Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/02/18 : La Rochelle : le dessinateur de presse Plantu sera présent ce lundi dans le cadre de l’exposition itinérante Tous migrants de Cartooning For Peace, dessins pour la paix, installée à la Médiathèque Michel-Crépeau du 19 au 28 février.+ d'info

18/02/18 : La Rochelle : ce 19 fevrier à midi, le public est convié au lancement du voyage de L'Hermione 2018, sur le thème Libres Ensemble de l’Atlantique à la Méditerranée, quai Senac de Meilhan. Le globe de la Francophonie, tout juste restauré, sera dévoilé.

16/02/18 : Samedi, Colère 24 signe son retour sur les routes de Dordogne. Le mouvement organise une opération escargot sur la RN 21 et un défilé dans le centre-ville Périgueux. Le premier rassemblement, le 27 janvier, avait mobilisé près de 600 manifestants.

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

15/02/18 : Armel de la Bourdonnaye, ingénieur général des ponts, des eaux et des forêts, a été nommé recteur de l'Académie de Poitiers hier lors du Conseil des ministres. Diplômé de Polytechnique, il a été à la tête de l'ENPC et de Centrale à Nantes.

15/02/18 : Charente-Maritime: la ville de Jonzac a inauguré hier un nouveau concept de passage piéton réalisé en 3D sur la chaussée. L'illusion d'optique donnant un effet de volume aux bandes blanches doit inciter les automobilistes à ralentir,espère la mairie.

14/02/18 : Les agriculteurs béarnais ne décolèrent pas quant à la réforme des zones défavorisées. Après avoir bloqué l'agglomération paloise jeudi 8 et mardi 13 février, 150 tracteurs mènent de nouveau une large opération escargot ce 14 février.+ d'info

14/02/18 : Dans le cadre du partenariat entre la Région et le Bezirk de Moyenne-Franconie (Land de Bavière Allemagne), 20 entreprises néo-aquitaines de l'agriculture bio participent du 14 au 17 février, au grand salon européen «Biofach» à Nuremberg en Allemagne

14/02/18 : Charente-Maritime : Jean Baptiste Dagréou a été réélu à la présidence de la fédération de l'hôtellerie de plein air du département.

13/02/18 : Réforme des zones défavorisées: la FDESA 64 organisera toute la journée du mardi 13 février, une opération escargot dans l'agglomération paloise. "Un mode d'action qui symbolise la rapidité de réaction de l'Etat", commente le syndicat.

13/02/18 : Un bus GNV -Gaz Naturel pour Véhicule- en expérimentation dans l’Agglo d’Agen. Après le bus électrique en avril 2017, cette nouvelle expérimentation « permet de préparer la transition énergétique et répondre aux enjeux environnementaux.

13/02/18 : Quelle Europe pour la jeunesse ? Tel est le titre du café citoyen qu’organise la Maison de l’Europe de Lot-et-Garonne – CIED, le 15 février à 18h30, au Blue Fox Coffee, rue Montesquieu, à Agen. L’entrée est libre.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/02/18 | Angoulême : le trésor réouvert au public

    Lire

    Le trésor de la cathédrale Saint-Pierre d’Angoulême, protégée au titre des Monuments historiques, fermé depuis novembre suite à des actes de vandalisme, rouvre au public ce mardi 20 février. De gros travaux y ont été réalisés afin de restaurer les lieux et sécuriser le site. Le ministère de la Culture a confié la scénographie du trésor de la cathédrale à l’artiste plasticien Jean-Michel Othoniel. Pour découvrir les plus de 200 objets et sculptures liturgiques datant pour la plupart du XIXe siècle, les visites sont assurées sur réservation du mardi au dimanche par les guides de l’association Via Patrimoine.

  • 16/02/18 | Crédit Agricole d'Aquitaine: des assemblées new look

    Lire

    Le Crédit Agricole d'Aquitaine innove à l'occasion de ces assemblées de caisses locales qui se tiennent cette année du 20 février au 23 mars. A Dax le 24 février, Marmande le 3 mars, Aire sur l'Adour le 10 mars les sociétaires pourront rencontrer des associations locales, des intervenants sur le thème de l'emploi et du digital. En outre, avec le souci de "connecter les jeunes aux valeurs du sociétariat" le Crédit Agricole d'Aquitaine lance une "web-série" "Chaque voix compte" interprétée part 8 jeunes recrutés via un casting Facebook : à découvrir sur @caavalefaire

  • 16/02/18 | En Dordogne, le rapport Spinetta sur l'avenir de la SNCF inquiète

    Lire

    Le rapport sur l’avenir de la SNCF préconise la fin des petites lignes ferroviaires. En Dordogne, toutes les lignes seraient peu ou prou concernées. Périgueux-Agen, Périgueux-Brive sont les plus menacées. Les Périgueux-Limoges et Périgueux-Bordeaux le sont moins, affichant des fréquentations honorables. Le président du Département appelle "les élus à se mobiliser contre un projet qui, s’il devait se concrétiser, contribuerait à aggraver l’isolement de la Dordogne et à détériorer les perspectives de développement."

  • 16/02/18 | Internet: 16 collectivités de la région récompensées

    Lire

    Le 8 février dernier, dans le cadre de la 19ème Cérémonie de remise du label national Territoire, Villes et villages internet, la Nouvelle-Aquitaine a vu 16 de ces collectivités récompensées pour leur action dans des politiques publiques numériques engagées. Six d'entre elles se sont particulièrement illustrées en matière de production de services publics numériques locaux, décrochant les 5 @, la plus haute des récompenses. Il s'agit d'Agen (47), de la communauté de communes de Parthenay-Gâtine (79), de Bassens (33), Bayonne (64), Boé (47) et Mérignac (33).

  • 15/02/18 | La justice manifeste à Bordeaux

    Lire

    Ils étaient plusieurs dizaines à se réunir ce jeudi sur les marches du Palais de Justice : les avocats bordelais ont répondu à l'appel national de mobilisation intersyndicale et interprofessionnelle. Principaux sujets d'inquiétude : la refonte de la carte judiciaire, une suppression des tribunaux d'instance et une numérisation accélérée des procédures, trois priorités semblant se dessiner dans le projet de réforme de la justice du gouvernement Macron. Plusieurs audiences ont été renvoyées en signe de protestation. Un mouvement similaire a eu lieu dans la journée devant les marches du tribunal de Libourne.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Une marée humaine à Pau pour défendre la liberté d’expression

10/01/2015 | Historique. Plus de 30 000 personnes ont participé samedi à la marche silencieuse organisée dans les rues de Pau.

Les premiers pas de l'immense cortège, dans la rue Serviez

On savait qu’il y aurait foule. Cela a été une marée humaine. Plus de 30 000 personnes ont participé samedi à la marche silencieuse organisée dans le centre de Pau à l’appel du maire. Une manière d'exprimer l’horreur qu’inspire l’attentat commis contre Charlie Heddo, mais aussi de défendre l’attachement de tous à la liberté d’expression. Proposée à l’origine aux habitants de l’agglomération, la marche a en fait attiré des habitants venus de tout le Béarn.

Samedi, bien avant le début de la manifestation, la place Clemenceau est déjà noire de monde. « Je suis très étonnée de constater une telle affluence,  impressionnée aussi par cette mobilisation spontanée. C’est très rassurant pour la démocratie» confie une enseignante venue de Capbis-Mifaget. Pour soutenir Charlie Hebdo, elle vient de prendre un abonnement au journal satirique. « Car, quoi que l’on ait pu penser de ce qu’il publiait, il existe un principe fondamental dans notre pays : la possibilité de s’exprimer librement».

Sur la place Clemenceau, un seul drapeau tricolore avec, collé en son centre,

L’amie qui l’accompagne sait, comme tout le monde, que d’autres attentats peuvent survenir. «Ils sont commis par des cellules mouvantes qui passent sous les radars de la police. Il ne faut pas pour autant baisser la garde, et céder à la peur. Ce qui importe, c’est de maintenir une unité nationale, et de refuser les amalgames qui consistent à opposer les communautés entre elles ».

Le choc et la stupeurLe discours est le même partout. Non loin de là, trois jeunes gens reviennent sur « le choc et la tristesse » ressentis lors de l’annonce de l’attentat. « Un acte honteux » lâche l’un d’eux. Là aussi, le refus des amalgames est évoqué. « Je me suis tout de suite dit que cela allait servir de caution à l’extrême-droite »analyse Laure, 27 ans, qui travaille comme conseillère agricole.

Au diable la langue de bois ! A une époque  où l’information circule très vite, partout, tout le temps, la manière dont les médias peuvent être amenés à couvrir un événement suscite également une interrogation. « On donne de l’info toutes les minutes. Ce n’est que de l’audimat. Tout est géré comme la télé-réalité. Pour avoir le scoop, on envoie un flot d'éléments dont on s’aperçoit ensuite qu’ils peuvent être faux. Alors que le principe sur lequel repose le terrorisme, c’est justement de créer le choc et la stupeur. Le meilleur moyen de ne pas s’embarquer dans un tel processus, ce serait de prendre un peu de distance ».

Mathieu, un ouvrier du bâtiment de 37 ans, n’en souligne pas moins le rôle essentiel joué par les journalistes. « C’est la première fois que je me sens blessé à l’échelle de mon pays, que j’ai le sentiment de voir la France être attaquée en tant que telle » dit-il. « Empêcher la presse de faire son travail, c’est comme plonger les gens dans le noir ».

Un cortège interminable, sous le glas de Saint Jacques

Parmi les marcheurs, François Bayrou.

Vers 11h30, sur la place Clemenceau, la foule est devenue énorme. « Merci de bien vouloir quitter le haut du parvis. Car les autorités vont arriver » lance au micro un organisateur maladroit. Des huées et des sifflets lui répondent, façon Charlie Hebdo. Les autorités en question, parmi lesquelles figurent François Bayrou et les élus de l’agglomération, entrent tout simplement dans la foule, au contact des manifestants. Les politiques apprennent vite.

En tête, des lycéens ont été invités à tenir la banderole sur laquelle a été écrit « Nous sommes tous Charlie ». L’immense cortège s’ébranle pour effectuer un parcours sinueux dans le centre-ville, où les cloches de l’église Saint Jacques sonnent le glas. Le défilé est interminable.  Lorsque les premiers manifestants reviennent sur la place Clemenceau, les derniers ne l’ont pas encore quittée. Incroyable. « 35 000 à 40 000 personnes » estime le maire. Plus de 30 000, évalue la Police.

« Une manifestation de citoyens »

Pendant la minute de silence, l'émotion est palpable

A l’heure de la prise de parole, tristesse et indignation sont les premiers mots prononcés par François Bayrou. « Il fallait montrer que l’on ne laisserait pas la liberté d’expression et de pensée être menacée en France » dit-il, après avoir rendu un hommage aux victimes des terroristes.

« Cette marche n’était pas organisée par des partis politiques ou des appareils. C’était une manifestation de citoyens » ajoute l’édile . Avant de rappeler ce qui se joue ici : « ne pas laisser compromettre ce que l’on a de plus précieux et qui nous permet de vivre ensemble. Ne nous divisons pas. Parce que c'est ce qu’ils cherchent : communauté contre communauté, opinion contre opinion. La volonté qui est la nôtre est que nous ne nous laissions pas séparer. Car il se peut que cela ne soit pas fini, que d’autres horreurs, un jour ou l’autre, soient reconduites. Nous devons être comme un métal inaltérable, tous ensemble ».

Une minute de silence est demandée. Puis la Marseillaise est entonnée avant que les manifestants soient invités à rejoindre le buffet solidaire organisé dans le parc Beaumont par les compagnons d’Emmaüs. Des applaudissements éclatent également pour saluer, une fois encore, Charlie Hebdo. « Liberté ! Liberté ! » crie une dame dans la foule.

Un buffet solidaire a été organisé par les compagnons d'Emmaüs

 

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
1750
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
georges | 22/01/2015

"le buffet solidaire organisé dans le parc Beaumont par les compagnons d’Emmaüs."
Non !... C'est le seigneur tout puissant du village Emmaüs qui a récupéré l'événement pour faire un coup de "com", comme d'hab..

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !