescapé d'Auschwitz, il faisait parti du convoi du 12 janvier 1944 dont il est aujourd'hui le seul survivant, le seul à pouvoir dire. Ce mercredi 22 janvier, il a suivi la visite inaugurale de l'exposition, semble-t-il un peu gêné lorsqu'il était question de lui et de son parcours. Après les quelques prises de parole où le recueillement et la fraternité étaient invoqués par tous, ce fut à son tour de s'exprimer. Emu, il a remercié Carole Lemee pour son "immense travail" avant de s'excuser de ne pas pouvoir trop parler et de retourner s'asseoir. Le devoir de mémoire c'est aussi ça, se souvenir quand, pour certains, il devient difficile de dire.

Documents institutionnels, archives familiales, témoignages inédits, travail de recherches minutieux... une exposition à voir absolument avant le 31 mars 2014

Convoi Bordeaux-Drancy du 12 janvier 1944 - Arrestations, internements et déportations, du 23 janvier au 31 mars 2014 à la Grande Synagogue de Bordeaux; Entrée libre du lundi au jeudi de 14h à 16h et sur rendez-vous pour groupes et scolaires de 10h à 12h.

Lise Gallitre
Par Lise Gallitre

Crédit Photo : aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
925
Aimé par vous
13 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Cathy | 09/04/2014

Exposition très enrichissante par son approche basée sur des témoignages et des archives institutionnelles et familiales. Elle est prolongée jusqu'au 28 avril. A voir en ces temps politiquement inquiétants.

Spielmann Jean | 25/01/2014

Dieudonné antisémite, hélas, pas une nouveauté ! Depuis des semaines tous les médias nous rebattent les oreilles avec les « spectacles de Dieudonné en suisse comme en France ! Parfois l'histoire bégaie ! Dieudonné antisémite ce n’est pas une nouveauté. Le rédacteur de l'ignoble acte d'accusation publique contre Nicole et Dicker du 9 novembre 1932 à la salle communale de Plainpalais, Géo Oltramare, avait choisi le pseudonyme de Charles Dieudonné, (!), pour haranguer la France depuis la radio la plus puissante d'Europe et relayée par Radio-Vichy en zone sud. Il s’agit des émissions de Radio-Paris, radio des collabos financée et contrôlée par les Allemands. Il commençait ses émissions par « un neutre vous parle, Charles Dieudonné vous parle ! » Géo est arrivé à Paris en juin 40 avec ses amis fascistes dans les fourgons de l'armée d'occupation allemande. Il sera nommé rédacteur puis directeur de « La France au Travail » journal antisémite. La plupart des émissions émises durant cette période par Charles Dieudonnés (Géo) sont aujourd'hui interdites de diffusion en raison de la violence, du racisme, de l'antisémitisme et de la haine exprimées ! À partir de 1942, les émissions antisémites s'intensifient encore, car c'est le moment de la mise en œuvre de la « Solution finale » dont le succès dépend aussi du conditionnement de l'opinion publique. L'émission la plus marquante s'appelle « Les Juifs contre la France » les activités Charles Dieudonné ( Géo) durent jusqu'au 11 août 1944. Après la fin de la guerre, il rejoint la Suisse où il sera arrêté le 21 avril 1945. En novembre 1947, Dieudonné-Oltramare sera condamné en compagnie de Fonjallaz à trois ans de prison par la Cour pénale fédérale pour leurs activités : D'agents stipendiés du gouvernement Allemand et d'exécuteurs dociles de la propagande allemande contre la Suisse. La Cour pénale précise dans sa condamnation le caractère particulièrement haineux des attaques contre la Suisse et la bassesse de caractère manifesté en devenant agent des services allemands d'espionnage. Le 12 janvier 1950, Oltramare sera condamné à mort par contumace par la justice française. Charles Dieudonné, pseudonyme d'Oltramare, fuit alors pour l'Espagne fasciste de Franco, puis en Égypte, ou avec d'autres Nazis en fuite, où il devient speaker à "La voix des Arabes" et poursuivra sa propagande antisémite contre le jeune État d'Israël. jean spielmann

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 32 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !