Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

26/02/21 : Faute de salon de l'agriculture cette année, la confédération paysanne organise du 27 février au 7 mars des fermes ouvertes pour faire découvrir l'agriculture paysanne.Liste des agriculteurs sur www.confederationpaysanne.fr/mobilisations.php?id=11079

24/02/21 : Charente-Maritime : selon un arrêté ministériel du 19/02 publié au Journal Officiel du 24/02, les communes reconnues en état de catastrophe naturelle en inondations et coulées de boue du 3 février 2021 au 9 février 2021 sont Crazannes et Le Mung.

23/02/21 : La ministre, Frédérique Vidal, en déplacement à Poitiers ce 23 février, a annoncé, devant une cinquantaine d'étudiants, la gratuité des protections périodiques dès la rentrée prochaine. 1 500 distributeurs devraient être installés sur les campus.

23/02/21 : Laurence Harribey, sénatrice de la Gironde, a été nommée par le Président du Sénat pour représenter la Chambre haute au conseil d'administration de l'Agence Nationale du Sport.

23/02/21 : L’ancien maire de Bayonne, Jean Grenet, est décédé ce mardi 23 février, à l'âge de 81 ans. Celui qui a également exercé les mandats d'élu départemental, régional et de député, a dirigé la ville, à la suite de son père Henri Grenet, de 1995 à 2014.

23/02/21 : La ministre Frédérique Vidal est à Poitiers ce 23 février pour rencontrer l'Association Fédérative des Étudiants de Poitiers. Début février, elle avait reçu 72 courriers d'étudiants poitevins qui l'interpelaient sur leurs difficultés au quotidien

19/02/21 : COVID 19 - Depuis 2 semaines, les indicateurs de surveillance du Sars-CoV-2 affichent une baisse significative dans tous les départements de Nouvelle-Aquitaine. Le taux d'incidence est de 113,3/100 000 et le taux de positivité à 4,2%.

19/02/21 : COVID 19 - Les dernières données sur l’évolution des nouveaux variants montrent une diffusion généralisée du variant anglais dans tous les départements de la région. Les variants sud-africain et brésilien sont aussi présents mais dans une moindre mesure

19/02/21 : COVID 19 - Le nombre de nouvelles hospitalisations est en baisse avec près d’une centaine d’hospitalisations et une vingtaine d’admissions en réanimation en moins par rapport à la semaine dernière. Néanmoins, l'activité hospitalière liée au COVID-19.

18/02/21 : A Libourne, le conseiller municipal d'opposition Charles Pouvreau a annoncé sa démission. Dans un communiqué, l'ancien élu raconte avoir fait face à des « menaces et insultes » répétées et choisit donc de se mettre en retrait de la politique libournaise.

17/02/21 : Charente-Maritime : ce jeudi, une intervention dans le cadre des travaux de réparation du pont de la Laisse, situé sur la RD9 à Charron entraînera une fermeture à la circulation entre la RD137 en Vendée et la RN11 en Charente-Maritime, de 9h à 16h.

15/02/21 : La Rochelle : Lutte ouvrière organise une journée à la rencontre mercredi 17 février, de 10h30 à 12h30 puis de 16h à 18h sur le vieux port (cours des Dames) où une structure sera montée, ainsi que dans les rues piétonnes du centre-ville.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 02/03/21 | Un tiers-lieu hybride en Charente-Maritime

    Lire

    Lors de sa dernière commission permanente, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de soutenir le syndicat mixte Cyclad à Surgères en Charente-Maritime à hauteur de 60 000 euros pour la création d’un tiers-lieu hybride. Ce tiers-lieu a pour objectif de développer les nouvelles formes de travail, de créer des ateliers partagés et d’accompagner la création de nouvelles activités. Sur 1 200 m², le lieu comprendra notamment un atelier bois destiné au prototypage et à la réalisation d’ateliers

  • 02/03/21 | Le 1 000e agent vacciné au Centre hospitalier de la Côte basque

    Lire

    Le 1 000e agent du Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne a été vacciné contre le Covid en début de semaine. Un médecin réanimateur qui est en première ligne face à la prise en charge des patients les plus atteints par cette maladie. La campagne avait débuté le 6 janvier avec le vaccin Pfizer pour les agents de plus de 50 ans, ou présentant un risque accru. Un rythme que l'introduction, le 7 février, du vaccin AstraZeneka a accéléré. A ce jour, en moins de deux mois, au moins un tiers de l'effectif de l'hôpital basque aura reçu une première injection.

  • 25/02/21 | Une nouvelle gamme de produits bio et sans sucres dans le Pays Basque

    Lire

    A Bardos (64), Elikatxo produit, transforme et commercialise des jus de fruits et des soupes. Afin d’élargir sa gamme de produits bio et sans sucres, l’entreprise doit créer une ligne de production automatisée. Pour aider la société dans cet investissement, la Région Nouvelle-Aquitaine a alloué une subvention de 30 270 euros lors de sa dernière commission permanente.

  • 25/02/21 | Mimizan va accueillir un tiers-lieu

    Lire

    Mimizan, territoire assez isolé en dehors de l’été, a décidé de créer un tiers-lieu, au travers de l’association « Lily dans les étoiles », pour permettre aux habitants de se rencontrer, d’échanger, de travailler mais aussi pour favoriser le lien social. Cette association, constituée d’une quarantaine de professionnels locaux issus de secteurs divers, souhaite avec ce tiers-lieu créer un pont entre le dynamisme économique de la saison estivale et l’activité des résidents à l’année. La Région Nouvelle-Aquitaine soutient ce projet à hauteur de 60 000 euros.

  • 25/02/21 | Dordogne : Rubi Cuir forme tous ses salariés

    Lire

    A Boulazac, Rubi Cuir fabrique des pièces de maroquinerie pour le secteur du luxe. Afin d’acculturer les salariés à ces savoir-faire particuliers, l’entreprise a mis en place un parcours de formation interne afin de professionnaliser rapidement les nouveaux salariés. Les enjeux de développement de l’entreprise portent aussi vers une professionnalisation des formateurs. Pour les aider à cela, la Région Nouvelle-Aquitaine a alloué à l’entreprise une aide de 67 708 euros.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Université de Pau et des Pays de l'Adour : A 50 ans, l'Université continue à viser l'excellence

02/10/2019 | Mohamed Amara effectue sa dernière rentrée en tant que Président de l'UPPA. En mars, il passera le relais à une nouvelle équipe avec un défi: la pérennisation du label Université d'excellence

Pierre Chabasse, Directeur général des Services, Mohamed Amara, Président de l'UPPA, Gilles Pijaudier-Cabot, Directeur exécutif E2S-UPPA, Frédéric Tesson, vice-président Formation et Vie étudiante

Alors que l'Université de Pau et des Pays de l'Adour s'apprête à souffler son demi-siècle en 2020, ce sont en cette rentrée, des effectifs toujours à la hausse qu'annonce l'équipe dirigeante. Entre 500 et 600 étudiants supplémentaires sont en effet attendus sur les bancs de cette Université multi-site qui au-delà de Pau déploie ses formations sur Tarbes, Mont-de-Marsan et la côte basque. 2020 sera décidément une année importante puisque c'est en mars qu'aura lieu l'élection du nouveau Président ; Mohamed Amara ne pouvant pas se présenter à sa succession après déjà deux mandats consécutifs à la Présidence. Pas de quoi pour autant afficher un relâchement pour l'UPPA labellisée Université d'excellence en 2017, et qui compte bien le rester.

Les chiffres définitifs ne sont pas encore tout à fait établis mais c'est au total un effectif frôlant les 13 500 étudiants qui devrait cette année animer les salles, amphis et couloirs des différents sites de l'UPPA, dont 8500 à Pau.

« Ouverture de nombreuses formations à l'alternance »
Quant à l'offre de formation, si elle évolue peu en cette rentrée, Frédéric Tesson, vice-président en charge de la formation et de la vie universitaire, signale l'ouverture d'un master sociologie, en tant que tel, « là où la mention était précédemment incluse au parcours de la mention géographie ». Objectif : « permettre une meilleure identification de la formation », qui en cette rentrée affiche déjà complet avec une vingtaine d'étudiants. Autre nouveauté, la création à Anglet d'une nouvelle licence pro « Industrie Agroalimentaires : gestion, production et valorisation ».

Mais parmi les chantiers qui comptent, le vice président insiste aussi sur « l'ouverture de nombreuses formations en alternance en apprentissage. Si cela existait naturellement déjà pour les licences pro, l'effort a été particulièrement porté sur les licences et masters. Trente cinq parcours de formation sont ainsi ouverts à l'apprentissage cette année contre dix l'an dernier. On est ainsi passé de 121 à 245 apprentis».

Dans la même logique de développer les liens entre université et monde de l'entreprise, le vice président souligne également, « la nouvelle dynamique autour de l'entrepreneuriat étudiant », dont les résultats peu à peu se font jour. L'Université compte une cinquantaine d'étudiants-entrepreneurs accompagnés, 10 étudiants inscrits au diplôme D2E, lié à l'entrepreneuriat, 4 entreprises créées par des étudiants, dont 2 accompagnées par Hélioparc... Un double effort sur l'apprentissage et le lien aux entreprises qui n'est d'ailleurs pas étranger avec l'obtention du label d'excellence I-site en 2017. Il porte en effet parmi ses objectifs une connexion forte entre l'Université, les acteurs économiques du territoire et les collectivités territoriales.

17 chaires de recherches créées depuis début 2018
Ce label d'excellence, dont le projet « 2ES » porté par l'UPPA sur le socle d'une spécialisation « Energie et Environnement », n'en finit pas de se déployer. Plus rapidement que prévu d'ailleurs. En effet, « 17 chaires de recherche ont été créées depuis le début du projet : 4 chaires pour de jeunes chercheurs, 9 chaires pour des chercheurs confirmés et 3 chaires internationales ; et la moitié d'entre elles ont été créées avec des partenaires, qu'ils soient des industriels ou des collectivités territoriales », annonce Gilles Pijaudier-Cabot directeur éxécutif E2S-UPPA. Et de citer pour exemple, une chaire dédiée au biomimétisme marin à Biarritz ou une autre à Pau, sur l'acceptabilité sociale et territoriale des projets liés à l'environnement.

« Avoir 17 chaires lancées depuis début 2018, c'est remarquable si on se compare à d'autres universités plus grandes qui n'en ont pas plus d'une douzaine », s'enthousiasme le président, Mohamed Amara. « Notre objectif en 2017 était de créer 20 chaires, mais à mi-parcours nous en avons déjà 17, donc d'ici 2021 [date d'évaluation et, éventuellement, de confirmation de l'obtention du label I-Site de manière définitive, NDLR], nous devrions en avoir environ 24 », ajoute Gilles Pijaudier-Cabot.
Et à ces chaires, s'ajoutent deux nouveaux programmes de recherche lancés pour 5 ans, autour d'un groupe d'une vingtaine de personnes (là où les chaires en compte 5 à 6 doctorants). L'un en partenariat avec Arkema et Saft sur les batteries innovantes, l'autre, en collaboration avec la prestigieuse North Westorn University (Chicago), sur les matériaux poreux.

"L'UPPA fait partie d'un club très fermé et compte y rester!"

Un programme de recherche qui démontre aussi les efforts fournis par l'UPPA « Université d'Excellence » en matière d'internationalisation. Une internationalisation qui se joue aussi au niveau des formations : « nous avons atteint notre objectif de 50% des cours disponibles en anglais. « Réaliser un cursus complet en anglais est possible à l'UPPA, c'est un atout si on veut pouvoir attirer les meilleurs étudiants d'Europe et du monde dans notre université », souligne Mohamed Amara, particulièrement fier des chantiers réalisés sous l'impulsion du label I-Site.

Selon lui, ce label « a redessiné entièrement l'architecture de l'enseignement supérieur français autour de 18 pôles. L'UPPA fait partie de ce Club très fermé qui ne concerne que des métropoles régionales ou la capitale. Nous sommes le seul campus d'excellence qui n'est pas issu d'un regroupement d'universités, comme le sont les autres campus labellisés ! Cette nouvelle carte de l'enseignement supérieur français, nous en faisons partie, et nous comptons bien y rester !» lance-t-il faisant allusion à la prochaine évaluation de l'UPPA sur ce label en 2021.
Une évaluation d'importance puisqu'elle décidera, ou non, de la pérennisation du label et avec lui de la manne financière qu'il ouvre à l'université : 6 millions d'euros par an portés par l'Etat, doublés par les contribution des entreprises et des collectivités...
Devant passer le relai en mars prochain, lors des électinos à venir, Mohamed Amara n'occupera plus le siège de président en 2021, mais il l'assure « le tuilage avec la nouvelle équipe sera fait pour conserver ce label ! ».

L'info en plus :
Le 10 octobre prochain, le physicien Gérard Mourou, Prix Nobel de Physique 2018, animera la conférence inaugurale de rentrée « Passion Lumière extrême » - Rdv à 17h30 amphi III de Lettres (Pau)

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
41446
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 4 + 9 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !