18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | L'Université Hommes-Entreprises du CECA en quête de sens

27/08/2014 | Ces 27 et 28 août, les participants à l'Université du CECA s'interrogent, quel sens à une économie sans croissance?

Château Smith Haut Lafitte où se déroule l'Université Hommes Entreprise du CECA

D'année en année l'université Hommes-Entreprises du CECA qui propose, dans le cadre idyllique du Château Smith Haut Lafitte de réfléchir à la place de l'humain dans le monde de l'entreprise, ne désemplit pas. Cette année, pour son 20ème anniversaire, c'est autour de la thématique «Sens et croissance», que les dix intervenants, qu'ils soient économistes, philosophes, théologiens, sociologues, psychiatres ou bien artistes (dont la cantatrice Barbara Hendricks) sont invités à réfléchir et faire réfléchir les quelques 500 participants à la manifestation. Deux jours désormais devenus incontournables dans l'agenda de la rentrée de nombreux acteurs girondins et aquitains et dont le cru 2014, au regard des intervenants de la première matinée, semble déjà placer haut le niveau des réflexions et analyses à venir.

Une des clés du succès toujours renouvelé de l'Université du CECA, outre son thème central de la relation Hommes-Entreprises, est sans aucun doute la qualité jamais démentie des intervenants qui y sont programmés. Entre analyses riches et pointues, et souci de compréhension et de clarté pour l'auditoire. Des interventions complexes mais didactiques souvent pleines de punch, d'humour et d'énergie, facilitant le cheminement de la pensée et de la réflexion. Les deux premiers intervenants de l'Université 2014 du CECA, Marc Halévy, physicien spécialiste de la prospective économique et Samuel Rouvillois, « Frère Samuel », Philosophe, théologien et religieux de la congrégation des Frères de Saint-Jean sont bien de ceux-là.
Et leurs deux interventions, en ouverture du colloque, ont ainsi clairement posé les grandes lignes du questionnement ouvert par le thème de la journée, «Sens et croissance». Une question d'actualité si l'en est à l'heure où nos politiques, pour l'essentiel, ne jurent que par une croissance pour l'heure perdue, érigée en véritable Graal de la réussite de nos entreprises et au final de nos vies. De là à en déduire que la croissance donne un sens à nos vies, le pas est semble-t-il petit. Pourtant la course à la croissance est bel et bien enrayée, comment alors réconcilier (et est-ce possible?) logique économique et recherche de sens?
A cette question Marc Halévy, répond en quelques sorte, que la vérité est ailleurs. Elle n'est pas en tout cas dans le modèle socio-économique capitalistique et centralisé bien connu de l'Occident ces derniers siècles, pour la bonne raison que selon lui, ce modèle touche à sa fin. Preuve en est l'ensemble des ruptures ou crises qu'il analyse. Parmi elles, les crises liées à la disponibilité des ressources, la rupture technologique avec le passage du mécanique au numérique, la complexification des organisations, la remise en cause des logiques économiques «classiques» telles les économies d'échelle, le taylorisme, etc... Autant de «graves turbulences» qui pour lui caractérisent une période de «bifurcation» vers un nouveau cycle et de nouveaux paradigmes. Rien de nouveau assure-t-il, l'humanité connaît de telles évolutions tous les 550 environs. «A l'invasion des cités grecques a succédé la chute de l'Empire romain, puis la mutation féodale, la Renaissance et désormais ces fameuses ruptures, ouverture d'un nouveau cycle, non encore stabilisé».

"Un monde à réinventer"S'il ne peut le décrire encore, la meilleure manière d'aborder ce nouveau modèle global est d'abord selon lui, d'apaiser les turbulences en cherchant à répondre à ces ruptures. Face à la pénurie de ressources, «passons à la frugalité, consommer moins mais mieux» propose -t-il. Sur la transition technologique entre mécanique et numérique, il préconise «l'intellectualité», «restons maîtres de nos pensées», sur les organisations, veillons à «l'organicité», «plutôt qu'à la sclérose». Enfin sur le constat d'un basculement du paradigme de «progrès» et à celui de «bien-vivre», Marc Halévy prône une place sauvegardée à la spiritualité («et non forcément religion»), «pour ne pas tomber dans la barbarie», et justement «donner du sens à l'ensemble».
Au total, «un monde à réinventer» selon l'intervenant, mais prévient-il, si l'objectif est enthousiasmant, «la solution ne viendra pas des institutions en place», véritables porte-voix du cycle qui s'achève. C'est bien plutôt d'un mouvement de «bottom up», résultat de l'agrégation des solutions locales voire individuelles, que l'impulsion du basculement doit venir souligne-t-il.
Pour Frère Samuel, les entreprises sont justement au cœur de tout ça; elles sont à la fois «un collaborateur du système encore en place et en même temps un lieu de résistance» préparant l'arrivée du prochain cycle. Une évolution qui dans l'entreprise selon lui n'est pas si nouvelle. «Depuis les année 90, les entreprises s'efforcent d'intégrer les personnes dans le projet d'entreprises, explique-t-il, mais désormais c'est une phase nouvelle qui doit se jouer, il faut en venir à la singularité des personnes pour humaniser l'entreprise». Autrement dit, mettre l'humain comme priorité en respectant «le rythme et l'écologie de la personne», lui faire confiance et encourager les alliances interpersonnelles notamment intergénérationnelles pour donner sens au développement et au projet de la structure.

Et Barbara Hendricks chanta

 Barbara Hendricks dédicacant son livre

L'humain justement... Qui mieux que Barbara Hendricks pour en parler et faire vibrer une assistance conquise? L'immense cantatrice, ambassadrice à vie du Haut Commissariat des Nations Unies aux Réfugiés, a évoqué avec la complicité de Christophe de la Chaise un parcours de vie «peuplé d'anges» et que rien sauf la rencontre, à vingt ans, avec Jennie Tourel à la Julliard School de New York, n'aurait détourné de ses études de mathématiques et de chimie. Une rencontre décisive pour la petite fille de Stephens dans l'Arkansas qui ne connaissait du chant que les cantiques dans l'église méthodiste dont le père était pasteur, une enfant noire qui avait du mal, déjà, à comprendre et accepter ce que pouvait être la ségrégation en 1955 dans un état du sud des Etats-Unis. Du combat qu'elle mène depuis la Suède sa seconde patrie, elle parle avec les mots de la passion pour le genre humain, celle qu'elle met, ces temps-ci, à accompagner le HCR auprès des quelques 700.000 apatrides de Côte d'Ivoire....En manière de réponse à une dernière question qui lui était posée Barbara Hendricks accepta de façon inattendue de chanter ; elle offrît alors aux participants de l'Université un «I'll be free» si émouvant qu'il déchaîna une standing ovation dont tous se souviendront. Et ceci avant de se prêter de bonne grâce à l'invitation de la Machine à Lire à la signature de «Ma Voie», son livre publié aux Editions les Arènes en 2010.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
900
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !