Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/01/18 : "Progrès et Sagesse": ce sera le thème de la 24° Université Hommes-Entreprise du CECA les 30 et 31 août au Château Smith Haut Lafitte. Il y sera question d'éthique et de sens, en particulier celui de l'intelligence artificielle: bienfait ou menace?

16/01/18 : France Télévision a compris l'utilité de France 3 Euskal Herri au Pays basque. Les sept minutes quotidiennes ont été maintenues, dans l'état. C'est à dire dans sa structure au studio des allées Marines de Bayonne et non prestataire de reportages

16/01/18 : Cyrille Guimard, sélectionneur de l'équipe de France de cyclisme, parrainera la 23e édition du Tour de Lot-et-Garonne et sa cyclosportive les 14 et 15 avril prochains.

16/01/18 : L'agglo de La Rochelle a été choisie par le cabinet Missions Publiques pour faire partie des 4 collectivités françaises à organiser un débat publique atour de l'essor des transports sans conducteur, le 27/01 de 9h à 17h. Inscription : debatcitoyen.fr

15/01/18 : La Rochelle participe à la 2e Nuit de la lecture samedi 20 janvier de 16h30 à minuit à la médiathèque de Villeneuve-les-Salines et dans le Hall de l’Agora au Centre social. Au programme : des lectures et des animations variées. Tout public. Gratuit.

13/01/18 : Cognac: les Trophées du vin 2018 ont récompensé le 11 janvier l'association cognaçaise Les Etapes du cognac avec le prix "meilleur accueil dans le vignoble", récompensant son développement de l'oenotourisme sur le territoire.

11/01/18 : Opération de régulation des sangliers à Agen et Foulayronnes. Un grand nombre de sangliers a été signalé et confirmé dans ces deux communes. Les services de l’Etat ont donc décidé d'organiser des opérations de régulation jusqu’au 28 février inclus.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 17/01/18 | Le Reggae Sun Ska repart en Médoc

    Lire

    Clap de fin pour la version "campus" du Reggae Sun Ska. À la suite d'un courrier et de plusieurs échanges téléphoniques avec les maires de Pessac, Talence et Gradignan soulignant des plaintes de riverains soumis à des "nuisances sonores", la 21ème édition du festival se délocalise. Elle aura lieu sur le domaine de Nodris, à Vertheuil, pouvant accueillir 12 000 festivaliers par jour (contre 27 000 sur le campus). Ce mercredi, les premiers noms de la programmation annoncent notamment Jimmy Cliff en tête d'affiche.

  • 17/01/18 | Le trafic de l'aéroport de Biarritz Pays-Basque: +4,7%

    Lire

    Les gestionnaires de l'aéroport de Biarritz Pays basque pourront avoir le sourire lors de la présentation des vœux la semaine prochaine. Si les chiffres de décembre ont connu une légère baisse, (74 091 passagers contre 74 727 en 2016) vraisemblablement en raison de l'enneigement précoce des stations de sports d'hiver, en revanche 2017 affiche des chiffres flamboyants avec 1 190 991 passagers, soit une augmentation de 4,88% qui confirme largement sa place de deuxième plateforme aéroportuaire de la Nouvelle-Aquitaine.

  • 17/01/18 | Contrat juteux pour Gaz de Bordeaux

    Lire

    La SAS Gaz de Bordeaux peut se frotter les mains : elle vient de décrocher un marché auprès de la Direction des Achats de l'État pour fournir plus de 2000 sites en gaz naturel pendant deux ans. Parmi eux, on retrouve la Cour des Comptes, Météo France, plusieurs ministères mais aussi l'ensemble des centres pénitentiaires de France. En 2016, cette société possédée par Régaz dont Bordeaux Métropole est actionnaire à 51,93% a réalisé un chiffre d'affaires de 355 millions d'euros, dont 70% hors Gironde.

  • 17/01/18 | La réforme de l'enseignement supérieur avance

    Lire

    Frédérique Vidal, la Ministre de l'Enseignement supérieur, s'est rendue ce mardi à Bordeaux. Elle y a effectué un nouveau point d'étape à la rencontre des présidents des universités de Bordeaux Montaigne, Poitiers, Limoges, Pau et La Rochelle et de la communauté d'enseignants. L'ordre du jour était évidemment consacré à la réforme de la réussite et de l'orientation, dont la première étape (remplacer "APB" par Parcours Sup) est effective depuis lundi. Cette réforme représente un budget d'un milliard d'euros sur cinq ans.

  • 17/01/18 | Le maire de Bayonne s'inquiète pour l'avenir des Galeries Lafayette

    Lire

    Après avoir appris que dans le cadre du projet de cession en franchise de magasins Galeries Lafayette en province celui de Bayonne serait éventuellement concerné. Le maire a fait part de sa "totale incompréhension et sa plus vive réprobation si une telle information venait à être confirmée". Pour Jean-René Etchegaray, cette décision irait à l’encontre des efforts conjugués pour renforcer le dynamisme commercial et l’attractivité d'un centre-ville, dont les Galeries Lafayette sont une des locomotives".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Viande de cheval : le gouvernement accuse Spanghero, la filiale de Lur Berri

14/02/2013 | Selon Benoît Hamon, le ministre de la consommation, la société savait qu’elle étiquetait « bœuf » de la viande chevaline

Le circuit de fabrication du plat Findus

Spanghero s'est rendu coupable d'une "tromperie économique" et sera poursuivi, a expliqué le ministre délégué à la Consommation, Benoît Hamon, lors d'une conférence de presse ce jeudi 14 février, en présentant les résultats de l'enquête sur le sujet. Conséquence : Spanghero se voit retirer immédiatement l'agrément sanitaire qui lui permet de traiter de la viande, a annoncé le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll. De son côté, dans un communiqué, la Société Spanghero conteste formellement avoir commandé de la viande de cheval.

Pour Benoît Hamon, c'est une évidence. Spanghero est coupable de "tromperie économique". Il en veut pour preuve que le prix auquel Spanghero achetait la viande ne correspond pas au bœuf mais bien au cheval. En outre, le code douanier à huit chiffres présent sur les factures, qui correspond à la viande chevaline. Le ministre estime que "ce trafic durait depuis plusieurs mois" et a porté sur plus de 750 tonnes de marchandise. Demain, vendredi, une brigade nationale de vétérinaires va être envoyée dans les locaux de l’entreprise, à Castelnaudary dans l'Aude, afin de poursuivre les investigations et expertises. Les résultats devraient être connus d'ici une semaine. Cela pourrait se traduire par un retrait d’agrément définitif. Spanghero, pour sa part, explique n’avoir réceptionné, de la part du négociant chypriote Draap Trading à qui il commandait de la viande en provenance de Roumanie, que des produits étiquetés « avec la mention BF 90/10 sur les fiches palettes », soit une viande de bœuf avec une teneur en matière grasse de 10 %. Ce vendredi, Barthélémy Aguerre, le patron de Spanghero rejette ces accusations. "Pour nous, on a acheté de la viande de bœuf et on a vendu de la viande de bœuf", explique-t-il à RTL, rejetant la faute sur un autre intermédiaire. "Le fameux code présent sur les étiquettes, composé de 8 chiffres identifiant les palettes incriminées, que la répression des fraudes considère comme la référence douanière relative à de la viande de cheval surgelée, ne correspond pas à un code douanier, mais à un code article. Personne ne le connaît ici. Je viens d'avoir Laurent Spanghero (NDLR : l'un des fondateurs de l'entreprise), en 50 ans de métier, il ne savait pas que ça existait". Il estime que le gouvernement a été "imprudent" et met en danger l'entreprise.

Quelles conséquences pour Lur Berri ?En ce qui concerne la société Comigel, qui a fabriqué les fameuses lasagnes à la viande de cheval, Benoît Hamon a reconnu qu'elle avait été bernée: "il s'agissait pour Comigel de viande de boeuf", a-t-il indiqué. Toutefois, à ses yeux, cette PME française s'est rendue coupable de "deux négligences en omettant des contrôles qu'elle aurait dû opérer dans son usine luxembourgeoise". Spanghero est une société de la coopérative Lur Berri. Elle emploie aujourd'hui quelque 360 salariés, qui se retrouvent désormais sur le "carreau". L'image de Lur Berri, puissante coopérative (1,128 milliard d'euros de chiffre d’affaires en 2012, 842 salariés en équivalent temps plein), rassemblant 5 000 agriculteurs, pourrait être écornée par cette "affaire". "Les efforts et la rigueur en matière de traçabilité, de qualité gustative et sanitaire, imposés aux éleveurs français ne doivent pas être gâchés par le laxisme et la malhonnêteté de certains intervenants dans l'aval de la filière", s'inquiète la FDSEA de Gironde. Le syndicat appelle les pouvoirs publics "plus que jamais à soutenir l'élevage régional".

Nicolas César
Par Nicolas César

Crédit Photo : France Inter

Partager sur Facebook
Vu par vous
654
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !