Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/06/18 : Ce 19 juin, l’état de catastrophe naturelle, a été reconnu pour les communes de Salies-de-Béarn et des Eaux-Bonnes (Gourette) pour les inondations des 12 et 13 juin 2018. Les autres demandes seront examinées le 3 juillet prochain.

19/06/18 : La Rochelle : Raphaël Glucksmann, Directeur du Nouveau magazine littéraire, sera au Musée maritime samedi 23 juin à 14h30 pour une rencontre avec le public sur le thème des relations entre océan et climat et les impacts du changement climatique.

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

Arte Flamenco 2018 - du 2 au 7 juillet - Mont de Marsan
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 20/06/18 | Marché et pique-nique de producteurs à Lormont

    Lire

    Dimanche 24 juin de 10h à 17h les producteurs du Drive Fermier Gironde organisent leur 2ème marché au Château de Valmont: vente directe de produits fermiers locaux, restauration dans un esprit pique-nique, baptêmes de poneys (10h-12h) et animaux de la ferme (14h-16h)! Au menu : canard ou burgers de la Ferme Gauvry, assiettes de légumes et samoussas du Jardin des Demoiselles, salades de pâtes et sandwiches de la Ferme de Fontaud, pâtisseries de la Ferme de Martineaux, cerises et jus de fruits des Coteaux des Fargues, bières et limonades de la Brasserie Saint-Léon et les vins du Château Marceaux.

  • 20/06/18 | Un nouveau topoguide de randonnée pour la Charente-Maritime

    Lire

    Charente Maritime Tourisme vient d'éditer une nouvelle version de son topoguide de randonnée. Avec la Fédération française de randonnée, elle a sélectionné 37 chemins les plus emblématiques du département, sur les 350 circuits existants (soit 3500 km balisés). Le territoire est notamment traversé par 5 itinéraires de Grandes Randonnées (GR), les GR36, 360, 4 et 655, ce dernier étant une chemin de Compostelle. Le GR8, de l'Estonie au Portugal, y sera bientôt prolongé.

  • 20/06/18 | Pyrénées-Atlantiques: des mesures pour les agriculteurs sinistrés

    Lire

    Suite aux intempéries dans les Pyrénées-Atlantiques, plusieurs mesures sont mises en œuvre à destination des agriculteurs: ouverture des démarches de reconnaissance de calamité agricole et catastrophe naturelle, numéro vert pour permettre aux agriculteurs en grande difficulté de se faire connaître (0 800 620 069), évaluation des sinistres auprès des 7 500 éleveurs du département et des organismes de défense des signes officiels de qualité, ou encore organisation de missions d’enquête pour établir et reconnaître les sinistres. Infos : www.pa.chambagri.fr

  • 19/06/18 | Thalys : de nouvelles lignes au départ de Bordeaux

    Lire

    C'est la compagnie ferroviaire Thalys qui l'a annoncé directement ce mardi 19 juin : un aller-retour par semaine, sans arrêt, entre Bordeaux et Bruxelles tous les samedi sera proposé à partir du mois de juin 2019. Deux autres allers-retours quotidiens ont aussi été annoncés à des échéances plus courtes. À compter d'avril 2019, vous pourrez donc voyager en Thalys au départ de Bordeaux vers Amsterdam, Rotterdam, Anvers, Bruxelles, Roissy et Marne-la-Vallée. Enfin, Thalys a annoncer la révision de ses 26 rames à horizon 2022.

  • 19/06/18 | L'hôtel de ville de La Rochelle renaît de ses cendres

    Lire

    Cinq ans après l'incendie qui l'a ravagé, l'hôtel de ville retrouve ses couleurs. Sa toute nouvelle toiture, couverte d'une bâche, sera découverte devant le grand public de 13h à 17h, le jeudi 21 juin. Plusieurs animations musicales sont prévues durant l'opération, dont 70 coquelicots géants et chantants dès la place de la Caille. Une fois le toit de l’Hôtel de Ville et ses ardoises visibles, resteront les arceaux métalliques du chapiteau qui seront retirés jusqu’au 15 août.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Une seconde journée des Tribunes de la Presse tournée vers l'étranger...

12/10/2012 | Avec des intervenants de qualité venus parler de la presse bâillonnée dans leurs pays et du rôle des journalistes dans les conflits, cette journée-marathon fut dense en informations.

Débat autour des journalistes et du choix des mots.

Ce jeudi 12 octobre, se tenait à Arcachon la seconde journée des Tribunes de la Presse. Ce grand rendez-vous des médias et communicants s'étalent en effet en trois journées consécutives, ayant pour thème "La démocratie à reconquérir". Si la première jetait plutôt un œil franc sur la situation européenne, celle-ci préférait tourner son regard vers l'extérieur, vers des pays étrangers menés d'une main de fer par des pouvoirs autoritaires, dans un contexte où la presse se sent parfois bâillonnée. Aqui.fr y était et vous propose un compte-rendu de ces débats riches en anecdotes et idées brillantes.

"On ne sait pas tout ce qui se passe en Corée du Nord"

Le paradis des Kim sous l'oeil des médias

Cet aveu de Juliette Morillot, historienne et écrivaine, résonne de manière très honnête dans la bouche de celle qui défend sur l'estrade ce pays qu'elle a appris à aimer. D'ailleurs, à propos des larmes de foules entières versées à la mort de Kim Jong-Il et que beaucoup de médias jugeaient "forcés", elle nie cette idée : "Non, elles étaient sincères, mais dans un contexte d'endoctrinement", d'un sentiment nationaliste extrêmement fort, incarné par ce dirigeant.
Quant à au nouveau venu au pouvoir, Kim Jong-Un, "il est livré en pâture aux regards des occidentaux", selon Philippe Chancel. Ce même photoreporter qui, même s'il avait pu pénétrer clandestinement dans les pays du bloc de l'Est, ne pouvait entrer en Corée du Nord que par la voie officielle, en disant aux autorités : "il n'existe pas d'images sur votre pays, c'est le moment d'inviter un photographe, de lui faire confiance".
Cependant, si Juliette Morillot cite l'arrivée du Gangnam Style aux oreilles des habitants de Pyongyang pour évoquer l'une des graines du changement dans le pays, Marc Epstein, chef du service Monde à L'Express, parle de petites évolutions anecdotiques, comme celle de l'apparition du personnage de Mickey.

"La seule position acceptable de l'UE sur la Biélorussie"La remise ce jour du Prix Nobel de la Paix à l'Union européenne a provoqué quelques réflexions aux invités de ce second débat. Elle a été une surprise pour Andrei Aliaksandrau, journaliste en charge de la Biélorussie à Index on Censorship, et cela doit être le signal qu'elle doit vraiment devenir une union. Cependant, "ce que nous attendons, en tant que ses habitants, c'est la définition d'une stratégie à l'égard de la Biélorussie". Pour Andreï Dmitriev, vice-président du mouvement citoyen "Dis la vérité", "la seule position acceptable de l'UE serait d'avoir une position ferme face à Loukachenko, avec comme première décision la libération des prisonniers politiques".

Biélorussie, une dictature au coeur de l'Europe

Pour autant, son mouvement n'a pas boycotté les élections. Celui qui reconnaît qu'elles étaient truquées ("depuis Minsk, on dispatche le décompte qui doit être donné dans chaque bureau") déclare en effet que, malgré les débats au sein de l'opposition, "nous avons décidé que l'occasion d'établir un contact avec ces gens qui vivent dans une totale isolation en tenant un bureau de campagne, était plus important".

"Le choix des mots est un combat"
Cette phrase de Chen Yan, historien et journaliste, fondateur du Forum Chine-Europe, résonne avec d'autant plus de puissance dans l'auditorium qu'il est venu ici pour parler de la situation médiatique en Chine. Pour lui, "des journalistes risquent leur profession, leur vie, pour pouvoir mettre un mot, obligés de penser 'est-ce que c'est publiable ?', voir les critères politiques qui pourraient être tolérés ou non par le régime politique".
François-Xavier Freland, correspondant de RFI au Vénézuela, rend compte de la dernière élection : "on a vu une élection présidentielle se dérouler la semaine dernière, avec un fort taux de participation, avec un système électronique à priori fiable" ; nuançant cette fausse impression de liberté de parole des médias là-bas : "les journalistes, on ne leur interdit pas de parler, mais on les censure".
Au Maroc, "la torture est devenue systémique, établie constitutionnellement" selon Jamaï Aboubakr. Pour ce fondateur de l'hebdomadaire Le Journal, "les gens n'aiment pas se sentir forcés à avoir une opinion",  "le lectorat veut être convaincu, avec une enquête des faits, et c'est avec ça qu'on finit par gagner la partie".

"C'est un acte politique de nommer quelqu'un victime ou non"La question du statut des victimes a été un grand pan de ce débat intitulé "Des journalistes sous influence ? Les victimes ont-elles forcément raison ?", auquel participait donc Donatella Rovera, conseillère d'Amnesty International pour les situations de crise. En effet, pour Olivia Rutazibwa, chercheuse au Centre d'études européennes à l'Université de Gand et journaliste au mensuel belge MO Magazine, et originaire du Rwanda, "on présente rarement l'Afrique autrement qu'à travers la lentille victime, toujours comme si elle avait besoin d'aide". Un problème de confiance dans les victimes, de leurs statuts, civils ou non, qui divise les intervenants et les spectateurs, et qui revient à la définition du rôle de journaliste.
Pour Samira Aïta, rédacteur en chef des éditions arabes du Monde diplomatiques, déclare ainsi : "on se dit on a le droit d'informer, mais on a aussi l'abnégation de s'attacher à quelques valeurs". Et Olivia Rutazibwa avouant que "la responsabilité du journaliste, c'est de faire comprendre ce qui se passe", donc il est important "de faire parler le bourreau, un acteur du conflit".

"Nous n'avons pas le droit de ne pas savoir"C'est une anecdote d"Hajer Ben Ajroudi, journaliste à l'hebdomadaire tunisien Le Maghreb, qui a beaucoup retenu l'attention du public : frustrée de ne pouvoir s'exprimer dans la presse, "on descendait dans la foule, sachant que, même sans pouvoir couvrir ça, on sera amené à témoigner, donc nous n'avions pas le droit de ne pas savoir".
Ce partage de sensations était encore plus prenant avec la présence de Jean-Christophe Klotz, journaliste et cinéaste, réalisateur du film "Lignes de Front". Celui qui faisait son premier reportage sur le Rwanda en se disant "si on ne fait rien, tous ces gens vont mourir" a subi un grand choc en se rendant compte que la présence de la presse ne pouvait influer : "c'est quelque chose qui s'est brisé pour moi : si des témoins, de la presse étrangère, ne suffisent pas à arrêter le génocide, alors à quoi ça sert ?". Une rupture intérieure dont le héros de son film, diffusé dans la soirée, n'a pas su guérir.

 

Rendez-vous du samedi 13 octobre : à 10h, "Retour à la démocratie : le poids des années noires" ; à 11h30, "Les médias, dictature d'une élite ?" et à 14h30 "Vivons-nous en démocratie ?".

Laura Jarry
Par Laura Jarry

Crédit Photo : Aqui.fr - Tous droits réservés.

Partager sur Facebook
Vu par vous
436
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Andrei Aliaksandrau | 15/10/2012

Can you please change the mistake in the name of the organisation I represent? It is Index ON Censorship, not Index for Censorship?

Webmestre | 15/10/2012

I have just do it. Sorry for this mistake !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !