aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

29/09/16 : Alain Rousset:"je l'ai demandée depuis longtemps" après l'annonce de M.Valls qu'à compter du 1er janvier 2018, les régions au lieu de la DGF bénéficieront d'une "fraction de TVA dont l’effet dynamique garantira et pérennisera leurs moyens d’actions"

29/09/16 : Alors que les attaques de vautours sur le bétail augmentent dans les Pyrénées-Atlantiques, Bernard Layre, le président de la FDSEA demande que des tirs de prélèvement soient faits sur ces rapaces, "exactement comme c'est le cas ailleurs pour le loup"

27/09/16 : Le Tribunal administratif de Pau a consulté aujourd'hui mardi le premier des deux recours déposé par les opposants à l'intercommunalité unique du Pays basque. Celui-ci concernait l'étude de la validité de l'arrêté du 18 juillet. Jugement rendu lundi.

27/09/16 : Mme Sonia Penela est nommée sous-préfète, directrice de cabinet de la préfète de la Dordogne. Elle succède à Jean-Philippe Aurignac qui occupe désormais le poste de Secrétaire général de la préfecture du Cantal. Elle prendra ses fonctions le 3 octobre.

23/09/16 : Annulation du spectacle « Cabaret New Burlesque » programmé le mardi 11 octobre, au Théâtre Ducourneau, à Agen. Le producteur a déprogrammé la tournée européenne de ces artistes américains. Aucun autre spectacle ne sera programmé en remplacement.

23/09/16 : Elections au tribunal de Commerce d'Agen. 9 candidats en lice. Dépouillement prévu le 5 octobre à 9h30 et éventuellement, en cas de 2ème tour, le 18 octobre à 9h30.

23/09/16 : TEST TOEIC. Spécialisée dans l’enseignement des langues étrangères, la Maison de l’Europe47 à Agen organise une session de test TOEIC le mercredi 12 octobre de 14h à 17h. Plus d'infos au 05.53.66.47.59. Date limite d’inscription : le 26 septembre

22/09/16 : L'abeille et les problèmes auxquels elle est confrontée sont évoqués jusqu'au samedi 24 septembre lors de journées que le village Emmaüs de Pau-Lescar consacre à cet insecte à travers de multiples stands, animations et conférences.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 29/09/16 | Une belle reconnaissance pour les Vignerons de Buzet!

    Lire

    Ils viennent d'obtenir le label Diversité. Un premier pas vers la double certification « égalité & diversité », proposée par la Région Aquitaine et le groupe AFNOR. Cette certification veille à la gestion équitable et impartiale de la richesse humaine, sans discrimination aucune. Les Vignerons de Buzet s'inscrivent là dans un projet pilote pour les PME, porté par la Région Aquitaine. Une démarche expérimentale et innovante qui évoluera au sein de la démarche RSE globale.

  • 27/09/16 | PS Gironde; les six circonscriptions réservées aux femmes

    Lire

    La fédération de la Gironde du PS dans un communiqué annonce qu'il a choisi de reconduire la parité pour la désignation des candidatures aux législatives de juin 2017. Pour ces prochaines échéances "le Parti Socialiste girondin s’inscrit dans cette même dynamique de féminisation de ses candidatures en marquant son souhait de réserver la moitié des circonscriptions girondines soit les 1ère, 2e, 5e, 6e, 8e et 12e circonscriptions. L’ensemble des 12 circonscriptions seront soumises au vote des militants." Cette proposition a été adoptée par 72% des membres du Conseil Fédéral ce 26 septembre.

  • 27/09/16 | Un nouveau radar fixe dans le Bergeracois pour la fin de l'année

    Lire

    Un radar fixe sur la route entre Bergerac et Eymet va être installé. C'est ce qu'a annoncé la préfète de Dordogne, Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc. L'emplacement exact n'a pas été révélé. "Il s'agit d'une route qui n'avait pas été identifiée comme particulièrement dangereuse. Mais suite à plusieurs accidents récents sur cet axe, j'ai demandé l'installation d'un radar". Il devrait être mis en place d'ici la fin de l'année explique-t-elle. Il flashera dans les deux sens de circulation.

  • 26/09/16 | Chômage: Les chiffres en Nouvelle Aquitaine

    Lire

    302 935 demandeurs sans aucune activité fin août: +0,7 % sur 3 mois: +2 051 personnes, +0,6 % sur un mois et -0,8 % sur un an. France: + 1,0 % sur 3 mois, +1,4 % sur un mois, -0,3 % sur un an. +1,2 % pour les moins de 25 ans (+2,0 % sur un mois et –4,7 % sur un an), +0,4 % pour ceux de 25 à 49 ans (+0,3 % sur un mois et –1,2 % sur un an) et de 1,1 % pour ceux de 50 ans ou plus (+0,5 % sur un mois et +2,5 % sur un an). Au total (ABC) 501 721 demandeurs: + 2,1 % sur un an. Par département: –1,0 % en Creuse et +1,8 % en Charente sur 3 mois et entre –1,1 % dans les Landes et +1,6 % en Charente sur un mois.

  • 26/09/16 | Alain Juppé : "les maires doivent s'efforcer de mieux accueillir les réfugiés"

    Lire

    Avant son conseil municipal, Alain Juppé, a appelé lundi les élus municipaux de tous bords à "faire des efforts" pour mieux accueillir les réfugiés "demandeurs d'asile" en France. Il s'oppose sur cette question, au Front national qui est hostile à tout accueil de réfugiés. M. Juppé a distingué les personnes en situation illégale qui "ont vocation à être reconduites à la frontière" et "les demandeurs d'asile". Pour ces derniers, "il faut évidemment éviter cette forte concentration à Calais".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | Une marée humaine à Pau pour défendre la liberté d’expression

10/01/2015 | Historique. Plus de 30 000 personnes ont participé samedi à la marche silencieuse organisée dans les rues de Pau.

Les premiers pas de l'immense cortège, dans la rue Serviez

On savait qu’il y aurait foule. Cela a été une marée humaine. Plus de 30 000 personnes ont participé samedi à la marche silencieuse organisée dans le centre de Pau à l’appel du maire. Une manière d'exprimer l’horreur qu’inspire l’attentat commis contre Charlie Heddo, mais aussi de défendre l’attachement de tous à la liberté d’expression. Proposée à l’origine aux habitants de l’agglomération, la marche a en fait attiré des habitants venus de tout le Béarn.

Samedi, bien avant le début de la manifestation, la place Clemenceau est déjà noire de monde. « Je suis très étonnée de constater une telle affluence,  impressionnée aussi par cette mobilisation spontanée. C’est très rassurant pour la démocratie» confie une enseignante venue de Capbis-Mifaget. Pour soutenir Charlie Hebdo, elle vient de prendre un abonnement au journal satirique. « Car, quoi que l’on ait pu penser de ce qu’il publiait, il existe un principe fondamental dans notre pays : la possibilité de s’exprimer librement».

Sur la place Clemenceau, un seul drapeau tricolore avec, collé en son centre,

L’amie qui l’accompagne sait, comme tout le monde, que d’autres attentats peuvent survenir. «Ils sont commis par des cellules mouvantes qui passent sous les radars de la police. Il ne faut pas pour autant baisser la garde, et céder à la peur. Ce qui importe, c’est de maintenir une unité nationale, et de refuser les amalgames qui consistent à opposer les communautés entre elles ».

Le choc et la stupeurLe discours est le même partout. Non loin de là, trois jeunes gens reviennent sur « le choc et la tristesse » ressentis lors de l’annonce de l’attentat. « Un acte honteux » lâche l’un d’eux. Là aussi, le refus des amalgames est évoqué. « Je me suis tout de suite dit que cela allait servir de caution à l’extrême-droite »analyse Laure, 27 ans, qui travaille comme conseillère agricole.

Au diable la langue de bois ! A une époque  où l’information circule très vite, partout, tout le temps, la manière dont les médias peuvent être amenés à couvrir un événement suscite également une interrogation. « On donne de l’info toutes les minutes. Ce n’est que de l’audimat. Tout est géré comme la télé-réalité. Pour avoir le scoop, on envoie un flot d'éléments dont on s’aperçoit ensuite qu’ils peuvent être faux. Alors que le principe sur lequel repose le terrorisme, c’est justement de créer le choc et la stupeur. Le meilleur moyen de ne pas s’embarquer dans un tel processus, ce serait de prendre un peu de distance ».

Mathieu, un ouvrier du bâtiment de 37 ans, n’en souligne pas moins le rôle essentiel joué par les journalistes. « C’est la première fois que je me sens blessé à l’échelle de mon pays, que j’ai le sentiment de voir la France être attaquée en tant que telle » dit-il. « Empêcher la presse de faire son travail, c’est comme plonger les gens dans le noir ».

Un cortège interminable, sous le glas de Saint Jacques

Parmi les marcheurs, François Bayrou.

Vers 11h30, sur la place Clemenceau, la foule est devenue énorme. « Merci de bien vouloir quitter le haut du parvis. Car les autorités vont arriver » lance au micro un organisateur maladroit. Des huées et des sifflets lui répondent, façon Charlie Hebdo. Les autorités en question, parmi lesquelles figurent François Bayrou et les élus de l’agglomération, entrent tout simplement dans la foule, au contact des manifestants. Les politiques apprennent vite.

En tête, des lycéens ont été invités à tenir la banderole sur laquelle a été écrit « Nous sommes tous Charlie ». L’immense cortège s’ébranle pour effectuer un parcours sinueux dans le centre-ville, où les cloches de l’église Saint Jacques sonnent le glas. Le défilé est interminable.  Lorsque les premiers manifestants reviennent sur la place Clemenceau, les derniers ne l’ont pas encore quittée. Incroyable. « 35 000 à 40 000 personnes » estime le maire. Plus de 30 000, évalue la Police.

« Une manifestation de citoyens »

Pendant la minute de silence, l'émotion est palpable

A l’heure de la prise de parole, tristesse et indignation sont les premiers mots prononcés par François Bayrou. « Il fallait montrer que l’on ne laisserait pas la liberté d’expression et de pensée être menacée en France » dit-il, après avoir rendu un hommage aux victimes des terroristes.

« Cette marche n’était pas organisée par des partis politiques ou des appareils. C’était une manifestation de citoyens » ajoute l’édile . Avant de rappeler ce qui se joue ici : « ne pas laisser compromettre ce que l’on a de plus précieux et qui nous permet de vivre ensemble. Ne nous divisons pas. Parce que c'est ce qu’ils cherchent : communauté contre communauté, opinion contre opinion. La volonté qui est la nôtre est que nous ne nous laissions pas séparer. Car il se peut que cela ne soit pas fini, que d’autres horreurs, un jour ou l’autre, soient reconduites. Nous devons être comme un métal inaltérable, tous ensemble ».

Une minute de silence est demandée. Puis la Marseillaise est entonnée avant que les manifestants soient invités à rejoindre le buffet solidaire organisé dans le parc Beaumont par les compagnons d’Emmaüs. Des applaudissements éclatent également pour saluer, une fois encore, Charlie Hebdo. « Liberté ! Liberté ! » crie une dame dans la foule.

Un buffet solidaire a été organisé par les compagnons d'Emmaüs

 

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
820
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
georges | 22/01/2015

"le buffet solidaire organisé dans le parc Beaumont par les compagnons d’Emmaüs." Non !... C'est le seigneur tout puissant du village Emmaüs qui a récupéré l'événement pour faire un coup de "com", comme d'hab..

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 31 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !