18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | Université Hommes-Entreprises et Pierre-Yves Gomez à la recherche du travail perdu

29/08/2014 | Pour l'économiste Pierre-Yves Gomez, le concept de travail a disparu du monde économique. Or selon lui, ce n'est qu'en le rendant de nouveau visible qu'une sortie de crise est envisageable.

Université Homes-Entreprises 2014: Pierre-Yves Gomez, économiste, à la tribune

Pour Pierre-Yves Gomez intervenant en cette deuxième journée de l'Université du CECA, l'émergence de l'entreprise au XVIIIème siècle est «un fait historique majeur». «Les entreprises désormais structurent la vie économique et politique de la société», et pour preuve, selon lui, c'est aux entreprises ou plus exactement à la financiarisation des entreprises que l'on doit le début de la crise en 2008. Mais, tout comme les entreprises ont été un facteur déclenchant de cette crise, c'est des même que viendra la sortie de crise, argumente l'économiste. A une condition: remettre le concept de travail, et avec lui les travailleurs, au cœur de l'entreprise en lieu et place de l'obsession de la performance financière.

Pour l'économiste, également Directeur de l'Institut Français de Gouvernement des Entreprises, ce qu'il désigne comme la «financiarisation des entreprises» est le résultat indirect de la belle ambition d'après-guerre de garantir à chacun un revenu aux plus faiblew et aux plus âgés, déconnectant du même coup travail et revenu. Concrètement le phénomène de la financiarisation des entreprises va se mettre en œuvre aux USA en 1975, avant de s'étendre au reste du monde, avec le vote d'une loi qui autorise la gestion de la rente des retraites par des fonds de pension placés sur les marchés boursiers. Les fonds qui gèrent cette épargne ont ainsi acheté des actions aux entreprises leur promettant du rendement. Des promesses de rendement qui ont été de plus en plus importantes afin qu'elles même puissent continuer à capter les capitaux des fonds de pension leur permettant, pour les plus fortes d'entre elles, d'acheter d'autres entreprises, de développer l'innovation ou encore d'assurer leur croissance à l'international.

Le culte du "reporting"Mais «ces promesses continues de profit ont eu pour conséquence une nécessaire modification des modèles de fonctionnement internes des entreprises», explique Pierre-Yves Gomez. Elles ont en effet, de plus en plus intégré des outils de mesures et de «reporting» en interne pour garantir un profit maximum à toutes les étapes de la production à leurs actionnaires. Une performance financière et un culte du «reporting» qui a eu pour résultat que l' «on s'est mis à gouverner les entreprises par écrans», isolant les collaborateurs les uns des autres au seul «service du résultats financiers promis aux actionnaires». Bref, dans l'entreprise elle-même le travail disparaît aux yeux des dirigeants, cadres et managers, puisqu'alors seul compte la performance et le rendement.
Un système qui vacille à partir de 2005 date à laquelle l'économie atteint son seuil de productivité maximale: les taux de croissance annoncés ne correspondent plus, et de moins en moins, au taux de croissance réelle engendrant alors la perte de la confiance des actionnaires et en conséquence la crise de 2008.

Rendre visibles les travailleursPour Pierre-Yves Gomez, c'est donc bien «la disparition du travail» dans l'entreprise qui est la cause de cette crise. Pour envisager une sortie de crise, il faut donc selon lui saisir l'opportunité «d'un nouveau système qui valorise le travail autrement que par le seul prisme de la performance». Il faut remettre le concept de travail au cœur de l'entreprise, et, sans pour autant perdre de vue la notion de performance, le rendre visible dans ses dimensions subjective et collective. Autrement dit rendre la reconnaissance de son travail au travailleur tout en lui permettant de le mettre en situation de co-responsabilité et de solidarité avec les autres collaborateurs de l'entreprise.
Rendre visible le travail, c'est donc d'abord «rendre visibles les travailleurs», recentrer les managers sur leurs équipes et non sur des chiffres, et rapprocher le centre de décision du lieu de la création de la valeur. Une entreprise au total «plus humaine», une résolution de sens pour démarrer un nouveau cycle économique.

Lire sur Aqui! : L'Université Hommes-Entreprises du CECA en quête de sens

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
942
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !