17/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient vivre le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

  • 12/10/17 | Le maire de Captieux démissionne

    Lire

    Denis Berland, maire de Captieux depuis 2015 suite à l’élection de Jean-Luc Gleyze à la présidence du Conseil Départemental de la Gironde, a présenté par courrier au préfet de la Gironde sa démission. Celui qui a été premier adjoint jusqu’en 2015 n’a pas encore indiqué les raisons de son départ.

  • 11/10/17 | Une Landaise élue Miss Aquitaine

    Lire

    C'est au Théâtre Quintaou d'Anglet ce week-end qu'a été décernée l'écharpe 2017 de Miss Aquitaine en vue de succéder à la Lot-et-Garonnaise Axelle Bonnemaison. Le jury -avec l'aide du public- a désigné la Landaise Cassandra Jullia, 18 ans, du Comité Béarn-Landes ,domiciliée à Orthevielle. Étudiante en BTS esthétique, option management à Mont-de-Marsan. Elle qui représentera l'Aquitaine au concours Miss France de décembre. Pour la petite histoire, le Poitou-Charentes a son propre comité de miss régional.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | Viande de cheval : le gouvernement accuse Spanghero, la filiale de Lur Berri

14/02/2013 | Selon Benoît Hamon, le ministre de la consommation, la société savait qu’elle étiquetait « bœuf » de la viande chevaline

Le circuit de fabrication du plat Findus

Spanghero s'est rendu coupable d'une "tromperie économique" et sera poursuivi, a expliqué le ministre délégué à la Consommation, Benoît Hamon, lors d'une conférence de presse ce jeudi 14 février, en présentant les résultats de l'enquête sur le sujet. Conséquence : Spanghero se voit retirer immédiatement l'agrément sanitaire qui lui permet de traiter de la viande, a annoncé le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll. De son côté, dans un communiqué, la Société Spanghero conteste formellement avoir commandé de la viande de cheval.

Pour Benoît Hamon, c'est une évidence. Spanghero est coupable de "tromperie économique". Il en veut pour preuve que le prix auquel Spanghero achetait la viande ne correspond pas au bœuf mais bien au cheval. En outre, le code douanier à huit chiffres présent sur les factures, qui correspond à la viande chevaline. Le ministre estime que "ce trafic durait depuis plusieurs mois" et a porté sur plus de 750 tonnes de marchandise. Demain, vendredi, une brigade nationale de vétérinaires va être envoyée dans les locaux de l’entreprise, à Castelnaudary dans l'Aude, afin de poursuivre les investigations et expertises. Les résultats devraient être connus d'ici une semaine. Cela pourrait se traduire par un retrait d’agrément définitif. Spanghero, pour sa part, explique n’avoir réceptionné, de la part du négociant chypriote Draap Trading à qui il commandait de la viande en provenance de Roumanie, que des produits étiquetés « avec la mention BF 90/10 sur les fiches palettes », soit une viande de bœuf avec une teneur en matière grasse de 10 %. Ce vendredi, Barthélémy Aguerre, le patron de Spanghero rejette ces accusations. "Pour nous, on a acheté de la viande de bœuf et on a vendu de la viande de bœuf", explique-t-il à RTL, rejetant la faute sur un autre intermédiaire. "Le fameux code présent sur les étiquettes, composé de 8 chiffres identifiant les palettes incriminées, que la répression des fraudes considère comme la référence douanière relative à de la viande de cheval surgelée, ne correspond pas à un code douanier, mais à un code article. Personne ne le connaît ici. Je viens d'avoir Laurent Spanghero (NDLR : l'un des fondateurs de l'entreprise), en 50 ans de métier, il ne savait pas que ça existait". Il estime que le gouvernement a été "imprudent" et met en danger l'entreprise.

Quelles conséquences pour Lur Berri ?En ce qui concerne la société Comigel, qui a fabriqué les fameuses lasagnes à la viande de cheval, Benoît Hamon a reconnu qu'elle avait été bernée: "il s'agissait pour Comigel de viande de boeuf", a-t-il indiqué. Toutefois, à ses yeux, cette PME française s'est rendue coupable de "deux négligences en omettant des contrôles qu'elle aurait dû opérer dans son usine luxembourgeoise". Spanghero est une société de la coopérative Lur Berri. Elle emploie aujourd'hui quelque 360 salariés, qui se retrouvent désormais sur le "carreau". L'image de Lur Berri, puissante coopérative (1,128 milliard d'euros de chiffre d’affaires en 2012, 842 salariés en équivalent temps plein), rassemblant 5 000 agriculteurs, pourrait être écornée par cette "affaire". "Les efforts et la rigueur en matière de traçabilité, de qualité gustative et sanitaire, imposés aux éleveurs français ne doivent pas être gâchés par le laxisme et la malhonnêteté de certains intervenants dans l'aval de la filière", s'inquiète la FDSEA de Gironde. Le syndicat appelle les pouvoirs publics "plus que jamais à soutenir l'élevage régional".

Nicolas César
Par Nicolas César

Crédit Photo : France Inter

Partager sur Facebook
Vu par vous
602
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !